26 nov. 2012

Une pensée pour elle



Elle m'en avait parlé il y a plusieurs mois. Il y a d'abord eu les rendez-vous, le délai légal de réflexion et puis l'attente pour avoir "de la place" mais dans sa tête, c'était clair, et quand elle l'évoquait, c'était comme une évidence. 


Ce matin, Ninou-ma-sœur entre en clinique pour subir une intervention visant à obtenir une contraception définitive. Elle va se faire ligaturer les trompes et lorsqu’elle m’a annoncé qu’elle y songeait, je me suis dit «mais bien sûr !» Elle a 4 enfants, n’arrive pas à ne oublier la pilule (c’est pas pour ça qu’elle a 4 enfants, hein, ce ne sont pas des oublis de pilule !). Elle n’aime pas le stérilet. Donc… pourquoi pas ?

Il y a plusieurs mois, quand elle m'en a parlé, je me suis posé la question pour moi aussi, d’autant que mon Miréna (stérilet à hormones), tout fringuant de ses nouvelles hormones puisque posé il y a peu, m’en faisait voir de toutes les couleurs : seins en béton super douloureux, ventre gonflé et humeur changeante. Il était tout neuf et finalement je me suis dit « à quoi ça sert d’en avoir remis un ? » De toute façon, je ne veux plus d’enfant et ça fait longtemps que je le sais. Je crois que c’est tout simplement parce que je n’y ai pas pensé.

Ma gynéco non plus d’ailleurs. Je me demande pourquoi elle n’a jamais abordé la question…. Et je me rends compte que bien qu’elle visite régulièrement la partie la plus intime de mon anatomie et ce depuis 20 ans… elle ne me connaît pas. Elle ne sait pas que je ne veux plus d’enfant, elle a dû me poser la question il y a plusieurs années, j’avais dû répondre un truc genre « pas tout de suite » et c’est tout. Ok, elle est gynécologue, pas psy, mais sur des questions comme ça, c’est un peu proche quand même, il me semble. 
Je suis passée de la pilule au stérilet il y a dix ans environ et je dois avouer que j’en suis plutôt satisfaite : plus de règles (youhooooouuuuu !), plus de contraintes, plus d’oubli potentiel. Mais là, avant de poser le troisième exemplaire, je me demande si elle n’aurait pas pu prendre 5 minutes pour que nous discutions. Étant donné que ça faisait 42 minutes que je poireautais dans la salle d’attente, je me demande si dix minutes d’échanges sur mes besoins contraceptifs n’auraient pas été bienvenus. Plutôt que « bon, ben, on en repose un ? »

Est-ce que parce que les médecins ont peur de la réaction de la patiente ? Moi, je n’aurais pas été choquée et cela aurait peut-être déclenché une réflexion différente sur tout ça. Mais là, c'est juste que je n'y ai pas pensé.

Je lui en ai parlé depuis, lors d’une visite en catastrophe. Elle m’a dit « oui, bien sûr, pourquoi pas, mais vous savez, si vous n’avez plus les hormones du stérilet et comme vous n’êtes pas encore ménopausée (Thanks God, j’ai à peine plus de 39 ans…), cela veut dire retour des règles et tout ce qui va avec… » 
Humeur en dents de scie et migraines terribles en ce qui me concerne. Ah ouais, ça fait réfléchir. Me voilà donc avec une incertitude, une interrogation même si j’ai encore trois ans environ avant que le Miréna ne soit usé… 

De la nécessité ou de l’envie d’une contraception définitive… Thèse, antithèse, synthèse. Vous avez deux heures.
Je me rends compte que c’est un peu hard comme billet pour un lundi matin. Pas très drôle, et je pense que les garçons ont dû passer leur chemin. Ils auront bien fait. Ils pourrons revenir demain s'ils le souhaitent... ;-) On parlera de Sebastian Vettel ou de la Ligue 1 si tu veux.


Sauf que ce matin, Ninou-ma-sœur se fait opérer et c’était juste… une pensée pour elle.



32 commentaires:

  1. Une pensée pour elle aussi...

    C'est une décision à réfléchir, effectivement. Moi je crois que si j'y réfléchis c'est plutôt dans le sens de la vasectomie pour cher et tendre !... (non mais c'est bon, c'est moi qui totalise 27 mois de grossesses et environ 34 heures de travail pré-accouchement, j'ai déjà donné !...)

    Et puis je pense aussi à celles d'entre nous qui donneraient cher pour être aussi fertiles...

    Vaste sujet pour un lundi matin, c'est vrai !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi à celles d'entre nous...

      Supprimer
  2. Je pense très fort à elle. Je ne pouvais pas ne pas réagir sur le sujet... Bien sûr que tu as raison, c'est important de pouvoir discuter de ces choses, mais il semble que les gynécos soient plus que réticents à programmer ce genre d'intervention, j'ignore pour quelle raison. Il semble qu'il faille un certain profil (sans doute celui de ta soeur) à savoir autour de quarante ans, au moins 3 ou 4 enfants et un problème avec un autre moyen de contraception.

    En ce qui me concerne, je l'ai demandé aussi, mais je n'ai "QUE" 32 ans, et il semble que ça ne soit pas du tout acceptable de ne plus vouloir d'autre enfant à mon âge. Le fait qu'avec mes deux enfants j'ai atteint le nombre d'enfant dont j'ai toujours rêvé, que c'est ce que que l'on veut avec mon mari depuis qu'on se connait, c'est à dire depuis près de 14 ans, ça ne ne compte pas. On m'a dit que beaucoup de femmes avaient envie d'un troisième avant leur 40 ans. Tant mieux. Je sais que pour moi, ça ne se fera pas. Je ne dis pas que je n'aurai pas envie de tomber enceinte, mais curieusement, c'est une envie qu'on peut dissocier du fait d'avoir un enfant. J'aurais très certainement envie d'être enceinte, mais pas d'avoir un enfant. Et comme on ne peut pas avoir l'un sans l'autre, je me passerai d'une troisième grossesse. J'en ai déjà fait mon deuil, je le vis très bien, alors pourquoi suis-je obligée de porter un stérilet ? (contraiement à toi, je ne le supporte pas bien, mais je supporte encore moins bien les hormones, et comme on me refuse la stérilisation, je n'ai pas le choix). Rien que d'y penser, ça me fout en rogne. Je vais devoir gober des cachets 5 jours par mois juste pour avoir des règles "uniquement" abondante, et ce jusqu'à ce que j'aie l'âge acceptable pour subir l'opération...

    Mon chéri m'a dit lui aussi qu'il voulait faire une vasectomie, puisque ce genre d'intervention ne subit presque aucune réticence de la part des médecins...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vrai problème... Je ne sais pas si Chouchou serait prêt à le faire. En tout cas, il ne me semble pas qu'il y ait songé. Je lui poserai la question...

      Supprimer
    2. La contraception des hommes est un sujet dont on parle peu.
      Perso je ne prend aucun moyen de contraception, c'est mon chéri qui porte le bonnet... Capotes, quoi !
      C'est bizarre, je l'assume depuis peu devant les copines, lors des conversations stérilets et pilules... Depuis qu'une copine en a parlé, je me sens moins hors norme et je réponds la vérité maintenant quand on me demande quel est mon moyen de contraception.

      Ce mode de fonctionnement est sûrement la raison pour laquelle je pense plus facilement à la vasectomie quand on parle de définitif...

      Supprimer
  3. DOMINIQUE26/11/12

    Le pire, c'est par exemple moi : stérile AVEC règles douloureuses, migraines, et changement de serviette maxi plus plus toutes les deux heures. Et miracle : la ménopause. Ouf.
    Pas voulu d'enfant, ou plutôt pas de désir spécial d'enfant, cher et tendre pareil.
    A chacune son destin et sa façon d'envisager sa fécondité. Il n'y a pas de norme, la vie est assez compliquée pour ne pas en rajouter. Et le pire, le pire c'est l'entourage qui vous regarde avec de gros yeux si vous n'êtes pas dans les clous de la maternité. Heureusement, plus on vieillit, plus on s'en fout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'entourage est terrible et la notion de "normalité" de la famille super difficile à gérer. Quand tu es en couple et que tu n'as pas d'enfant, on te regarde bizarrement. Quand tu en as un , on te demande quand tu fais le deuxième !!

      Et si on laissait justes les gens vivre ?

      Supprimer
  4. Une douce pensée pour elle...Perso, je suis sous implant, le deuxième déjà...J'ai 35 ans, 5 enfants (voulus ^^) et j'arrive à l'échéance de renouveler ma contraception...J'en ai parlé avec un gynéco, qui "n'est pas favorable" : vous êtes jeune, on sait jamais, si vous refaites votre vie blablabla....Donc, j'vais devoir trouver un autre gynéco ou alors forcer la chose...Mais vu que je n'ai pas fait mon deuil d'une nouvelle grossesse....je fais traîner...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'es pas sûre de ne pas vouloir une nouvelle grossesse, c'est sûr qu'il vaut mieux attendre un peu ! ;-)

      Supprimer
  5. On pense à elle aussi alors.
    Perso, je pense que c'est à toi (seule) de prendre ce genre de décision. Des bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, étant mariée, Chouchou doit aussi prendre la décision avec moi... Il n'est pas contre je pense. On en reparle dans trois ans ? ;-)

      Supprimer
  6. Jamais il ne faut dire jamais...
    Les couples aujourd'hui se font, se défont ; un désir d'enfant peut réapparaitre plus tard même après 2 ou 3 enfants d'un premier mariage.
    Mais c'est un débat tellement personnel ! juste donner à chacune la possibilité de réaliser son choix (quand choix il y a) c'est déjà beaucoup !
    Mamina -ligaturée, 3x maman, 5x grand-mère, 42 ans de mariage... c'est mon CV du jour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ton CV Mamina. Ma Maman aussi a subi cette intervention il y a très longtemps... C'est sans doute aussi pour ça que j'y suis plus sensible.

      Supprimer
  7. DOMINIQUE26/11/12

    Bravo Mamina !!!

    RépondreSupprimer
  8. T'inquiète pas pour ta soeur, moi je l'ai fait cet été et depuis c'est que du bonheur. je me sens libre.
    J'ai attendu 9 ans pour pouvoir le faire...
    Et pour le désir d'enfants si jamais il devait revenir, y'a toujours l'adoption. Pas à défaut mais une autre manière de partager du bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très beau ce que tu dis. Et très vrai aussi... Des bises ma belle.

      Supprimer
  9. Laurence26/11/12

    Je l'ai fait à 42 ans et ce fut une liberation. Chacune est libre de ses choix...

    RépondreSupprimer
  10. Une pensée pour ta soeur. Ligaturée depuis quelques années suite à des soucis avec la pilule et une impossibilité de poser un stérilet, ma gynéco était assez réticente jusqu'à ce que je dépasse la quarantaine. Ce fut un bonheur de ne plus avoir à se préoccuper de contraception.
    @Marcelle : le choix n'appartient pas à la femme seule, la loi implique aussi le conjoint (si conjoint il y a bien sûr) et après un délai de réflexion de 4 mois, la signature par les deux d'un document spécifiant l'irréversibilité du procédé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout ça je crois... ne plus avoir à s'en soucier. Merci Chris.

      Supprimer
  11. ET oui, ceci n'est pas QUE du ressort de la femme. Et ça m'agace! Je me suis heurtée à ce sujet il y a bien longtemps et parce qu'IL n'a pas voulu j'ai dû faire avec une contraception qui ne me convenait pas.
    En revanche, oui, il faut réfléchir car, comme l'exprime fort bien Mamina, ce n'est pas toujours aussi limpide qu'il y paraît.
    MamyS: 3x maman et 2X mamy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère sincèrement qu'un jour la contraception masculine, pas forcément définitive, sera au point et entrera dans les moeurs. Pour que la femme ne soit pas seule face à problème...

      Supprimer
  12. Justement, je me suis fait poser mon premier stérilet ce matin ! Comme ta soeur, impossible de ne pas oublier la pilule, j'ai craqué. Je n'en suis donc pas à la question de la stérilisation définitive. Mais quand j'y pense, je trouve que ça soulève tellement de choses pour une femme. Le jour où tu te dis "plus jamais". Même quand tu ne veux pas d'autre enfant, tu sais que dans ton corps, c'est encore possible. Le côté définitif, il fait tout bizarre je trouve. Je comprends que ça te fasse quelque chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es plus jeune Marie, je comprends complètement ton point de vue. Et comme l'a dit la Brodeuse, au pire je serai bien encore enceinte. Mais c'est tout.
      J'ai encore quelques années pour y penser...

      Supprimer
    2. @Marie Grain de Sel : je trouve intéressant que tu parles du côté définitif. Ce côté pour moi il arrive à la ménopause quand les ovaires ne fonctionnent plus.

      Supprimer
  13. J'ai 2 enfants et mon mari et moi sommes d'accord pour arrêter là. Néanmoins, je n'ai que 32 ans et on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve: s'il arrivait malheur à mon mari, que je rencontre un autre homme et qu'il désire fonder une famille avec moi, je reconsidérerai sûrement la situation. Et puis, je n'ai aucun problème avec la pilule, je ne l'oublie jamais et je n'ai pas de souci hormonal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais Cleo, tu as 32 ans ! La question n'est pas du tout la même... Tu as encore le temps, je te promets...

      Supprimer
  14. Mais... mais, c'est FOU ces gynecos qui ne te laissent pas faire ce que tu veux!! Qu'on y reflechisse bien, qu'on demande l'avis de ses proches, de sa boulangere, ou de Mireille Dumas, admettons!! Qu'on implique le conjoint, oui, bien sur, bien sur! Que ton gyneco t'encourage a reflechir, evidemment, c'est son boulot. Mais qu'il te dise non, alors ca, ca me scie!! C'est pas en Thailande que ca arriverait: tu vas dans une clinique privee, tu payes, et on te fout la paix!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, elle ne m'a pas dit non... Elle en a juste pas parlé...
      Mais je suis d'accord que la décision est avant tout personnelle !

      Supprimer
  15. Natacha27/11/12

    whoufff, vastes sujets!
    La maternité oui/non/jamais/plus tard ... toussa
    Les relations avec sa/son gynéco.... toussa
    La contraception et les hommes!!! c'est une de mes grandes déceptions, mon mari ayant refusé catégoriquement de parler de vasectomie.
    Après deux enfants, mon refus de prendre la pilule, un stérilet de plus en plus mal supporté (règles à ralonge et TRES abondantes) j'ai osé un jour aborder le sujet. Il me semblait que c'était un peu son tour d'assumer vu que les préservatifs ne nous plaisent pas non plus. Nous avons été proches de la crise diplomatique. Pourtant il est assez "moderne" sur d'autres plans.
    Je vis donc sans quasi contraception depuis 5 ans (j'ai 42 ans). Je sais quand j'ovule et j'ai des cycles très réguliers. Cela me facilite grandement la vie. A l'approche des jours "dangereux" on sort couverts.
    Quant à une opération, j'ai déjà du mal à prendre un paracetamol alors ...
    J'espère que tout c'est bien passé pour ta soeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma soeurette va bien... mais c'est dur. Merci pour elle...

      Supprimer