21 mars 2017

Poussin



Joyeux anniv mon grand et beau Poussin.

Je t'aime et je suis tellement fière de toi.
Futur ingénieur qui gère sa vie entre ses deux nouvelles maisons, plus celle de son père et la mienne.

Toi qui trimbales tes affaires entre Rennes et Brest, y compris le yucca qui t'accompagne et de qui tu prends grand soin, je t'aime.

Toi qui est toujours attentif, bienveillant et bosseur.

Toi qui est gentil et me fait rire grâce à ton humour dévastateur.

On ne se verra pas tout de suite cette année, ni pour ton anniversaire, ni pour le mien, mais qu'importe, ce sera bientôt et on fêtera ça comme il faut.

21 ans.

Mon bébé de printemps. Mon Crapaud-poilu.


------

Photo reçue un soir par WhatsApp. Tellement lui.
(Même s'il va détester sa mise en ligne, parce qu'il va trouver que sa barbe n'est pas bien taillée et ses cheveux en vrac)
(Mais on s'en fout, hein, moi je l'adore, cette photo)


18 mars 2017

Happy me !



Je suis en pyjama, la nuque humide, le cheveu hirsute, la paupière molle, j'ai du poil aux pattes, j'ai pas encore pris ma douche. 
Je suis heureuse.

Je viens de finir de passer la serpillière, ma maison sent le savon noir avec une note de fond javellisée, le sol est encore luisant. En fond sonore, le replay de Top Chef. 
Je suis heureuse.

J'ai bu deux cafés, fumé quelques cigarettes, mangé deux tartines avec de la confiture de cédrat de Corse. 
Je suis heureuse.

J'ai répondu à quelques textos, quelques appels téléphoniques, j'ai tout plein de messages adorables de tous les côtés. 
Je suis heureuse.

Hier soir, j'ai passé une soirée géniale avec des copines, on a bu des bières et du vin, on n'a rien mangé et c'est pas grave. 
Je suis heureuse.

Je ne sais pas encore ce que je vais faire aujourd'hui, sans doute me raser les jambes, faire un gommage bicarbonate-miel, m'épiler les sourcils. Je vais passer un temps fou à scruter chaque poil, chaque ride, chaque ridule, chaque affaissement. 
Pour ça, je ne suis pas très heureuse...

Dans le jardin de la Bicoquillette, il y a des tulipes prêtes à exploser, des jacinthes, des narcisses, des muscaris qui pointent le bout de leur nez et des promesses d'iris... 
Je suis heureuse.

Ce matin, j'ai 46 ans.

Je vais pas dire que ça me fait super plaisir. Je penche maintenant sérieusement du côté des 50... j'ai bien aimé être pendant un an au milieu du gué. Et celles qui me connaissent un peu savent que je reviens de loin de ce côté-là.

Quarante-six, c'est un peu dur à dire... L'important, c'est de le dire avec un grand, très grand sourire. Et ça, ça ne sera pas compliqué, parce que maintenant, ma vie est belle et

 JE SUIS HEUREUSE.

Happy me.

13 mars 2017

Nan mais t'as cru qu'la vie c'était un kiwi ?



Un p'tit tour de ce qui fait que parfois, la vie c'est un kiwi, et parfois non, moi je dis, pour démarrer un lundi, c'est pas si mal.

La vie c'est un kiwi quand samedi matin, je sais pas comment c'était chez toi, mais ici, samedi matin, on a eu un aperçu un printemps. Soleil radieux, température tiède, vent léger... Une sensation étrange oubliée depuis plusieurs mois et qui te fait espérer qu'un jour, l'hiver finira bien par s'éclipser. J'en ai profité pour nettoyer un peu les massifs, replanter des pousses de fleurs rapportées par mon mec (offertes par un gentil client), faire des semis de minuscules graines de tomates dans des petits sacs en toile de jute, arracher les mauvaises herbes. J'ai bien vérifié que les tulipes commençaient à bourgeonner, j'ai mesuré les muscaris plantés à Noël, j'ai testé la vigueur des iris et me suis extasiée devant les minuscules feuilles de mon minuscule pommier d'ornement. C'était doux et beau. C'était super kiwi.