26 janv. 2016

Je saigne



Faut que je te raconte un truc... Les mecs, ce billet n'est pas pour vous, si vous vouliez bien aller faire un tour... ICI ou ICI (au hasard).

Ayé, on est entre filles.
Il y a quelques mois, prise dans un élan de je-ne-sais-pas-quoi, on va dire dans un ras-le-bol d'hormones, j'ai décidé de faire ôter mon stérilet Miréna, et de ne pas reprendre la pilule. Nan, inutile de se gausser sur un éventuel désir de maternité, TU N'Y ES PAS DU TOUT. J'en ai marre des hormones et j'ai donc décidé d'avoir sans doute recours à une contraception définitive, d'ici quelques temps.


Qui dit plus d'hormones dit... retour des règles. Ce qui ne m'est plus arrivé depuis plus de 12 ans environ. "L'avantage" du Miréna, c'est que pour certaines femmes, tu n'as plus de règles. Oui, je dis "avantage" même si j'entends d'ici crier les partisanes du "c'est pas naturel, ce sont les règles qui sont naturelles, tu viendras pas te plaindre s'il te pousse un troisième bras au milieu du front parce que tu acceptes que des hormones contrarient la Sainte Nature !"
Oui mais en attendant, plus de règles pour moi signifiait plus de migraine, plus de douleurs, plus d'indisponibilité câlinesque... La belle vie !

Donc avant de savoir si j'opterai pour la contraception définitive, je me suis demandée si j'allais pouvoir supporter le retour des règles "non chimiques", les vraies, les abondantes, les douloureuses, celles de quand je ne prenais pas la pilule ni rien. Celles de mes 15 ans en somme. J'en ai des souvenirs atroces... et pas envie de revivre cet état de loque pantelante de douleur, à l'humeur plus changeante qu'une coupe de cheveux de Rihanna. On va donc d'abord essayer quelques mois "sans rien" pour voir ce que ça donne.

Bon, c'est le bordel.

Premier mois, trois fois rien, j'ai géré avec les protège-slips en stock.
Trois semaines plus tard tout pile, ouh la... ça se complique. Vite, je file au supermarché pour acheter ce qu'il faut. Tu m'aurais vue devant le rayon des "garnitures féminines" (selon un terme qui ne doit plus être utilisé depuis mon arrière-grand-mère), je n'avais pas l'air plus indécise que lorsqu'il faut que je choisisse UN SEUL fard à paupière chez Kiko. Une vraie dinde. Me voilà en train de scruter les paquets, je ne me rappelle plus ce qu'il me fallait avant

Du Normal ?
Du Plus ?
Du Super Plus ?
Du Super Plus "à ailettes" ?
Du Super Plus Nuit Extra Long avec absorption rapide ?

Nan de Dieu. Paumée.

En revanche, j'ai tout de suite bloqué sur les tampons quand j'ai lu la mention "Attention, peut provoquer un choc toxique". NAN. Pas question, je veux pas de choc.

Alors j'ai pris deux paquets au pif parce que j'aimais bien la couleur de l'emballage. Ah bah ça, la deuxième fois, ils ont servis !! Dix jours non stop de flux qui n'en finissait pas... Horreur. 
Je te passe le moment où... Bref, j'ai eu un accident dans ma culotte.
Et la migraine et le bide douloureux, et me mettre à pleurer quand le feu du poêle ne prend pas.  Et envie de bouffer n'importe quoi tout le temps. Quelle chienlit !

Et puis... plus rien. Deux mois en fait. Ben on a beau dire, on se fait du tracas tout de même. Suis-je déjà ménopausée ? Comme ça ? Direct ?!
La seule chose dont j'étais certaine, c'est que je n'étais pas enceinte. 
Alors avant, je n'avais pas de règles et tout allait bien et là, me voilà en train d'espérer chaque jour voir du sang dans le fond de mon shorty... Tu avoueras tout de même que c'est curieux.

C'est finalement arrivé, avec plus de sang que dans un épisode de Game of Thrones... et presque plus de serviettes périodiques à la maison. On était dimanche, tout était fermé et j'étais déjà en train de réfléchir à comment je pourrais m'en bricoler une ou deux, à base de papier-cul alterné en mille-feuille avec des Demak'up, de compresses stériles, de mouchoirs en papier et de scotch double face pour pas que ça se barre dans le pantalon et que tu retrouves le truc à tes pieds à moindre montée d'escalier.

Ce qui est fou, c'est que je pense bien à acheter des trucs d'avance (du savon noir pour le sol, des éponges, du mascara, du déo, du Martini) mais des serviettes périodiques, j'ai plus le réflexe... 

Donc là, ben, je ne sais pas combien de temps ça va durer, mais si c'est proportionnel au mal au ventre et à la tête que je me cartonne depuis trois jours, je sens qu'on n'a pas fini de pas rigoler. J'ai l'impression que mes ovaires ont décidé de faire une rave-party, ces garces. 

Je suppose que tu n'en as rien à carrer de tout ça. Mais moi, ça m'a fait du bien d'en parler avec des amies, ça va peut-être m'éviter de me mettre à pleurer : je viens de me rendre compte que mon pull gris n'est pas sec alors que je voulais le porter demain. Et là, c'est le drame.

Pour changer, la prochaine fois, je te raconterai ma première crise d'hémorroïdes, ok ?





PS : la première qui prononce les mots "coupe menstruelle" ou "flux instinctif" aura affaire à moi.






93 commentaires:

  1. DOMINIQUE26/1/16

    Mon pauvre Poussin, je te comprends. J'ai vécu cette galère toute ma vie, d'autant que la ménopause est arrivée à 54 ans. Migraine, mal au ventre, flux important, fatigue... la misère quoi. Mais qu'est-ce que cette contraception définitive ? Vas-tu avoir une ménopause prématurée, donc hormones pour compenser, donc encore un truc pour bien foutre le bordel ?
    Sincèrement, je préfère la nature, bien que ce soit douloureux et pénible, j'en sais quelque chose, que de me cogner des hormones qui ne sont peut-être pas si inoffensives. Bien sûr que cela fait vieille peau que de dire cela, voire un peu réactionnaire, mais je n'ai pas confiance. Les labos nous ont déjà collé des trucs tout pourris en disant que c'était LA solution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas de ménopause prématurée avec l'opération. Ce sont juste des sortes de bouchons qui bloquent la descente des ovules dans l'utérus. Tout le reste fonctionne pareil...
      Ma soeur l'a fait, une de mes amies aussi. Et tout se passe bien ;-) (à part les règles qui reviennent bien sûr)

      Supprimer
  2. Comme Dominique, je reste un peu frileuse à propos des hormones en rab'. Dire que les hommes n'ont qu'à se passer un coup de rasoir sur le visage de temps en temps !

    Je calcule même les dates des vacances en croisant les doigts pour que ça ne tombe pas à ce moment-là. Le top étant bien sûr les 25 heures d'avion pile le bon jour et en ayant oublié les garnitures. Je sais, ça fait rêver - vécu le mois dernier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh misère, j'imagine même pas la flippe et la fouille frénétique du sac à mains à la recherche d'une serviette sans trop de miettes, coincée entre deux tickets de carte bleue...

      Supprimer
  3. Françoise26/1/16

    Je vais peut être en scotcher plus d'une, mais, je suis ménopausée depuis mes 42 ans et j'en suis super heureuse, plus de règles, et c'est le top du top. bien sur j'ai subie les bouffées de chaleurs, mon toubib ma fait prendre toutes les médoc sans hormones soit disant miracles qui existe, et bien cela ne m'a rien fait. Depuis 2 mois, je suis sous hormones et je re-vie. Enfin, tout cela pour dire que, je suis bien dans mon body, depuis la fin de ses saletées :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je risque aussi d'être ménopausée bientôt, c'est une tradition familiale chez moi... Quant aux bouffées de chaleur, vu comment ma température corporelle grimpe la nuit, si ça se trouve, c'est déjà ça.
      Ou alors, c'est juste parce que mon Amour me touche les fesses.

      Supprimer
  4. Moi je fais partie de ces chanceuses qui n'ont pas mal et sont réglées comme du papier à musique... mais j'ai arrêté de prendre la pilule et autres hormones depuis des années (et non je ne veux pas d'enfants, non merci sans façon!). Par contre, un jour j'ai lu quelque part qu'avoir nos règles comme à notre époque, tous les mois, toutes ces années, etc. ce n'était pas si naturel que ça. Qu'à la base, on procréait plus donc on avait plus de période de latence. Les grossesses, l'allaitement, etc. régulaient ces cycles. Qu'à notre époque, les femmes se vidaient de leur énergie ainsi. J'ai pas creusé plus que ça j'avoue (je suis une grosse flemmarde) mais ça ne m'a pas semblé non plus dénué de sens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, ça peut sembler sensé cette histoire...

      Supprimer
  5. Ben moi j'aimerais savoir ce que ça signifie 'flux instinctif'. Quelqu'une pourrait m'expliquer ?

    Concernant la ligature des trompes (si c'est bien ce que tu envisages), renseigne toi bien. Les quelques femmes qui l'ont fait dans mon entourage ont eu des règles hémorragiques par la suite.

    Tu m'as bien fait rire en tout cas. Ben oui pour le moment je suis avec Mirena. Mais j'aimerais arrêter. Comme toi parce que les hormones tout ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. S j'ai bien compris, le flux instinctif, c'est avoir ses règles sans protection ni cup ni rien de rien. C'est en gros une technique pour aller se"vider" des que tu sans tes menstrus arrivent en gare.
      Autant la cup j'dis pas mais ça, ça m' cause pas des masses :)

      Supprimer
    2. Oui c'est ça, c'est un peu comme aller se soulager quand on a très envie de faire pipi !

      Supprimer
    3. C'est tout à fait ça. Et faut pas avoir une crise d'éternuements.

      Supprimer
  6. J'ai 52 ans, bientôt 53 en fait et je ne sais pas si je suis ménopausée ;-)
    Depuis 4 ans, les méchantes arrivent une à deux fois par an, mais alors j'ai la livraison de l'année en une fois si je puis dire donc j'ai hâte que ça se termine DEFINITIVEMENT parce que lorsque tu passes 3 semaines à te vider de ton sang comme un goret qu'on égorge, je voudrais bien savoir comment continuer à avoir une vie active et sociale normale ?
    Bref, tout ça pour dire que tu n'es pas seule, ma bichette et que je compatis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan mais l'horreur ! Tu m'étonnes que tu dois être crevée. C'est normal ce truc ?

      Supprimer
  7. et comme signalé par Daphné, ça vient une fois par an mais toujours pendant les vacances.

    RépondreSupprimer
  8. Mouette26/1/16

    Même scénario que toi : des stérilets au cuivre qui me faisaient saigner comme un bœuf pendant 20 ans, ensuite test du Mirena et là ben non pas du tout pour moi, donc ligature des trompes. Ca c'est fait. Ensuite règles normales pendant quelques année et à 48 ans ménopause. Tu te dis enfin je vais être tranquille ? Ben non ! L'horreur absolue, bouffées de chaleur nuit et jour, assèchement de la peau donc démangeaisons à s'arracher le dos, les bras, le ventre, grosses crises de fatigue, et 10 kilos arrivés d'on ne sait ou... A tout bien réfléchir je me demande si je ne préférais pas les règles même abondantes et douloureuses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas très fun ce que tu nous annonces là... Tu mets de la crème sur ta peau au moins ?

      Supprimer
    2. Mouette27/1/16

      Franchement je ne souhaite çà à personne :-) Oui je me tartine de crème hyper-super-méga hydratante, des baumes en fait, les crèmes ne suffisant pas, mais ça ne me fait pas grand chose... La nuit dernière par exemple, pas dormi à cause de ces démangeaisons, oh yeah !

      Supprimer
    3. Tu as pensé à changer de gel douche ?
      Ma peau hyper réactive va beaucoup mieux depuis que j'utilise des gels douche sans SLS (sodium lauryl sulfate). C'est l'ingrédient qui permet de faire mousser mais qui est super agressif.
      Tu peux essayer les gels douche bio ou naturels, franchement, ça m'a sauvé la peau et celle de Crapaud-poilu aussi...

      Supprimer
  9. Bon ok,je comprends que cela t'énerve mais franchement quelle crise de rire en te lisant. Oui, c'est facile pour moi qui suis ménopausée depuis mes 45 ans et qui a vécu des années sans règles en faisant joujou avec mes pilules.
    Mais franchement, là je m'y suis cru, du vrai vécu, du hard, du réel, enfin un blog qui dit la vérité sur les femmes !!:D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut arrêter les tabous à la con. Surtout quand ils concernent la moitié de la population mondiale.

      Supprimer
  10. Fabignou26/1/16

    Pauvre cocotte, quelle galère ces règles !
    Moi je suis de la team Mirena depuis bientôt 8 ans, utilisatrice ravie sans effets secondaires, mais je ne sais pas si je m'en ferais poser un troisième : je songe également à la ligature des trompes, j'aurais l'âge pour le faire (même si on peut le faire à tout âge, avant 35 ans il existe un risque de "reperméabilisation spontanée") (suis renseignée, t'as vu ? ;-)
    Mais je veux encore réfléchir avant, à propos des règles justement, parce que ça me convient tellement bien de ne plus les avoir ! La libération d'hormones du Mirena est hyper faible et localisée, sachant qu'on utilise des DIU au levonorgestrel depuis les années 70, ça ne me pose pas de problème.
    D'après ce que j'ai lu sur le sujet, avec une ligature on a des règles normales... Dans mon cas pas abondantes ni longues mais très douloureuses. Donc si je pouvais passer du Mirena à la ménopause directement ce serait le pied ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben c'est ce que m'a proposé l'ancienne gynéco. Passage du Miréna à la ménopause. Sauf que mon dernier Miréna (le troisième donc) a été plus moyennement accepté, surtout lors de la pose. Quatre mois avec des saignements et des seins comme des obus douloureux.
      Plus envie...

      Supprimer
    2. Fabignou28/1/16

      Oh ben flûte, je pensais que quand on le supportait c'était bon une fois pour toutes ! Je verrai quand j'y serai...

      Supprimer
  11. Madame H26/1/16

    Mon cas est un peu similaire au tien.
    Je ne supporte plus la pilule depuis des années (problèmes de circulation sanguine) et j'avais des règles très régulières mais très abondantes et douloureuses. j'ai donc été sous Mirena, une fois pendant 3 ans après la naissance de mon second (et donc dernier) enfant, et une autre fois, il y a 4 ans ...
    Et puis, boutons, poils, rétention d'eau, kilos en plus, j'ai arrêté Mirena qui manifestement ne me réussissait pas ...
    Aujourd'hui, je ne sais pas trop, nous sommes revenus au temps des capotes (pas hyper fun quand tu as connu autre chose ...) et comme toi, je m’interroge sur la suite ... J'ai 47 ans, les gynécos m'expliquent que la contraception est encore obligatoire, d'autant que j'ai donc de nouveau mes règles et qu'elles sont à nouveau hyper régulières ... Cependant, contrairement à toi, elles ne sont plus du tout abondantes, mais simplement parce que j'ai subi cet été une conisation, parce que j'avais des lésions pré-cancéreuses sur le col de l'utérus (les filles, pensez bien à faire vos frottis en plus des mammo, hein ???) et donc on m'a enlevé une partie de la paroi utérine, ce qui réduit évidemment le flux menstruel ! Mais comme toi, les premières fois, je me suis retrouvée au supermarché au rayon "hygiène féminine", comme une poule devant un peigne (ou un couteau comme vous préférez), à me demander ce que je devais prendre ... cependant, avec une fille et une belle-fille à la maison, contrairement à toi, je ne risque pas de tomber en rade de serviettes et tampons un dimanche soir ...
    Le sang des femmes, c'est un tel sujet ... en avoir ou pas ... être ménopausée ou pas ... être "stérilisée" ou pas ... être encore féconde ou pas, alors même que l'on en souhaite plus d'enfants ... Toutes ces questions sont tellement importantes ... Aujourd'hui, avec mes copines du même âge, on en parle évidemment beaucoup. Une de mes copines va se faire poser les petits ressorts que l'on met sur les trompes je crois et qui constituent une stérilisation définitive ... c'est nouveau, indolores et selon les médecins, sans effets secondaires. Mais je ne les crois plus guère sur ces sujets, entre la pilule qu'ils nous ont vendue à tour de bras en nous expliquant que c'était parfaitement anodin, et le Mirena qui n'aurait aucun effet non plus, j'avoue que je deviens méfiante.
    Et après ça, on nous demande d'être de bonnes conseillères pour la contraception de nos filles ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Val Làô sur la Colline26/1/16

      Bon, je viens d'effacer la quasi-totalité de mon message ci-dessous, mais quand je lis le tien...
      J'ai presque tout pareil que toi : 47 ans tout frais, une conisation (il y a 15 ans, en revanche) et des galères de contraception. Règles très très irrégulières depuis 2 ans (alors que j'étais réglée comme du papier à musique) au point que l'an dernier j'ai cru être ménopausée...
      Après 12 ans de pilule et 2 filles, j'ai commencé à l'oublier de plus en plus souvent, ça devenait dangereux... Et puis aussi, plus aucune ne me convenait (seins douloureux, migraines, sautes d'humeur, et autres joyeusetés).
      Voilà un moment que mon homme m'avait proposé de prendre en charge NOTRE contraception (oui hein, on peut aussi voir les choses comme ça, le couple comme étant une entité qui se prémunit de grossesses indésirées, et non la femme qui se charge de cela toute seule), à savoir faire une vasectomie, mais je n'étais pas prête (connerie de psychologie). J'ai donc testé tout ce qui se faisait en matière de contraception féminine, sauf le stérilet, qui pour diverses raisons m'était déconseillé : anneau vaginal (le truc que tu poses pour 21 jours, que tu enlèves une semaine, et ainsi de suite, et qui chez moi a tenu jusqu'au premier passage clouté surélevé) (LOL), implant contraceptif, etc. Échec total sur toute la ligne, y compris sur le plan émotionnel (je me comprends).
      Après une période rocambolesque de préservatifs (bonjour la spontanéité : t'en as un ? non et toi ? putain dans la bagnole tu crois qu'on en a un ? Attends j'en ai dans ma housse de guitare...), j'ai fini par dire Oui (c'était pourtant bien avant notre mariage !).
      La vasectomie a été pour moi une liberté incommensurable : rien à ne pas oublier, pas d'apport hormonal déboussolant, rien à faire vérifier / changer, une légèreté d'esprit que je n'avais plus connue depuis des années, et un équilibre physique insoupçonné. Et pour lui, ça ne change STRICTEMENT rien (je ne vais pas rentrer dans les détails techniques, hein, tu vois ce que je veux dire).
      Il y a 2 ans, quand mes cycles ont commencé à faire des leurs, oui c'est vrai, j'ai eu quelques mois difficiles, avec sautes d'humeur et menton qui tremble en réunion, bouffées de chaleur par temps frais, etc. Mais c'est déjà oublié, et je pense d'ailleurs que ce mal-être psychologique était accentué par un passage délicat qui n'avait rien à voir avec ça.

      Comme toi Madame H, je m'interroge pour mes filles...

      Supprimer
    2. Fabignou26/1/16

      C'est clair, Val Làô, je ne l'ai pas précisé dans mon commentaire parce que ma principale préoccupation c'est d'éviter les règles douloureuses, mais on se pose à deux la question de la ligature des trompes / la vasectomie. Mon chéri dit régulièrement qu'il le fera à 40 ans (cap psychologique, et je crois aussi que les médecins sont bien relous si tu veux le faire avant) ce qui passe en général très mal auprès des autres hommes, y compris ceux plus âgés et qui ne veulent plus d'enfant.

      Supprimer
    3. Chris (aka Paquita Chocolatera)26/1/16

      J'ai fait une stérilisation tubaire (les petits ressorts)en 2006 il me semble. Sous anesthésie générale en ambulatoire. Effectivement quasi indolore si ce n'est durant qqs jours l'impression de petits pincements dans le ventre et aucun effet secondaire ensuite.

      Supprimer
    4. Merci Val, c'est super intéressant de lire tout ça (et c'est drôle aussi !)
      Quant aux petits ressorts, oui, c'est ça dont je parle quand je dis "contraception définitive".

      Supprimer
    5. Val Làô sur la Colline28/1/16

      Fabignou oui c'est vrai, quand mon homme l'a dit à ses potes, ils se sont tous tournés vers moi genre "ouah, ça c'est une sacrée preuve d'amour !" comme s'il m'avait fait cadeau de son prépuce ou genre, alors que bon, c'est plutôt du féminisme non ? Pour moi, sa plus belle preuve d'amour, c'est quand il m'a demandée en mariage après 15 ans de vie commune, alors que je déprimais à l'approche de mes 40 ans, pour me dire qu'il s'en tape, de mon âge, et qu'il m'aime autant que quand j'avais 25 ans (putain c'est trop beau).
      40 ans, oui, ça me semble la bonne limite plancher. Quand mon homme me l'a proposé il en avait 34, je trouvais ça trop jeune (je crois que j'espérais - ah non, que je voulais - un 3e enfant), on l'a fait (heu... il l'a fait !) je crois quand il a eu 40 ou 41 ans. Je te le souhaite, vraiment, c'est, je me répète, une liberté incroyable.

      Supprimer
  12. Val Làô sur la Colline26/1/16

    Tu devrais laisser les hommes lire ton billet. ILS DOIVENT SAVOIR.
    Et aussi, ils doivent savoir la galère que peut être la contraception pour nous, puisque c'est aussi de ça qu'on parle. Ou on en parle dans un autre billet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE26/1/16

      Bravo Val, pour ce mot, qui résume bien ce que nous savons toutes : rares sont les hommes qui disent "notre" contraception. La majorité pense que c'est une histoire de femmes. Bravo à vous deux.

      Supprimer
    2. Bien sûr qu'on parle aussi de contraception. Et de ses difficultés, ses enjeux, son coût... C'est toujours une histoire de femmes, malheureusement.

      Supprimer
    3. Val Làô sur la Colline28/1/16

      Merci les filles.
      Je vous embrasse

      Supprimer
  13. Je suis anti-coupe menstruelle. Et je le dis pas trop parce que c'est tellement fashion d'avoir un truc en plastoc à paillettes dans la foufounette une fois par mois que quand t'en as pas, c'est le top de la ringardise. En ce qui me concerne, j'ai peur de la ventouse, et puis quand on n'a pas de robinet pour la rincer à proximité de ses chiottes, on en fout partout, et puis comment on peut être sûre de ne pas tacher son jean ??? Bref bref.

    Mes règles sont un enfer à part ça. J'ai l'impression, tous les mois, de jouer à la roue de la fortune et de tomber à chaque fois sur un souci de santé annexe différent. Nausées, problèmes de transit, lumbago, migraine à vouloir s'arracher la tête et ce mois-ci, ç'a été l'épisode dépressif avec crise d'angoisse. J'ai l'impression que la Sainte-Nature, cette sorcière, me punit de ne pas me reproduire.

    Dans tous les cas, tu as raison d'en parler. Y a toujours ce putain de tabou autour de la mauvaise période du mois. Perso, il faut régulièrement que j'en parle pour justifier ces fameux soucis annexes (ah, la fois où j'ai eu un étourdissement au boulot, c'était si beau) ou pour expliquer pourquoi je mords les gens.

    Plein de bisous et courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je porte la cup mais je me sens pas hyper à la mode pour autant...bon elle est pas à paillettes c'est peut être pour ça ! ;)

      Supprimer
    2. Le Syndrôme Pré Menstruel n'est pas une vue de l'esprit, je peux te dire que je viens de m'en rendre compte. Sinon, comment expliquer ces crises de larmes et de hargne mêlée ?!

      Supprimer
  14. Chris (aka Paquita Chocolatera)26/1/16

    Galérienne des règles à l'adolescence, des années sous pilule et même sous micro-pilule (celle que si tu loupes l'heure de prise à 5mn tu prends un risque), puis une ligature des trompes car ne supportant (physiologiquement et psychologiquement) plus la pilule et pas moyen de me poser un stérilet. Puis désordre des règles à cause de la pré-ménopause et d'une endométriose. Résection de l'endomètre. Plus de règles mais est-ce la ménopause ou de ne plus avoir d'endomètre ? Je n'en sais rien mais quel bonheur de ne plus souffrir d'hémorragies !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah dis donc, ton parcours est costaud aussi...

      Supprimer
  15. agdel26/1/16

    Je suis en pleine réflexion… depuis 4 ans, hormones tout à coup mal supportées, j'ai pris la décision d'une ligature et les médecins (hommes, of course) ont tout fait pour m'en dissuader (vous êtes encore jeune, on ne sait pas ce qui peut arriver), heu… vraiment ? Un divorce (Alors que tout va très bien avec Monsieur, merci), puis une rencontre et une envie de bébé à 46 ans avec déjà 3 ados, des soucis de santé et un sommeil problématique ?
    Du coup, je suis passée par Mirena (catastrophe), micro-pilule (bien pendant 9 mois puis re-catastrophe), autres hormones (OK pendant… 3 mois), j'avoue que ça m'arrange de ne plus avoir de règles mais pour le reste… sécheresse, seins douloureux à pleurer. Alors je ne sais plus trop, je retourne en parler avec ma gynéco le mois prochain. Côté protections périodiques, en revanche, je suis parée et au top : j'ai deux filles ados, ce sont elles qui galèrent en ce moment, alors ça va, je me tiens au courant des nouveautés ! (et je lave draps ou pantalons en cas d'accident)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais change de médecin ! Moi aussi ma gynéco (une femme donc) m'a sorti tout cette connerie de procréation et bla bla bla.
      J'ai changé de médecin et en ai trouvé une qui comprend quand je dis "J'ai 44 ans, si j'avais voulu un autre enfant, ça fait belle lurette que je l'aurais fait !"

      Phrase que je pouvais déjà prononcer à 35 d'ailleurs.

      C'est dingue d'avoir des praticiens aussi peu psychologues et butés.

      Supprimer
  16. Je t'avoue que là, je suis enceinte et bien contente d'être tranquille pour encore quelques mois... Mais par contre... Qu'est ce que j'appréhende leur retour!

    RépondreSupprimer
  17. je supportais plus les hormones, ni la pilule et encore moins le sterilet mirena que j'ai vite fait enlever, quelle m**** ce truc ! bien je suis désolée mais je vais prononcer un des mots que tu ne voulais pas entendre, mais la cup c'est trop bien !je ne la vide qu'une fois toutes les 12h, tu ne te poses jamais de questions sur est-ce que j'ai assez de protections à la maison, ça dire des années, j'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE26/1/16

      Oui, Julia, mais c'est valable pour les femmes qui n'ont pas de règles très abondantes. Dans mon cas, il aurait fallu que je vide la cup toutes les 1/2 heures le premier jour.
      Une de mes copines portait un protège-slip pendant trois jours (elle le changeait, je vous rassure !) et ça suffisait. Moi, c'était du super super épais, à changer toutes les heures.

      Supprimer
    2. Je ne suis pas d'accord ... J'ai des règles hémorragiques et la cup a changé ma vie ... La cup et son effet ventouse qui empêche les fuites... Ca fait presque 10 ans et tous les mois je me réjouis !! Je n'ai pas acheté de protections (ou de garnitures!!) depuis des années ... Le bonheur !

      Supprimer
    3. DOMINIQUE26/1/16

      Tu vois, Isa, je n'aurais pas cru. J'avoue que la cup n'existait pas, ou du moins je n'en avais pas connaissance, quand j'aurais pu l'employer. Je crois que j'aurais essayé.
      Mais bon, je préfère la ménopause, c'est plus radical !!!

      Supprimer
    4. Moi aussi cup (enfin, avant la pose du Mirena il y a 2 ans). Règles douloureuses et TRES abondantes. Genre à vider la cup toutes les 2-3 heures sur la pire journée. Et de toutes façon, toujours avec une protection en plus : trop de risque de fuite. Ca m'a gavé à un moment, j'ai repris le classique, à savoir, tampon et protège slip. Ouais ben je suis revenue à la cup en moins d'une journée. Parce que changer de tampon suer plus toutes les 45 min -1 heure, ce n'est pas tenable... Donc, en ce qui me concerne, la cup m'a sauvé la vie, en fait...

      Supprimer
    5. Ben moi je veux pas mettre un truc comme ça dans ma wouachacha. Déjà que je renverse mon café du matin un jour sur deux...

      Supprimer
    6. @DOMINIQUE : Je suis très contente de ma cup ... mais je crois que je préférerai la ménopause !!!

      Supprimer
  18. Smouik26/1/16

    Est-ce que tu sais combien de temps il faut à une femme qui a ses règles pour changer une ampoule ?
    - EH BIEN CA PRENDRA LE TEMPS QU'IL FAUDRA !!!

    (je l'adore celle-là)
    Allez, courage, on est toutes avec toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'adore, elle est pile pour moi en ce moment !

      Supprimer
    2. Eva au Chocolat27/1/16

      :D

      Supprimer
  19. Anonyme26/1/16

    Smouik,j'adore !
    sterenn

    RépondreSupprimer
  20. Anonyme26/1/16

    Pffff, quelle galère ces règles...pilule pendant des années puis Mirena qui m'a détraquée...infections à répétitions, sécheresse intense, bref, du pur bonheur..Comme je ne voulais plus ni enfant ni règles, j'ai passé par la case ligature des trompes et les règles étaient toujours là.. j'ai aussi fait la résection de l'endomètre qui n'a servi à rien..Maintenant, je prends du tamoxifène (anti-oestrogène) qui était ENFIN censé me mettre en ménopause..Ben...Que dalle !!! et j'en ai marre, mais t'imagines même pas à quel point ! Heureusement, je ne connais pas les douleurs et saignements intenses, mais franchement quelle période détestable. Courage, ca va finir par passer :-) Corinne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, la ligature des trompes n'empêche pas les règles, rien à voir ;-)
      Moi je veux pas prendre de trucs qui me mettent en ménopause, je voudrais juste que tout ça se passe le mieux possible...

      Supprimer
  21. bon si je dis le mot cup ça compte pas du coup hein ma blonde ? (et en plus je cumule les deux méthodes interdites, tu voudras plus jamais de moi par ici pas vrai ?)
    Mais je vais pas aller te dire de porter ce que tu n'as pas envie de porter, même si moi ça me convient.
    En tout cas, cup ou flux instinctif, mes règles, elles me font ch*** grave, j'en peux plus. Sauf que j'aimerais des enfants, un jour, alors ta solution, c'est pas pour moi...mais vraiment, je me demande comment un truc aussi naturel peut être aussi relou, vraiment. Voilà, je suis énervée. (bon c'est ma semaine avant, je suis un peu nerveuse, avant)(un peu).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que je me demande surtout, c'est si c'est une histoire de civilisation ou de culture... Comment ça se passe dans les autres pays ? En Afrique, en Amazonie ou au Groenland ?
      On vit ça mal parce que c'est tabou dans nos sociétés ou est-ce partout pareil ?

      Supprimer
    2. DOMINIQUE27/1/16

      Je crois que ça coince un peu partout, cette histoire. D'une parce que pendant les règles, les hommes ne peuvent pas trop aller jouer dans la salle de bal, d'autre part le sang fait peur. Enfin, la femme ne peut concevoir pendant les règles, cela ajoute à l'interdit.
      En pays arabe c'est top secret. Ailleurs, je ne sais pas. Mais c'est encore une affaire strictement féminine.
      Ah, au fait, le délai de réflexion de 7 jours qu'on imposait aux femmes qui voulaient avorter est levé. Comme si elles étaient suffisamment sottes pour avoir besoin, une fois la décision prise, de 7 jours supplémentaires pour être sûres de leur geste.

      Supprimer
    3. Une sacrément bonne nouvelle.

      Supprimer
    4. Oui c'est sûr, c'est tout de même un problème culturel. On l'oublie souvent. Perso je vis ça mal parce que j'ai mal (à cause du stérilet, avant j'a-do-rais mes règles)(j’exagère presque pas), parce qu'elles sont longues (à cause du stérilet), parce que j'ai un gros spm. Bref. Dans les pays où effectivement la contraception se pose moins (car, en tout cas pour moi du moins, c'est de là d'où vient le problème), peut être que les règles pèsent bien. Je ne sais pas...

      Supprimer
  22. En pensant à la contraception que la plupart des femmes assurent seules ...
    et des pères (ou mères) la morale ed gynécos, je ne sais pas si vous connaissez le site "Gyn&co, liste des soignantEs féministes" (gynéco, sage-femme, généralistes ...): pour trouver des soignants qui ne sont pas dans le jugement !!! C'est mon corps, c'est mon choix!!! On en parle ou pas ? ça y est, j'ai l'impression d'être devenue la réincarnation de ma mère, féministe s'il en était !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça que j'ai changé de gynéco. Ras-le-bol de voir quelqu'un qui ne m'écoutait pas.
      Au bout de 24 ans, je me suis tirée.

      Supprimer
  23. Fredauboulot26/1/16

    J'ai fait faire une ligature par méthode Essure il y a 2 ans 1/2. Je ne voulais plus d'hormones non plus. J'avais aussi peur du retour des vraies règles, même si je n'ai jamais atteint ton niveau, mais en fait, c'est plutôt normal et même un peu moins abondant. Avec des cycles plus courts par contre.
    Et sinon, j'ai toujours mis des tampons sans problème de choc toxique, mais maintenant je prends des bio. ;) Et j'ai essayé la cup, mais ça fuite chez moi.
    Courage pour la suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est la même méthode que j'envisage. Je me donne encore quelques mois pour y réfléchir.

      Supprimer
    2. Anonyme27/1/16

      A savoir : tu auras de toutes façons un délai de 4 mois de réflexion entre la première consultation et l'intervention.

      Supprimer
    3. Oui, on a déjà enregistré la première date donc le délai court déjà ;-)

      Supprimer
  24. Très intéressant pour moi le sujet, j'ai appris beaucoup de choses que je ne soupçonnais même pas "la cup" ???
    Il faut dire que ces emmerdements mensuels m'ont quittés il y a une vingtaine d'années, et oui......... et pas mécontente.
    Après être passée par la période stérilet où je faisais de l'anémie, la période ligatures des trompes , et pour finir par le traitement à base d'hormones pendant 7 ans qu'on m'a dit d'arrêter d'un seul coup car il pouvait favoriser certains cancers
    Quand je vois ma petite fille 23 ans se tordre sur le divan, je dis merci de nous avoir collé tout ça, à nous faibles femmes !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça s'est bien passé l'arrêt des hormones ?

      Supprimer
  25. Je compatis, une vraie poisse ces règles...
    Bisous

    RépondreSupprimer
  26. Eva au Chocolat27/1/16

    Je compatis, vraiment...

    Moi aussi, j'en arrive à un moment où je fais une overdose d'hormones et de cocktails chimiques. D'autant que je suis certaine que la pilule que je prends joue à fond sur ma libido (en plus de mes deux encants et de nos vies de dingues, je veux dire), et ça je trouve qu'on en parle peu...

    Mon mari m'a alors proposé de subir une vasectomie pour que je n'aie plus à m'enfiler toutes ces cochonneries (je suis encore un poil trop jeune pour envisager moi-même une sterilisation selon les médecins). Il est vraiment sûr de lui à 100%, et j'avoue que cette proposition m'a vraiment touchée...

    Suite au prochain numéro!

    Jolie Blonde, je te souhaite de trouver ta voie, avec ou sans cup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un bon gars ton gars.

      Supprimer
    2. Val Làô sur la Colline28/1/16

      Oui Eva, lis plus haut ce que j'en dis. Et oui, tu as raison, c'est touchant de recevoir cette proposition, en même temps on est con hein : est-ce qu'ils se sont pâmés tous les soirs de nous voir prendre nos hormones ?!!

      Supprimer
    3. Eva au Chocolat29/1/16

      Bien vrai, Val! ;)

      Supprimer
  27. Question contraception, j'ai opté pour Essure il y a deux ans (marre des hormones, des stérilet qui se font la malle, de la libido en berne, des migraines et des problèmes circulatoires...). Opération rondement menée sans anésthesie mais sous hypnose, avec un gynécologue génial, la seule contrainte étant qu'il faut attendre l'échographie 3 mois après pour avoir le feu vert.
    Évidemment, ça ne résoud pas le problème des règles (mais ca libère l'esprit !). Pour moi, c'est désormais régulier, intense mais court (3 jours costauds), et les migraines sont beaucoup plus ciblées dans le temps. J'ai utilisé beaucoup de tampons XXL, mais l'allergie que je suis en train de me coller (pas dûe aux tampons a priori) me fait réfléchir sérieusement à la cup...
    Bon courage madame la Blonde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est Essure aussi que j'envisage. En revanche, le coup de l'hypnose, ça me ferait un peu flipper ;-)

      Supprimer
    2. Vraiment pas de quoi flipper... ça dure 10 mn, ça fait pas vraiment mal, et tu as une gentille dame qui te raconte des balades en bord de mer pour détourner ton attention... Voilà, c'est ça, plutôt de la diversion que de l'hypnose ! Et ça évite tout de même une anesthésie générale...

      Supprimer
    3. Anonyme30/1/16

      Je l'ai fait sans anesthésie à proprement parler, j'ai juste pris un gros anti-douleur avant, et franchement ce n'était pas grand-chose ; un petit pincement au moment de la pose des ressorts, c'est tout. A mon sens pas la peine de faire ça sous anesthésie générale, sauf si vraiment tu ne supportes pas l'idée de rester éveillée pendant.

      Supprimer
    4. Racinette3/2/16

      Tout pareil. Pas d'anesthésie générale. Même pas d'anti-douleur. En fait, la douleur correspond aux contractions de l'utérus pendant les règles. Ni plus, ni moins (enfin pour moi). En plus, j'ai pu suivre sur l'écran le travail des gynécos, en direct live ! Rentrée le matin, sortie à midi. En classe le lendemain. Aucun effet secondaire. Fantastique. J'ai passé une radio trois mois plus tard pour voir si les ressorts étaient bien à leur place et voilà. Je conseille vraiment cette méthode-là.

      Supprimer
  28. Je viens de me reconnaitre dans plusieurs témoignages :-) En tout cas, à 47 ans et mon 2ème Mirena en place, je savoure le bonheur de ne plus avoir de règles. Elles étaient abondantes, douloureuses, longues, je les ai eu juste avant mes 11 ans, ça m'a traumatisée plusieurs années.
    Qu'est ce que j'ai été malheureuse, encore une enfant, avec tout ce sang, ces serviettes puis très rapidement tampons à changer tout le temps, les accidents inévitables. bref (Et sans parler des migraines et des vertiges, encore). La pilule avait été une première délivrance, en ce sens que le flux était normal et ne durait pas 8 jours, mais le Mirena m'a sauvée de tout. Je me suis posé la question par rapport aux hormones, mais pour rien au monde je ne reviendrai à l'enfer précédent.
    Maintenant, pour rejoindre plusieurs d'entre vous, avec une fille de 15 ans,la question va forcément arriver prochainement sur le tapis, ce qui n'est pas forcément rassurant...
    Bon courage la Blonde, et j'espère que tu vas trouver la solution qui te convient...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, juste avant mes 11 ans. La galère en CM2, quand tu loupes une partie de la récré pour aller gérer l'affaire...
      J'ai été très satisfaite du Miréna pendant des années mais là, je suis contente de ne plus l'avoir.
      On verra bien.

      Supprimer
  29. Sous stérilet et tout se passe bien, à part que je ne peux plus utiliser ma cup chérie (en France les gynéco déconseillent, alors que dans les pays du nord pas du tout.. va comprendre Ginette), ma gynéco m'a prescrit "au cas où" un médicament anti hémorragique. En cas de chute du niagara, il parait que c'est très efficace... Je ne connaissais pas cela avant... Mais pour celles qui ont des problèmes à ce niveau là, peut-être voir avec votre gygy.

    RépondreSupprimer
  30. Emilie28/1/16

    Le sujet est peut-être tabou mais qu'est-ce qu'il fait parler/écrire ! Pilule arrêtée il y a longtemps de mon côté, parce que je ne voulais plus de ces hormones et que ça jouait clairement sur ma libido. Grand sentiment de libération de ne plus avoir à prendre ce truc tous les soirs, et passage aux préservatifs comme mode de contraception. Le stérilet, je ne l'ai jamais envisagé, je suis certaine que mon corps l'aurait rejeté. En tout cas j'ai appris des choses ici, je n'avais jamais entendu parler du "flux instinctif" mais ça ne me tente pas du tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux dire que Blonde paresseuse serait d'utilité publique ? ;-)

      Supprimer
  31. Emilie5/2/16

    Mais oui, c'est exactement ça ! Et plus encore. :)

    RépondreSupprimer
  32. Je peux dire "cup" alors :) Ce mot n'est pas classé dans les tabous :)))

    RépondreSupprimer
  33. bobette2/3/16

    J'avais essayé de commenter mais mon ordi buggait donc je recommence: J'ai arrêté la pilule il y a 10 ans, depuis les préservatifs sont nos amis. J'avais opté pour Essure mais ma gynéco ne le pose que sous anesthésie générale, déconseillée pour moi pour l'instant. Les commentaires concernant la pose sont très intéressants.
    J'avais des règles très abondantes, vraiment douloureuses et c'est l'homéopathie qui m'a aidée. tout n'est pas parfait (bonjour les sueurs nocturnes) mais je morfle moins...et l'affaire pense en trois petits jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien cette idée d'homéopathie... Je vais creuser le sujet !

      Supprimer