9 mars 2015

L'hésitation du 8 mars



Parfois, j'ai un avis assez tranché sur certaines choses. On ne doit jamais couper sa salade avec un couteau, je mange toujours ma viande ou mon poisson avec les légumes en même temps, passé 23 ans et demi, il me semble qu'on est toujours un peu mieux avec un soupçon de makeup et avant 17 ans, ça ne me parait pas franchement nécessaire (mais bon, j'ai pas de filles à qui faire la guerre non plus).


Et parfois, je ne sais pas quoi penser. 
Prenons la Journée Internationale des Droits des Femmes. Hier donc... Mes fils d'actu Facebook et Twitter étaient changeants, plein de tout et de son contraire. Des offres promo sur du maquillage, de la lingerie, des sacs à mains, les attributs féminins par excellence dans une société qui se complaît à nous maintenir, Mesdames, dans deux rôles au choix : maman ou putain. Une société dans laquelle je vis et dans laquelle je me reconnais malgré tout... J'aime le maquillage, la lingerie et les sacs à main parce que je me sens belle et que j'ai envie de lui plaire. Lui, l'Homme. Le mien, le vendeur de cigarettes, le jeune type qui charge les courses dans mon coffre au drive. Je ne parle pas de plaire "sexuellement" ou "amoureusement" (enfin pour le premier, si), mais séduire par ce côté fragile de la femme, en jouer aussi.



Et de l'autre côté, il y avait un tas de dénonciations sur le fait que NON, c'est pas ça la Journée Internationale des Droits des Femmes. Ah oui, parce que ce n'est pas la "Journée de la Femme", c'est la journée des DROITS. Cette journée est là pour rappeler que dans le monde, il y a des milliards de femmes qui n'ont aucun droit parce que justement, elles sont des femmes. Brutalisées, violées, sans droits civiques,  excisées, maltraitées, soumises car considérées tellement inférieures.

by Klaire qui fait Grr

Bien entendu, je suis pour qu'on se rappelle la chance que nous avons de vivre dans une société où même si tout n'est pas rose poudré, même si les inégalités subsistent, on est quand même mieux loties que bien d'autres nanas sur Terre. Bien entendu, cela ne me laisse pas indifférente.

Pour autant, je ne suis pas persuadée être féministe dans l'âme et encore moins dans les faits. J'aime la galanterie, j'aime me blottir dans les bras d'un homme, ça ne me dérange pas qu'on m'ouvre la porte, qu'on m'invite au resto (même si je le fais aussi), qu'on m'aide à monter ma valise dans le casier à bagage du TGV, j'aime me sentir protégée, je ne suis pas forte, je ne suis pas militante non plus
En revanche, ma sœur et moi avons été élevées par Maman avec un seul objectif : quoi que nous fassions, il fallait qu'on soient indépendantes, que nous puissions nous assumer seules, quel que soit le contexte. Ne pas dépendre financièrement d'un homme pour demeurer libres de nos choix. On l'a fait, je crois.

Alors je ne sais pas quoi penser. J'ai pas envie de prendre partie pour l'une ou l'autre version du 8 mars. 

Je ne veux pas acheter un truc avec une remise sous prétexte que... 
Je ne veux pas non plus baver sur tout ça. 
Je ne veux pas partager des petites phrases du genre "Pourquoi seulement une journée ? Ça devrait être tous les jours !..." et autres poncifs démago qui me saoulent. Oui, bien entendu, ça devrait être tous les jours, mais ce ne sera jamais le cas, en tout cas pas de mon vivant. Même si on met en exergue dans des magazines des exemples de mecs qui partagent toutes les tâches ménagères, c'est une minorité. Des papas modèles qui torchent les chiards et prennent un congé parental pendant que Maman retourne gagner la croûte familiale, c'est une minorité.

Nous vivons, ici, dans une société patriarcale ayant pour fondement une morale judéo-chrétienne qui depuis deux mille et quelques années a fait de la Femme un truc mineur. Mais je vis dans cette société et je ne m'y sens pas si mal tout en ayant bien conscience que je fais partie des privilégiées. J'ai un travail, je vis dans une ville de Province sans trop d'histoires, dans un quartier où je n'ai pas peur de sortir mes poubelles la nuit, j'ai le droit de voter, de conduire, de me maquiller, de m'habiller comme je l'entends, j'ai le droit de m'exprimer, de prendre des décisions sans personne, j'ai le droit d'avorter. 

D'autres ont eu le courage de se battre pour ça et je les en remercie. Je ne sais pas si j'en aurais été capable.

Alors je ne sais pas quoi penser. Je suis tout à la fois, maman, working-girl, femme de ménage, militante en mousse, révoltée de comptoir, salope et soumise aussi quand ça m'arrange...

Hier, le 8 mars, en faisant mon repassage après avoir rangé mes courses (youpi, le drive est ouvert le dimanche matin !), j'ai pensé à celles qui se sont battues pour les Droits des Femmes, pour mes droits, qui se battent encore ailleurs dans d'autres pays, d'autres continents. Je les ai remerciées, je les admire.

Après, en me grattant les couilles à travers mon jogging, vautrée sur mon canapé avec une bière à la main, je me suis tâtée pour acheter un nouvel aspirateur parce que la livraison en Chronopost était gratuite justement hier, le 8 mars...


53 commentaires:

  1. J'ai eu la même maman que toi:elle m'a toujours dit que le plus important pour une femme est d'être indépendante financièrement.
    Je m'évertue à l'être même si, dans la région ou j'habite, et malgré mon salaire décent, je ne pourrai prétendre louer qu'un studio et, si je voulais acheter, on me refuserait probablement mon prêt!
    J'ai un mari (très chiant pour plein de trucs mais c'est une autre histoire) qui fait plus le ménage et la vaisselle que moi; je ne trouve pas cela "exceptionnel" parce que ça a toujours été le cas mais je sais que c'est une chance comparé à certaines de mes copines qui cumulent, boulot,ménage,RER,enfants,courses et ont l'impression de s'être oubliées totalement en route !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu nous le prêtes ton z'homme ? ;-)

      Supprimer
  2. Je te rejoins sur ton hésitation, j'oscille entre les deux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On monte un club de Bidibulles ?

      Supprimer
    2. Oooooh, je ne suis donc pas la seule à me souvenir des Bidibulles ? A chaque fois que j'en parle (même à quelqu'un de ma génération), on me regarde comme si j'avais pas la lumière dans toutes les pièces !!

      Supprimer
    3. Mais comment peut-on ne pas connaitre les Bidibulles ?!

      Supprimer
  3. Je suis féministe.

    TADAM tssss… (c'était la p'tite batterie, comme dans les dessins animés quand un personnage fait une déclaration qui tue)

    Je suis féministe parce que le jour où je trouverai un travail, il y a des chances que mon salaire soit moins élevé que si j'avais été un homme. En plus — bon, j'ai 35 ans le mois prochain, je ne serai bientôt plus concernée — on me discriminera en me demandant si je "compte tomber enceinte". Parce que le congé maternité, c'est boulet quand il faut "payer ces bonnes femmes pendant qu'elles pondent".

    Je suis féministe parce que ça me met en boule ces produits "spécial femme" vendus chez Carrouf', genre le gel à raser à la fraise, les stabilo de forme "plus féminine" (oué, en forme de tube de crème de bôté, trololo), etc. qui d'une ont les mêmes ingrédients que les produits classiques et de deux sont vendus plus chers parce qu'ils sont ROSES. Avec des paillettes, des princesses, et compagnie. Mais fuck. Déjà que les serviettes hygiéniques et assimilés sont vendus à des prix défiant toute concurrences… on appelle ça la Woman-tax. Ou la "taxe rose" en français ben d'chez nous. Sérieux. Les commerciaux, allez vous faire ramoner le puits de pétrole chez les Nazgûl.

    Je suis féministe parce que si Zeus, Bouddha ou autre force intersidérale m'octroie le fait d'avoir une fille, on la stigmatisera si elle n'aime pas les princesses, les poneys, le rose, les paillettes ou les poupées Barbie et si elle préfère les pirates et les bagnoles. Cela étant, si j'ai un garçon, le contraire sera valable. La culture genrée, c'est de la merde.

    Je suis féministe parce que je pense que Kate Moss ou la pétasse à poil sur sa boule de chantier "I'm on a wrecking baaaaaaaaaaaaaaall" ne sont pas des modèles pour nos filles ou nos petites sœurs. Une femme n'a pas à puer l'attraction sexuelle à plein nez et à jouer uniquement sur son apparence pour exister.

    Je suis féministe parce que quand Justin Bieber insulte une de ses fans un peu enrobée en la traitant de "baleine blanche échouée", ça me fout en l'air. En même temps, c'est Justin Bieber. Donc un trou duc' qui fait que de la bouse et qui en plus s'est tapé la femme d'Orlando Bloom. Quelle faute de goût.

    Bien sûr, dans ton article, tu n'as pas entièrement tort… Cela dit, dans notre société actuelle, y a des choses qui m'énervent. Quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aurélie9/3/15

      OUAI Lilou!!! D'accord à 100%!!!!!!!!!!

      Supprimer
    2. Reine9/3/15

      Tellement bien dit Lilou!!!

      Supprimer
    3. Ah ouais, les stabilos pour filles, ça m'avait doucement fait rigoler. Ou plutôt, pas compris. Pas vu l'intérêt, je me suis dit "Mais quelle foutaise !"
      Je suis globalement assez d'accord sur tout. Tu crois que je suis féministe finalement ?

      Supprimer
  4. Véro Bisontine9/3/15

    Je suis en tout point d'accord avec toi Armelle.
    Hier, à la radio (l'émission d'Alessandra Sublet sur Europe1), il était question de la journée de la femme (avec plein de minauderies, jacasseries et pouffades de rire) et je m'énervais toute seule au volant en pensant qu'il était plutôt question des droits de la femme, le 8 mars.
    Bien sûr, il reste encore plein de domaines où la place de la femme n'est pas assez reconnue et il faut continuer de se battre pour ça, mais voyons quand même un progrès par rapport à ce que nos mères ont vécu (la mienne m'a également toujours encouragé à faire des études pour avoir un métier et une indépendance (ce qu'elle n'a pas pu obtenir)) et je lui dis un grand merci pour ça (entre autres).
    Et pis le droit de vote, d'avoir un compte bancaire à soi, d'avorter, etc...ce sont tous ces points là que j'ai eu envie de célébrer hier, et pas le fait de pouvoir acheter une crème Nuxe avec les frais de port gratuits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, j'ai eu envie de fêter nos Droits. Alors, comme j'étais toute seule, je me suis mangé une crêpe. C'était bien comme célébration.

      Supprimer
  5. Je suis dans une hésitation similaire.
    A la fois, cette journée ne rime à rien et à la fois, ça me fait sourire de voir les hommes essayer d'être "différents" ce jour là.
    Je suis comme toi et j'assume mon côté féminin, même les (peut-être) pires aspects (les films à l'eau de rose, les gadgets de ménage, la larme à l’œil éclair, l'empathie excessive). Je sais aussi toutes les puissances que ma nature me confère.
    Je sais que je peux vivre seule, m'assumer seule, me battre seule. Je n'ai pas peur de tout cela. Parfois même j'aspire à tout cela
    Mais j'aime les bras de mon mari, j'aime m'abandonner complètement dans sa sécurité. J'aime sa force, son absence de doutes, son autre point de vue.
    J'en ai parfois marre du rôle de femme forte que l'on se croit obliger d'afficher. Nous sommes fortes quand il le faut.
    Hier j'ai envoyé un message à ma fille pour ce 8 mars. Parce que c'était l'occasion. L'occasion de lui dire qu'elle était un précieux bout de femme et qu'elle devait se souvenir qu'une femme n'est ni supérieure ni inférieure à quiconque. Qu'elle ne devrait pas avoir besoin de se jauger aux autres, de se comparer aux autres pour exister. Il y a des femmes qui s'épanouissent en mère au foyer et je les admire. Il y a des femmes qui se découvrent en working girl, en combattantes et je les admire.
    Je ne suis pas "elles" mais je me sens fière d'appartenir à cette diversité.
    C'est pas clair par écrit. Avec mes 40 années, ça devient plus clair en moi.
    Merci en tout cas pour cet article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben moi je trouve que c'est assez clair ce que tu dis...

      Supprimer
  6. Coucou,
    Les idées que tu as couchées sur le papier (si je puis dire), se balladent en bordel total dans ma tête ces derniers jours.
    Merci d'avoir exprimé clairement tout ce que je ressens en tant que femme, que ce soit le 8 mars ou les 364 autres jours dans l'année.
    Bravo !
    bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton écran est en papier ? Tu lis le blog sur un paper-board ? Mais c'est génial !
      ;-)

      Supprimer
  7. Smouik9/3/15

    Mais... mais... mais... Depuis quand être féministe est-il incompatible avec la féminité et la différence assumée de n'être pas un homme et d'avoir envie/besoin d'eux ? Est-ce que parce que les hommes prétendent diriger le monde qu'ils n'ont plus besoin/envie de nous ? (et à mon sens, ils ont beaucoup plus besoin de nous que l'inverse... hihi). Je crois surtout qu'il faut jeter aux orties cette représentation totalement fausse que les hommes ont fait des féministes pour mieux les ridiculiser. Être féministe ne signifie pas nécessairement être une FEMEN ou autre suffragette. Bien sûr, le discours ou le débat peut parfois devenir musclé mais il faut bien reconnaître que personne ne nous facilite le travail, à commencer par les politiques eux-mêmes ("et qui va s'occuper des enfants ?...") ou les médias (merci d'avoir souligné que la plupart ont commencé par confondre journée des "droits" de la femme avec journée de la femme...). Et tant qu'il y aura besoin d'une journée pour ça, c'est que oui, y a encore du boulot et partout dans le monde, même si on peut se considérer (thank God) parmi les mieux loties... Allez, haut les cœurs les filles, on a du pain sur la planche, en attendant, merci d'être ce que vous êtes, c'est-à-dire formidables !
    Et tiens, cadeau : http://www.elle.fr/Beaute/News-beaute/Make-up/PenseeQuiRendBelle-la-video-de-Dove-pour-enfin-s-aimer-2919626

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Isathé9/3/15

      Tout à fait d'accord avec toi, Smouik, je ne vois pas de contradiction entre le féminisme et la féminité, même si le discours dominant (masculin !) les oppose constamment. C'est pour nous embrouiller, et ça marche !!! :-)

      Supprimer
    2. Reine9/3/15

      Exactement , Isathé, c'est pour nous embrouiller!!! .Diviser et opposer pour mieux régner.....

      Supprimer
    3. Merci Smouik, elle est tellement vrai cette vidéo...
      Allez, un petit partage aussi : https://www.youtube.com/watch?v=XjJQBjWYDTs
      Bonne journée à toutes mesdames !

      Supprimer
    4. Smouik, inutile de te dire que COMME A CHAQUE FOIS, tu sais trop bien dire les choses....
      Et inutile aussi de te dire que j'ai chialé en regardant la vidéo (merci le compositeur de musique en plus qui te colle des petites notes de piano qui vont bien). Je m'en vais partager ce truc parce que c'est vrai que c'est d'une violence inouïe...

      Et Murmur, oui, j'avais déjà vu celle-ci... Edifiant.

      Supprimer
  8. Je suis féministe et engagée...
    Féministe même si je n'aime pas ce mot qui nous colle dans une boîte et qui est trop souvent réducteur, mal interprété et synonyme d'extrémiste.
    Je suis féministe car j'ai conscience que les droits que nous avons aujourd'hui ne sont pas tombés du ciel et que des femmes se sont battues pour qu'aujourd'hui je papillonne plus librement...
    Je suis féministe et j'adoooore les trucs de filles, j'aime cuisiner, entretenir mon petit cocon, regarder des films à l'eau de rose qui me tirent la larmichette, j'aime être féminine, la galanterie, me sentir en sécurité et protégée dans les bras d'un homme et les petits coups de pouce pour porter les courses... Tout ça tout ça, quoi !
    Je suis féministe car des femmes ouvrières se sont soulevées dans les années 1850 pour défendre leurs droits. En 1917, cette date symbolique du 8 Mars est née suite à la grève d'ouvrières à St Petersbourg.
    Je suis féministe car même si grâce à elles le droit des femmes a largement progressé, il reste encore des domaines où l'équité est loin d'être acquise, dans le monde et en France également. Alors, même si je ne suis pas directement concernée par ces domaines, même si j'ai la chance de vivre dans un pays occidentale et dans mon petit confort, je suis féministe pour pouvoir transmettre à mes 2 filles ce que ma mère, mes grands-mères et mes tantes (et indirectement toutes ces femmes qui ont eu le courage de se battre pour leurs droits et les nôtres) m'ont transmis et pour pouvoir, à mon échelle, leur apporter, ainsi qu'à d'autres femmes un peu plus... Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reine9/3/15

      Total raccord avec Marilou. J'ai défilé hier, main dans la main avec le Chéri, parce que je crois au contraire que c'est important de montrer que la lutte n'est pas finie. Même si comme vous , je suis une privilégiée vivant dans une société privilégiée, il faut se rappeler que tout ce que nous avons aujourd'hui, nous le devons à des femmes qui ne se sont pas contenté de dire "mais oui, finalement, on est mieux loties que nos mères" .
      Je vous rappelle que la différence salariale est de - 25% pour les femmes à qualifications égales dans notre pays , et si être féministe c'est vouloir qu'on me (et mes filles, amies, etc....) traite à égalité professionnelle avec les hommes, alors je me sens totalement féministe.
      Depuis l'âge de 17 ans je vis en couple,j'ai un fils, et beaucoup d'amis hommes, pas de souci, et moi aussi j'aime me maquiller, jouer à la fifille....mais il n'est pas question que quiconque , homme ou femme, me dise ce que je dois faire de ma vie, ...
      Ce matin , une info qui m'a donné envie de vomir réellement et de pleurer : hier pour célébrer la journée des Droits de la Femme , le Daesh , qui a rétabli l'esclavage pour les "infidèles" ( d'après eux, c'est conforme à la Charia!!!) a fait une vente "spéciale Femmes" : une petite fille de 10 ans , ça vaut 138 euros , mais une femme de 50 , 35 euros....

      Supprimer
    2. Féminine et féministe... Smouik, Marilou, vous êtes dans le vrai.

      Reine, merci pour ton sms, c'est aussi toi qui m'as donné envie d'écrire ce billet.

      Supprimer
  9. DOMINIQUE9/3/15

    Poussin, je rejoins Smouik à 100%. On peut être féminine (les bras d'un homme, la coquetterie, les portes ouvertes, les aides masculines) et être féministe (être indépendante financièrement, refuser les coups, etc.). L'un et l'autre n'ont rien à voir.
    Il faudrait aussi rejeter les clichés masculins :
    - sa promotion sent le canapé
    - elle a décroché un super boulot. Mais comment fait-elle avec les enfants ?
    - elle n'est vraiment pas baisable, sûr elle est féministe
    - ah, je peux peux pas venir, j'ai repassage
    etc.
    C'est ça aussi, le féminisme.
    Samedi dernier, un client m'a dit "oh, demain c'est la journée de la femme, il faut que je lui offre une rose".
    Moi "vous feriez mieux de faire le ménage, non ?"
    ... il a éclaté de rire à cette idée.
    Voilà, il y a encore du boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reine9/3/15

      En Octobre 2013 (et pas au XIXème siècle , hein,) la députée Véronique Massonneau s'est fait accueillir en pleine Assemblée Nationale par des imitations de poule, et Cécile Duflot s'est fait sifflée parce qu'elle portait une robe à fleurs!
      D'ailleurs , pour mémoire , seulement 27% de femmes à l'Assemblée......

      Supprimer
    2. Les clichés sexistes, quand certains ont l'audace de me les dire (les fous !), ça part direct.
      J'ai la chance d'avoir appris depuis longtemps un certain sens de la répartie, et j'aime autant te dire que le crétin-fier-de-ses-couilles ne s'y frotte plus.

      Supprimer
    3. Moi, je réponds toujours que ça fait 25 ans que j'ai décidé de ne plus rire aux blagues sur les noirs, les juifs, les arabes et les femmes...

      Supprimer
  10. Je tiens la porte aussi aux hommes.

    Je cours seule en forêt, je refuse de n'avoir pas le droit d'y aller comme ma copione S. sous prétexte que son mari pense qu'elle va s'y faire agresser, Je refuse ne pas avoir le droit de profiter de la nature où j'habite du fait de mon sexe.

    Je mettrais bien mon poing dans la gueule de mon DRH qui, me voyant rincer une assiette, me sort "ah, vous avez changé de service, vous êtes dans la brigade des femmes de ménage?".

    Mais, plus que tout, je suis indépendante, et j'apprends à mes filles que rien ne leur est impossible, surtout pas au prétexte qu'elles sont des filles.

    Et je rejoins Smouik et Dominique: je te trouve féminine et féministe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan mais le DRH là, il devrait pas un peu envisager une reconversion ?...
      Dingue.

      Supprimer
  11. Chris (aka Paquita Chocolatera)9/3/15

    Je suis féministe et féminine. Et chaque année un peu plus désolée de voir que pas grand chose n'avance, voire que beaucoup reculent mais aussi que cette journée devient purement mercantile pour certains (c'est fou le nombre de mails reçus offrant des réductions pour toute commande faite ce jour-là).
    J'ai mis sur FB et Instagram qu'une journée n'était pas suffisante parce que voilà on en parle sur une journée et puis basta on passe à autre chose dès le lendemain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, mais aujourd'hui, y'a Top Chef aussi...

      Supprimer
  12. DOMINIQUE9/3/15

    Un autre point : pourquoi, essentiellement aux Etats-Unis, les chanteuses se croient-elles obligées de se montrer quasi nues, dans des tenues de pouffe, se tortiller du cul en se frottant sur le pubis d'un mec (suivez mon regard)... Une femme, est-ce juste cela ?
    Là aussi réside le féminisme, refuser ce genre d'image, surtout pour nos filles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, une femme n'est pas juste cela. Elle est aussi cela. Parfois, ça serait bien aussi de voir autre chose, c'est vrai.

      Supprimer
    2. y a ça aussi à la télé française... des filles habillées comme des tapins, qui se lèvent à midi, et moucatent au bord de la piscine ...

      Supprimer
  13. Edith (de Savoie !)9/3/15

    Reine a tellement bien résumé ce que je pense. Rien d'autre à ajouter

    RépondreSupprimer
  14. Madame Pivoine - Natacha9/3/15

    Etre femme aujourd'hui c'est être capable de faire de la plomberie ou changer une roue toute seule et de se maquiller pour une soirée quelques heures plus tard. Se maquiller pour soi même. S'habiller pour séduire certes mais pour soi-même aussi. Tout cela est compatible. Nous avons encore tant et tant de motifs d'être féministes.
    Pour nos filles, pour celles qui sont loin et qui subissent beaucoup plus que nous, pour nos filles et nos garçons. Tant qu'il y aura des DSK qui nous prendront pour des cons (genre, il savait pas. Genre le directeur du FMI ne s'est jamais posé la question de savoir si cette entreprise ne mettait pas des putes à sa disposition. Genre le directeur du FMI est un beni-ouioui).
    Tant que 60% des français penseront que cette journée n'est pas utile.
    Tant que me fille se fera harceler dans la rue.
    Tant que la prostitution existera.
    Tant que 2 femmes par semaine mourront sous les coups de leur mari dans ce pays. Tant que .....
    Je suis et je serai féministe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvre DSK, lui, bafoué, trompé, humilié... C'est vraiment pas de chance ce qui lui arrive.
      (j'hésite à dire que je plaisante)
      (tu crois qu'il y a des gens qui pourraient penser que je suis sérieuse ?)

      Supprimer
  15. Pas mieux! :) (nan mais sans rire, y a des femmes qui n'aiment pas la galanterie? C'est que le rapport avec le féminisme?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas ce que j'ai voulu dire, mais je me suis sans doute mal exprimée...

      Supprimer
  16. Moi, je ne suis ni pour ni contre cette journée mais depuis 2014 il y a une loi qui ouvre aux femmes les mêmes droits que les hommes et qui s'appelle égalité homme femme. Et je trouve ça juste classe.
    Ps : y'avait une super promo hier et j'en ai profité, au nom de la journée de la femme certes, moi j'ai juste vu la belle réduction ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça progresse. J'aime beaucoup l'idée des départementales qui imposent un homme ET une femme.

      Supprimer
  17. Si tu ne sais pas quoi penser, c'est parce que tu es une femme...
    Si les femmes étaient payées pour penser, leur salaire serait égal à celui des hommes (au moins).
    Pis, il y a pas longtemps, une journaliste m'a interrogée (micro-trottoir creusois....) pour savoir ce que je pensais de la journée pour embrasser un roux ou une rousse. Ça ramène bien le sujet à sa juste valeur...
    Du coup, moi je sais bien quoi en penser...
    Une journée de la femme, et tous les jours sa fête : 600 000 françaises victimes de violences conjugales, 80% des esclaves sont des femmes ou des filles, 130 000 000 mutilées génitales... ça calme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des journées à la con, y'en a tous les jours... Et ça noie le principe des trucs importants.
      Ceci dit, moi je veux bien embrasser un roux !

      Supprimer
  18. Ton dernier paragraphe me fait rire.

    Moins les départementales. Je n'aime pas l'idée qu'on vienne chercher n'importe quelle bonne femme, et surtout une qui fait pas trop d'ombre, pour parvenir à des quotas qui font dormir sur leurs deux oreilles des légistes misogynes déconnectés de la réalité. L'inverse me rassurerait, mais c'est pas demain la veille qu'on va chercher du bonhomme pour faire un tandem.

    Il y a des femmes qui ont été évincées des dernières municipales pour cause de parité, des villages qui n'ont pas eu d'équipe pour cause d'absence de candidatures féminines.

    Pas de quotas. Mais des compétences, pitié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok pour privilégier les compétences, mille fois oui.
      Mais ne crois-tu pas que dans cette parité "forcée" il y ait tout de même des nanas qui vaillent le coup ? ;-)

      Supprimer
  19. Y'a intérêt. Mais elles ne sont pas sur la photo parce qu'elles valent le coup. Elles sont sur la photo parce qu'il faut une nana.
    chez moi les femmes démissionnent les unes après les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est désolant... Malheureusement, il y a des incompétents partout (hommes et femmes) et heureusement parfois, l'inverse aussi...

      Supprimer
  20. Anonyme10/3/15

    Bonsoir ! je suis globalement d'accord avec toutes ces discussions, j'ai bientôt 62 ans, c'est dire que j'ai vu les choses (ne pas) beaucoup évoluer... moi c'est mon père qui m'a toujours dit qu'une femme devait être libre et indépendante, (sa mère s'était retrouvée veuve à 29 ans avec une grosse entreprise et trois lardons, à la fin des années 1930: ses frères ont essayé de la gruger car une femme ne pouvait pas faire ça seule, elle a vécu l'enfer et est morte tragiquement avant ses 40 ans... ça laisse des traces); et pourtant mon père, côté financier, donnait "sa semaine" à maman.. c'est dire qu'il y avait loin de la théorie à la pratique... je me souviens encore le jour où en l'absence de ma mère, il est venu me chercher car la cafetière ne marchait pas: il avait mis l'eau dans la verseuse...
    j'ai eu dans une autre vie un époux qui faisait le petit déj pour tout le monde, emmenait les enfants à l'école ou à la danse, mais il n'est jamais allé à une réunion parents profs, ni fait une lessive, ou le plein du frigo... et pour le boulot, j'ai vu les femmes systématiquement moins payées ...ou dénigrées en cas de réussite... je me réjouis de voir que la génération de mes enfants envisage quand même les choses autrement, déjà parce qu'il y a clairement moins de difficultés pour le choix des études, que les filles sont droites dans leurs bottes et défendent leurs salaires/postes....
    En politique, c'est pareil, ça bouge, je suis dans un parti où la parité est statutaire et ça change beaucoup (même s'l y a des lourdauds pour demander "eh les filles qui range la salle ?" après les réunions, ils sont vite renseignés !!!)... mais on attend souvent des femmes qu'elles soient dans les commissions éducation ou vie sociale, ces messieurs se gardent les finances ou l'urbanisme si on les écoute... (ce qui n'est pas le cas !) généralement les femmes que je croise dans cette vie d'élue sont des pointures et des personnalités, je suis vraiment admirative de leur implication
    donc le 8 mars c'est important pour le droit des femmes en général, contre les 56 euros mensuels de la fille qui travaille pour zara ou benetton ou Armani dans un pays lointain, contre le mariage forcé ou l'excision. Donc ce rappel n'est pas inutile et basta pour la récupération commerciale
    La souris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je bondis sur ma chaise à la lecture de "eh les filles, qui range la salle ?" Ça me hérisse. Comme l'autre jour où j'étais invitée à une réunion à laquelle je ne participe pas d'habitude, où je venais en tant "qu'auditeur libre" et où à peine j'ai collé mon cul sur la chaise, j'ai entendu "donc c'est toi qui fait le compte rendu ?"
      Ben nan.

      Supprimer
  21. Ma mère est beaucoup plus radicale... Militante au bout des ongles, féministe en diable. Les femen sont ses meilleures amies, d'ailleurs maintenant elle est lesbienne !

    Alors j'en ai bouffé des "On s'est battues pour que tu aies ces droits-là aujourd'hui et toi tu t'en fous ?"... Comment te dire maman, non je ne m'en fous pas, mais je n'ai pas envie de choisir un combat. Et si j'y étais vraiment obligée, alors effectivement, désolée mais ça ne serait pas celui-là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh la, ça doit être compliqué comme situation...

      Supprimer