12 nov. 2013

Des détails



Dans l'Open Bar, y'a eu plusieurs questions sur le pourquoi du comment du bouquin. Donc, je vais tenter d'y répondre le plus honnêtement possible... Enfin tu m'connais ;-)

Marie-grain-de-sel aimerait qu'on traite de la genèse. Soit.
Un éléphant de porcelaine est authentique. C'est à dire que j'ai vraiment ressenti ça lorsque je suis allée à Hong-Kong, cette pensée est née là-bas, ce sentiment de n'être pas à sa place, pas dans la norme locale. Ou dans la norme tout court... Cette phrase tourbillonnait dans ma tête et lorsque j'ai posé mes doigts sur le clavier en disant "cette fois, je m'y mets vraiment", ce sont les premiers mots que j'ai tapé, sans savoir au fond de quoi l'histoire serait faite.
"Comment rester des heures devant son ordinateur ?"... Ben en n'y restant pas des heures justement ! Cette histoire s'est écrite parfois très lentement (quinze, vingt minutes le soir, après le dîner), d'autres fois un peu plus longuement (genre un dimanche pluvieux, avec mon ordi sur les genoux, dans le salon). Il y a eu de la régularité à certains moments et parfois de grands trous où le projet était planté, l'histoire dans un cul de sac et je ne savais pas comment sortir mes personnages de là. J'ai beaucoup aussi construit les personnages pas devant l'ordi justement mais en vaquant à des tâches quotidiennes ou lorsque mon esprit pouvait vagabonder, sur la route en allant au boulot ou dans le train... Et puis il y a des choses dont j'aurais aimé parler mais qui n'ont pas trouvé leur place dans l'histoire. Peut-être une prochaine fois !

Chris voulait savoir par quoi j'avais commencé pour ébaucher l'histoire.
Un titre donc. Et puis l'envie confuse de parler d'une grosse fille, d'avoir une héroïne différente et pour qui justement la différence est parfois une arme, parfois un combat. Les personnages sont venus petit à petit, avec leurs spécificités, de façon un peu floue même s'ils ont une apparence précise dans ma tête ! L'histoire s'est construite au fur et à mesure, je ne savais pas où j'allais quand j'ai posé les premiers mots sur le clavier. Ces premiers mots ne sont d'ailleurs pas ceux que tu peux lire aujourd'hui... ils font partie des rushes coupés au montage ;-) Mais c'est vrai que je me suis appuyée sur des lieux que je connais pour pouvoir les décrire avec plus de détails plutôt que de les tirer simplement de mon imagination. Je ne sais pas si je serai capable de décrire précisément des choses uniquement issues de mon imaginaire.... Je ne serai jamais J.K. Rowling !

Delph se demande si je savais qui était l'amoureux de Lucie lorsque j'ai écrit la fin...
Je ne répondrai pas à cette question... 
Chacun est libre d'imaginer ce qu'il pense et je le répète, peu importe avec qui elle est, l'essentiel est qu'elle soit heureuse, tu crois pas ?...

En tout cas, cette aventure incroyable reste une étape importante de ma vie et entendre régulièrement des gens qui me félicitent, qui disent qu'ils ont aimé, qu'ils l'ont lu vite, ben tu sais, c'est un grand plaisir...

Seule ombre au tableau, ça serait cool que je trouve un éditeur... Mais bon, à moins de sucer Nicolas Bedos, je vois pas bien comment. Et puis c'est pas mon ami, donc ça compte pas.


(*) En haut, l'exemplaire unique et complètement collector de la version "bleue" du tee-shirt de Lucie sur la couverture ;-)


40 commentaires:

  1. Smouik12/11/13

    Lucie, Lucie t'arrête pas, on ne vit
    Qu'une vie à la fois...
    A peine le temps de savoir,
    Qu'il est déjà trop tard...

    bref, keep going!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lucie essaye de ne pas s'arrêter, même si parfois le mur semble infranchissable...

      Supprimer
  2. Chris (aka Paquita Chocolatera)12/11/13

    Merci pour tes réponses. C'est une sacrée aventure la naissance d'une histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vrai accouchement, avec épisio et et cul en chou-fleur en prime.

      Supprimer
  3. Tournelune12/11/13

    ah ben oui,
    je me disais bien que le t-shirt n'était pas violet comme d'habitude !!

    et (pas) merci à Smouik pour la chanson je vais l'avoir dans la tête toute l'aprèm !! :p

    et merci pour ces détails sur l'histoire du livre, c'est drôlement chouette à savoir

    RépondreSupprimer
  4. Madame Pivoine - Natacha12/11/13

    Sympa ce post.
    C'est en total contraste avec ces écrivains qui semblent souffrir le martyr durant la phase de gestation.
    Ton écriture à l'air totalement spontanée du coup ça donne envie de se lancer.

    Mais pas de sucer Bedos, je peux pas le saquer... faut pas déconner ...

    Sinon petites blondinettes-poivrottes, recette spéciale orchidée en com' dans le post précédent

    Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chris (aka Paquita Chocolatera)12/11/13

      Merci pour la recette spéciale orchidée Madame Pivoine. J'ai bien retenu : pas d'eau calcaire jamais. Ni de mojito je suppose ?
      A propos d'écrivains souffrant le martyr j'avais lu un témoignage de Stephen King, il tournait à la coke et l'alcool pour ses romans et nouvelles. Sans doute ses personnages sortaient tout droit des cauchemars et autre delirium tremens induits.
      Sucer Bedos ? Même pas sous injection de coke !

      Supprimer
    2. Madame Pivoine - Natacha12/11/13

      bah non, le mojito on s'en charge nous même ...
      Pour Stephen King, cela ne m'étonne pas du tout ce que tu dis car pour être aussi parano, et si génialement tordu, faut carburer à quelque chose.
      Si ça ce trouve, not'blonde, elle carbure à quelque chose aussi ... allez dis-le, on répétera pas ...

      Supprimer
    3. Mojito, coke et jamais d'eau calcaire. C'est à ça que je tourne.

      Supprimer
    4. Madame Pivoine - Natacha13/11/13

      C'est pour ça que tu es aussi belle qu'une orchidée!!!! Et tu sais combien je les aime...

      Supprimer
  5. Tu trouveras un éditeur...
    ... et sans sucer ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ta certitude indéboulonnable. Je te souhaite la même chose ;-)

      Supprimer
  6. Madame Pivoine - Natacha12/11/13

    16:49 DOMINIQUE n'est toujours pas là ...
    et l'assistance qui parle de sucer des bites, de coke et de mojito, ça chante à tue tête.
    c'est la gabegie totale ... je suis consternée ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chris (aka Paquita Chocolatera)12/11/13

      Ah oui mais Dominique était dans un bel état hier au bar ! Du coup peut-être bien que c'était salsa sous ses cheveux.

      Supprimer
    2. DOMINIQUE12/11/13

      Vous êtes de drôles de poulettes cancanières ! Bon, d'accord, j'étais un peu allumée, hier, mais mais mais il me semble de Madame Pivoine était pas mal non plus... voir sa recette orchidées.

      Supprimer
    3. Madame Pivoine - Natacha12/11/13

      Dammed I am demasqued!

      Supprimer
    4. Allez hop ! Tout le monde prend un Doliprane et au lit... Bande de saoulines (terme seulement d'ici ou tu connais aussi ?)

      Supprimer
  7. J'ai voulu le commander chez mon libraire préféré mais pas possible en Belgique (ou alors par internet mais je favorise mon libraire). Alors j'espère que tu trouveras un éditeur bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée Pauline. Si tu veux, je peux t'en envoyer un en direct. Si ça t'intéresse, fais-moi un petit message sur blondeparesseuse@gmail.com ;-)
      Et oui, j'espère que je trouverai un éditeur !

      Supprimer
  8. Arghhhh, faut que je le liseeee. (j'ai déjà pas assez de sous pour acheter le CD de mon meilleur ami, on verra en décembre hein !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour tu auras des sous et un j'aurai un éditeur. Faut qu'on s'accroche à nos rêves...

      Supprimer
  9. DOMINIQUE12/11/13

    Hello ! Je n'étais pas là, en vadrouille dans le Var, pour visiter belle-maman, en "soins de suite" après son cassage de fémur. Je devrais dire Darkvador, car elle a fait un triple salto arrière dans la clinique et est retombée sur sa table de nuit. Elle a le visage noir, sauf autour des yeux, comme des lunettes... Heureusement, elle dit qu'elle n'a pas mal. C'est le principal.
    Merci pour la recette orchidées, Madame Pivoine. Je vais la noter.
    Quant à not'Blonde, sa caractéristique c'est la constance et le talent. Bravo !
    Nicolas Bedos, il devrait arrêter cocaïne et alcool. Peut-être que ça lui remettrait les idées en place. Et pas que lui !
    Quant à sucer des bites, je laisse ma place aux jeunes. J'ai déjà (beaucoup) donné !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Madame Pivoine - Natacha12/11/13

      Merde Dominique, je viens de rire d'une vielle femme impotente ... ;)

      Supprimer
    2. DOMINIQUE12/11/13

      Tu n'es pas la seule, rassure-toi. Ça comment à se résorber, mais c'est très spectaculaire (les anticoagulants aident) : la comparaison qu'elle a le moins aimée, c'est celle du raton-laveur. Je me suis abstenue pour Darkvador.
      Pour finir avec cette histoire, elle a quand même détruit la table de nuit en tombant.

      Supprimer
    3. Peut-être qu'un panda en négatif aurait fait travailler ses méninges....
      Toutes mes condoléances pour la table de nuit.
      Et merci pour le talent, ça me touche beaucoup....

      Supprimer
  10. Madame H12/11/13

    @ DOMINIQUE : "Quant à sucer des bites, je laisse ma place aux jeunes. J'ai déjà (beaucoup) donné !"
    voilà, you made my day !!!!
    Merci

    RépondreSupprimer
  11. Chris (aka Paquita Chocolatera)12/11/13

    @DOMINIQUE : il lui en arrive de drôles à belle-maman. Je compatis, la mienne finira un jour par se rompre le cou dans ses (nombreux) escaliers qu'elle emprunte toujours chaussée de machins qui ne tiennent pas aux pieds. Et pour ce qui est de sucer je ne laisse pas encore ma place aux jeunes :D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE12/11/13

      J'aime bien ce mélange belles-mères/bites dans la conversation !

      Supprimer
    2. Moi aussi, ça me fait marrer.

      Supprimer
    3. lilou1713/11/13

      Ô mondieumondieumondieu ! Shocking ! Que des dépravées dans ce rade ....... J'adorrrre !

      Supprimer
  12. Smouik13/11/13

    voilà ce que c'est que de commenter trop tôt... on rate le meilleur... ;-)
    Eh ben, on en apprend des choses !!

    RépondreSupprimer
  13. aurelie-pot-de-colle10/1/14

    Coucou, j'aime bien commenter les billets à froid, quand il n'y a plus grand monde. Donc voilà ça y est enfin j'ai lu ton roman je l'ai lu vite parce que je l'ai beaucoup aimé. Cependant, c'était une drôle d’expérience, j'ai l'impression de te connaitre un peu, par le blog et du coup je ne pouvais m’empêcher de me demander sans arrêt ce qui relevait du vécu et ce qui tenait à l'imaginaire. Quelle était la part de toi dans Lucie, dans d'autres personnages aussi, ou si tel personnage était inspiré par quelqu'un de ton entourage.. Pour l'appartement de Lucie, aussi je me demandais d'où il sortait, j'avais l'impression que tu le connaissais bien. Je voudrais te demander... Tu pense qu'il y aura une suite à l'éléphant de porcelaine, ou alors si tu reprends l'écriture tu auras envie de quelque chose de neuf? J'ai relu le billet open bar et celui-ci et je n'ai pas vu la réponse, désolée si je suis passée à côté et que tu as déjà répondu à ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un sacré commentaire pour un billet refroidi !
      Alors...
      Oui, bien sûr, il y a beaucoup de moi dans Lucie et aussi dans Sabine, dans Stéphanie et aussi... dans Thibault !
      L'appartement de Lucie est inspiré effectivement d'un lieu connu, dans lequel j'ai fait virtuellement quelques aménagements !
      Pour la suite... probablement pas. Je l'ai effectivement déjà dit (je sais plus où) mais je ne crois pas que si je m'y remets ce sera pour la suite. Chacun se fait une opinion sur son choix dont la moitié des lecteurs sera déçue... ce serait dommage !
      Mais je réécrirai sûrement...
      En tout cas, je suis heureuse si ça t'a plu !

      Supprimer
    2. aurelie-pot-de-colle15/1/14

      Bien sûr qu'il m'a plu! Merci d'avoir répondu, des bises.

      Supprimer