27 sept. 2012

Je croyais bien faire


Visiblement, j'ai été très maladroite. Il a hurlé. Il était vexé, choqué et très en colère. Je me suis sentie idiote alors que je l'ai fait en toute conscience et persuadée que c'était LA chose à faire. Loupé. Complètement à côté de la plaque.
Au sujet de son coup de gueule au téléphone, j'ai reçu le texto suivant quelques minutes après qu'il ait raccroché brutalement.

"Par rapport à la conversation de notre précédent appel, je voulais te dire que j'en ai marre que vous me parliez de ça tout le temps et quand le moment viendra, je t'en parlerai. Je me suis mis en colère mais à force, c'est saoulant. Je suis désolé... <3"

Bon ok. Visiblement c'est un sujet sensible.

Le contexte : mon tout petit chou d'amour, mon bébé, mon poussin a 16 ans et demi. Et plein de copines qui gravitent autour. De plus, il part une semaine en vacances au Sénégal dans un super hôtel avec Papi et Maminou aux vacances de la Toussaint. Il passe tous ses vendredis soirs avec la très jolie blonde C. avec qui il fait du roller, jusqu'à ce que j'aille le chercher après le cours.

La réflexion : je me suis dit que c'était peut-être pas idiot d'imaginer que l'idée du sessque commence à le travailler et que par conséquent, afin de ne pas se trouver dépourvu le moment venu et selon l'adage bien connu "mieux vaut prévenir que guérir", nous ferions bien de s'assurer qu'il dispose de petits étuis de latex adaptés à la situation.

L'action : au supermarché, me voilà devant le rayon "parapharmacie" disposant d'un choix certes limité mais néanmoins pluriel de boites de préservatifs. Purée, je suis toute perdue. J'élimine aussitôt les boites noires et fuchsia trop racoleuses, surtout que les préservatifs ont tous des options qui me semblent incompatibles avec une relation débutante et hésitante. Goût fruité : non (il vont pas se les fourrer dans la bouche tout de suite quand même...)  Effet Hot & Cool : ça risque de surprendre déjà que ça va pas être évident : non. Un autre truc qui parle de picots... au secours, pauvre petit chou. Je me concentre sur ceux qui ressemblent à des boites de pansements et je choisis un modèle simple, à réservoir, anatomique.

La réaction : je laisse la boite sur la table de la cuisine, bien en évidence et je pars au ciné avec mes copines comme c'était prévu. Je me dis qu'il la trouvera en rentrant et j'imagine qu'il sera content, qu'il montera la boite dans sa chambre pour l'utiliser le jour où ça lui semblera utile.
Pas du tout. Il m'a téléphoné aussi sec en disant "c'est pour quoi faire la boite bleue ?" Je lui explique qu'il me semble important qu'il ait des capotes à disposition, pour le jour où il en aura besoin, que je ne veux pas connaitre le jour, mais que ce serait plus prudent.

Il a hurlé. Que ce n'était pas mes affaires, que ça ne me regardait pas, que c'était chiant qu'on soit sans arrêt en train de le charrier avec ça, qu'il aimerait bien qu'on lui foute la paix et que la boite, j'avais qu'à l'utiliser moi-même, qu'il n'en voulait pas.

Je me suis sentie nulle et invasive. Après tout, c'est vrai. Je suppose qu'il a suffisamment de ressources tout seul ou auprès de ses copains pour s'occuper de se procurer le matos tout seul le jour ça le prendra. 

Oui mais SI JUSTEMENT, il n'ose pas. 
SI JUSTEMENT ce jour-là, il n'est pas équipé. 
SI JUSTEMENT ce jour-là, la fille elle insiste pour le faire "sans". 
SI JUSTEMENT ce jour-là il accepte... 

J'ai peur.

Et promis, je croyais bien faire.

- - - - -

EDIT de 13h59 : j'ai écrit ce billet hier soir, le jour de la JOURNÉE MONDIALE DE LA CONTRACEPTION. C'est pas hyper raccord ça ? ;-)

57 commentaires:

  1. NOUGATINE27/9/12

    Tu as bien fait, il fallait bien lui délivrer le message. Au moins, il sait (ou il saura quand il aura réfléchi) que tu t'inquiètes pour lui, que tu es une mère attentive.
    Quant à tes peurs, là, tu n'es pas dans son lit. Tu n'y peux rien. A lui de jouer et de devenir adulte.
    Bon, maintenant tu as une boîte de préservatifs sur les bras. Mets-la dans la salle de bains, il la trouvera bien un jour s'il en a besoin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras, Nougatine ;-)

      Supprimer
    2. Oui,je vais la mettre dans la salle de bains. Avec un gros néon au-dessus qui flashe "ICI". Nan, je déconne.
      Merci pour le soutien ;-)

      Supprimer
  2. Quel stress tout ça........ Dur dur les ados, je n'ai pas hâte d'y être :/
    Courage, il doit déjà avoir compris que tu pensais bien faire...Et vu son sms, il a l'air d'être plutôt raisonnable....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ose espérer qu'il sera raisonnable. Prends ton temps avec les petits, ça arrive plus vite qu'on n'imagine !

      Supprimer
  3. C'est tres complique, en effet... Quand j'etais lyceenne, je faisais partie du groupe "prevention des conduites a risques" et on avait Cafe Branche tous les vendredi matins (un cafe -soluble- et une/des capote-s pour un franc, avec des gens qui ramenaient des gateaux, etc.). C'etait top, un excellent moyen de "parler de ca" facilement. J'ai entre autres souvenir d'avoir fait des demonstrations d'utilisation de preservatifs sur des poignees de porte...
    Je ne sais pas si ca se fait encore mais ca serait important. Parce qu'on n'a pas toujours envie que les parents sachent que potentiellement peut-etre eventuellement on va se lancer.
    Mais pour autant, tu as bien fait, je crois. La boite de capotes pourrait aller prendre ses quartiers dans la salle de bains/a cote des pansements et y rester l'air de rien. S'il en a besoin, il ira les chercher. Et s'il veut vous en parler, il le fera. Peut-etre lui dire que tu es desolee, que tu te sens maladroite aussi par rapport au jeune homme qu'il devient ?
    Bon courage, en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve super cette initiative... Je ne sais pas si ça existe dans son lycée mais ce serait chouette. Je vais juste attendre un peu pour poser la question. ;-)

      Supprimer
  4. Isabelle27/9/12

    C'était sans doute malgré tout la chose à faire! Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  5. Bon ben tu as foiré, ça part d'un bon sentiment mais ce n'est pas le moment, ou pas la manière. Le problème c'est que nous adultes sommes conscients de choses qu'ils n'ignorent pas forcément, mais ils se sentent tellement invincibles à cet âge là.
    Peut-être que cette dispute est l'occasion d'une discussion qui te donnerait la possibilité de lui exposer tes inquiétudes. Ton fils est intelligent, il comprendra ton geste et peut-être qu'il t'expliquera sa façon de voir les choses, ça te permettra s'il accepte le dialogue de le sonder : est-il conscient des conséquences de l'acte, qu'il est de sa responsabilité de prendre toutes les précautions, mais surtout que ce n'est pas l'épreuve du bac non plus et que c'est avant tout du plaisir.
    Après c'est clair que si c'est un sujet sensible, il faut peut-être arrêter de le charrier avec ça. Il ne faudrait pas qu'il ait la pression, passer à l'acte n'est pas un objectif, lui seul pourra savoir quand il a envie et que c'est le moment. Je me doute que dans le fonds tu respectes ça. Imagine si ton fils t'achète des compléments homéopathiques ou chimiques pour la ménopause le moment venu ... ou le moment qu'il estime opportun !
    Allez c'est pas grave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon la blonde mais j'adore cette conclusion !!!

      Supprimer
    2. En même temps elle n'a pas mon numéro de téléphone, donc je ne risque pas de me faire allumer ;-)

      Supprimer
    3. Tu sais, on ne lui met pas la pression ou en tout cas, nous n'avons pas conscience de le faire... Surtout que chez nous, autant pour moi le passage à l'acte a été assez tôt, autant pour son père il fut tardif ! Donc on s'en fout au final. L'important est qu'il soit heureux.

      Quant à ta conclusion, j'ai ri... jaune. La comparaison est fatale mais pas dénuée de bon sens, je te reconnais bien là.

      Supprimer
  6. leyleydu9527/9/12

    Ca me rappelle l'été de mes 20 ans:départ en vacances avec ma meilleure amie;il y avait l'opération des "capotes à un franc" (pas la peine de soulever que c'était au siècle dernier,merci).
    on est parties en acheter sans complexes un paquet de 50 (25 francs chacune) au "caz'ou".
    Je repense parfois à la tête de la pharmacienne qui a du bien se marrer en nous voyant repartir avec notre énorme sac de capotes !

    On en a utlisé 5 et les 45 autres ont fini périmées au fond d'un placard !

    ps : Je vois bien que tu te demandes qui en a utilisé le plus ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, qui ???
      50 capotes quand même... c'était pas un peu surestimé ?

      Supprimer
  7. Rhâââ ouais les capotes à un franc !...
    Je faisais partie de l'équipe du journal du lycée et on avait convaincu la proviseur de nous donner le budget pour mettre un préservatif par journal lors de la parution mensuelle.
    Pour un tirage (Hin ! Hin!) de 900 exemplaires, autant vous dire que pour le coup la pharmacienne était épatée de notre consommation à ma rédac' chef et à moi !... Et avec facture s'iouplait m'dame ! (des professionnelles, en somme...)

    Et pour revenir à ton fils, je pense que même dans la salle de bain ça le fera pas. Parce que si tout à coup la boîte est ouverte et qu'il en manque, il saura que vous savez que peut-être bien que... Il est grand, il a de la ressource, va !!! (qu'elle dit la mère de 3 garçons... Bouhouhou... En même temps chez moi l'aîné expliquera aux autres... A moins que ce ne soit le deuxième vu les caractères !!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement, je ne sais pas ce que je vais en faire de cette boite. Je vais la garder, en déplier un pour rigoler, en essayer un pourquoi pas ?

      Quel bordel.

      Supprimer
  8. Franchement ? Pour avoir quitté l'adolescence il y 1 ou deux ans... Bon, ok il ya 8 ans, j'avais son âge, je peux te dire que tu as bien fait. C'est énervant qu'un parent fasse ça, c'est sûr. Mais dans le fond c'est bien. Mets la boîte dans la salle de bains (limite enlève le carton) comme ça s'il n'ose pas, il pourra en prendre sans que tu t'en rendes compte. Ne culpabilise pas ma belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si je les mettais dans un grand saladier, comme quand il y a des M&M's à un anniversaire ?
      Sauf qu'il va falloir que j'en rachète !

      Supprimer
  9. Moi, je ne crois pas que tu as foiré.

    J'ai éduqué mes soeurs (il y avait une grande différence d'âge et notre maman n'était pas tout-à-fait à la hauteur, soit). Il y a trois ans, elles habitaient chez moi, elles étaient en pleine adolescence. Et en plein questionnement sur le sexe.

    J'ai acheté aussi une boîte de préservatif, comme toi.

    Je leur ai dit que la boîte serait dans la salle de bain, au-dessus de l'armoire. Que je n'avais pas besoin de savoir qui prenait quoi quand, mais que si elles en avaient besoin, la boîte était là. Je ne poserais aucune question, promis juré, mais voilà. C'était au cas où.

    Elles ont juré leurs grands Dieux que ça ne me regardait pas, que j'étais nulle, qu'elles ne pensaient pas à "ça", que c'était beurk, tout ça et surtout, que je n'avais pas à m’immiscer dans leur vie. J'ai rétorqué que je ne m’immisçais pas dans leur vie, puisque je ne leur posais aucune question. Mais, elles n'ont pas voulu entendre raison.

    Mais, un jour que je contrôlais la boîte pour m'assurer de la date de péremption, j'ai remarqué qu'un certain nombre de préservatifs avaient disparu. L'air de rien, j'en ai racheté et remis dans la boîte. Et l'air de rien, de temps en temps, y en avait qui disparaissaient.

    Aujourd'hui, elles n'habitent plus chez moi, mais j'ai toujours une boîte dans ma salle-de-bain pour quand elles viennent. Et je sais que c'est plus facile pour elles de se servir incognito dans cette boîte plutôt que d'en acheter en pharmacie ou en grande surface... Et j'ai tenu ma promesse de ne pas leur poser de questions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôlement chouette ton histoire... J'essaierai peut-être, dans quelques mois, de lui faire une proposition de ce genre.

      Et sinon, je suis très contente que tu sois passée par ici, je te croise parfois chez Caro et ça me fait plaisir !

      Supprimer
  10. Hanlalaaaaa il va te faire une de ces gueule quand il va voir que son histoire est étalée su interneeeeet!

    Trêve de blaguounette, tu as é-vi-de-ment bien fait, c'est le rôle de la mamounette de se prendre les vexation des ados en pleine face. capote = bien. fils = pas prêt (sinon il aurait pris la boite et il aurait fermé sa gueule). Je pense qu'il y pense mais que ça le stresse un peu et du coup, de voir que toi aussi t'y penses, ça l'angoisse encore plus. Voilà pourquoi raccrochage au nez et texto véner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Crapaud-poilu sait que le blog existe. Il sait que j'écris presque tous les soirs. Mais nous avons une sorte de gentleman aggreement qui dit qu'il a formellement INTERDICTION de venir voir ce qui s'y passe.

      Je sais qu'un jour il dépassera ça, tout en espérant que non, il respectera l'accord.

      Sinon, faudra que je ferme boutique.

      Supprimer
  11. Surtout qu'à 16 ans je ne veut pas dire mais bon, heu....
    Il a déjà du essayer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as quelque chose à nous avouer... ? ;)

      Supprimer
    2. Honnêtement, je ne crois pas. Même si je ne peux pas en être sûre à 100%...

      Supprimer
  12. lallalyluulu27/9/12

    T'inquiète pas, je ne pense pas que tu aies foiré.
    Il l'a mal pris parce que c'est un sujet intime et qu'il n'est pas encore prêt à en parler...
    Mais avec ton action, quand le moment sera venu, il saura se tourner vers son attentive de mère ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le souhaite... ou vers son père, hein, pas de jaloux !

      Supprimer
  13. Rhaaaaaaaaaaaaaa au "si la fille insiste pour le faire sans"... Là tu me fais flipper !!!
    Allez, je respire... ma fille elle a bientôt 16 ans... mais quand même... ou bien peut-être il faut que je file aussi au supermarché rayon parapharmacie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou en tout cas, essayer d'aborder le sujet d'une façon plus diplomate que moi !

      Supprimer
  14. Mais t'inquiète pô! Ils font tous ça : genre wesh même pas traversé l'esprit, genre meuh t'as qu'à les mettre toi, de quoi je me mêle etc. J'ai fais approximativement la même chose que toi avec les miens. Il y a deux avec mon fils qui en avait 16 : j'ai mis la boite dans son armoire, avec un post-it "je ne les compterai pas, UTILISE LES SVP". Pour ma fille de 16 ans, quand elle est partie chez le petit ami cet été, j'ai mis la boite dans sa valise + lubrifiant car je me demande encore comment on fait la 1ère fois avec préservatif ^^ J'ai récolté des pfff et des grognements mais ils étaient bien content quand même mes marmots.
    On a toute et tous peur mais c'est le contraire qui serait foirer. Enfin, je crois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me dis que ça doit être tellement difficile de le faire tout seul la première fois. Je maudis chaque jour cette contrainte horrible qui fait forcément de l'acte sexuel quelque chose de réfléchi, tout en sachant que ce n'est ni plus ni moins qu’une question de vie ou de mort.

      Supprimer
    2. Ben oui, c'est un peu dur. D'un autre coté, les filles de ma génération (42 ans) on vivaient avec la trouille de la grossesse non désirée alors...

      Supprimer
  15. Ben moi, je te trouve toute choupi d'y avoir pensé et comme tu racontes ça :) mais je comprends son point de vue aussi, d'autant que ca doit lui mettre la pression, s'il ne l'a pas encore fait. Genre "même ma mère veut que je couche là tout de suite, je passe pour le puceau de base" :) bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais noooooon, je veux pas qu'il couche tout de suite. Je m'en fiiiiiche. Mais je comprends que c'est ce que ça a pu vouloir dire.

      Pffffffff.

      Supprimer
  16. Je comprends son point de vue bien sûr (en tant qu'ado attardée c'est un minimum!) mais en même temps je te comprends en tant que maman. Moi je trouve ça hyper choupi et mignon en plus posé sur la table sans le cérémonial sur la contraception, le sexe et tout le bastringue c'est hyper délicat.
    Il râle mais dans le fond de lui il sait qu'il peut compter sur toi et ça, ça n'a pas de prix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que c'est ce qu'il pense dans le fond. Merci ;-)

      Supprimer
  17. J'ai trouvé ton geste super, et quand il aura fini de grogner, il comprendra qu'il a la chance d'avoir une maman ouverte d'esprit et sur laquelle il peut compter.

    RépondreSupprimer
  18. Je comprends que ton ado ait envie de préserver son intimité. Mais en même temps, je me souviens d'une petite nénette tout juste entrée dans l'adolescence. Sa mère est venue un jour, lui parler de préservatif, lui parler du sida, lui montrer la boîte achetée et surtout pour lui dire que se respecter c'était aussi mettre ce bout de plastique.
    J'avais été super gênée, lui disant que c'était pas la peine de me dire tout ça, que je savais encore quoi faire de mon intimité. Bon, ma mère a été un peu maladroite, mais des années après je la remercie tellement pour ça. Elle avait raison, il fallait qu'elle m'en parle et du coup ça m'a fait réfléchir et sensibilisée sur les risques liés à une sexualité sans protection. Je peux te dire que j'ai toujours fait l'amour avec capote, je n'ai jamais envisagé les choses autrement et je sais que c'est en parti grâce à ce laïus qu'elle m'a dit ce jour là. Elle a bien fait. Et je pense la même chose pour toi :-)
    Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton soutien !
      Je crois sincèrement qu'on fait toujours ce que qu'on croit être le mieux pour nos mouflets, même si c'est quelquefois maladroit.

      Supprimer
  19. Je crois qu'à son âge je n'aurais pas apprécié non plus. Mais c'est plus le coup du paquet sur la table de la cuisine.

    Si je pouvais me transformer en petit diablotin pour aller me poser sur l'épaule de mon moi de l'époque dans une telle situation, je crois que je lui soufflerais d'appeler ma mère pour lui demander si je dois les utiliser immédiatement ou si j'ai droit à un délai de réflexion, et si je suis vraiment obligée de faire ça sur la table de la cuisine ^^

    Non, sérieux, c'était une bonne idée de lui montrer qu'il n'y a pas de tabou. Tu t'es juste un peu loupée sur la réalisation, c'est pas bien grave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton petit diablotin !

      C'est vrai qu'à lire vos différents commentaires, il aurait mieux valu que je les laisse dans sa chambre.

      Fail.

      Supprimer
  20. je me mets à sa place, et je comprends que ce ne soit pas évident. sachant qu'au lycée il y a des cours spécifiques, des interventions tous les ans, si en plus tu lui en parles (souvent ?). en plus il est dans l'âge où il se pose plein de questions : je suis dans la norme ou pas ? et si... ? comment...?
    mais, d'un autre côté, j'aurais adoré une maman comme toi, qui prend les devants. et avec qui on peut discuter. cf ma propre expérience, où j'ai du découvrir toute seule les règles et la sexualité, la contraception et le reste. seule et unique reflexion de ma mère "t'as pas interet à tomber enceinte". qui, quoi, comment, pas son problème.
    donc ouais, peut-être que t'as été maladroite, peu-être que c'était pas le bon moment, mais ça partait vraiment d'une bonne intention, c'était pour lui et pas juste pour se foutre de sa gueule. et il le sait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. NOUGATINE27/9/12

      Mon dieu, je me reconnais dans ton message. Règles : serviette hygiénique en coton avec de la serviette éponge au centre. C'est là sur l'étagère de la salle de bains. Point barre. Pratique quand tu fais de la danse classique. Mes Tampax sur mon argent de poche.
      Sexualité : néant.
      Pas prévu l'hémorragie de la "première fois". Me demandais ce qui m'arrivait (j'avais quand même 18 ans. Précoce j'étais).
      Voyage en terre inconnue pour les rapports sexuels...
      Et pourtant ma mère a toujours été adorable avec moi. Mais "ça". Trop intime.
      Quant à l'éducation sessouelle chez les bonnes sœurs...

      Supprimer
    2. la danse classique avec les serviettes, que de merveilleux souvenirs :)
      et sinon, tout pareil, devoir les acheter seules, tout comme mon premier soutif. enjoy !

      Supprimer
    3. Je vous plains, si vous saviez comme je vous plains. Ma soeur et moi avons la chance folle d'avoir une Maman ouverte et qui nous a tout expliqué facilement, dans l'ordre, en fonction de nos âges pour que nous ne soyons ni choquées, ni niaiseuses.

      Je pense que mon Crapaud sait aussi au fond que ce n'étais pas pour se moquer ou pour l'inciter. Je l'espère en tout cas.

      Supprimer
  21. De 1, je doute que la fille en question insiste pour le "faire sans ".
    Et de 2, même s'il a hurler à s'en décoller les cordes vocales, je suis sûre qu'au fond il t'es reconnaissant d'être une maman attentive et prévenante. Mais bon les ados, ça gueule souvent pour rien, juste pour la forme quoi !

    En plus ton petit chou, il a l'air d'avoir la tête sur les épaule non ?

    Au pire, laisse la boîte bien à l'abri dans l'armoire à pharmacie, ouverte, enlève en 1 ou 2, et comme ça il se servira au moment venu sans avoir l'air d'être fliqué parce-que "de toute façon les darons verront rien, il en manque déjà dedans". ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout ça, c'est vrai...
      Armoire à pharmacie. En enlever un ou deux. Ok

      Supprimer
  22. Chris27/9/12

    Je ne pense pas que tu as foiré quoi que ce soit ! C'est juste un sujet très intime et délicat pour un ado. J'avais briefé les miens qui m'ont rapidement fait sentir qu'il ne fallait pas trop insister sur le sujet car c'est leur vie. Il est toujours délicat de concilier nos inquiétudes de parents et leur espace de liberté ! Crapaud poilu a l'air d'avoir la tête fermement arrimée sur les épaules et il sait pouvoir compter sur toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je n'insisterai plus désormais. J'ai tendu une perche qui m'est un peu revenue dans la tronche mais c'est le jeu Ma Pov' Lucette. ;-)

      Supprimer
  23. Anonyme28/9/12

    J'ai un grand de 19 ans, qui a une relation un peu plus poussée actuellement que les dernières puisque la "copine" vient dormir à la maison. J'ai donc ré-abordé le sujet des relations avec lui récemment, en lui conseillant de se protéger, pour lui et pour la jeune fille.Je lui rappelle qu'il y a des préservatifs dans la salle de bain, ce à quoi il répond:

    -Môman, je sais se que je dois faire. On ne va pas sauter les étapes, c'est encore trop tôt.

    Réponse de la mère anxieuse:- Oui, Mais..

    Fiston: -On sait se que l'on doit faire, j t'ai dit. D'abord j'en ai achetés!

    Moralité, les jeunes ados/ adultes d'aujourd'hui sont informés et plutôt de Grands Sages. Il faut leur faire confiance! Mais je comprends ton angoisse, j'ai la même...et encore trois garçons derrière l'ainé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anonyme !
      Je crois qu'en fait on rapporte toujours tout à notre propre expérience. Moi, mon adolescence s'est déroulée au début des années SIDA et le fait de devoir se protéger nous est tombé dessus comme la foudre.

      C'était compliqué, nouveau, dérangeant.

      Il est vrai qu'aujourd'hui les gosses vivent avec et ont une connaissance différente du problème...

      N'empêche, il ne pourra pas dire "je ne savais pas"...

      Supprimer
  24. Et si tu t'excusais tout simplement ? la bonne volonté et l'attention d'une maman aimante ça peut être lourd à porter parfois (n'oublie pas qu'il est tout seul à supporter votre inquiétude, vos vannes et vos espoirs)
    Je suis certaine qu'il ne va pas t'en vouloir longtemps d'un léger faux-pas de maman poule... et vous savez si bien rire de tout ensemble !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis excusée tout de suite. Et j'ai promis que je n'en parlerai plus. Je crois qu'il ne m'en veut plus maintenant, mais le message est passé !

      Supprimer
  25. Tu as bien fait et le texto que tu as reçu ensuite prouve bien qu'il ne t'en veut pas. C'est vrai qu'il a pu prendre ça pour une intrusion dans sa vie intime mais c'est toujours le cas à l'adolescence, on n'aime pas que nos parents nous parlent de ce genre de choses, ça nous rappelle trop qu'ils ont eux aussi une vie sexuelle qu'on préfère ignorer. Le message est passé et discrètement.
    Pour exemple, alors que j'avais 15 ans et que je sortais retrouver mon petit-ami un samedi après-midi, ma mère m'a balancé: "Reviens pas avec un polichinel dans le tiroir, hein !" Elle a trouvé ça drôle mais j'étais très vexée. J'ai vécu ça comme un manque de confiance, il y avait d'autres manières de le dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y avait sans doute d'autres manières de le dire, sans aucun doute. Elle a peut-être pensé que c'était une façon légère de te faire part de ses craintes...

      Bon sang, c'est pas simple tout ça.

      Supprimer