24 mai 2012

Dans ma chair

Comme l'une d'entre vous l'a remarqué sur le petit bout de photo publié lundi, j'ai un anneau dans le nez. Oui, comme une vache. Oh, tu peux rigoler, je sais bien qu'au moins la moitié d'entre vous l'ont pensé, mais je m'en fiche un peu, à vrai dire...
Je vais te raconter pourquoi je me suis fais percer le nez. On revient.... douze ans en arrière, bzzzzzzz, on y est. Chez le coiffeur, je remarque à côté de moi une jeune femme, à peu près de mon âge. Elle est brune, chic, très jolie et elle a une jolie petite boule dorée dans la narine. Je suis subjuguée. Aujourd'hui, raconter ça fait doucement rigoler, mais à ce moment-là, c'était différent. Soit tu étais une punkette, avec tout l'attirail, les cheveux rasés ou rouges, les baggys, les chiens dans la rue, soit tu étais indienne avec un sari, mais pour une fille lambda, le trou dans le nez, c'était waouh.

Ça a commencé à me travailler sérieusement. Je suis allée me renseigner, j'en ai parlé à Chouchou, qui a levé le sourcil et m'a balancé sèchement "j'm'en fous", comme la plupart du temps. J'avais besoin de faire quelque chose de puissant. Dans ma vie, à cette époque, c'était loin d'être fun. J'avais un peu moins de 30 ans, un petit bouchon de 4 ans, un nouveau boulot depuis quelques mois. Tout pour être heureuse. Sur le papier. Parce qu'en réalité, ma vie n'était qu'un gouffre de chagrin, de non-dits, de situation froide et distante avec le père de mon fils. Tous les jours, chaque matin, s'occuper de Crapaud-pas-encore-poilu, vider le lave-vaisselle, mettre une machine à tourner, le déposer à la garderie, aller bosser, m'occuper de la maison, la nuit, se lever trois fois pour essayer de calmer mon fils malade, qui ne cesse jamais de tousser, jamais, nuit et jour. Ne pas recevoir un sourire, un encouragement ou simplement un moment de partage, encaisser parfois une remarque cinglante. Tous les jours, je me disais "ce n'est pas possible, ce n'est pas ça ma vie".

Où elle est la petite fille qui pensait que son amoureux serait fou d'elle, lui tiendrait la main dans la rue, la couvrirait de baisers ? Où sont passés mes rêves, mes espérances ? Je n'ai pas 30 ans, et je fais déjà les comptes. La petite fille a perdu, elle piétine tout et essaye de se démener dans une vie engluée de ressentiment et de colère frustrée.

Alors j'ai pris la décision. Je vais le faire. Je vais me faire percer le nez pour être belle, classe, originale et que les autres m'admirent, ou me détestent, mais pouvoir enfin suggérer un sentiment fut-il négatif, pour pallier l'odieux mépris de mon mari.

Le jour du rendez-vous, je ne suis pas fiérote. Le tatoueur-perceur m'installe sur une grande chaise, comme un dentiste et me demande gentiment si je suis certaine que cela ne posera pas de problème dans ma famille ou vis-à-vis de mon travail. Non.
Respirez à fond. Ouch ! C'est fait. Les yeux larmoient et il pose la prothèse en acier chirurgical "à garder deux mois". C'est normal que vous pleuriez, dès qu'on touche le nez, ça fait toujours ça, me dit-il gentiment. Ok.  C'est rouge, mais la vache, qu'est-ce que je me sens belle.
Surtout, n'essayez pas de la changer vous-même. Si dans deux mois vous voulez mettre un autre bijou, venez, passez 5 minutes entre deux et je vous montrerai. Ok. Merci. Je paye, je repars. 
Aucun commentaire à l'arrivée à la maison.

Deux mois plus tard, j'ai scrupuleusement respecté les consignes de soin, j'ai un joli brillant sur or que j'aimerais bien mettre. Oh, je vais bien y arriver toute seule... J'arrive à enlever la prothèse, sans souci. 

Je n'ai jamais réussi à mettre l'autre. Je me suis fait saigner, au bout d'une heure, j'étais toute charcutée, j'ai téléphoné. Le perceur m'a dit " qu'est-ce que je vous avais dit ! Bon ben venez !!". Il a dû percer une seconde fois parce qu'entre temps, le trou s'était rebouché. Et là, la première fois, à côté, c'était aussi douloureux qu'une manucure. J'ai eu super mal.

Les réactions de ma famille ont été globalement.... négatives, à part pour ma mère, qui a fait "hum hum, c'est joli" gentiment. Les autres réactions se sont échelonnées de "ça fait mauvais genre" à "tu comptes le garder longtemps ?". Quelques années plus tard, j'ai échangé la jolie petite boule dorée contre un anneau "qui fait vache", selon les dires de ma grand-mère. Je ne le quitte plus.

En novembre 2000, je n'avais pas trente ans et je me suis fait percer le nez, pour me souvenir du passage au nouveau millénaire et espérer de toute mon âme et très égoïstement que le 21ème siècle serait meilleur.
Neuf ans plus tôt, à la mort de mon frère, j'avais fait percer un second trou dans mon oreille, pour qu'à chaque fois que je caresse le tout petit anneau, je pense à lui, et que je me rappelle à quel point il me manque.

Aujourd'hui, je suis bien plus heureuse et je ne ressens plus vraiment ce besoin de marquer dans mon corps le temps qui passe. Je réfléchis à un tatouage, mais bon, sans conviction... Disons que chaque année, je trouve le super motif que j'aimerais porter. Qui change tous les ans. 

Pour un truc indélébile, c'est pas l'idéal...

***

EDIT : la photo date d'il y a quelques années et est odieusement retouchée par mes soins. Je précise pour celles qui pensent que j'ai la peau lisse comme un nouveau-né.

51 commentaires:

  1. j'aime beaucoup je le trouve discret tu sais je viens de réfléchir sérieusement à un tatouage discret une écriture alors.........
    P.S: Tu es Belle !! petite précision importante ça fais tjrs du bien de se le dire et en + c'est vrai!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Douchka... C'est après avoir lu ton commentaire que j'ai ajouté l'edit, je ne voudrais pas qu'il y a ait tromperie sur la marchandise ;-)

      Supprimer
  2. Merci et oui Douchka a raison, tu es vraiment Belle!

    RépondreSupprimer
  3. DOMINIQUE24/5/12

    Poussin, que tu es jolie !

    RépondreSupprimer
  4. Lydie-Anne24/5/12

    Je me disais aussi... tiens, elle nous dévoile un petit bout de plus d'elle (nous n'avions jamais eu plus que les dents, so far). Mais tu sais que tu n'as pas à te justifier ? Par contre, le truc qui me fait flipper, c'est que j'ai fait la même chose (avec un tatoo), tout pareil, sur un coup de tête... Le seul truc que ma famille trouve à dire, attention, deux points, ouvrez les guillemets "fait gaffe, tu as une bestiole sur l'épaule" et clac, la baffe sur le tatoo... super...
    En tout cas, ça te va très bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout plein de finesse...
      Comme dit le célèbre poète Renaud Seichan, "on choisit ses copains, on choisit pas sa famille"... ;-)

      Supprimer
  5. leyleydu9524/5/12

    J'aime bien ton anneau...il faut dire que je vis avec un homme tatoué et piercé d'un peu partout !
    Je n'ai pas envie de faire quoi que ce soit mais je trouve mon amoureux très beau avec son énorme tatouage dans le dos et ses piercings !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu mon anneau dans le nez bien avant que Chouchou ne se fasse tatouer. Ça lui est venu sur le tard, mais il n'a pas fait dans la demi-mesure : tout le mollet, le haut de la cuisse, les deux épaules et la moitié du torse.
      Je vis avec une bande-dessinée (plutôt manga ;-)

      Supprimer
  6. celine r24/5/12

    On dirait une rock star, il ne manque que le micro !
    Et super dur de porter un anneau ou un diamant dans le nez... Les percings ça va pas à tout le monde ! Sur toi c'est super ! Je sais que tu n'as pas écris ton billet pour qu'on te dise ça mais te le dis quand même je te trouve belle, classe et originale !
    Et je t'admire pour plein de trucs !!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma bichette, tu me fais toujours plein de compliments, c'est adorable !! Toi aussi, tu es pleine de talents, de pep's et de joie de vivre ;-)

      On s'aime, on se fait des compliments, c'est cool.

      Supprimer
  7. Valérie de Rennes24/5/12

    Cette boucle est toute fine et délicate et s'accorde bien à ton nez et tes traits fins. ça donne certainement du caractère à ton visage, bravo d'avoir "osé" et heureuse de savoir que des moments aussi difficiles avec un époux puisse se transformer dans ce sens, parce que parfois (souvent) je la sens cette tristesse et ce "comment ma vie en est arrivée là ?"

    Des bizzzz et merci pour cet article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aujourd'hui, au bout du compte, je suis contente d'avoir résisté... même si ces moments étaient très difficiles. J'étais aussi plus immature et cela m'effrayait tellement de me retrouver seule que j'avais la frousse de prendre mon gosse sous mon bras et de partir.

      Maintenant, je ne suis pas certaine que j'aurais la même résistance, mais je crois sincèrement qu'on ne peut jamais dire "je ferai ceci ou cela" ou "je n'aurais pas dû faire ci et ça". On fait ce qu'on croit qui est bien au moment et dans le contexte dans lequel on est.

      Bon courage et merci ;-)

      Supprimer
  8. Tout à fait d'accord avec Douchka. Tu es belle. Je suis convaincue que ni les années ni les retouches ne changent rien à ton image, et tes écrits montrent également une très belle personne. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te promets que la photo est flatteuse ! Mais tes compliments me touchent beaucoup...

      Supprimer
  9. C'est marrant ton article, depuis le décès de mon grand-père,je songe à un mini tatouage : un mini mini coeur quelque part, en souvenir de lui.Et puis j'ai eu peur qu'on trouve ça ridicule. En l'écrivant, je réalise que c'est moi qui est ridicule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si cela te tient à coeur, fais-le ce petit coeur. D'autant plus s'il est mini et pas au milieu du front !
      Si tu penses que c'est important, go on !

      Supprimer
  10. merci pour l'explication de l'anneau :)
    et merci pour cet article. de la même manière que Valérie de Rennes, en ce moment parfois j'en suis à me demander "mais qu'est-ce que je fais là ? et pourquoi c'est comme ça... ? on peut pas tout changer là ? parce que y'a franchement pas grand chose de chouette". (hormis la batuc, amen.)

    en espérant que les moments difficiles s'en aillent...

    des gros bisous, et puis c'est vrai que tu es toute belle. sur cette photo, mais aussi tout le temps :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu la connais ma phrase fétiche...
      Everything will be ok in the end.
      If it's not ok, it's not the end.

      Bientôt ton happy end, bientôt...

      Supprimer
    2. je l'avais oubliée.
      merci, de le lire ça me fait du bien :)
      it surely not is the end (ouh là, vive ma grammaire... )

      Supprimer
    3. Valérie de Rennes25/5/12

      Elle est chouette cette phrase, je la prends aussi !...

      Supprimer
    4. Ça intéresse quelqu'un d'autre, y'a une promo 2 + gratuit ;-)

      Supprimer
  11. Loran24/5/12

    il vaut mieux être une "vache original" qu'un "quelconque petit mouton" !! ;)

    RépondreSupprimer
  12. Conclusion : on est mieux à 40 ans qu'à 30, encore mieux à 50... c'est à partir de 60 que ça se gâte....
    Et encore, tout dépend où l'on place le mieux-être !
    Oui, tu es belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais miroiter un avenir charmant ! Merci Mamina ;-)

      Supprimer
  13. Alors que je traversais une période de ma vie plutôt merdique, je me suis faite percer le nombril (bijoux enlevé depuis - trop gênant). C'est difficile pour le commun des mortels de comprendre à quel point je me suis sentie vivante en sortant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça !! Vivante :-)
      Le truc au nombril j'aurais bien aimé. Mais vu la taille de mon bourrelet ventral, c'est plutôt au rayon serre-joints de Leroy Merlin que j'aurais dû choisir. Et y'en n'avait pas avec des strass.

      Supprimer
  14. Ton article a un résonnance particulière, chez moi...
    Je m'étais fait percer l'arcade quand j'ai changé de travail, et donc de vie. Ca correspondait aussi à mes 30 ans... Quand les gens me disaient que c'était moche, je leur répondais comme Antoine dans "Les élucubrations" : ♫ je ne le porte pas pour me faire remarquer, ni parce que je trouve ça beau mais parce que ça me plait ♫
    D'un autre côté, j'avais lu des articles sur la philosophie des modifications corporelles, et en gros, c'est un rite de passage, d changement de cap, et une affirmation de la prédominance de l'esprit sur le corps. Ca me va bien, moi ^^
    A cause de mes pb de santé, je n'ai plus de piercing et ne peut pas me faire tatouer, mais ça me manque, je dois dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un rite de passage, c'est assez proche de ce que j'ai voulu faire à ce moment-là.
      Merci !

      Supprimer
  15. Wahou ! quelle jolie femme ! je suis ravie de faire un peu plus connaissance !
    Je ne suis pas fan des piercings et tatouages, mais le tien est fin et te va bien !
    Tu as bien fait d'oser ! Bravo !
    (je calcule que je suis beaucoup plus vieille que toi... +5 pour moi... ;o( )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes calculs sont sûrement faux. Je triche sur mon âge gaiement, donc fiabilité moyenne. T'affoles pas !

      Supprimer
    2. haaaaaaaaaaa !!! ok !!! ;o)))

      Supprimer
  16. Bel article et belle blogueuse....

    RépondreSupprimer
  17. Isabelle24/5/12

    Je ne veux pas casser ton coup ni d'ailleurs celui de ta grand mère, mais les anneaux des bovins c'est réservé aux messieurs et ce n'est point décoratif quoique... C'est destiné à la contention: si ils font mine de s'emballer un peu, genre "dans 2 secondes je te fais faire un vol plané gratis à l'aide de mes cornes", il suffit de tirer un coup sec vers le bas sur le susdit anneau à l'aide d'un bâton spécial muni d'un crochet... Ça suffit en général à calmer le fauve.
    Voilà.
    C'est la théorie.
    En vrai j'évite soigneusement d'approcher ce genre de bête.

    Sinon ça me ferait presque envie là ton anneau! Mais le cap de la trentaine est dépassé depuis belle lurette, ce sera pour ma prochaine vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te confirme que si on me tire fort sur l'anneau, je me calme derechef.

      Supprimer
  18. Anonyme25/5/12

    Classe, trés trés classe le petit anneau; mais c'est vrai que tu as un joli nez. J'aime beaucoup ce type de nez ... comment dire racé, typé, avec de la personnalité. On dirait une flèche. Genre le nez que j'aimerais avoir ... oui je suis une pseudo-complexée du nez que je trouve gros, mais je suis la seule. Et aprés des années d'entrainement j'arrive à le mettre en flèche grace à une petite extension/flexion vers le bas qui a en plus l'avantage, par je ne sais quel mystère, d'ourler pulpeusement, outrageusement et sexuellement ma lèvre supérieure ... genre une petite moue boudeuse mais sans silicone à la Lana Del Rey ! Ca envoie du rêve non ?
    Bref j'adore ton nez et je comprends ce passage à l'acte comme une émancipation.
    J'espère que les kiwis de la semaine ont été bon.
    The C's Touch

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour, si j'ai vraiment des guts, ce qui n'est pas la première qualité d'une Grosse Blonde paresseuse, je montrerai une photo de profil. En fait, mon nez, il ressemble plutôt à l'arc qu'au flèche.

      Sinon, la moue boudeuse dans silicone, je suis preneuse ;-)
      Et j'aime toujours beaucoup tes (trop) rares commentaires...

      Supprimer
    2. J'ai écrit n'importe quoi.
      "Il ressemble plutôt à l'arc qu'à la flèche". C'est mieux

      Et la moue SANS silicone.

      Le reste, je change rien ;-)

      Supprimer
  19. anne-laure25/5/12

    et ben t'as un "vachement" beau nez!j'avais jamais dit ca à quelqu'un :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fois, la photo est flatteuse... Merci Anne-Laure !

      Supprimer
  20. Quelle belle photo, quels beaux mots.
    C'est agréable de mettre un visage sur tes textes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai beaucoup hésité...
      Merci pour tes compliments. La photo est de Chouchou... un grand photographe, qui ne fait plus souvent des photos.

      Supprimer
  21. Dur de se dévoiler pour certains, besoin irrépressible de s'exhiber pour d'autres...
    Moi j'ai déjà bcp de mal ne serait-ce qu'à commenter, même derrière un pseudo, alors je comprends la difficulté de s'exposer... Cette photo (bravo Chouchou!) te dévoile tout en pudeur et en poésie. Et du fait qu'on ne voit pas ton regard, une grande part de toi reste cachée. J'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour lui, je lui dirai, il va faire "groumpf", mais il sera content. ;-)

      Supprimer
  22. Anonyme30/5/12

    Comment dire..., post trés touchant: bravo... Et merci aussi, car au fil de la lecture, j'ai arrété de comptabiliser les ressemblances dans cette touchante histoire qui me rappelle bien des choses..
    Pour ma part, en 2000, je me suis fait percé le nombril (je vous dis pas le nombre de commentaires désobligeants suite à ce choix, MON choix) en me disant: "je l'enleverrai dés que je serai enceinte"... Je l'ai toujours (malheureusement...) et cela fait maintenant 12 ans...

    Signé LN

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anonyme LN pour ta part d'histoire. Je confirme ce qu'avait dit Dame Pétunia un peu plus haut : une manière de se sentir vivante.

      A bientôt.

      Supprimer