8 févr. 2012

Tourments domestiques

Un tas de petits tracas, quelques soucis, rien de bien méchant. Sauf que quand tout se produit le même jour, un jour comme hier où tu démarres la journée un peu féblarde, moralement parlant, cette méchante impression que tout se ligue contre toi fait passer une Blonde paresseuse à l'état de Blonde énervée, puis à Blonde pleureuse.

Mon sèche-linge est en panne. C'est fou comme cet appareil absolument pas indispensable, on est bien d'accord, facilite la vie de la femme, en tout cas la mienne. Le sèche-linge, c'est cool : tu ouvres, tu mets tout dedans, tu fermes et hop ! Tout beau, tout sec au bout de X minutes. Pas écolo, ok, mais rudement pratique quand le temps (éveillé) que je passe chez moi, en semaine, avoisine grosso modo les quatre heures, que je dois répartir pas du tout équitablement entre Chouchou, Crapaud-poilu, Dana, Lulu, la maison et ma pomme (pas d'ordre d'importance, c'est venu comme c'est venu). Pas économique d'électricité, mais rudement pratique quand tu peux enchainer les machines lavage / séchage, parce que tu t'es un tout petit peu laisser déborder par le panier de linge sale qui a décidé de devenir plus haut que le frigo "parce que le frigo, il se la pète un peu trop".
C'est pratique, donc. Je passerai rapidement sur le fait que le sèche-linge est en panne depuis environ trois semaines, que Chouchou dit "c'est pas grave, c'est le fil, je vais regarder" et que visiblement, il n'a pas encore dû trouver le fil (à l'arrière, sur la gauche, mon chéri, si tu ne le vois pas). Toujours est-il qu'il faut que j'étende le linge, sur un tancarville, dans le milieu du salon. Tout ce que j'aime, moi légère maniaque obsessionnelle de la symétrie et du rangement.
Etendre le linge, c'est long, si tu te concentres un tout petit peu pour ne pas faire ça n'importe comment. Perte de temps, énervement, mais encore plus énervée si je ne le fais pas et que linge mouillé reste dans la machine et sent le moisi au bout de quarante huit heures. Ou qu'il est étendu n'importe comment avec des faux plis. Là, ça m'énerve trop beaucoup.

Le chien mange des croquettes. Tous les jours, Dana-the-slut prend ses croquettes une par une du bout des dents, les pose par terre, à côté de la gamelle, les sniffe pour finalement les manger. Croquette. Par terre. Manger. Pourquoi, putain de bordel, quand je RENVERSE le bol de croquettes à 2 mètres de la gamelle, parce que mon cerveau a oublié de dire à mes doigts de se serrer bien fort autour du bol afin de le maintenir dans une position verticale, pourquoi le clebs REFUSE de manger les croquettes qui roulent au sol ? A part pour m'obliger à prendre un balai et à les balayer. C'est parce qu'elles n'ont pas pris le goût de la gamelle ?! 
Je passe sur le fait que la forme sphérique de la croquette l'encourage à se barrer loin, loin, y compris sous un meuble où le balai ne passe pas, ce qui va immanquablement de nouveau attirer les souris. Détends-toi, Armelle, déjeune.

"On" a perdu la cloche en plastique du micro-ondes. Tu sais, le truc moche qui sert à éviter que le petit ramequin de ratatouille n'explose façon Gremlins, avec des projections partout. Enfin, ça n'évite pas l'explosion de ratatouille, ça évite d'en foutre partout. Hier matin, alors que je voulais simplement faire réchauffer un 1000 trous, pour mon petit déj, j'ai eu la délicate surprise de constater que Crapaud-poilu n'a pas imaginé une seule seconde mettre un autre couvre-chef sur le ramequin-ratatouille de l'avant-veille. Et encore moins pensé que l'ustensile communément appelé "éponge" pouvait servir à réparer les dégâts. Je me suis donc armée du pschitt Javel-super dégraissant et j'ai commencé à démonter le micro-ondes pour tout nettoyer, pendant que mon thé refroidissait. J'ai collé de l'eau de Javel sur le haut de mon pyjama violet. Ça a fait une tache vaguement saumonée. Après j'ai déjeuné, un soupçon énervée.

Il y a un faux contact dans la lumière du jardin. Un fil a dû être bouffé par une taupe, mais on ne sait pas exactement où. La seule chose qu'on sait, c'est que si tu appuies sur le mauvais bouton de la zapette qui télécommande aussi le portail, ça fait disjoncter la baraque. Portail qui, depuis quelques mois, a le hoquet. Un coup je m'ouvre, un coup je reste à moitié ouvert, un coup je me ferme. Hier matin, autant te dire que j'étais grave en retard à cause des 3 paragraphes précédents. En raison de la neige, du froid polaire, une fois assise dans la voiture prête à partir, très énervée, j'ai oublié d'enlever mon gant pour éteindre une lumière dehors (laissée allumée par Chouchou, who else ?). J'ai appuyé sur le mauvais bouton. J'avais deux options : faire comme si je ne m'en étais pas rendue compte et me barrer en laissant la maison disjonctée. Y compris la machine à laver programmée pour l'heure du déjeuner et qui ne démarrerait pas, donc pas étendable le soir, donc retard dans le traitement du linge. Y compris les deux congélateurs. Je suis en retard. Mais, j'ai un peu de conscience et pas envie de laisser se perdre de la bouffe. Je ressors de la voiture, je marche dans la neige, je re-rentre dans la maison, je me dépêche, j'enclenche tous les bitonios du tableau électrique. Je remonte dans la bagnole, le portail a planté. Je ressors, je marche dans la neige, je referme le portail.

Je suis au bord des larmes, il est 8h30 du matin.

Ajoute à ça que j'ai failli emplafonner un type parce qu'au lieu de freiner, ma voiture a continué tout droit, mue par sa propre volonté et par celle du fucking verglas. J'ai fini à cheval sur le trottoir pour l'éviter (trottoir large et sans piéton, heureusement). 

Arrivée en retard au bureau. Le téléphone sonne déjà, les mails s'accumulent.

La journée a été longue.

14 commentaires:

  1. Ferme les yeux...respire...dis-toi qu'au moins, ton chauffage n'est pas en panne!
    Et bon courage, ça ne peut que s'arranger?

    P.S: moi aussi, j'ai le coup des croquettes chez moi, sauf que ce n'est pas un chien qui fait ça, mais un être humain, ce n'est pas des croquettes, mais du riz, des pâtes, de la semoule de couscous et le rayon c'est 3m :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison : on se regarde, on se désole, on se compare, on se console... Encore et toujours ;-)

      Supprimer
  2. un gros câlin en pensée, déjà, pour commencer.

    ensuite, est-ce que tu pourrais enfermer chouchou dans la pièce du sèche linge et ne le laisser en sortir qu'une fois le sèche linge réparé ? ou alors, tu le menaces de grève de gratouilles de dos.

    sinon pour les croquettes, je suis sûre que c'est Lulu qui a appris ça à Dana.
    "alors, l'ordre des choses : les croquettes dans la gamelle, ensuite les croquettes hors de la gamelle, ensuite tu manges. si c'est dans un autre ordre, tu ne manges pas, JAMAIS ! "

    allez, courage et j'espère que tes autres journées se passeront bien mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimais mieux quand tu faisais les câlins en vrai :-( Mais c'est gentil d'en faire un virtuel.

      T'as p'têt raison pour Lulu, sauf qu'avec l'âge, il est un peu morfale et fais moins le difficile.

      Supprimer
  3. Journée de m**** ! Mais si ça peut te consoler, tu dessines drôlement bien les télécommandes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi, t'es une trop bonne copine. Merci, ça me fait du bien au moral ;-)

      Supprimer
  4. je me sens moins seule, je sais ce n'est pas réconfortant mais voilà!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Face à la loose, c'est mieux quand on est plusieurs... ;-) Bon courage à toi Douchka ;-)

      Supprimer
  5. Parfois, c'est vraiment VDM ! :/ Allez courage...y'a les 1000 trous ! ;p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai comme l'impression que tu vas devenir addict ;-)

      Supprimer
  6. DOMINIQUE8/2/12

    Sortie du trou informatique, enfin. Tu oublies les méchancetés du lave-vaisselle qui d'abord commence à mal laver, puis à pisser, puis à râler lamentablement pour enfin mourir. Snif.
    Et la machine à café qui le matin brusquement refuse de couler. Les tapotis de moins en moins amicaux n'y font rien. Sans café le matin, je suis une loque excitée. Si si, ça existe les loques excitées.
    Et l'ordinateur qui fait un écran tout bleu avec des tas de trucs pas rassurants, "si c'est la première fois que cet événement se produit". Ben oui, et ça a été la dernière. Il a mouru.
    Heureusement il y a les bergeronnettes, le rouge-gorge (qui vandalise la gamelle des chats), un troglodyte et et et la petite poule d'eau du ruisseau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des petits bonheurs minuscules auxquels se raccrocher, comme le lever de soleil qui fait la neige rosée, le troupeau de chevreuils sur le haut du champ, la lune gigantesque qui ressemble à une galette St Michel et savoir que des gens me souhaitent du bien, virtuellement, du bout de leur clavier, alors qu'on ne se connait pas.

      Supprimer
  7. mamina8/2/12

    J'ai beaucoup ri à la lecture de tes deux derniers billets !

    Pauvres jeunes femmes d'aujourd'hui obligées d'assurer sur tous les fronts ! oui c'est aux tous petits bonheurs quotidiens qu'il faut se raccrocher et comme par hasard c'est souvent dans la belle nature qu'on les trouve... qu'est-ce-à dire ??? les humains et leurs diaboliques machines sont si pourris que ça ???

    non ! quand même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mamina pour tes compliments ;-)
      Et je pense que les jeunes femmes d'hier devaient certainement aussi beaucoup assurer, et sans le confort du quotidien, donc, faut pas pousser, ça va pas si mal.

      Seulement certains jours, c'est un peu plus difficile que d'autres ;-)

      Supprimer