14 sept. 2011

Appelez-moi Julien Courbet !

Alors là, il vient de m'en arriver une bonne. Je suis toute ébaubie, comme deux ronds de flan, astonished. Hier soir, dans ma boite à lettres, il y avait une lettre anonyme. Une vraie, écrite à la mains, dans une enveloppe fermée. 
Attention, appelle-moi Catherine Willows, je vais te faire un nouvel épisode des Experts (C.S.I., pour les fluents ;-)

Objet du délit : une enveloppe blanche, rectangulaire, sans fenêtre, cachetée. Visiblement à l'aide d'une bande autocollante, donc pour l'analyse ADN de la salive, c'est baisé.
Mention portée, en lieu et place de l'adresse : "Vos voisins". Phrase laconique soulignée d'un trait rageur (on voit que c'est bien appuyé).
Déja, c'est nase, ça veut rien dire "Vos voisins" à cet emplacement. Je me suis demandée si c'était pour moi. En fait, ce doit être l'expéditeur... je suppose.

Continuons.
A l'intérieur, une page de cahier arrachée. Petit format, seyes (ça veut dire grands carreaux si tu t'en souviens pas), avec la marge rouge, et tout. Peut laisser supposer que l'émetteur a des enfants en bas âge, mais ce n'est pas le cas dans nos voisins... La page est pliée en trois, dans le sens de la longueur.

Je te livre la phrase telle qu'elle est écrite, à la main, y compris la ponctuation, approximative, il faut le dire.

La Nuit vos voisins dorment
Merci de respecter leur sommeil,

PS : après 11 h moins de Bruit.

Voilà. Inutile de dire que ce n'est pas signé, puisque j'ai dit "anonyme".

A l'ouverture, j'ai dû contenir à la fois un fou rire et la colère hurlante de Chouchou qui se voyait déjà en train d'aller péter la gueule à tout le quartier. Il faut dire qu'on n'est pas chiant comme voisins, franchement, sans vouloir la ramener. On fait deux ou trois fiestas par an, en général l'hiver, donc à l'intérieur et c'est tout.

Samedi, alors que je faisais la teuf de mon côté, Chouchou avait invité des amis à la maison. Donc, oui, ça a dû parler fort, mettre un peu de musique et ricaner. Et y'avait des gosses aussi, donc ça piaille les gosses. Mais pas non plus une rave-party, tu vois.
Enfin, en principe, quand je suis là, c'est comme ça que ça se passe. Et d'après ce que Crapaud-poilu a raconté, il n'y a pas dû avoir de débordements outranciers. A part un aveu à demi-mot de la part du père sur un "démarrage de la moto, mais pas longtemps", dont je n'ai pas bien compris à quoi il avait servi, ni à quelle heure il s'était produit. Et puis je m'en fous, le problème n'est pas là. Le problème est qu'il faut vraiment être un peigne-cul pour balancer ça dans la boite aux lettres, plutôt que venir frapper à la porte pour en parler. Que ce soit le soir même ou le lendemain. On n'est pas des sauvages, bon Dieu !
Et c'est d'autant plus frustrant et pénible, que nous avons plutôt de bonnes relations de voisinage ; à part un ou deux connards, mais ils sont plus loin, nous ne sommes mitoyens que de jardins et encore, y'a ses saloperies de bambous à ce gros débile, entre nous. 

Je suis toute furieuse, mais comme je suis une personne civilisée, j'ai été voir hier soir, avec un grand sourire et l'enveloppe à la main, mes deux voisins mitoyens. Ce n'est aucun des deux (qu'ils disent), mais ils soupçonnent la même personne, à savoir une autre, un peu plus plus loin dans la cour. Et là, ça m'étonne un peu... Parce que Carol, retraitée anglaise, je la connais bien et quand elle a quelque chose à dire, ben... elle le dit.

Je n'ai pas été la voir, elle n'était pas là et puis après ma journée de taf, j'ai eu la flemme de faire le tour du quartier. Je vais donc préparer une petite lettre, pas anonyme, que je vais à mon tour mettre dans la boite à lettres de tous les voisins de la rue et qui va dire, à peu près ceci :

Chers Voisins,

Si vous êtes l'auteur de la lettre anonyme laissée dans notre boite à lettres, 
sachez que nous sommes sincèrement désolés d'avoir semé le trouble dans votre
soirée. Nous vous assurons que le but recherché n'était pas de vous
ennuyer, mais de passer un bon moment entre amis.
Il ne nous semble pas être habituellement des tapageurs nocturnes assidus
et nous trouvons regrettable que vous n'ayez pas trouvé le courage
de venir nous en parler directement.

Bien cordialement,
Blonde paresseuse et Chouchou

C'est bien non ? Poli, parole impeccable, comme dans les accords toltèques (on en reparlera un jour...). Et puis je rajouterai bien une grosse insulte, mais non, trop facile. Y'a vraiment des gens qui n'ont rien à foutre et qui doivent être très malheureux dans leur vie. Pauvre gens.
Je crains que mon investigation ne s'arrête là, j'ai toujours été une quiche au Cluedo.
Sauf si réponse. 
To be continued... maybe !






13 commentaires:

  1. J'ai eu un cas similaire, oui en général ceux sont des gens qui n'ont que ça à faire, si ça peut t'aider la mienne était prof, c'est peut être un indice LOL

    RépondreSupprimer
  2. hum.
    dans mon cas, quand j'ai des voisins qui font trop de bruit à mon goût, j'attends de voir. si c'est souvent ou pas. et si on me prévient ou pas aussi. non parce que moi mon voisinage il est plutôt étudiant alors ça peut être très souvent, et jusque très tard.

    ta réponse est parfaite je trouve.
    tu nous diras s'il y a réponse ?

    bon courage avec le voisinage.
    Et comme j'ai eu déjà une très très mauvaise expérience avec des voisins qui n'en avaient juste rien à fiche du monde extérieur à leur nombril et que tu pouvais aller les voir une fois, deux fois, 10 fois... sans que cela ne change rien... et que je m'en suis bien pris plein la tête pendant cette période .

    Ben pour aller frapper à la porte des voisins, le soir meme ou le lendemain il faut que je prenne énormément énormément sur moi. c'est très difficile pour moi, qui ne supporte pas les conflits.

    Du coup, des fois je préfères la lettre. mais dans mes lettre, il ya un peu plus de ponctuation bien placée, et un peu plus d'explications. Et mes lettres ne sont JAMAIS anonymes.

    voilà, juste pour dire que la lettre, dans certaines situations, ça peut se comprendre.

    Passons maintenant au cas présent : je suis sûûûre que ça n'était pas une fête d'étudiant délurée. avec la techno jusque 3h du mat. ET quand meme, c'est quoi le concept de râler via une lettre anonyme ? soit t'assumes soit t'assumes pas, mais pas à moitié je rale sans dire qui je suis au cas où quoi. nan mais je rêve.

    RépondreSupprimer
  3. Comme c'est facile et lâche !!! je trouve ta réponse parfaite et surtout je trouve que tu as raison de répondre!!! Des fois qu'ils se sentent un peu gènés .... mais ça m'étonne, ils risquent de jubiler!!!

    RépondreSupprimer
  4. celine anonyme14/9/11

    Rho les nazes !!!!

    RépondreSupprimer
  5. Que c'est pathétique de tels voisins, dis donc !!! Ta lettre est impeccable. T'a qu'à juste mettre sur le devant de l'enveloppe "à mes enculés de voisins anonymes". Comme ça t'es moins frustrée de pas avoir mis d'insultes dedans. Et puis c'est une bonne introduction (si je puis dire, et sans jeu de mots...enfin, si !!).

    RépondreSupprimer
  6. L'horreur... Moi qui déteste les conflits je serais dans tous mes états !...

    C'est bien le coup de la réponse, et ratisse large au niveau des voisins, ils sont peut-être encore plus loin !...

    Les joies du voisinage, quand même !... Je trouve ça dingue le coup de la lettre anonyme, j'en serais ébaubie tout pareil...

    RépondreSupprimer
  7. DOMINIQUE14/9/11

    Je me souviens quand nous avions un ami Irlandais à la maison. Enfin, l'appartement. Dont la fenêtre de la cuisine donnait sur une cour. Bref.
    On a eu tout un barouf de la voisine de l'autre côté de la cour car "elle entendait tout ce que l'on disait". En anglais. Alors qu'elle ne causait même pas le français correctement...
    La même qui m'a proposé une pétition contre l'achat éventuel d'un appartement de l'immeuble par des arabes. De ceux qui égorgent femmes et enfants, pardon, non, moutons dans leur baignoire. J'ai eu un immense plaisir. Celui de l'envoyer paître. Comme les moutons qu'on égorge.

    RépondreSupprimer
  8. sympas les voisins! ta réponse est nickel! mais elle doit être frustrante non?;o)

    RépondreSupprimer
  9. mélie14/9/11

    hello,

    Non seulement je ne répondrais pas ,mais je continuerai de vivre comme j'en ai l'habitude (en faisant attention quand même) histoire que l'auteur se présente à ma porte. Lui répondre,c'est lui donner prise tout en lui conférant de l'importance.De plus en y mêlant implicitement les autres voisins ça peut vite dégénérer en un feu de forêt et des fois,les voisins c'est utile.Dans la précipitation j'aurais de même fait une lettre ,mais à tête reposée je ne l'aurais pas postée... A toi de voir. Perso,je ne trouve pas que ça soit une bonne idée.

    RépondreSupprimer
  10. @mélie : ta réponse m'interpelle... positivement. C'est vrai que le fait que la journée soit passée a fait retomber ma colère. De toute façon, je ne suis pas rancunière.
    Mais on dit aussi "qui ne dit mot, consent"... Et je ne consens pas trop, sur ce coup-là.
    Je vais soumettre la chose à Chouchou. Décision ce soir.

    Merci à tous pour les com's ;-)
    Ça fait toujours du chaud dans mon coeur ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Excellente réponse, c'est d'une lacheté sans nom cette petite note merdique dans ta boite, non mais je rêve!!

    RépondreSupprimer
  12. je pense que tu as raison de marquer le coup; en plus ton courrier est tout à fait correct.

    le monde est peuplé de cons... je me souviens un jour où une mémé m'avait engueulé parce que je m'étais garée sur "son" parking en allant déposer ma louloute à l'école. parking avec 15 places vides au moins mais propriété privé. j'évitais au max de m'y mettre, sauf quand nous étions à la bourre.
    un jour, où justement j'étais à la bourre, je m'y étais garée.. le soir, il y avait un papier sur mon pare brise avec marqué "parking privé"... la vieille taupe avait poussé le vice jusqu'à coller la feuille... côté conducteur tant qu'à faire..

    alors ok, c'était privé, mais je suis sûre que la vieille taupe n'avait même pas de voiture à elle..

    si jamais tu ne sais pas quoi faire, tu la joues à pile ou face ^^

    RépondreSupprimer