22 avr. 2018

Il faut qu'on parle


D'abord, l'idée s'est insinuée dans un petit coin de mon esprit. Je l'ai repoussée avec force et certitude en mode "Nan mais ça va pas ?!" Elle est revenue, sans agressivité, tranquille, elle a commencé à s'étoffer, à apporter des arguments.

Elle a cheminé doucement, tantôt repoussée, tantôt se faisant plus présente. Elle a tiré des bords et finalement, là, elle a gagné. Finalement, je comprends et j'accepte. J'ai même osé la formuler à haute voix, cette idée. D'abord à mon amoureux dans la voiture, puis à mon amie Miss P. 
A lui, sa première réaction a été de demander "Pourquoi ?" puis ensuite "Tu es vraiment sûre ?..."
J'ai un peu vacillé mais au fur et à mesure que j'exprimais mes arguments à haute voix, ça les rendait plus réels. Même si ma voix était un peu vacillante, plus tellement certaine au bout du compte.

Miss P., elle a dit "Ah bah nan alors !" Elle n'était pas d'accord, alors j'ai ressorti les arguments, pour expliquer et aussi pour me conforter dans mon choix. Elle a compris, un peu déçue tout en étant mon amie avant tout. Elle a compris.

Il est temps de nous dire au-revoir. Toi, toi, toi et toi aussi, et tous les autres. 

Ta Grosse Blonde Paresseuse va tirer sa révérence, ici, sur la grande toile de l'Internet mondial, après presque 7 ans d'existence.

En août 2011, j'étais... déjà Grosse, déjà Blonde, déjà Paresseuse, Maman, mariée, je vivais dans une grande et belle maison dans un trou paumé à la campagne, je venais de finir d'écrire ma p'tite histoire et j'avais encore des choses à dire. J'avais besoin d'écrire, tout le temps. C'était très centré sur mon moi-même et surtout très thérapeutique.

Au hasard des billets, tu es venu, toi, toi, toi et toi aussi. Parfois, tu as laissé des commentaires, parfois tu es parti, parfois tu ne disais rien, tout en étant là quand même. Tu m'as tellement aidée... bien plus que tu ne l'imagines.
Grâce à tes boobs, je suis passée à la télé. Grâce à nous toutes, certaines sont allées faire leur mammographie et c'est ma plus belle victoire.
Ecrire m'a fait du bien, savoir que je pouvais te faire rire ou t'émouvoir parfois, c'était un truc bien dans cette vie qui ne me rendait pas hyper heureuse à l'époque.

Ma vie a changé, je suis toujours Maman (Crapaud-poilu va très bien, merci pour lui), j'ai divorcé après une longue, très longue réflexion, j'ai quitté la grande maison, mon ancienne vie. 
Et puis lui... Lui, mon amoureux, le merveilleux, le doux, le tendre et fort, le cuisinier délicat, le drôle. Tout a changé parce que maintenant, je n'ai plus besoin de partager ma vie, devenue banale et délicieuse, je n'ai plus besoin d'extérioriser quoi que ce soit, en tout cas plus de cette manière-là. Tu le sais, je n'ai jamais voulu "écrire pour écrire". J'ai la chance d'avoir un métier qui me fait vivre correctement, le blog n'est pas mon gagne-pain, je n'ai donc plus d'hésitation.

Tu sais aussi, depuis le temps, à quel point la culpabilité fait partie de ma vie, sur plein de sujets différents. Alors quand il y a quelques mois, j'ai commencé à me sentir coupable de ne pas écrire assez... J'ai dit stop. Enfin, j'ai dit "Nan, mais ça va revenir, l'envie d'écrire". 
Et puis non, en tout cas pas assez, pas ici, plus sur moi.
J'ai besoin de faire de la place de mon esprit pour d'autres choses et surtout, de le désencombrer de ce qui n'est pas nécessaire. Culpabiliser de ne pas écrire sur un blog que tu as toi-même créé, ce n'est pas nécessaire.

Maintenant, je vais bien et c'est pas hyper intéressant comme sujet.

Il est l'heure de nous quitter, sans regrets, avec le souvenir de toutes les belles choses vécues ici.

Peut-être que certains seront déçus, peut-être que certains vont tout simplement supprimer leur favori et leur flux RSS, peut-être que certains auront déjà compris depuis quelques temps.
Je présente mes excuses à Armelle, croisée dans la file d'attente des cabines d'essayage chez H&M samedi et qui s'était retournée en me disant "Heu, excusez-moi, vous êtes Armelle du blog ? Je vous lis !"
Je lui présente mes excuses d'avoir été peu causante, me sentant un peu godiche et surtout, de ne pas lui avoir dit "Oui, mais bientôt, il n'y aura plus rien à lire".

Je suis toujours Grosse, toujours Blonde, toujours Paresseuse. Je suis avant tout Armelle. La vraie, celle qui désormais préfère vivre sa vie plutôt que la raconter.

Un million de mercis pour m'avoir aidée à comprendre que je pouvais faire du bien, pour m'avoir émue de vos messages, pour toutes ces bonnes ondes transmises quand j'en avais besoin.
Tu m'as tellement apporté.

Je t'embrasse. Toi, toi, toi et toi aussi.

* * *

Les commentaires resteront ouverts une semaine si tu veux laisser un témoignage genre Livre d'Or de mariage ^^ Mais pas des trucs tristes ou des reproches, hein ! Déjà que c'est compliqué... 
Ensuite, ils seront clos.

En revanche, tu pourras toujours m'envoyer un mail à blondeparesseuse@gmail.com

Les collègues, comme d'hab', on ne parle pas de ça au bureau ;-)


9 avr. 2018

Le parfum de la fleur d'oranger



Alors, il serait peut-être temps que je vous raconte ces petits jours à Séville ! Quelques instantanés de ces jours ensoleillés (yeah !!), emprunts de solennité pour cause de Semana Santa et de gourmandises à base de tapas y media raciones.

Les billets avaient été pris à un tarif défiant toute concurrence lors du black friday et la réservation d'un appartement sur Air BnB dans la foulée, appartement fort bien situé et équipé dans lequel pourtant, nous n'avons fait que passer, soucieux de profiter à fond de l'air tiède du printemps andalou.

30 mars 2018

Nan mais t'as cru qu'la vie c'était un kiwi ?



Il était une fois, un petit kiwi qui revenait traîner ses côtes ici-bas, fort marri qu'on l'ait presque oublié. Alors que d'aucun se demande qu'est-ce que je peux bien foutre à ne rien publier que mes bougies d'anniversaire, je me suis dit qu'il était temps qu'on se demande si bon sang, la vie c'est un kiwi ?

18 mars 2018

Trop de bougies



J'ai pas vraiment compté mais je crois qu'il y en avait trop. De toute façon avec M.-la-Catalane, on trouve que 47, ça fait trop. On a un jour d'écart elle et moi et souvent, on fête nos anniversaires ensemble.

Comme nous n'y pouvons pas grand chose de toute façon, on a mis des bougies en vrac sur plein de gâteaux et on a soufflé. Et puis nous nous sommes rendues compte qu'on avait oublié de faire un vœu alors on a recommencé, avec une bougie chacune. 

On a bu du champagne, on a mangé les gâteaux, on a discuté, ri. Au final, peu importe, c'était un goûter d'anniversaire, un goûter du dimanche après midi et c'était un bon moment. Je me demande si c'est fini le temps des grosses chouilles en soirée. Peut-être. Et alors ? Du moment qu'on passe du bon temps ensemble, je me moque de savoir si c'est pour le thé ou pour danser.

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont texté, envoyé des messages par différents moyens, mon téléphone a fait des petits ding toutes la journée. Merci à tous pour vos pensées fugaces ou intenses, c'était délicieux.

J'ai quarante sept ans. Ça fait drôle et en même temps... c'est pas si grave.

Plein de bisous.

-----

EDIT du lundi matin : je crois bien que c'est la première fois depuis que je vis à La Rochelle que je pars travailler le lendemain de mon anniv... sous une belle averse de neige !



12 mars 2018

Le temps qui s'écoule



J'ai pas grand chose de bien passionnant à raconter en ce moment. Ma vie se déroule gentiment, avec ses accélérations professionnelles mangeuses de temps, ces moments de glande à la maison pour se reposer, j’enchaîne les jours sans aspérités et c'est tant mieux.

1 mars 2018

Un jour sans fin


Mercredi matin. Je me réveille dans la très vintage chambre d'un hôtel du Gers où je suis en déplacement pro. Il est 6h et j'ai du mal, je me suis déjà levée à 5h la veille et j'ai du sommeil en retard...
Alors que le soleil était radieux la veille, il y a ce matin 3 cm de poudreuse dans la ville. 

25 févr. 2018

Thaïlande : carnet de voyage #4



Déjà presque 4 semaines que nous sommes rentrés... Que ça passe vite. Voici le dernier épisode de notre voyage thaïlandais : Bangkok.
Ce séjour a été un peu particulier dans le sens où nous avons été chaleureusement accueillis par C., une très chère amie de Darling qui vit là-bas depuis 6 ans. J'étais hyper heureuse de faire sa connaissance, depuis le temps que j'entendais parler d'elle ;-)

19 févr. 2018

Le cœur serré et heureux



Ils sont arrivés à l'heure dite. On avait dit samedi 14h, ils étaient là à 13h59. Un véhicule utilitaire vert, pas tout neuf. On s'est serrés la main et j'ai dit "Vous pouvez reculer un peu sur le trottoir si vous voulez".

Elle est jeune, blonde, mince et serrée dans un manteau brun un peu usé, souriante. Il est plutôt costaud, barbu, souriant lui aussi. On entre dans la maison et je leur présente le fauteuil relax qui devient à cet instant le leur. Je leur propose de l'essayer, leur montre comment actionner la manette qui permet de se mettre en position relax. Je ne cache pas la petite tache sur l'accoudoir.

17 févr. 2018

Thaïlande : carnet de voyage #3



Il est de temps de partir vers le Sud, de quitter Chiang Mai, ses belles maisons, ses marchés, sa cuisine pour nous diriger vers notre prochaine destination : l'île de Koh Phangan. Elle se trouve sur la côte Ouest, entre Koh Samui et Koh Tao.
Le voyage démarre par un lever à 5h du matin. C'est déjà notre quatrième lever en Thaïlande et on a mis le réveil tous les jours pour partir ;-) 

L'itinéraire est costaud aujourd'hui : taxi + avion + bus + bateau + taxi. J'avoue que j’appréhende un peu. Ayant tout réservé nous-mêmes (vive Internet), bah si ça se passe mal, on ne pourra s'en prendre qu'à nous-mêmes aussi. A moi-même donc, incapable que je suis de penser instinctivement que mon compagnon est aussi mouillé dans l'affaire... Alors que si, il me rassure sans cesse à grands coups de "De toute façon, c'est pas grave". 

15 févr. 2018

Message personnel



Tu sais que je n'aime pas les roses à longues tiges, les Baccara ou je ne sais quoi. Celles qui coûtent un bras, qui sont produites au Kenya et font des milliers de kilomètres...

Tu sais que je les trouve ridicules, pompeuses et surfaites.

Tu me connais...

Tu sais que j'adore le mimosa, même si toi, il t’écœure un peu. Moi, le mimosa, c'est ma plus lointaine odeur d'enfance. Née à Saint Raphaël, elle reste dans ma mémoire olfactive.

Malgré ton désamour pour les petites boules jaunes et duveteuses à l'odeur entêtante, malgré ça, tu m'as offert mon plus beau bouquet de St Valentin. Une brassée de mimosa qui a voyagé dans ta voiture et t'as fait éternuer sur la route du retour.

J'aime le mimosa, j'aime que tu aimes me faire plaisir, parfois au détriment de ton propre confort.

Je t'aime tellement.

Mon amour.


12 févr. 2018

Notre cours de cuisine à Khroua Baan Thaï

Pook
Je sais que certains attendent ce billet avec impatience depuis quelques photos publiées sur Instagram. Il est temps ! Je vais te parler du super cours de cuisine que nous avons pris à Chiang Mai, dans l'école de Pook et de Yves : Khroua Baan Thaï

Dans plusieurs guides étudiés durant la préparation au voyage (période que j'affectionne presque autant que le voyage lui-même), il était recommandé, si la durée sur place le permettait, d'aller prendre un cours de cuisine à Chiang Mai, région réputée pour sa gastronomie. Effectivement, quand tu recherches sur Internet, il y en a plusieurs ! Dont Khroua Baan Thaï qui a l'avantage indéniable de dispenser les cours en français ;-)

8 févr. 2018

Thaïlande : carnet de voyage #2



Partie suivante du voyage : Chiang Mai ! Deuxième ville du pays (2 millions d'habitants vs. les 10 millions de Bangkok...), dans le Nord du Pays. A peine arrivés, et après avoir passé la journée à Ayutthaya, nous reprenons un vol intérieur pour rejoindre notre deuxième étape. Ah tiens, c'est le Nooooooord, mais il fait vachement chaud pour le Nooooooord...

6 févr. 2018

Sticky Rice my love



J'adore le Sticky Rice with Mango. Du riz gluant avec de la mangue, en français. C'est un de mes desserts préférés. Malheureusement, je ne peux en manger à La Rochelle qu'après avoir été faire un saut chez Picard parce que par chez nous, il n'y en a pas. Il est bon... mais... pas si bon. Alors autant te dire qu'en Thaïlande, PAYS du sticky rice, je m'en suis léchée les babines.

4 févr. 2018

Thaïlande : Carnet de voyage #1



Comme d'habitude, je ne sais pas par où commencer... Un voyage de 12 jours, on a beau dire, ça fait des centaines de photos, plein de trucs à raconter, et j'ai beau avoir l'habitude de faire des comptes rendus tout le temps au boulot, là je dois dire que je ne sais pas où débuter...

Je crois que je vais essayer de faire simple. Nous avons été dans 4 endroits différents : Ayuttahaya, Chiang Mai, l'île de Koh Phangan et Bangkok. 

29 janv. 2018

Back to Bangkok


Et voilà, nous avons pris notre cinquième avion depuis notre départ de France pour revenir de Koh Pha Ngan à Bangkok.  Et je suis heureuse car nous n'avons eu aucune galère de transport à part un peu de tourne en rond ce soir avec le taxi qui ne trouvait pas l'adresse de l'amie chez qui nous finissons le séjour ;-)

Bien entendu, je te raconterai en détails notre périple, notre génial cours de cuisine à Chiang Mai, les plages de sable blanc de l'île, les barbecues sur la plage et la nage avec les petits poissons multicolores, les massages thaï ou non...

Un vrai rêve. 

Il nous reste 4 jours pour se balader dans cette mégapole de 10 millions d'habitants...

A très vite.

La vue depuis le balcon de notre amie

Notre hôtel à Koh Pha Ngan

Night market à Chiang Mai 


C'est moi qui l'ai fait !





24 janv. 2018

Some news


En quelque mots... tout va bien.

Un peu de jet-lag mais pas tant que ça finalement. Des journées où on se lève super tôt, des visites, des odeurs ou des parfums, des couleurs parfois floutées par la pollution mêlée de brume de chaleur.

Ah oui, il fait chaud à Bangkok. 33°.
Je peux te dire que je ne regrette pas mes mini-cheveux ;-)
Ce matin, départ pour Chiang Mai, pour une autre atmosphère, plus tranquille et plus fraîche paraît-il...

Là on attend encore à l'aéroport. On passe son temps à attendre dans les aéroports !

Quelques photos sans légende,  le récit plus tard. D'autres photos et d'autres récits sur Instagram et Facebook...

Des bisous. Et oui, comme d'hab, Dominique est chargée du maintien de l'ordre.










15 janv. 2018

Back to pixie



Bon ben voilà, c'est fait. Je suis de retour à l'ultra-court... Décision prise avec un prétexte discutable : avoir la paix en Thaïlande et ne pas avoir à gérer des cheveux qui rebiquent sans cesse, une frange raplapla et peu conciliante, pour cause de température et d'humidité excessives. Et ne pas à avoir à emporter de sèche-cheveux pour ne pas plomber la valise.

10 janv. 2018

Température ressentie




Hier soir, pleine de motivation et après trois semaines d'interruption, j'avais repris mon sac de piscine pour mon cours d'aquatraining (tapis de course dans l'eau sur la première partie de la séance, puis travail des bras ensuite). Mo-ti-vée. D'autant que je venais de terminer tous les marrons glacés et que eux, leurs copains orangettes et pâtes de fruits avaient trouvé refuge dans mes bourrelets et dans mon cul et que je comptais bien les en déloger.

8 janv. 2018

J'en ai marre



J'en ai marre, j'ai pas envie d'écrire un nouveau billet sur une de mes idoles qui disparaît. Au final, je suis bien plus triste d'avoir appris la disparition de France Gall que celle de Johnny. Johnny, c'était une partie de ma vie, je fredonnais ses chansons, celles de France, je les connaissais par cœur.

1 janv. 2018

Je te la souhaite bien bonne




2018... déjà. Bon sang, que cette année est passée vite. A peine le temps de se retourner que c'est déjà demain... Aujourd'hui, on a entamé cette nouvelle année sous la tempête, pour une fois, elle n'a pas démarré en pleine nuit et ça, c'est déjà un bon présage. Le jour, tout fait moins peur.