6 déc. 2017

On a tous en nous un souvenir avec Johnny




Ce matin, la France se réveille quasi en deuil national. Et j'ai beau faire la maline, rigoler en douce, penser à tous les numéros de Confessions Intimes consacrés aux fans de Johnny, aux tatouages de loup sur fond de pleine lune, aux gilets en cuir à franges, ben malgré tout, ça me touche...


J'ai à peu près 5 ans. Mon père écoute les vinyls de Johnny et je connais un peu les paroles de Gabrielle. Je sais surtout bien lever les poignets au-dessus de ma figure et crier "Mourir d'amour enchaîné-é".
Gabrielle, tu brûles mon esprit, ton amour étrangle ma vie.

J'ai à peu près 17 ans. Je suis dans un club de vacances en Tunisie avec mes grands-parents et Ninou-ma-sœur. Le soir, il y a des petits spectacles assurés par l'équipe d'animation et à la fin de la semaine, il y a un spectacle où peuvent participer les vacanciers. Ninou et moi, on s'inscrit, trop contentes de passer nos journées dans le noir de la salle à répéter avec les animateurs. Pour moi, ce sera Etienne de Guesch Patti (interprétée magistralement en play-back avec un jean et un bustier en velours noir, à grand renfort de poses lascives sur un tabouret de bar) (t'aurais vu la tronche de mon grand-père). Une cassette VHS du spectacle circule encore sous le manteau en famille...
Pour Ninou, ce sera J'oublierai ton nom. Elle est assise sur le même tabouret pour play-backer la partie de Carmel et un autre vacancier de notre âge (Grégory ?) fait la partie de Johnny avec un perfecto trois fois trop grand pour lui. Ma sœur doit avoir 15 ans, je crois me souvenir qu'elle a un peu patiné sur la partie en anglais, mais je me souviens d'elle, lumineuse sur scène.
Hein, c'était cette chanson-là, Ninou ?

J'ai à peu près 22 ans, je viens de rencontrer le père de mon fils et nous allons avec ses amis, qui commencent à devenir les miens, voir Johnny aux Francofolies. A l'entrée de l'esplanade où se déroule le concert, des gens distribuent des petits bandanas rouges vifs, logotés M6, cette année-là partenaire du festival. On en récupère tous un qu'on fourre dans le fond de notre poche. On chante à fond avec un Johnny passablement saoul, quasiment incapable de prononcer des paroles cohérentes lorsqu'il parle, mais à fond quand il chante.
Trois ans plus tard, je suis Maman. Au bout de quelques mois, ras-le-bol de voir mon poussin arracher le drap housse de son petit lit pour le suçoter, je cherche un doudou, un bout de tissu puisqu'il ne veut d'aucun des petits animaux mignons offerts à sa naissance. Un petit carré de coton, ça serait parfait... Du fond d'un tiroir, je ressors le bandana rouge du concert de Johnny. Ça deviendra son "nin-nin". Coup de pot, j'en ai deux. Quelques années plus tard, le truc est devenu rose à force de délaver dans la machine, il commence à s'effilocher. Je fais le tour des copains présents ce soir-là, j'en récupère un neuf. Comme toute Maman qui se respecte, je crains de perdre le précieux. J'appelle donc le service Clients de M6 pour leur demander si, à tout hasard, il ne resterait pas un bandana du concert de Johnny... Non Madame. On veillera donc sur le précieux. Je crois qu'il en reste aujourd'hui un exemplaire, tout miteux, tout caché... mais encore là.

J'ai à peu près 38 ans. Avec des copains, on décide d'aller voir Johnny en concert au Stade de la Beaujoire à Nantes. Un peu goguenards mais en se disant qu'il faut faire ça au moins une fois dans sa vie. Pinaise, j'ai bien fait ! Trente-quatre mille personnes, j'ai jamais vu ça, le plus grand concert que j'ai fait jusqu'à ce jour. Bon ok, y'a Christophe Mae en première partie mais après... ZE SHOW. Les musiciens sont incroyables, les choristes n'en parlons pas. Et puis Johnny... Deux heures d'un show de malade, avec moto sur scène, feux d'artifices. Je suis complètement retournée parce que le bonhomme a quand même alors 66 ans. Ça reste un souvenir fabuleux.

Ce matin à la radio, j'ai entendu plein d'extraits, de plein de chansons, de plein d'époques. Ces chansons m'ont accompagnée depuis ma naissance, j'en connais beaucoup par cœur. On peut se moquer, on peut ne pas aimer, mais ce matin, ça fait bizarre.

Je ne suis pas sûre que ce soit Toute la Musique que j'aime, mais Je te promets... Que je t'aime.



39 commentaires:

  1. Mon plus grand souvenir de Johnny…

    J'ai sept ans, je suis sur les genoux de ma tante de la Vienne, elle sent la cigarette et le "Poison" de Christian Dior, y a Johnny à la radio et ma tante chante par-dessus Johnny.

    "Quelque chose de Tennessee
    Cette force qui nous pousse vers l'infini
    Y a peu d'amour avec tellement d'envie
    Si peu d'amour avec tellement de bruit
    Quelque chose en nous de Tennessee…"

    Je suis pas fan en soi, de Johnny. J'ai pas pleuré sur lui comme sur Leonard Cohen l'année dernière. Mais ça fait quand même un drôle de vide…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est ça, je ne suis pas fan absolue, mais ça fait tout drôle...

      Supprimer
  2. M'en souviens encore du concert à la Beaujoire, pourtant j’habite à plus d'un kilomètre à vol d'oiseau, on l'entendait assez pour identifier le titre des chansons!!

    RépondreSupprimer
  3. très joli post
    Je suis tout à fait d'accord avec toi. j'ai moins de souvenirs touchants que toi mais ça été ma première phrase ce matin, avec mon mari, qu'on aime ou qu'on aime pas, ça fait "bizarre"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà. Bon après, faut pas non plus en faire trop, hein...

      Supprimer
  4. leyleydu956/12/17

    Tu as raison, on a un tous un souvenir avec Johnny!
    Pour moi, c'était un concert au pied de la tour Eiffel en 2000/2001 il me semble;il y avait tellement de monde et j'étais si loin que je n'ai pas vu l'idole "en vrai" une seule fois à part sur les écrans géants mais voir tous ces fans presque en transe dès qu'il disait un mot,ça m'a mis les poils!

    Et sinon, quelques paroles d'une chanson de Cali qui trottent dans ma tête depuis mon réveil et qui m'ont toujours fait rire sauf aujourd'hui ou j'aimerai enfin avoir la réponse:

    "Approche
    Il y a cette question qui hante mes nuits
    Combien de jours de deuil à la mort de johnny ?"

    paroles tirées de la chanson "il y a une question"

    RépondreSupprimer
  5. Ils sont jolis tes souvenirs :)

    RépondreSupprimer
  6. Kaylee6/12/17

    Je commence à te répondre pour évoquer mes souvenirs de Johnny, qu'écrire, il y en a tant... lorsque je rencontre le père de mon fils, il est fan lui aussi, il me parle d'une chanson qui l'a marqué "la fille que voilà". En 1995 je peux enfin pour la 1ère fois assister à mon premier concert de Johnny à Bercy, assise en septembre dès 9 h du matin sur la pelouse, avec de l'eau et un livre, je suis dans la fosse aux premiers rangs, lorsque Johnny arrive, je suis à 5 m du talon de ses Santiags, les larmes coulent d'émotion, je suis fan depuis que j'ai 10 ans. Je me brûle les doigts en tenant le briquet sur "Tennessee"...

    RépondreSupprimer
  7. Nous deux, on a le même âge que Johnny...
    On l'a connu en noir et blanc, en couleur, en paillettes, en sueur, défoncé, dans la lumière, avec ses excès, avec sa pudeur...
    Posters de "Salut les copains" sur les murs, fidèles devant "âge tendre et tête de bois" à la Tv, fait d'armes quand Papipic raconte aux petits-enfants qu'il a cassé 2 rangées de chaises à un concert de campagne qui à l'époque regroupait Johnny, Sylvie, Sheila,Dutronc et d'autres...
    Souvenirs tendres quand Papipic me chantait "cette fille là mon vieux, elle est terrible" et mon voile de mariée à capuche comme Sylvie ;)
    Puis un concert avec la bande de copains de l'époque, plus de voix...
    Non, on peut pas dire qu'on était fan, il était juste à côté de nous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est magnifique ce que tu racontes Mamina. J'imagine la tête des chicoufs à l'écoute de l'histoire de Papipic !

      Supprimer
  8. Madame H6/12/17

    Ben .... j'ai beau chercher, en ce qui me concerne j'ai aucun souvenir de Johnny, moi !!!
    Je suis peut être passée à côté d'un monument national didon !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE6/12/17

      Idem. Il était dans le paysage, c'est tout.

      Supprimer
    2. Pareil... mais je suis triste malgré tout...

      Supprimer
    3. C'est pas grave, hein ;-)

      Supprimer
  9. Ninou la sœur6/12/17

    Oui c'était bien cette chanson là.....par contre pour le yaourt anglais, ça m'étonnerait ��
    Si c'était galère....
    Pour l'âge, j'aurais dit 14, mais qu'est ce que ça change !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, t'as peut-être raison, je dois me gourer d'une année.
      Bisous soeurette

      Supprimer
  10. Smouik6/12/17

    Je ne suis pas une "fan" au sens "dingue de". Mais j'ai été à trois concerts de Johnny dans ma vie parce que, comme tu l'écris si bien, c'est une vraie bête de scène, il t'emporte, quoi que tu fasses... Et cette voix !
    Je l'ai croisé une fois dans un restau, il y a au moins 25 ans et il était accroché à la rambarde d'un escalier pour ne pas tomber^^ ça fait partie aussi de sa légende...

    RépondreSupprimer
  11. Très joli post, Armelle...
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  12. Kathy6/12/17

    Ce matin, je me suis dit : ne sois pas ridicule, tu ne vas pas pleurer quand même !?...et ben ,si !... :-( . La première chanson qui m'a marquée, j'avais 9 ans, c'est : " Que je t'aime !" je trouvais çà très rigolo le passage " quand tu deviens chienne ", j'ai compris des années plus tard la signification et j'aime toujours autant cette chanson !... Merci pour ce billet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan, moi j'ai pas pleuré... un peu retournée.
      J'adore ce que tu racontes : je t'imagine petite en train de l'imaginer se transformer en caniche ;-)

      Supprimer
  13. Chris (aka Paquita Chocolatera)6/12/17

    Il est vraiment sorti en 1960, je suis née en 1961 donc Johnny, même si je suis pas fan, j'ai quand même vécu avec. Les samedis soir Maritie et Gilbert Carpentier à regarder en famille, un concert de lui dans les années 70 où il a excité les gitans venus de Perpignan pour le voir, il y a eu des bagarres avec les vigiles, Johnny a fait 20 mn de concert puis il s'est barré puisque personne n'entendait ses appels au calme (alors qu'il avait bien chauffé les esprits). Des chansons que j'aime, d'autres non. Et ce matin ma première pensée a été pour son vieux pote Eddy, j'ai réalisé qu'il ne serait pas éternel lui non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je suis bien plus fan d'Eddy que de Johnny... Et oui, nos idoles ne sont pas éternelles.

      Supprimer
  14. Pareil pour moi née en 1961, j ai vécu avec.Mon 1 concert j ai 15 ans période Gabrielle lui tout de bleu vêtu une bête de scène. 2ieme concert il y a 10 ans la bête est toujours là la voix plus grave . Depuis ce matin, je fredonne
    Merci Armelle pour ce post

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous aussi on fredonne au bureau !

      Supprimer
  15. Reine7/12/17

    Moi, mon seul concert de Johnny, c'était à Marseille ,78 ou 79. Ce concert a dû battre un record de plus courte de durée ....en effet, beaucoup de retard , un public hyper chaud et très imbibé, début du concert, sifflets, hurlements,et 15 mns après, les chaises volaient, arrachées du sol . Moi, allongée par terre, essayant de protéger ma tête. Concert arrêté et bousculade pour sortir sans tomber et se faire piétiner. Des attouchements aussi .... Bref,super souvenir

    Souvenir plus drôle: ma soeur ,14 ans de plus que moi, groupie de la première heure avait fait croire à mes enfants qu'elle avait été fiancée à Johnny et l'avait quitté pour leur Tonton. Mes enfants étaient fascinés par cette histoire d'Amuuur et y ont cru très longtemps. Ils ont appelé ma soeur hier pour lui présenter leurs condoléances !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chris (aka Paquita Chocolatera)8/12/17

      Les années 70 ont été les pires de sa carrière je crois !

      Supprimer
  16. Je me souviens surtout de ses exils....fiscaux , hein :pas politiques comme Victor
    de ses retours en France pour se faire soigner...
    des accusations de violences et de viols....
    de ses soutiens à sarko , balkany ...etc
    alors , l'hommage national , j'avoue , j'ai du mal:-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reine9/12/17

      Même malaise ici

      Supprimer
    2. Edith (de Savoie !)10/12/17

      Comme toi. Je n'appréciais ni le personnage ni les chansons. Pourtant à mon âge avancé, j'ai eu le temps de toutes les entendre.

      Supprimer
  17. Anonyme8/12/17

    Voici mon 1er souvenir de Johnny
    Je vais vous raconter mon premier johnny, nous habitions à Rennes c'était dans les années 1965/1966 Johnny venait y chanter et devait faire des dédicaces dans une maison de disques.

    Avec ma soeur Josseline nous y sommes allées après nos heures d'école, sans rien dire aux parents , notre Johnny n'est pas arrivé à l'heure et il a bien fallu rentrer à la maison assez tard.

    Nos parents très en colère nous attendaient de pied ferme et nous avons pris une bonne raclée (maintenant je comprend leur colère et leur angoisse).

    Ce jour-là maman avait fait des crêpes pour le souper, nous sommes allées au lit sans manger, une bonne punition pour des petites bretonnes qui adoraient les crêpes.

    Voilà mon premier souvenir de Johnny, heureusement il y en a eu bien d'autres plus heureux.
    Odile

    RépondreSupprimer
  18. Je n'étais pas fan au sens propre du terme, mais j'aimais quelques chansons. Je respecte la peine de ses fans et imagine leur déception en apprenant que leur idole se fasse inhumer à Saint Barthélémy.... J'ai eu par contre un gros coup au coeur en entendant la déclaration de Donald Trump.

    RépondreSupprimer
  19. Anonyme10/12/17

    Bravo pour ce joli article Armelle ! Il est repris de partout, tu le mérites bien.

    J'espère que la soirée de Noel fût chic et choc.

    Bonne fin de week end

    Clémentine

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Toi :-)
    Voilà, je suis remontée jusqu'au commencement. Pas pu commenter, parce que sur le smartphone faut prouver que t'es pas un robot et les panneaux à répétition, bof bof. Déjà, un immense merci pour les sourires et les fous rires, les moments d'émotion, avec en plus cette drôle d'impression de savoir à l'avance comment ça va tourner. Un peu comme si j'avais jeté un coup d'œil indiscret à la fin du livre avant de le reprendre au début.
    Johnny, ben...Je l'ai croisé une fois, à un Salon du Livre (ben oui), vers 1985 ou 86. J'étais tout sauf fan. L'agitation soudaine, la rumeur, et là juste à côté Johnny, entouré d'un paquet de gros bras. Ben je reconnais que le gars avait du charisme.
    Passionnant n'est-il pas ? :-)

    RépondreSupprimer