6 sept. 2017

Le courage



Le courage, c'est assez subjectif comme notion. Etre courageuse pour moi, c'est entrer dans la mer ou dans une piscine dont la température est inférieure à 30°. Etre courageux(se), c'est être bénévole dans une association d'entraide, de celles qui côtoient la misère sociale. Etre courageux, c'est décider de traverser des pays et des mers sur une embarcation de fortune pour chercher une vie meilleure. Etre courageux(se), c'est choisir de devenir médecin, ou infirmière. Etre courageuse, c'est partir seule en voyage, dans des pays inconnus. Etre courageux(se), c'est faire du sport de compétition. Etre courageuse, c'est sauter à l'élastique ou faire de la spéléologie. Etre courageuse, c'est manger une huître.


Très relatif donc.

Ce soir, au téléphone avec Crapaud-poilu, j'ai vraiment pris une grosse claque de courage quand il m'a raconté ça : lorsqu'il l'avait croisé au self le midi, il avait bien vu qu'il y avait quelque chose de différent. C'était ultra perceptible mais comme il avait cours l'après-midi, il s'est dit qu'il verrait bien.

J'ose à peine imaginer la trentaine de paires d'yeux interloqués, goguenards, agressifs ou moqueurs qu'il a dû subir.

"Tu vois Maman, notre prof de gestion de projets, Monsieur Lambda ? Ben c'est devenu Madame Lambda".

Madame Lambda a expliqué clairement à ses étudiants qu'elle était dans un processus de transition sexuelle et que désormais, ce n'était plus Monsieur, mais Madame... Qu'elle accepterait, qu'elle comprendrait qu'il puisse y avoir des erreurs involontaires, mais qu'elle souhaitait que chacun ne le fasse pas volontairement.

LE COURAGE.

J'ose à peine imaginer la difficulté, les doutes, la peur qu'il faut affronter, d'une part pour assumer d'entrer dans ce processus et d'autre part, de le faire alors qu'on exerce un métier qui vous met face tous les jours, à des dizaines d'étudiants, à des collègues, à une administration. Ça, c'est du courage.

J'ai senti Crapaud-poilu un peu chamboulé. Il m'a dit que pour le moment, ce n'était pas non plus hyper évident de l'appeler Madame parce que les signes extérieurs n'étaient pas très féminins : un jean slim, une veste cintrée, des cheveux un peu plus longs, un haut échancré qui laisse voir un petit peu d'une poitrine qui pousse, la voix qui mue vers du plus aigu, mais pas tout le temps...
En revanche, une super french manucure qu'il a dit.

Madame Lambda a "une trentaine d'années" et un putain de courage.

Je suis fière aussi de mon poussin, qui a eu le courage de claquer le bec à ceux qui gloussaient derrière lui, en glosant sur la "grosse tantouze". Il s'est retourné et leur a dit "C'est bon, hein, c'est son problème et on a autre chose à foutre que d'en discuter".
Courageux aussi mon poussin, toujours défenseur des plus faibles et super sensible. Je l'aime aussi quand il me dit que c'est dégueulasse que l'Administration de l'école ne veuille pas (pour l'instant), modifier son adresse mail professionnelle (son prénom a été féminisé).

Alors moi, maintenant, je vais arrêter de penser que je suis courageuse quand je sors en jupe alors qu'il ne fait pas beau, que je m'attaque à une grosse pile de linge à repasser ou que je vais me dandiner une fois par semaine à l'aquagym, avec mes bourrelets et mes grosses fesses.
C'est de la gnognotte tout ça.

Le courage, c'est Madame Lambda, ex-Monsieur Lambda, qui explique à trente étudiants de 21 à 30 ans, qu'il est transsexuel.



53 commentaires:

  1. Wahou ! Oui, la claque ! Je suis admirative.
    Ca va pas être évident avec l'administration... Il y a un cas ici à Nancy (vu une émission à la télé, sinon, j'aurais jamais su) prof, qui est en arrêt maladie depuis des années. L'administration n'a jamais voulu faire les changements, du coup le paye à rien faire ...
    Dans une moindre mesure, tu vois j'ai toujours eu une adresse mail professionnelle nom.prénom@ac-nancy-metz.fr
    Séparée en 2004, divorcée en 2007, et ben jusqu'à ma retraite en 2014, j'avais toujours cette adresse mail avec mon ex-nom d'épouse malgré les dizaines de coups de fil, de mails, de ralage etc.... Alors ....
    Il est courageux, ton crapaud poilu aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Administration est parfois complètement bouchée. C'est rageant !

      Supprimer
  2. Effectivement, très courageuse cette madame Lambda. Et bravo à ton fils pour son intelligence, on voit q'il a été bien éduqué !

    RépondreSupprimer
  3. Chris (aka Paquita Chocolatera)6/9/17

    Oh oui c'est du courage ça ! Et ton Crapaud Poilu est formidable.

    RépondreSupprimer
  4. Reine6/9/17

    And again #hairytoadteam

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE6/9/17

      Un tout petit peu en avance, bonne fête Reine !!!

      Supprimer
    2. Reine7/9/17

      Aaaaah ! Merci ! !!!
      Ce matin j'ai attendu, en vain , que le Chéri y pense. ..Ben non !
      Ce soir, gare à lui!!
      Les enfants ? Même pas en rêve !

      Supprimer
    3. Hé Reine; hier en regardant ce qui s'est passé dans le monde un 7 septembre, je n'ai trouvé de marquant que ta fête, l'anniversaire de mon petit gars et l'indépendance du Brésil. Happy you !

      Supprimer
    4. Bonne fête Reine et joyeux anniv' au petit de Daphné ;-)

      Supprimer
    5. Reine7/9/17

      Hey hey bon anniversaire Virgile!!

      Supprimer
  5. DOMINIQUE6/9/17

    Connu une histoire équivalente, mais dans un milieu encore plus... difficile. La prison. Un garçon condamné à une lourde peine qui a, à force de courage, et hélas de mutilations, a réussi non seulement à se faire opérer, mais aussi à changer d'Etat-Civil. Tout ça en étant détenu. Il a fini sa peine dans la prison pour femmes de Rennes.
    Bon, je n'ai pas les détails, mais je suppose qu'il/elle a dû avoir de sérieuses galères.
    Quant à ce professeur, quel courage en effet. Bravo à ton fils qui a tout de suite compris. Pour les jeunes idiots autour de lui, je pense surtout que ce genre de choses leur fait peur.
    Et merci pour ce récit qui relativise bien de nos galères !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine que dans le milieu carcéral, ce doit être l'enfer...

      Supprimer
  6. Fabignou6/9/17

    Wahou ! Effectivement, ça remet les choses en perspective.
    J'espère qu'un jour ce ne sera plus courageux de s'assumer transsexuel ou gay, que ce sera juste une donnée au même titre que la couleur des yeux ou la taille. C'est clairement en éduquant nos gamins qu'on y parviendra.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi, ce serait vraiment une évolution de la société...

      Supprimer
  7. Une anecdote : au vestiaire de l'épicerie sociale où je suis bénévole (et rien de bien courageux là-dedans !) nous recevons depuis deux mois une jeune femme transsexuelle en galère d'argent, de logement, bien sur sans emploi, elle vient refaire sa garde-robe (on lui garde des trucs qui vont lui aller)
    ce matin, un officiant d'une église évangélique était là en même temps qu'elle et en a profité pour dire tout fort qu'elle était une anomalie, que "Dieu avait fait des hommes et des femmes et pas des monstres"
    vous imaginez la douleur ??? je l'ai sorti manu-militari du local mais ces paroles ont résonné en moi toute la journée... alors pour elle ?
    Je pense qu'en plus du courage il faut aussi une sacrée dose de résilience (détachement ?)
    Et quel courage aussi pour ceux qui s'occupent des personnes âgées, des handicapés... ce sont eux nos héros modernes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reine7/9/17

      Bouhhhh! !Ton histoire me fout les boules !!! Tous ces fous de Dieu,quel qu'il soit, ce sont eux les monstres!
      Et total d'accord il y a plein de héros et héroïnes du quotidien ( spéciale pensée à nos héros de l'hôpital public à cet instant )

      Supprimer
    2. Denis 27/9/17

      Si cette histoire te fout les boules fait attention à pas devenir un homme contre ton gré :-)

      Supprimer
    3. Reine7/9/17

      Aaaaah !

      Supprimer
    4. Anonyme7/9/17

      Mamina, je trouve que tu as eu du courage de sortir ce monsieur et je veux croire que la dame retiendra davantage ton geste que son discours dépassé.
      L'autre jour, j'ai lu que quelqu'un s'étonnait qu'on ait inventé le terme "cisgenre" alors qu il aurait suffi de dire "normal", grrrrr.

      Des bises

      Ariane

      Supprimer
  8. C'est vrai.
    mais tu sais pour moi le courage c'est quand tu es partie.
    Ce sont aussi tous ceux qui continuent de vivre après un accident, un décès.
    Enfin le courage du quotidien tu vois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. leyleydu957/9/17

      D'accord avec la première partie du commentaire de Coline;moi j'essaie mais je n'y arrive pas...
      Et en fait, je suis aussi d'accord avec la suite de son commentaire concernant les héros du quotidien ;-)

      Supprimer
    2. C 'est vrai Coline, comme c'est vrai de continuer quand "l'autre" part (vivre après un accident quoi...)
      Continuer quand "l'autre" en partant vous raye de la carte.

      Supprimer
    3. C'est difficile cette situation... Je te souhaite de trouver la sérénité et je t'embrasse.

      Supprimer
  9. Cette nuit, je n'arrivais pas à m'endormir en pensant à tous ceux balayés par Irma. Se barricader dans sa maison, sans savoir si elle tiendra - avec pour seule certitude qu'on sera seul, quand la tempête grondera.

    Puis je te lis et me dis que franchement, comment peut-on encore en être là. 67 % des transsexuels ont déjà pensé au suicide. Comment accepter ça ? En quoi est-ce que ça peut gêner qui que ce soit qu'on veuille simplement être heureux, être soi ?

    RépondreSupprimer
  10. ça avance, doucement, mais ça avance. Les exclus, avant, c'était les bâtards, ces enfants montrés du doigt. Quand j'étais enfant, il y avait peu d'enfants de divorcés, eux aussi sortaient de la norme. Maintenant, il y a des familles 'décomposées', 'recomposées', deux papas, deux mamans. Les bien-pensants sont outrés mais on avance. Le Monsieur qui devient Madame, c'est actuellement celui choque, celui qui est exclus. Dans 20 ou 30 ans, on l'acceptera. ça avance doucement ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement d'accord avec toi... les choses avancent malgré tout !

      Supprimer
    2. J'aime beaucoup ta réflexion, Jo. Oui, les choses avancent petit à petit...

      Supprimer
  11. Bravo à ton fils, mais s'il a eu ce courage, c'est aussi parce que celle qui l'a élevé en a fait ce qu'il est, avec sa tolérance, son ouverture d'esprit et sa capacité à défendre ce qu'il est, face aux autres. On vit une époque ou malgré des siècles d'histoire qui auraient du nous servir de leçon ailleurs que dans les livres, toutes les phobies se font une surenchère pathétique, dans le réel, mais encore plus dans le virtuel où la lâcheté, à l'abri de pseudos, se déc-haine. Les français, de râleurs, sont passés à aigris tendance infréquentables, ont-ils tous des vies aussi vides pour avoir fait de la critique un sport national ? Si tu veux en avoir un aperçu édifiant, les commentaires sous les articles de yahoo sont...... Bravo toi d'en avoir fait ce qu'il est, c'est là qu'on peut-être fières de nous à travers nos mômes (pourtant ils sont chiants des fois....).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme10/9/17

      Ce que son fils a dit, n'a rien de courageux. C'est même normal comme type de propos. Il n'était aucunement en danger après avoir prononcé ces mots, il n'a pas pris la peine d'entrer dans les détails pour être vraiment pédagogue et donc que ses paroles soient pertinentes et qu'elles aient une influence durable, etc. Il leur a juste dit de se la fermer, en y mettant les formes... rien d'extraordinaire, même si bien sûr cette maman peut être fière de son enfant qu'elle a parfaitement bien éduquée. :)

      Supprimer
    2. Honnêtement, ce n'était pas le lieu de faire de la pédagogie, en plein cours.
      D'ailleurs je ne suis pas certaine qu'il aurait pu, à mon avis, il ne connait rien au sujet.
      Effectivement, rien d'extraordinaire, si ce n'est de l'avoir fait.

      Supprimer
    3. Fakhtout11/9/17

      J'essaie d'apprendre à ma fille de 8 ans que non seulement il ne faut pas se moquer des autres, mais qu'il faut les défendre lorsqu'on se moque d'eux. Tu as réussi à inculquer ça à ton fils. Dans un monde idéal,il n'aurait pu eu besoin d'avoir à intervenir, mais dans celui dans lequel on vit, je trouve effectivement que c'était courageux. En fait, les prises de position le sont toujours, je crois.

      Supprimer
  12. Anonyme7/9/17

    bonjour, premier commentaire (sous-marin depuis trèèès longtemps) : j'ai croisé un-e monsieur/madame la semaine dernière à Pornic dans un supermarché, accompagné-e de 2 fillettes, et c'est exactement la réflexion que je me suis faite : quel courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce premier commentaire...

      Supprimer
  13. Kaylee7/9/17

    Ton fils s'est peut-être souvenu, car tu as dû le lui raconter, de ce soir où tu rentrais tard, toute seule en voiture, sous la pluie, tu avais pris en stop une personne en trench tout en te demandant si ce n'était pas imprudent, dont le son de la voix tranchait avec la féminité des vêtements... tu avais fait un superbe et émouvant billet à ce sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne sais pas s'il s'en est rappelé... Je lui poserai la question.

      Supprimer
  14. Oui, tu as raison, on a chacun son étalon du courage, ses limites au-delà desquelles l'acte devient courageux.
    Encore une fois, ce courage-là est conditionné par notre société, à son manque de bienveillance.
    Et puis ton garçon, s'il a eu cette réaction, c'est sans aucun doute parce que tu lui as permis, par tes mots et ton éducation, d'avoir un peu de recul et d'empathie.

    RépondreSupprimer
  15. du courage, une force.

    RépondreSupprimer
  16. Smouik7/9/17

    Oui je pense que tu as raison, la notion de courage est relative. En tout cas, celui des autres dans des situations difficiles/dramatiques/etc., permet de relativiser nos propres soucis. Mais même à petite échelle, un petit courage, avec les moyens qu'on a dans un contexte qui est le nôtre, c'est louable car il y a des courages invisibles que beaucoup de gens portent tous les jours. Parce que si l'on peut s'inspirer des autres, on n'en vit pas moins que face à soi-même. Cela étant dit, je vote bien volontiers pour qu'on décerne à cette prof a golden medal of courage ! Jolie histoire et je rejoins la #hairytoadteam...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fois Smouik, tu as les mots justes. Loin de moi l'idée de trouver des grands courages ou des petits courages... ni d'y apporter un jugement.

      Supprimer
  17. C'est effectivement une belle marque de courage !
    Pour moi, le courage se résume à faire quelque-chose dont on a peur ;)
    la-parenthese-psy.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, c'est une bonne définition...

      Supprimer
  18. Mayoun11/9/17

    Eh ben voilà, on avait bien dit #hairytoadteam!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrêtez, il va plus se sentir.

      Supprimer
    2. Mayoun12/9/17

      M'en fouts, il a l'air trop sympa. J'ai un fils du même âge qui est très chouette aussi et je pense qu'ils ne sont pas si sûrs d'eux et qu'on ne les encourage jamais assez!

      Supprimer
    3. C'est vraiment ça... On s'en fout des jugements. On a des enfants qui, on l'espère, seront en empathie avec leurs amis, collègues, voisins...

      Supprimer
  19. Avec ma petite expérience, le courage c'est d'affronter ce que l'on est, de ne jamais céder aux idées des autres, d'avouer nos peurs et respecter nos échecs. Ma phrase est surement tres cliché, mais aujourd'hui peu de gens ont le courage d'assumer, de dire les mots. Il y a encore beaucoup de tabous, beaucoup de choses ou le mouchoir est encore bien pratique pour camoufler. Merci d'en parler, on ne parle jamais assez du courage actuellement. A bientot, JeanneTherese

    RépondreSupprimer