8 févr. 2017

Ras les narines !



Consécutivement à mon gros rhube, j'ai fini par aller chez le médecin lundi après-midi, j'avais l'impression que ma tête n'allait plus cesser d'enfler. Elle confirme une bonne grosse sinusite et me prescrit donc une ordonnance.

A l'officine, la pharmacienne détaille le papier. Je lui indique ne pas vouloir tout de suite les antibiotiques (et l'ovule qui va avec) car la docteure m'a dit "Seulement dans 48 heures si ça ne va pas mieux". Je trouve que c'est intelligent de la part du médecin, assez raisonnable. On commence petit et on voit si ça empire.


La pharmacienne va me chercher les petites boites et me détaille chaque posologie et chaque médicament. En gros, en dehors de l'Ibuprofène, rien n'est remboursé. Soit.

Arrivée à la maison, franchement, j'ai piqué une crise. On nous prend vraiment pour des pigeons.

Fluimicil 200 mg : 3 sachets par jour pendant 5 jours. J'ai une boite de 18 sachets. 
Admettons. Ça veut quand même dire que j'ai trois pauvres sachets qui vont se battre dans mon placard à pharmacie jusqu'à ce qu'ils soient périmés.

Rhinofluimicl solution pour pulvérisation nasale : 3 pschitts par pour pendant 5 jours. Le flacon fait quand même 10 ml... Là j'ai déjà fait 2 jours et demi de traitement, et j'ai à peine descendu un tiers du flacon. Génial. Comme en plus le produit se périme au bout de 3 semaines après ouverture, ça en fait encore du gâchis. Et c'est pas le pire.

Dérinox décongestionnant par voie nasale : 1 pschitt le soir uniquement. Dans chaque narine quand même. Alors là, c'est le pompon !! Le flacon fait 15 ml. La docteure me dit, surtout pas plus de 48 heures parce que ça peut donner de la tension. Youpi, moi qui suis déjà un peu high level dans le domaine...
Je vais donc m'administrer 4 pschitts en tout. QUATRE PSCHITTS. Sur un flacon de 15 ml !! Sachant qu'il se périme au bout de ... 15 jours et qu'on ne doit pas dépasser de toute façon 5 jours de traitement (cf la notice de la taille d'une feuille A4).
Je comprends que la Sécu fasse dérembourser ce genre de trucs. Tu imagines ? Quatre pschitts et après, poubelle. Le gâchis. Encore.

Effectivement, ça doit être compliqué techniquement de faire un spray nasal de 5 ml. Je comprends. Mais je trouve tout de même que la délivrance de médicaments par boite et non à l'unité en fonction de ta prescription, est une hérésie. 
Combien d'entre nous ont des réserves de médicaments non consommés, dont on ne sait plus à quoi à ils servent, qui encombrent les placards et qui, lorsque tu as la flemme ou que tu n'as pas le temps, ou pas la conscience citoyenne, finissent à la poubelle ? (et pas rapportés chez le pharmacien).
En même temps, la pharmacie, déjà qu'elle se gave sur le truc pas remboursé, faut en plus que j'y retourne pour lui rapporter ce qu'elle m'a grassement vendu ?! Et que je reparte avec un nouveau truc parce que oui, je suis faible, et quand j'entre dans une pharmacie, je ressors toujours avec un nouveau baume à lèvre ou une crème pour les pieds secs à très secs.

Je te rassure malgré tout : oui, au bout de six mois quand ma petite boite à pharmacie déborde, j'y vais, parce que c'est encore pire de flanquer à la poubelle des médocs qui finiront dans les nappes phréatiques, donc dans les plantes et les animaux. Qui, si ça se trouve, n'ont aucun problème de sinusite.

C'est certain, les labos pharmaceutiques nous prennent vraiment pour des pigeons. Je ne sais pas si je dois en vouloir aussi à la docteure de m'avoir prescrit ça ? 
En tout cas, le traitement était efficace, mais à quel prix ?! Je sais plus, j'ai pas gardé le ticket de caisse...

Alor, oui, tu gueules, mais qu'est-ce que tu proposes ?

En fait, je sais pas par quel bout le prendre. 
Dire au médecin que je ne veux pas d'un médicament que je n'utiliserai pas en entier, parce que c'est du gâchis ?
Dire au pharmacien que je n'en veux pas ?
Ecrire au labo pour lui dire ma façon de penser ?
Envoyer un twitt à Marisol Touraine pour lui demander de faire délivrer les médicaments à l'unité ?
Entreprendre des études de chercheuses pour trouver un mode d'administration différent ? 

Je sais pas, mais promis, ça m'énerve.

En revanche, ce que je sais, c'est qu'à ma connaissance, y'a pas de labos pharmaceutiques en dépôt de bilan. Ni de pharmaciens... en tout cas, pas chez moi.


---

Cecilia, Annabelle... j'aimerais bien avoir votre avis sur la question ;-)


---

51 commentaires:

  1. Mère de deux adorables bambines qui se chopent tout ce qui passe (en se moment c'est nez bouché et poux) je compatis et je comprends. Je pense que ta docteure n'y est pas allée de main morte concernant ta prescription... pour une sinusite un bon décongestionnant et de l'ibuprofène sont suffisant il me semble. Courage ma belle en Belgique on est pas bien loti non plus question remboursement et gaspillage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, c'est pas tant le déremboursement que le gaspillage qui m'ont vraiment agacée...

      Supprimer
  2. Ah oui moi aussi ça me rend folle.
    Déjà avec ma maladie, je coûte un rein par mois à la Sécu.
    Alors pour le reste (je ne suis jamais malade, mais je ne suis pas seule dans la famille), maintenant ils me connaissent à la pharmacie : je prends régulièrement en photo mon minuscule casier à pharmacie de chez moi pour ne pas racheter des trucs que j'ai déjà et ne prends en général que l'indispensable marqué sur l'ordonnance. Par exemple là, je n'aurais pas pris le "au cas où", je serais revenue à la pharmacie faire un "complément d'ordonnance" si cela s'était en effet avéré nécessaire. Ensuite, les 3 1ers médocs, ça fait pas un peu double/triple emploi ?
    Je crois que, hormis tout ce que tu dis, et qui est vrai, les médecins aussi, devraient être plus attentifs avec leurs ordonnances et, quoi qu'ils en disent, rester vigilants face à la soupe que les labo leur vendent.
    Quant aux pharmaciens, chez nous non plus je te rassure, aucun n'a mis la clé sous la porte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas pris le "au cas où" non plus et j'ai bien fait puisque cela aurait été inutile.
      Après, pour le reste de la prescription, je sais pas, honnêtement, j'ai pas fait médecine et aujourd'hui, je vais mieux, donc c'était sans doute efficace.

      Supprimer
  3. Le Derinox perso j'ai toujours trouvé le flacon trop petit, mon médecin m'en ordonnait un flacon pour 8 jours de traitement 3/4 fois par jour et au bout de 2,5 jours il était vide. Lorsque je retournait à la pharmacie, on me répondait ah bah non, on peut pas vous en redonner, c'est inscrit 1 flacon.
    Je répondais oui mais c'est aussi écrit 8 jours et là ça fait 2 jours, j'en ai plus ?
    Quand tu as une sinusite carabinée comme j'ai à chaque fois que j'ai un rhume, tu es bien contente de pouvoir respirer par le nez ne serais-ce que 4 fois 5 minutes par 24 heures, moi je te le dis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème en l’occurrence, c'est que certains effets secondaires de ce médicament ne sont pas hyper compatibles avec moi... Donc c'est pour ça que je devais en prendre le minimum. En revanche, ça a été super efficace...

      Supprimer
  4. et qu'on ne nous dise pas qu'il n'y a pas de solution! parce que chez le vétérinaire, ils l'ont trouvée:
    le véto découpe la plaquette pour te donner (enfin, te vendre) les trois ou les douze comprimés requis, et il te glisse ça dans un petit sachet papier où il inscrit la posologie.
    le reste des infos (5 lignes, de toute façon le Vidal en ligne c'est pas pour les pigeons) est déjà imprimé sur le papier, largement plus recyclable qu'une boite en carton.
    économie, écologie!
    mais bon, combien de nos parlementaires sont "sponsorisés" par des gros labos?
    et si notre cher Canard s'intéressait au sujet, ça nous changerait un peu de disque, tiens!

    prends soin de toi,

    Muriel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, chez le véto ça se passe comme ça !! Peut-être pour éviter que le reste de traitement du minou se retrouve dans la pharmacie, mélangé avec le reste ;-)

      Supprimer
    2. laura12/2/17

      Oui mais chez le véto ils en profitent pour te vendre très cher les médocs à l'unité ! le comprimé de vermifuge à 2€ alors que la boite de 6 coute 3€ à la pharmacie !

      Supprimer
  5. Perso j'aurais pris les antibios, ta sinusite a l'air de durer depuis quelques temps et franchement moi la sinusite sans les antibios elle ne passe pas.
    Pour les flacons ou autres médocs qu'il peut me rester je note dessus ce pour quoi on me l'a prescrit et je le range. Au prochain rhume ou autre je commence par regarder dans ma boite. Parfois ça peut t'éviter d'aller chez le médecin.
    Pour le Dérinox, alors lui c'est le sauveur de mes nuits en cas de nez bien bouché. J'en ai toujours un au frigo et un sur ma table de nuit. Périmé ou pas, il fait toujours ton job !

    Soigne toi bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah écoute, franchement, j'ai pas eu besoin des antibios. Elle était costaude mais elle s'est bien résorbée, même si j'ai toujours une petite barre (une barrette ?) au niveau du front. Mais rien de comparable.

      Supprimer
  6. Si jamais tu avais à nouveau une sinusite tente dès le départ de prendre des cachets de "sinuspax", c'est homéopathique et c'est hyper efficace pour moi, et ça ne se périme pas vite du tout :o) Pour ma part une des rares fois ou j'ai eu des médocs c'est en fin d'année dernière avec une rage de dents = antibiotiques = 2 boites de 14 alors que le traitement s'arrête à la moitié de la 2 ème boite ! ca m'a mise en colère et en plus le dentiste m'assurait qu'il y avait des boites correspondant à son traitement et que la pharmacie donne les 2 au lieu d'une parce que ça leur fait 2 commissions des labos (1 par boite vendue) = re-colère pffff La pharmacie dit le contraire bien sur ;o)
    Tant qu'ils auront les uns et les autres des commissions des labos ou des médicaments "à privilégier" rien n'ira correctement dans le monde de la sécu...
    Bon rétablissement.Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note pour le sinuspax, même si je ne suis pas coutumière de ce genre d'affection.
      Et oui, je pense que le lobby des laboratoires pharmaceutiques fait encore des ravages.

      Supprimer
  7. Je fais partie du club ! Je suis rarement malade et j'essaie toujours de faire avec des méthodes naturelles (qui fonctionnent plutôt bien). Mais quand vraiment j'ai besoin.... ça me soule d'acheter des boites entières alors que je vais consommer que quelques comprimés. En trouvant une très vieille boite de médoc en métal chez ma grand-mère, je me suis prise à imaginer qu'on pourrait avoir chacun nos boites et que le pharmacien piocherait dans ses "bonbonnières" pour pour donner la stricte dose nécessaire. On peut toujours rêver.... Ce sont les labos qui se frottent les mains et c'est pas près de changer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai d'abord essayé avec des huiles essentielles, la dernière fois, ça avait bien marché. Mais là, c'était trop costaud.

      Supprimer
  8. Reine8/2/17

    J'ai habité en UK dans les années 80 . Les médocs (comme le médecin) étaient gratuits mais uniquement les doses exactes correspondant à l'ordonnance du médecin. Au début , ça surprend mais après c'est normal et même bien...après j'ai vécu aux USA où il fallait TOUT payer , et heureusement là aussi , on pouvait te donner les médocs à l'unité près.
    Bref c'est possible!
    Et pour info , à Paris en tout cas, le prix des officines pharmaceutiques dégringolent et certaines ferment carrément faute de repreneurs..... mais pour le moment on ne signale pas de pharmaciens parmi les SDF...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis complètement POUR les médicaments à l'unité, ça serait tellement plus simple.

      Supprimer
  9. Dans le même genre de coup de gueule voilà pourquoi je suis pour la délivrance des médicaments non remboursés en grande surface....
    ça se fait dans plein de pays où du coup il n'y a pas une pharmacie à tous les coins de rue !
    râler après qui ? j'aimerai bien savoir !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE9/2/17

      Mamina, ma pharmacienne suit nos dossiers depuis des années. Dans les moment difficiles elle a toujours été là, jusqu'à me livrer à domicile. De bon conseil, ne poussant jamais à la consommation, tirant toujours les prix. S'est excusée de faire payer à ma belle-mère 3 Euros pour des bas de contention (alors qu'à sa pharmacie habituelle elle payait 20 Euros..).
      Rien à voir avec ces super pharmacies qui ressemblent plus à Sephora qu'à autre chose.

      Supprimer
    2. Là encore, je pense que c'est comme pour tout, y'a du bon et du moins bon.
      Le bon : la pharmacie de mon ancien bled de rase-campagne, où le pharmacien (qui vivait au-dessus), me rouvrait la porte à 20h quand je sortais de chez le médecin avec mon gamin qui respirait à peine.

      Et le moins bon avec une pouf l'autre jour qui a refusé de me livrer mon traitement habituel (à renouveler tous les mois), sous prétexte qu'il n'y avait pas assez de temps entre les deux fois. Mais elle croit que je fais quoi, que je les bouffe par six pour le plaisir ?!

      Supprimer
    3. DOMINIQUE9/2/17

      Mon Poussin, il y a des con(ne)s partout. Tu peux partir en voyage, en vacances, et avoir besoin de ton traitement en avance. C'est vraiment te prendre pour une crétine ras du plafond, pas capable de gérer.
      A sa décharge, j'ai vu, dans ma pharmacie préférée, des clients qui avaient énormément de mal à gérer leur traitement. Pourquoi du 1,5 ? Avant c'était du 3,2. Oui, mais comme je vous l'ai déjà dit, ils ont changé l'échelle du dosage, donc c'est le même, ne vous en faites pas. Mais avant j'avais du 3,2, vous croyez que ça va aller ? Ouiii. C'est exactement le même médicament, et la même dose. Ah bon. Vous êtes sûre que c'est pareil que le 3,2 ?
      Je ne mens pas. J'aurais emplâtré le client, la pharmacienne a encore insisté, gentiment...
      Le tout, c'est que le pharmacien soit suffisamment psychologue (tu n'as pas l'air particulièrement abrutie, à mon avis, à moins que tu aies gardé ton déguisement d'Halloween)...

      Supprimer
  10. DOMINIQUE8/2/17

    Ce n'est pas moi qui dirai le contraire, ayant eu deux personnes âgées, plus maintenant mon époux qui a une flopée de médicaments aussi.
    Aaalors pour des traitements longue durée on a des boîtes de 28 comprimés ou de 30. La sécu a décidé que le mois faisait 4 semaines (donc 28 jours). Le médecin renouvelle l'ordonnance tous les 3 mois (pas jours). Donc, au bout de six mois, tu tires la langue pour les boîtes de 28 comprimés. Les pharmaciens sont habitués, et pour les boîtes de 28, ils t'en donnent une supplémentaire tous les 6 mois. J'ai perdu tout le monde, je sens.
    Mon père est arrivé à la maison avec deux grands cartons de médocs. J'ai réduit à une boîte à chaussures. Je suis au taquet pour tout ça, je ne veux pas gaspiller de l'argent qui ne m'appartient pas, c'est-à-dire celui de la Sécu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, on n'est pas perdues...
      Tu as raison, il faut s'intéresser directement et attentivement à ce que l'on nous prescrit !

      Supprimer
    2. Une pharmacienne auprès de qui j'en m'en émouvait m'a dit un jour que la sécu remboursait un traitement à hauteur de 13 mois par an, c'est à dire 13x4 = 52 semaines donc il n'y a pas de problème, sauf qu'il faut retourner voir le médecin un peu plus souvent.

      Supprimer
    3. C'est vrai que c'est compliqué. Mais je relativise toujours en me disant qu'on vit quand même dans un pays où la majorité des traitements sont (presque) gratuits. Ça vaut bien quelques tracasseries.

      Ou un changement de grande ampleur pour délivrer les médicaments à l'unité !

      Supprimer
    4. DOMINIQUE9/2/17

      Pour moi ce n'est pas une question de remboursement, mais simplement une question pratique : si toutes les doses pour les traitements de longue durée étaient équivalentes en quantité, on pourrait vraiment gérer au plus près. Mais avec ces décalages, c'est un peu plus compliqué, inutilement à mon avis. Même si c'est du 100%, donc rien à débourser, c'est un coût que l'on pourrait éviter.
      Et retourner voir le médecin un peu plus souvent, cela veut dire le prix d'une consultation en plus.

      Supprimer
  11. Zéphine (aka Malvi)8/2/17

    Oh comme je comprends ton coup de gueule!
    Dans mon pays du bout du monde, les médocs "pour petits bobos" (aspirine, ibuprofen, paracetamole, antihistaminiques, ...) sont en vente libre dans les supermarchés.
    Et la dernière fois que j'ai été chez le médecin pour une infection occulaire carabinée, la prescription était pour le nombre exacte de comprimés à prendre pour le traitement, et la pharmacienne m'a préparé ça dans un petit flacon jaune à couvercle blanc avec la posologie imprimée sur une étiquette, comme on en voit dans les films américains. En plus, ça permet de s'obliger à prendre le traitement jusqu'au bout (tant qu'il en reste, je dois en prendre), ce qui est très important pour éviter les résistances aux antibios.
    Aussi, par défaut, le pharmacien te donne le médicament générique, à moins que tu demande expressément une certaine marque.
    Le seul point noir que j'ai relevé lors de ma dernière prescription, c'était le tube de pommade occulaire antibiotique de 10ml dont j'ai à peine utilisé un cinquième, de même que pour les gouttes dont le flacon faisait 15ml. L'idéal selon moi pour les excipiants à base aqueuse ou grasse (et donc rapidement périssable de par le risque de développement bactérien) serait un conditionnement en monodoses. Ce n'est pas très écolot, et mon petit coeur tout vert saigne, mais au moins ça permettrait de conserver intact ce qui n'est pas utilisé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE9/2/17

      Zéphine, c'est l'idéal, ce que tu décris. Ce dosage précis évite l'auto-médication qui peut être tragique, et évite aussi d'avoir à calculer le nombre de prises (j'ai commencé mardi, je dois arrêter jeudi, zut, j'en ai pris vendredi).

      Supprimer
    2. Complètement d'accord avec la délivrance à l'unité.
      Pour les mono-doses, tout est une question de l'origine du contenant. On trouve aujourd'hui du plastique végétal...

      Supprimer
  12. ARHHHH! Quand on pense qu'à l'echelle de la France, on estime à 50% la quantité de médicaments prescrits jetés/gaspillés!!! soit 7 milliards de perte pour la secu! mais pas de perte pour tout le monde on l'aura bien compris... Et si on parlait en plus des residus medicamenteux qu'on a tous dans nos verres d'eau...? les pays comme la Suède ont classé depuis bien longtemps les medicaments en fonction de leur impact environnemental et notamment de leur capacité à se retrouver dans l'eau. Ce classement permet aux medecins de prescrire en fonction de ce risque et du coup aux labo de reagir s'ils veulent continuer à être prescrits! Faut il preciser qu'il y a 3 fois moins de medicaments sur le marché suedois qu'en France (1000 contre 3000) et qu'il ne me semble pas pour autant que les suedois soient 3 fois moins bien soignés ou 3 fois moins malades...? cela voudrait il dire que les labos pharmaceutiques ont un enorme pouvoir par chez nous?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE9/2/17

      Virginie, tu as entièrement raison. Il faudrait vraiment donner un coup de pied dans la fourmilière. Le lobby des labos est très puissant. Le traitement contre l'hépatite C vaut 50 000 Euros. En France. Il a été "négocié" à 26 000 Euros il y a peu de temps.
      En Inde, il vaut l'équivalent de 750 Euros.
      Cherchez l'erreur.

      Supprimer
    2. C'est dingue. Tout ça me rend dingue.

      Supprimer
  13. Arielle9/2/17

    Chère Blonde, pour les rhumes and sinusites (mes amis pour la vie ;) ), je n'utilise que le rhinolaveur, instrument magique réutilisable à vie et ne fonctionnant qu'à l'eau salée appelée sérum physiologique chez les épiciers du médicament ...A essayer, vraiment ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On trouve ça en pharmacie ?

      Supprimer
    2. Arielle9/2/17

      Oui en pharmacie (mais les pharmaciens n'en font pas beaucoup de pub) ou sur le net : http://www.hygiene-nasale.com/catalog/product_info.php?products_id=726
      Le mien, je l'ai acheté sur les conseils de mon ORL ...

      Supprimer
    3. Anonyme13/2/17

      tu peux aussi aller prendre une bonne tasse d'eau de mer pendant ta séance hebdomadaire de longe-côte...C'est hyper efficace!

      Supprimer
  14. Le débat est intéressant, mais à notre niveau, nous n'avons pas beaucoup de solutions.
    Et ne nous énervons pas, ça fait monter la tension.

    RépondreSupprimer
  15. severine10/2/17

    Le derinox c'est la vie ! dixit la fille qui a des sinusites carabinées chaque année... Le truc c'est juste que les dates de peremption c'est indicatif, le derinox donc, j'en ai des flacons depuis des années, ben surprise, le produit fonctionne tjs très bien! La plupart des medoc se gardent bien plus longtemps que ce qui est indiqué. C'est comme les yaourts, c'est pas parce qu'il y a écrit 15/12/2016 que le 16/12 le truc est devenu bleu et radioactif hein...

    RépondreSupprimer
  16. Laurette10/2/17

    Je partage ton point de vue. Un petit bémol sur la bonne santé des officineshttps://www.google.fr/amp/m.leparisien.fr/amp/espace-premium/actu/les-pharmaciens-voient-rouge-21-09-2015-5111019.php?client=ms-android-hms-vf-fr
    Ma belle soeur est préparatrice et justement la pharmacie dans laquelle elle travaille est en liquidation...

    RépondreSupprimer
  17. Tant mieux si le traitement a été efficace. Sinon complètement d'accord avec toi sur tout ! J'ai trop de colère et j'ai de bonnes raisons : la SEP de mon fils aîné après la vaccination contre l'hépatite B. Certains, certaines diront qu'il n'y a pas de lien de causalité, je reste persuadée du contraire.
    Bonne nouvelle,j'ai vu que le conseil d'état a donné raison aux plaignants : le vaccin DTP doit être disponible SANS association, car les labos l'associent actuellement à d'autres vaccins NON OBLIGATOIRES, et bien entendu ces vaccins sont vendus plus chers !!!
    La médecine est prisonnière du lobby de l'industrie pharmaceutique. Un livre que je recommande du Dr Bernard Valbergue : "Omerta dans les labos pharmaceutiques. Confessions d'un médecin". Edifiant....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE12/2/17

      Qu'est-ce que "la SEP" ???

      Supprimer
    2. Chris (aka Paquita Chocolatera)16/2/17

      Pat : au boulot le médecin militaire a tout fait pour me persuader d'accepter le vaccin hépatite B. J'ai tenu bon dans mon refus (car j'ai un collègue qui a la SEP comme par hasard déclarée après une vaccination HB), il m'a déclaré inapte pour une affectation outre-mer (pour nous militaires ce vaccin est obligatoire pour partir hors métropole). M'en fous clairement tant que je ne suis pas inapte pour partir en retraite.

      Supprimer
    3. Chris : quelle surprise en te lisant !! Je suis retraitée de l'Armée !! Je suis partie outre-mer...le vaccin n'étant pas obligatoire à cette époque. Je te donne entièrement raison.

      Supprimer
  18. bobette12/2/17

    Merci PAT de l'info concernant le DTP. Je dois faire vacciner ma fille depuis six mois mais cette association avec d'autres vaccins me bloquait complètement.

    RépondreSupprimer
  19. bobette12/2/17

    Je précise qu'elle a déjà eu le vaccin hein, c'est un rappel !!

    RépondreSupprimer
  20. Je ne peux répondre directement, çà ne fonctionne pas.
    Donc pour Dominique : il s'agit de la sclérose en plaques.
    Pour Bobette : excellente nouvelle en effet !

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour !
    Je sors de ma réserve habituelle car c'est un sujet qui me tient particulièrement à cœur et auquel je suis confrontée tous les jours !
    Je suis infirmière à domicile (vous savez ceux qu'on accuse de frauder tout le temps et de ruiner la sécu...)
    Lorsque j'interviens à domicile, particulièrement chez les personnes âgées et que je commence à prendre en charge les traitements, je suis sidérée de voir les boîtes s'entasser, au point que certaines sont périmées... Je fais un grand ménage, et note sur les ordos "NPD" pour ne pas délivrer quand il en reste... Sachant que mes patients sont en général des clients ultra fidèles d'une seule pharmacie, ont le quasi même traitement depuis des années, mais non... Ils délivrent la 1ère fois une boîte de 90 comprimés, puis lors du renouvellement de nouveau une boîte de 30 cp, ... Sans parler des tubes de crème hydratante, celle remboursée, tube qui dure loooooongtemps même si on en met tous les jours !!!!!
    Et le pire, c'est le matériel pour les pansements... Les pansements modernes coûtent cher, mais se changent moins souvent et sont efficaces. Sauf que pour une arthroscopie du genou (donc 2 tout petits pansements) 3 fois par semaine pendant 10j (oui ils auraient pu mettre 4 fois mais bon), et bien la pharmacie a délivré 3 boites de 10 grands pansements.... Et ce n'est pas un cas isolé!!!!!
    Donc j'éduque j'éduque j'éduque, mais le chemin est long... J'appelle les pharmacies, je renvoie les patients avec leurs boîtes, je répète aux familles ne prenez pas toute l'ordonnance !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DOMINIQUE12/2/17

      Caroline, j'ai eu des infirmières à domicile pour mes ancêtres, et je peux te dire qu'elles étaient comme toi, et qu'elles ne fraudaient rien du tout. On discutait toujours des traitements, des renouvellements, des pansements, etc. Elles aussi faisaient toujours au plus juste et ne poussaient jamais à la consommation.
      C'est vrai que ces pansements modernes sont super efficaces. Hélas, ils sont vendus en boîtes de 10, même si on n'a besoin que de trois ou quatre au maxi (même de moins, en les découpant, car ils sont grands).

      Supprimer
    2. celine vidal15/2/17

      Bonjour Caroline,
      ma grand mère est soignée pour de très gros ulcere et chaque jour les infirmière ouvre une boite pour les pansements, mais ce qui me tue c'est que dans chaque boite il y a des ciseaux, des bandes etc qui ne sont pas utilisés!! et impossible d'avoir ses pansements seuls!! c'est ahurissant! bonne journée

      Supprimer
    3. Hello Caroline,
      Alors je ne pense pas du tout que les infirmières à domicile ruinent la sécu, loin de là. C'est un boulot compliqué, avec des horaires de malade et qui souvent, procurent bien plus que des soins : de l'écoute, du bavardage, de l'attention, à des personnes qui sont seules et âgées.

      Merci pour ton témoignage, et oui, on mesure à quel point le chemin est encore long...

      Supprimer