4 oct. 2016

American trip : Chicago day #2



Donc on avait marché plein plein plein, sous un soleil de ouf', avec 30 degrés. Le lendemain matin, on s'est réveillés sous un orage dantesque. Ah bah oui, il pleut bien là... On part sous la pluie battante, direction l'épicerie de la veille au soir pour s'acheter... un parapluie !


Et puis on file vers un p'tit resto qu'on avait repéré sur Google, un café qui fait des petits déjeuners le matin et resto le reste du temps. L'endroit est cosy, hyper agréable. Mon amour est ravi car depuis qu'on est aux Etats-Unis, la première chose qu'on t'apporte, en même temps que le menu, c'est un grand verre d'eau avec des glaçons. Lui qui est un croqueur de glaçons, il est aux anges.

Blueberries scone homemade pour moi et breakfast sandwich pour lui. Avec du café brûlant, dont on te remplit la tasse constamment. Du bon café finalement, pas dégueu du tout (bonjour Monsieur A Priori, tu vas bien ?). Rassasiée (oui, là, je pense que je ne mangerai plus jamais), on part vers la ville, ouf, il ne pleut plus mais le temps est lourd.









Voici la suite des aventures made in Chicago...

#Se perdre à l'Art Institute
Au programme ce matin, l'Art Insitute of Chicago, l'un des plus beaux musées du monde, parait-il et le deuxième des Etats-Unis. On est là à l'ouverture, on fait la queue mais ça va vite. 
Effectivement, ça jette.
Le bâtiment est magnifique, gigantesque, tu te perds dans des couloirs, des volées d'escaliers de marbre, des salles qui s'enchaînent. Des peintures majestueuses : Renoir, Seurat, Monet, Braque, Picasso, Toulouse-Lautrec, Turner, Corot, Poussin, Hopper, Warhol, Gauguin, Rousseau (comme dans, comme dans, comme dans, comme dans, comme dans les tableaux du Douanier Rousseau) (me dit pas merci, c'est cadeau). Je reste ébahie, je prends des photos. 
Le tableau de Hopper est une pure merveille, je suis scotchée, je crois que je suis amoureuse.

La camionnette Taylor sous le portrait d'Elisabeth... une coïncidence vue au retour des vacances !






On ne voit pas bien mais tout le fond noir est pailleté... Une oeuvre japonaise de Takashi Murakami, gigantesque !

Lichtenstein

Picasso





Caillebotte (celui-là, il est vraiment grand)

Seurat

Monet


Jasper Johns (je crois)

Warhol

Picasso

Braque

Biederman

Hopper... j'adore

Détails...     Mais que s'est-il passé ce soir-là ?...


Après, on a failli péter un scandale à l'accueil parce que deux des plus fameux tableaux de la collection permanente du musée, l'American Gothic de Grant Wood et la vague bleue d'Hokusai étaient partis se balader au bout du monde... Putain, mais c'est scandaleux, personne ne leur avait dit que je venais ?!

Pas vu.

Pas vu non plus.
On a vu aussi une bonne partie de l'aile consacrée à l'art asiatique. Mais c'est tellement grand... Enfin on y a passé la matinée et j'ai adoré. J'ai adoré aussi que mon amour ne rechigne pas et prenne du plaisir à traîner le musée avec moi. Et aussi à remonter deux étages parce que j'avais loupé un truc. You're sooooooo cuuuuuuute Darling.


#Chercher son reflet dans la porte des nuages
The Cloud Gate, la porte des nuages, est une oeuvre contemporaine d'Anish Kapoor, l'un des symboles de Chicago. Ici, on l'appelle familièrement, le Bean parce qu'elle ressemble à un gros haricot. Il y a plein d’œuvres contemporaines dans le Millenium Park et c'est vraiment chouette. Alors on fait des selfies, des photos de dos, de face, on regarde nos reflets déformés et on rigole... C'était vraiment bien.













#Du shopping !!
J'avais prévu, j'avais regardé l'adresse, je savais exactement où je voulais aller. Chez Lane Bryant. J'avais découvert cette marque il y a plusieurs années, grâce à Stéphanie Zwicky et j'avais déjà eu l'occasion de tester notamment leur lingerie, suite à mon séjour à New-York. Je sais que c'est un peu cher. Je sais surtout que c'est hyper bien coupé pour les grosses.
J'y allais avec UNE envie vraiment précise : trouver un soutien-gorge sans bretelles, introuvable en France dans ma taille. Arrivée dans le magasin, Crystal, la vendeuse me prend en main. Mon mec s'assoie sur un fauteuil, prêt à patienter... Quel amour... 
Crystal me mesure, ma jauge, m'appelle Honey ou My Dear, me choisit des modèles de lingerie et m'emmène dans une cabine plus grande que ma salle de bains. Les soutifs sont impeccables, beaux, bien coupés, un vrai régal. Crystal me règle les bretelles et me dit à quel point ça me fait des beaux nénés. Je me balade dans la boutique tranquillement (je me suis rhabillée, hein), je commence à faire des additions... Ouch, faut pas trop que je m'enflamme. Je retourne vers la cabine pour essayer un jean et un pantalon. Et là, Crystal y avait installé au moins 5 tenues différentes ! Des trucs qu'elle avait choisis pour moi, pile dans ma taille dont une robe... à tomber par terre. Le jean est hyper bien coupé, il monte haut sur les fesses, un pur bonheur.
Bon, ça fait quand même une heure qu'on est là (mon mec dit 2 heures en fait, mais je crois qu'il ment)... il est temps de passer à la caisse. Et là, bonne surprise, un système de remise fait que chaque tranche de je sais plus combien de dollars te fait une remise immédiate. Au bout du compte, 90 $ de remise, soit la robe offerte ! Bon, j'ai quand même claqué BEAUCOUP d'argent mais je suis hyper contente de mes achats : 3 soutien-gorges dont 1 sans bretelle, 3 culottes, 1 jean, 1 pantalon beige à pastilles dorées et une robe noire et blanche à décolleté plongeant. Ravie. Et pour finir, Crystal nous demande ce qu'on va faire après et nous tuyaute sur un endroit AMAZING où il faut aller... C'est parti ! (voir en-dessous)

#Boire un cocktail au 96ème étage
Le John Hancock Center est un beau building tout noir, en haut de Michigan Avenue. Au 96ème étage, il y a un restaurant et un bar lounge, le Signature Room. Je ne sais pas ce que vaut le restaurant (c'est hyper cher), mais le cocktail (cher aussi), ça fait son petit plaisir de luxe pour la fin de journée, avec une vue magnifique sur la ville et le lac. En revanche, y'avait pas d'happy hour, alors on est partis déposer nos paquets à l'hôtel avant d'aller dîner...







En fait, c'est une demi-sphère avec un plafond miroir. Saisissant, non ?






#Dîner dans un sports bar
Juste à côté de l'appart, y'avait un sport bar, un bar-resto avec des écrans partout. Ce soir-là, c'était baseball. Ok, j'y comprends pas grand-chose, c'est longuet, mais on a hyper bien dîné et on était contents d'être là. On a bu des bières et voilà... il ne nous restait que peu de temps à Chicago avant... le grand départ en train ! Mais pour ça... va falloir attendre le prochain billet ;-)







A plus ?


22 commentaires:

  1. DOMINIQUE4/10/16

    Ayé, on est partis en voyage avec toi ! C'est un réel plaisir, Poussin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi aussi, c'est plaisir de vous emmener ;-)

      Supprimer
  2. Oh oui, Hopper sait si bien transcrire la solitude et le désenchantement. J'adore le titre de ce tableau, "les oiseaux de nuit". C'est fou quand même que des œuvres majeures puissent quitter leur musée.

    Quel plaisir de découvrir Chicago à travers ton regard - mais alors, avez-vous pris le métro aérien ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben figure-toi que non ! Pourtant c'était au programme mais... pas eu le temps !

      Supprimer
  3. Oh la laaaaa ! Bon j 'avoue, j'ai hâte que tu nous relates ce fameux voyage en train (je fantasme dessus depuis que nous en as parlé il y a quelques mois, j'ai trop envie de faire ça) mais patienter avec de telles images et ton récit est un régal. Je suis fascinée par la 1/2 sphère. Je ne la vois pas.
    Moi aussi je suis amoureuse de Hopper et de sa lumière depuis très longtemps, ce tableau-là est fantastique avec ce travail incroyable sur la vitrine... Quelle chance de l'avoir vu de près !
    Il y a en ce moment dans mon village de 300 âmes le 19e salon d'art (initié et organisé par ma mère, je fais du name-dropping LOL ma mère est une star locale) qui se bonifie avec le temps, et cette année l'invité d'honneur, Frédéric Blaimont, me fait penser à Hopper justement, concernant la lumière, et j'aime aussi ses perspectives détournées.
    le salon : http://www.salondart.astarac.fr/

    F. Blaimont : https://www.google.fr/search?q=Fr%C3%A9d%C3%A9ric+Blaimont&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwi3h5Od1cDPAhVCNxQKHYhnBP4Q_AUICCgB&biw=1920&bih=945

    Je me rappelle de l'installation d'Anish Kapoor à base de miroirs au MOMA de NYC,
    on y avait aussi passé un bon moment à faire les andouilles...

    Tu nous montreras ta robe ?

    A demain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je souhaite plein de succès à ta mère et aux organisateurs pour le salon ;-)
      Pour la robe, oui, avec plaisir... dès qu'il fera un peu plus frais pour la porter !

      Supprimer
    2. Oui merci pour elle, cela dit, je crois que quand on en est à la 19e année d'organisation (avec ventes d'oeuvres chaque année), on peut penser que c'est déjà un succès...

      Supprimer
  4. Smouik4/10/16

    Décidément tu nous gâtes ! Quel plaisir à lire... Quant à toi, tu es radieuse sur ces photos :)
    Le récit dans la boutique est ce que j'aime des Amerloques : peu importe ton tour de taille, ta couleur, ta religion, etc., quand tu entres dans une boutique, tu es... un client ! Et ça c'est bon...
    Après, il y a des tas de trucs qu'ils peuvent se garder mais ça : priceless...
    Vivement demain (ou n'importe quel autre jour, hein...) pour la suite :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est un pur bonheur.

      Supprimer
  5. Chris (aka paquita Chocolatera)4/10/16

    Encore plus envie de Chicago ! ne serait-ce que pour leur musée ! Quelle richesse d'oeuvres ! Et pour la vue depuis le Signature Room !
    Je me régale de ton voyage. Vivement la suite.

    RépondreSupprimer
  6. Un régal de te lire...
    Dingue de Hopper aussi et... mauvaise blague pour "American Gothic"... Je ne sais pas pourquoi j'aime autant ce tableau.
    On avait un jeu de société quand j'étais petite-ado qui s'appelait "chef d'oeuvre" J'adorais ce jeu (vente aux enchères, échange de tableaux etc) et je voulais toujours avoir la carte d'"American Gothic" (ma petite madeleine à moi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup, je ne sais même si c'est un grand tableau ou un petit !

      Supprimer
  7. Anonyme4/10/16

    Raaaahhhh le magasin Lane Bryant de Chicago, j'y suis allée 2 fois en 4 jours et moi aussi elle m'a appelée Honey. Du coup maintenant je commande meme sur internet et f... les frais de port.
    Sinon c'est toujours aussi beeeeaaauu.
    Des bises

    Ariane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai gardé précieusement les étiquettes des soutien-gorge pour bien me rappeler de la taille !

      Supprimer
  8. Je voyage avec toi !
    Génial !

    RépondreSupprimer
  9. Emilie4/10/16

    Le bonheur te va bien ! C'est agréable de voyager avec toi.

    RépondreSupprimer
  10. Je surenchéris : c'est un régal de lire ton carnet de voyage !!!

    RépondreSupprimer
  11. Kaylee12/10/16

    Lane Bryant... on s'y croirait en te lisant, le bonheur que quelqu'un s'occupe de toi en trouvant pile ce qui va t'aller et te mette en valeur, au lieu des vendeuses qui te jaugent d'un air suffisant et méprisant en te disant qu'elles ne font pas les grandes tailles...

    RépondreSupprimer