12 août 2015

A pisser de rire



A pisser de rire ou comment interpréter cette charmante expression populaire de deux manières différentes, à la suite d'expériences vécues à plus de trente ans d'écart.

Première interprétation
Il y a longtemps, j'avais 10 ans, ma sœur en avait à peu près 8 et nous vivions à La-Rivière-des-Pluies, petite bourgade (à l'époque) située à La Réunion.
Un jour en fin d'aprem, nous jouions dans le jardin gigantesque (vive la vie des familles de militaires en Outre-Mer), le temps était moite, tropical, le soleil commençait à décliner. Je ne sais plus vraiment à quoi on jouait mais tout à coup, Ninou m'a hurlé "Stoooop ! Arrête d'avancer, y'a une araignée !"

Je m'étais figée comme une statue. "Où ça ?" Je ne savais si elle en avait vu une au sol ou entre deux branches... 
De mémoire d'il y a trente ans, il y avait deux types de grosses araignées à La-Rivière-des-Pluies (pardonnez d'avance la façon dont j'écris leurs noms, il s'agissait uniquement de tradition orale) : les baboucs et les bibes. Je crois. Si des locaux peuvent me dire s'ils savent de quoi je parle, ça serait cool.
Les baboucs étaient des espèces de trucs gigantesques, plutôt marron moche, qui vivaient dans les maison et qui avaient des gros sacs d’œufs sous le ventre, laissant s'échapper des centaines de bébés araignées le moment venu, de préférence en ta présence, histoire de te faire partager ce moment inoubliable qu'est l'arrivée d'une nouvelle vie (plutôt de cent nouvelles vies). 
Parlez-en à Maman, j'entends encore ses hurlements lorsque ça s'est produit devant elle, tous les bébés araignées s'éparpillant entre ses orteils...

Ça va, t'es toujours là ?

Les bibes étaient des araignées de jardin, absolument superbes. Noires et rouges ou noires et jaunes, elles tissaient de grandes toiles à l'extérieur et en rentraient pas dans les maisons.

- Où ça ? ai-je demandé une deuxième fois.
- Mais lààààààà, la biiiiiibe... m'a répondu Ninou-ma-soeur en pointant du doigt le bout de mon nez
- Mais oooooù ?....
- Mais làààà ?....
- Mais oooooù ?....
- Mais làààà ?....

Ad lib.

Je ne voyais pas la bestiole, elle était pourtant à 5 cm de mon nez mias j'avais le soleil dans les yeux. A force de dire "Mais où ? Mais là !", nous sommes parties dans un fou rire de dingues et moi... j'ai pissé dans ma culotte. J'avais dix ans, c'était en plein après-midi et c'est un souvenir tout plein de lumière.

La situation était à "pisser de rire". On rit, alors on pisse.

Seconde interprétation
Il n'y a pas longtemps (hier soir), je discutais, je faisais la vaisselle, je discutais et puis à un moment, il a fallu se rendre à l'évidence, il fallait vraiment que j'aille faire pipi.  Parce que si jamais un petit courant d'air venait à me faire éternuer, on allait frôler la catastrophe, rapport à mon périnée qui a pris un congé sabbatique depuis de nombreuses années.

J'ai obtempéré à cette envie pressante, j'ai déboutonné mon pantalon, baissé la fermeture éclair, baissé mon pantalon et je me suis assise pour procéder à la miction. 
J'ai commencer à procéder.
Sauf que j'avais juste OUBLIÉ de baisser ma culotte.

Là, tu essayes de te représenter la chose, tu percutes et tu te mets à rire.

Moi aussi.

J'ai tenté de mettre en pratique stop-pipi, tout en explosant de rire, ce qui n'est pas la meilleure méthode pour y parvenir. J'ai ôté ma culotte mouillée, prise d'un fou-rire incontrôlable, incapable de répondre aux questions qui venaient de l'autre côté de la porte "Mais pourquoi tu ris ?!..."

Je suis morte de rire parce que j'ai pissé dans ma culotte, parce que j'ai OUBLIÉ de l'enlever avant de m’asseoir sur les chiottes.

A pisser de rire, donc. 
On pisse, alors on rit.



23 commentaires:

  1. Je suis arachnophobe…

    Voilà.

    Cela dit, ton article m'a fait rire. Mon père est à nouveau malade et… lire un truc sur le pipi, ça me change du caca. Et écrire ça me fait rire toute seule. Tu penses que je devrais consulter quelqu'un ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan, je pense qu'il faut profiter des petits moments de relâche quand ils se présentent !

      Supprimer
  2. Chris (aka Paquita Chocolatera)12/8/15

    Tiens j'ai pas le souvenir d'un pipi culotte de rire, plutôt celui, gamine, d'un pipi lors d'un contrôle de maths car je n'avais osé demander à aller aux toilettes. Par contre j'ai une copine qui dans l'urgence avait baissé pantalon et culotte mais avait oublié de relever le couvercle ! Ce qui nous a fait rire à se pisser dessus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine que le pipi pendant le contrôle de math ne doit pas faire partie de tes meilleurs souvenirs...

      Supprimer
  3. Moi il m'est arrivé également d'avoir un obstacle "oublié " à la miction: le couvercle des WC!! Tellement pressée, hop, j'ai tout baissé et commencé à faire à peine assise... Le temps de se rendre compte qu'il y avait un blême!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et alors, tu as épongé avec du PQ ?

      Supprimer
  4. Kakouet12/8/15

    Entre ton article (titre très adéquat) et les commentaires, je vois que je ne suis pas là seule à faire des boulettes de ce genre dans l'urgence ! J'ai aussi fait le "j'ai tellement envie que je commence à me déshabiller avant pour aller plus vite" : le pantalon aux chevilles dans les toilettes du bureau, c'est donc à éviter !
    Merci pour le fou rire de la pause déj' !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout si les toilettes sont mixtes !

      Supprimer
  5. Madame Pivoine - Natacha12/8/15

    C'est quand même très rassurant de constater que je ne suis pas la seule à avoir oublié de relever le couvercle des toilettes. Mais, à ma décharge, j'avais été attaquée par une armée de Martini blancs ... avec rondelle d'orange et glaçons ... Alors que celle à qui il est arrivé la même mésaventure, ne mentionnent aucunement ce genre de circonstance atténuante. Hum!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est traitre les rondelles d'orange...

      Supprimer
    2. DOMINIQUE13/8/15

      ... et ne parlons pas des glaçons.

      Supprimer
    3. Madame Pivoine - Natacha13/8/15

      bah voilà!

      Supprimer
    4. Le Martini est fourbe. Et le couvercle, n'en parlons pas !

      Supprimer
  6. Madame H12/8/15

    Pareil, personne ne baissant généralement le couvercle à la maison (déjà s'ils baissent la lunette on a de la chance ....) , ce qui devait arriver arrivà quelquefois !

    RépondreSupprimer
  7. Je découvre ton blog pour la première fois et, pour une première, j'ai beaucoup rigolé ;) Alors merci!
    Amy
    www.foodetcaetera.com

    RépondreSupprimer
  8. Excellent. Merci de ta bonne humeur !

    RépondreSupprimer
  9. ahahahahahahahahahah MAGIQUE !!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais. Et un peu dégueulasse aussi !

      Supprimer
  10. Rhooooooooo, encore un grand moment raconté avec brio. Merci :) Je kiffe :)))

    RépondreSupprimer
  11. Suzanne2/9/15

    Les bibes et les baboucs à sac de bébés baboucs !! ça me manque !
    Le pipi dans la culotte de trop me marrer....bah...un peu aussi, en fait :)

    RépondreSupprimer