13 nov. 2014

Philae et mon grand-père



Philae s'est posé... A 500 millions de kilomètres d'ici, Philae, petit robot de 100 kilos qui pèse 1 gramme sur la comète (c'est peut-être ça finalement mon problème, la gravité terrestre ?) est arrivé propulsé par la sonde Rosetta et s'est posé comme une fleur parce que 300 personnes ont bossé ensemble, ont étudié 1 milliard de trajectoires possibles (UN MILLIARD) pour n'en choisir finalement qu'une seule. 
J'ai le vertige...


Hier, j'étais au taquet, branchée, connectée, hagarde, j'ai pleuré. Enfin pas pleuré à chaudes larmes, mais j'avais les yeux trop mouillés pour être honnêtes, le cœur serré par l'émotion de tout ça : tant de travail, vingt ans de travail, dix ans de voyage, de l'attente, encore, encore et finalement, l'explosion de joie des gens derrière leurs écrans. 
Tout ça pour faire des petits trous dans une comète qui voyage à 10 km/seconde, en espérant trouver des macromolécules de carbone qui auraient pu donner vie à la vie, il y a 4 milliards d'années. J'ai le vertige...

Je ne suis pas matheuse, ni physicienne dans l'âme, plutôt une quiche pour tout ce qui est scientifique mais ce genre de truc me chavire parce que je pense à mon grand-père. Mon grand-père, Papoune, c'était une tronche. Une vraie. Ingénieur-chimiste, mathématicien, il était bardé de diplômes obtenus au Conservatoire National des Arts et Métiers et avait même participé à l'écriture d'un livre de mathématiques. Pendant la guerre froide, il travaillait dans les pays de l'ex-bloc soviétique pour construire des usines, il était en Hongrie quand je suis née, moi, sa première petite-fille. Une légende familiale raconte même qu'il devait être un peu espion ou agent-double... Sinon, comment expliquer qu'un jour, mes grands-parents aient découvert un impact de balle dans leur baie vitrée ?... 
Bien après sa retraite, Papoune a passé le seule diplôme du CNAM qui n'existait pas quand il avait été étudiant : un truc technologique sur les applications liées à la télévision. Il voulait rester dans l'avancée des technologies, ne pas se faire larguer. Alors, il l'a passé par correspondance, en écrivant de temps en temps au prof pour lui expliquer que ses énoncés n'étaient pas corrects... Il l'a eu.

Mon grand-père savait expliquer les maths facilement quand on bloquait sur un exercice, il avait une écriture simple et déliée et a toute sa vie écrit avec un Bic cristal bleu qu'il portait à l'intérieur de son veston. Il était toujours chic, Papoune, toujours en chemise avec une cravate, même pour aller à la boulangerie, ou au pire, les jours de grosse déconne, un foulard en soie noué dans le cou.

Papoune, il ne savait pas s'il devait croire en Dieu. En tant que scientifique, il croyait surtout à la science mais il disait aussi que parfois, quand on ne peut plus rien expliquer, on peut croire qu'il y a une existence ailleurs qui a aidé au bazar, si ça nous fait du bien. Il essayait de m'expliquer l'infini, cette notion tellement difficile à comprendre pour ma petite tête. "D'accord, mais Papoune, ça finit où, l'infini ?"... Il souriait et reprenait l'explication. Et puis, sans doute pour me rassurer parce que j'avais l'air perdue, il admettait que peut-être que l'infini avait une fin, finalement, même si on dit le contraire.
Avec mon grand-père, quand on regardait les étoiles, on se perdait tous les deux dans cet infini. Il disait que finalement, c'est peut-être notre cerveau qui crée ce qu'on voit à partir de ce qu'on connait mais qu'on ne peut pas dire si ça existe toujours une fois qu'on ne le voit plus. Comme les étoiles que nous voyons dans l'immense ciel noir et qui ne brillent plus depuis des millions d'années. Il disait que la vérité n'est liée qu'au temps, que ce qui était vrai hier ne l'est plus aujourd'hui et ne le sera plus demain.

Mon grand-père, il aurait été comme un dingue avec cette histoire de Rosetta et de Philae. Il aurait été heureux de voir que chaque jour, la science repousse ses limites, de savoir que la connaissance continue d'avancer et qu'un jour, nous saurons. Peut-être. Il m'aurait dit "Tu te souviens quand on avait visité le temple de Philae en Egypte ?" Oui, je me souviens, un voyage fabuleux...

Papoune,  il n'aura pas connu Rosetta, il nous a quittés il y a quinze ans parce que son cœur s'est fissuré, mais là, j'espère qu'il veille d'un œil sage sur Philae et qu'il va l'aider à s'accrocher à sa comète, pour que les soixante prochaines heures de vie du petit robot puissent apporter des réponses à ceux qui les attendent. 

J'espère qu'aujourd'hui, mon grand-père sait si l'infini a une fin ou pas. Et que la réponse lui a plu.




crédit photo : http://www.cnes.fr/


29 commentaires:

  1. Smouik13/11/14

    c'est un très bel hommage à ton Papoune, et tu veux que je te dise ? Tu as eu beaucoup de chance d'avoir un grand père comme celui-là. Ces hommes-là sont précieux et je sais aussi maintenant d'où vient ta générosité : c'est de famille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu beaucoup de chance effectivement. Même si Papoune n'était pas mon grand-père "de sang" mais le second mari de ma grand-mère. Mais comme elle l'avait rencontré bien avant ma naissance, ça n'a fait aucune différence... et je porte aussi son nom aujourd'hui ;-)

      Supprimer
  2. Très joli texte sur ton grand-père !

    RépondreSupprimer
  3. Coucou ici ! De retour de 10 jours de vacances qui ont fait un bien fou, sauf au portefeuille et au popotin rapport à tous les petits déj continentaux et resto qu'on a pu se faire. Oui, je sais que si c'était pour écrire ça, j'aurais pu passer mon chemin. Hahaha.
    Je rattrappe mon retard alors en vrac :
    "Bonne fête des morts" pour un 31 octobre, ça le fait mais j'aime pas trop parce que c'est le jour de naissance de ma petite citrouille ;) qui vient d'avoir deux ans. En plus, j'avais acheté plein de bonbons au cas où les petits monstres passeraient. Et non. Du coup, qui c'est qui va devoir les manger, hein ?
    Très bon choix de lunettes.
    Plein de courage et de bonnes ondes pour les tracas perso (paperasserie, vente maison, séparation,...).
    T'as recommencé à fumer après 9 ans ? Ca me fout un coup parce que pendant longtemps, j'avais sauvegardé ton blog sur l'article où tu parles de ton arrêt du tabac. Comme une motivation qui l'a été pendant ma grossesse. Mais j'ai repris après l'accouchement...
    Opération, qu'est ce que j'y ai déjà pensé et en même temps, j'ai trop la trouille de me faire charcuter. Donc, comme tu dis, No Way.
    Tu me mets des étoiles dans les yeux avec ton Papoune...
    Des bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vacances, c'est la vie !
      Pour le reste, c'est rigolo de voir des réponses à des commentaires groupés ;-)
      Profite bien de ta puce.

      Supprimer
  4. Val Làô sur la Colline13/11/14

    Oh comme ce texte est joli !
    Tu as beaucoup de chance d'avoir eu un grand-père comme ça, qui a manifestement été très présent dans ta vie. Je pense à ça souvent, cette relation que mes filles peuvent développer avec leurs 4 grands parents, vu que la vie a fait que finalement, après des circonvolutions qui ne laissaient vraiment pas présager ça, nous habitons tous le même village. Je constate déjà les effets positifs de cette relations entre elles et leurs aïeuls, tout ce qu'ils leur apprennent, leur apportent, tout ce que nous, parents, ne pouvons pas toujours faire, avec nos têtes dans le guidon.
    Une relation comme ça est une richesse infinie... sans fin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon mouflet a aussi des relations privilégiées avec ses grands-parents, des deux côtés, et c'est vrai que c'est top.

      Supprimer
  5. Phédia13/11/14

    Je ne sais si ton grand-père sait si l'infini a une fin ou pas mais je pense que ce texte est une très jolie réponse et qu'il lui aurait surement beaucoup plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas tout à fait certaine que mon grand-père aurait adoré que je raconte ma vie sur Internet ni que je montre mes seins... ;-)

      Supprimer
  6. Anonyme13/11/14

    ton papoune avait le swag :)
    sterenn

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si tu l'avais vu en smoking et chaussures vernies...

      Supprimer
  7. Chris (aka Paquita Chocolatera)13/11/14

    Quel homme ton Papoune. Que ça a dû être enrichissant ces moments avec lui. Je n'ai connu aucun de mes grand-pères et ne le regrette pas trop car l'un était psycho-rigide (genre si un enfant parlait à table hop coup sur les doigts avec le manche du couteau) et l'autre je n'en ai jamais trop entendu parlé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il avait une grande connaissance sur beaucoup de choses et avait vécu des moments durs dans sa vie aussi. Il était profondément gentil.

      Supprimer
  8. il doit être fier de toi!(là où il est). C'est un hommage superbe.

    RépondreSupprimer
  9. Géraldine13/11/14

    Je travaille à l'Agence spatiale Européenne et je te remercie pour ton billet qui me touche particulièrement. Hier a été une journée extraordinaire pour nous tous... Ma grand-mere est née en 1906, elle était institutrice et elle m'a appris à lire.... et avant de mourir elle m'a vue devenir ingénieur et travailler dans le domaine spatial. J'espère que là haut elle est avec ton papoune et qu'ils admirent ensemble Philae travailler pour faire advancer la science au service de l'humanité tout entière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon grand-père aurait été fier que je devienne ingénieur (surtout ma grand-mère je crois, obnubilée par les apparences) mais j'ai choisi une autre voie. En tout cas, je suis contente si ce billet t'a fait du bien ;-)
      Et fait la bise pour moi aux gens qui ont bossé sur le projet (enfin j'me comprends).

      Supprimer
  10. sophiefromthetrain13/11/14

    C'était la journée sans mascara et tu ne m'as rien dit ? Nan parce qu'entre les Christmas clips sur FB et ce billet, bonjour le Panda style ... <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Opam Panda style, hop hop hop... (tu reconnais la chanson ?)

      Supprimer
  11. Madame Pivoine - Natacha13/11/14

    C'est très beau ce que tu écris sur ton grand-père. Cela me touche beaucoup.
    C'est pour des machins comme Philea qu'il faut croire en l'Europe. Ensemble on capable de tellement de choses!!! Et puis ce projet c'est un peu l'éloge de la patience, non? Ca fait du bien tout cela!
    Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Terrible éloge de la patience ! .... Je ne sais pas comment ils ont tenu...

      Supprimer
  12. Aurélie13/11/14

    C'est beau!

    RépondreSupprimer
  13. bobette13/11/14

    Il est magnifique ton billet. On sent l'admiration pour ton grand-père, l'ouverture d'esprit aussi que tu as.
    Mes grands-pères sont morts alors que je n'étais qu'une enfant; je garde de l'un la certitude d'une bienveillance et d'une bonté extraordinaires, son sourire édenté, ses yeux bleus. De l'autre une image très nette alors qu'il porte un débardeur bordeaux. Mais je n'ai pas eu ces échanges que tu as eu et qui sont certainement des bases pour l'enfant que tu étais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes grands-parents nous ont emmenées, ma soeur et moi, faire de nombreux voyages dans plein de pays, parce qu'ils pouvaient se le permettre. Et ça, pour l'ouverture d'esprit, c'était génial.
      Mes parents, aujourd'hui grands-parents font de même et c'est une grande chance...

      Supprimer
  14. clemence14/11/14

    Quelle idiote de lire ce billet au boulot ! J'ai les yeux tout mouillés. Je pense à mes grands parents partis eux aussi. Il me reste encore une mamie alors j'en profite au maximum. Ce qui me fait pleurer c'est que mes filles n'ont pas du tout cette relation avec mes parents. Elles ne les voient presque jamais. Ils n'appellent jamais non plus. Trop occupés. Et ça, c'est vraiment pas kiwi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si je ne vois pas mes grands-mères tous les quatre matins, je dois dire qu'on s'appelle régulièrement. Il faut ça, sinon, après, on a plein de regrets.

      Supprimer