2 sept. 2014

La pire rentrée



Alors les Mamans, tout se passe bien ? Vous avez accompagné vos p'tits devant le portail de l'école et tout s'est bien passé ? Tant mieux. Moi, je ne l'ai pas accompagné hier (le mien rentrait hier), il y est allé en voiture, tout seul. Il pensait pouvoir revenir déjeuner à la maison avec ses copains et ben nan. Rentrée à 10h30, déjeuner au RU et direct cours l'après-midi. Et du boulot hier soir. L'IUT, c'est pas de la gnognotte.


C'est donc ma seizième rentrée. Merde. Loin d'être la pire, évidemment. Crapaud-poilu est content d'y aller, content de ce qui l'attend, content d'être là où il avait envie d'être et c'est inestimable. 
La pire rentrée, c'était il y a bien longtemps....

Entrée en CE2. Nous avions déménagé dans l'été pour quitter le village où il connaissait tout le monde (il y était depuis la moyenne section de maternelle), afin d'intégrer la grande maison, à 40 km de là. Deux villages pour une école, une partie des enfants dans l'un, une classe unique dans l'autre. Il avait fallu trouver une nounou sur place qui pouvait le garder jusqu'à ce que le bus de ramassage scolaire passe, et le soir, le temps que je rentre. Elle avait l'air d'être gentille, c'était le principal.

Jour de la rentrée, je l'emmène à l'école. Mon p'tit chou, avec son cartable me regarde l'air perdu. Qu'est-ce qu'on fait là Maman, pourquoi on vient là, pourquoi on n'est pas resté dans l'autre école ? Il parle peu et fait bonne figure mais ses yeux sont malheureux et plein de questions.
Je parle beaucoup, je fais bonne figure et j'essaye de le rassurer tant bien que mal. 
Tu vas te faire de nouveaux copains et puis la maîtresse a l'air gentille.
Regarde la cour, elle est grande quand même.
Tu as ton ticket de cantine ?

Il me regarde les yeux perdus et je suis dévastée.

Je l'accompagne dans la cour et le présente à la maîtresse, Crapaud-des-îles, nouvel élève. Crapaud-poilu n'était pas encore poilu, il était encore Crapaud-des-îles à cette époque-là. Elle lui fait un bisou, me fait un sourire. Il est temps pour moi de partir. Je sais que ça va être difficile pour lui, il n'a jamais su se faire des amis facilement. Il a tendance à vouloir souvent commander, à vouloir souvent avoir raison et préfère rester seul plutôt que de se plier aux règles du groupe. Il changera. Et puis il est un peu dodu, un peu timide, pas très à l'aise. Ça va être compliqué.

Il me fait un pauvre sourire comme pour vouloir me rassurer car il sent mon appréhension derrière ma figure qui fait tout pour être vaillante. Je tourne les talons le kiki serré, incapable de prononcer une parole sans me mettre à pleurer et lui comme moi, on ne veut pas pleurer devant l'autre. Et puis il est en CE2, y'a pas mort d'homme non plus... C'est ce que je me force à me répéter. Je me retourne pour lui faire un petit signe. Je m'effondre. Crapaud-des-îles est assis tout seul sur une petite murette, son cartable à ses pieds, regardant les autres qui ne viennent pas vers lui. Lui est incapable d'aller vers eux, pour le moment. La vision de mon tout petit, seul sur sa murette me broie le coeur. J'ai envie de retourner lui faire un câlin, lui dire que c'est pas grave, viens mon lapin, viens avec moi, on s'en fout, tu n'es pas obligé de rester si tu ne veux pas. Tu vas rester avec moi, on va rester tous les deux, je te ferai les cours à la maison, jamais on ne se quittera. Ne sois pas malheureux mon p'tit chat, ne sois pas malheureux à cause de moi.

Je suis déchirée lorsque je monte dans ma voiture et je me mets à sangloter. J'appelle son père qui se moque un peu de moi, gentiment, qui raille mon côté mère-poule mais je sais que si c'était lui qui était venu, il n'en aurait pas mené large non plus. Je veux le croire.
Je pleure tout au long de la route qui me conduit au boulot avec cette question qui revient sans cesse : qui sommes-nous, parents, pour imposer des trucs pareils à nos enfants ? Pourquoi lui faire quitter sa vie tranquille, ses habitudes, ses copains, pour nos désirs de campagne et de grande maison ? 

Au bureau, rien ne va. Des collègues qui ne me connaissent pas pensent que je viens de déposer mon petit pour sa rentrée en maternelle. Nan, nan, en CE2. Elles ne comprennent pas. J'essaye d'expliquer mes les mots finissent en petit gargouillis étranglés dans ma gorge.

Le soir, il fait contre mauvaise fortune bon coeur. Non, il ne s'est pas fait de copains, oui, la maîtresse est gentille. Oui, c'était bien la cantine. Oui, elle est gentille la nounou. Il essaye de me rassurer alors que ce serait à moi de le faire. Il sent mon désarroi, il ne veut pas me faire de peine. Il est déjà grand mon tout petit.

Aujourd’hui encore, alors que mon Crapaud-poilu est super content de sa rentrée, que les toutes les autres se sont bien passées, qu'il a fini par se faire des copains et par aimer cette école, aujourd'hui encore, le souvenir de mon gosse tout seul sur sa murette un matin de septembre, le soleil rasant le goudron de la cour, l'air frais du matin sur mon visage, tout ça me broie le coeur.

A toutes les Mamans qui ce matin ont la paupière humide, je te fais des bisous. 
Je sais ce que c'est.



56 commentaires:

  1. delph2/9/14

    Ben voilà, j'avais la paupiere humide, maintenant je pleure c'est malin!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'avais mis du mascara waterproof j'espère... ;-)

      Supprimer
  2. Angélique2/9/14

    Je n'avais pas pleuré ... j'étais fière de moi et boum je lis cet article

    ça serre les tripes (en plus j'ai un petit garçon qui est entré en CE2 ce matin mais avec ses copains)

    allez hauts les cœurs la journée va vite passer

    Angélique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ça s'est bien passé. Ce sont parfois de mauvais moments, mais souvent, ils sont fugaces.

      Supprimer
  3. Rien qu'à te lire, j'ai la larme à l'oeil et le coeur tout serré. La nôtre n'a que bientôt deux ans. Les années à venir promettent du plaisir.

    RépondreSupprimer
  4. Aurélie2/9/14

    Il m'a foutu les boules ton billet.. Je comprends tout à fait ce que tu as ressenti..
    La 2ème rentrée s'est bien passée ici.. Même s'il était un peu tristoune de rentrer dans la nouvelle classe..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne dure pas. C'est le principal.

      Supprimer
  5. sophiefromthetrain2/9/14

    <3

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme2/9/14

    Tellement bien écrit ...

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme2/9/14

    C'est tellement vrai tout ça!
    Mes crapauds à moi ont maintenant 28 et 31 ans ,ils ont l'air de se débrouiller dans leurs vies d'adultes
    J'ai été leur instit pendant toutes leurs années "maternelle" et j'ai détesté leurs rentrées ensuite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut faire contre mauvaise fortune bon coeur. Et essayer de ne pas leur transmettre notre angoisse, mais ça, c'est super difficile.

      Supprimer
  8. C'est tellement touchant ce petit texte...Je n'ai pas d'enfants mais je sais qu'un matin de septembre j'aurai aussi la paupière humide !!
    Bise

    RépondreSupprimer
  9. Chris (aka Paquita Chocolatera)2/9/14

    J'ai eu les yeux tout mouillés et le coeur bien serré en te lisant. Pas connu ce genre d'expérience avec les miens. Par contre lors de leur première rentrée en maternelle ils m'ont dit au-revoir distraitement impatients qu'ils étaient de se précipiter sur les jeux dans le préau laissant leur maman avec le coeur bien chiffonné. Les ingrats ;-) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est malheureux, mais franchement, c'est mieux comme ça !

      Supprimer
  10. Moi, je dis qu'on devrait recouper les bébés par petits bouts comme les bonsaïs pour qu'il ne grandissent jamais, jamais, jamais.

    RépondreSupprimer
  11. Ton billet m'a renvoyé 4 ans en arrière lorsque nous sommes arrivés dans le grand ouest. Pas de souci pour cette nouvelle école pour mon grand, mais un bouleversement pour n°2 qui rentrait au CP. Il me parle toujours de "ses" copains de l'ancienne école auxquels il était vraiment très attaché.

    J'avais aussi une petite boule dans la gorge ce matin, merci pour ton billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fidélité en amitié est une grande qualité mais parfois, ça empêche aussi d'avancer....

      Supprimer
  12. Emilie2/9/14

    Oh là là, j'ai les larmes aux yeux et je me retiens pour ne pas pleurer. Pour l'instant la pire rentrée a duré deux ou trois mois, c'était en moyenne section de maternelle, il arrivait tout droit d'une crèche qu'il adorait et jusqu'aux vacances de Noël il pleurait tous les matins dès qu'on arrivait à l'école (et ça ne s'arrêtait pas quand je partais, hélas).

    Heureusement, cette année, rentrée en CM2, tout va bien, il connaît tout le monde, ça devrait rouler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sentiment de culpabilité est atroce. Même si on sait que ce n'est que temporaire. Par exemple Crapaud-poilu, là, il n'a pas pleuré, tu vois ? ;-)

      Supprimer
  13. Je les ai fait déménager les miennes, moi aussi : la plus grande entrait en ce1 et la plus petite faisait sa 2ème rentrée en maternelle, en petite section et nous, les parents, étions tiraillés entre signature notariale, boulot, déménagement provisoire en attendant "le vrai", bref 3 semaines de folie mais pleines de bonheur , tous les 4, bien que nous campions entre notre nouvelle maison et un appart temporaire qu'on nous prêtait. Le seul point noir : les nouvelles écoles, très sympa mais pleines d'inconnu(e)s), les nouveaux copains à se faire, la plus petite des 2 princesses qui se remettait à pleurer tous les matins quand je la déposais en classe et moi qui mettais la journée à m'en remettre, la boule au ventre...Pour sa grande soeur, ça a été finalement plus simple alors qu'elle stressait énormément avant: à la fin de la 1ère journée, elle trouvait tout génial !!! Aujourd'hui, 5 ans après, aucune des 2 n'imaginerait vivre dans une autre maison ni aller dans d'autres écoles et chaque jour, je me félicite de notre choix : nous avons bien fait de ne pas avoir attendu davantage, cela aurait été bien plus difficile pour elles et pour nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous n'avons jamais regretté ce choix, après, tout s'est bien déroulé. Mais franchement, sur le moment, c'était tellement dur...

      Supprimer
  14. Jute2/9/14

    moi aussi j'étais comme Crapaud-poilu et si j'ai adoré apprendre à l'école, les relations sociales étaient parfois compliquées, c'était tout ou rien. Je préférais également être seule que de me faire mener à la baguette par la commandante, pas grave, je lisais en récré du coup.Du coup j'ai peur pour mon bébé (16 mois, je peux vraiment l'appeler mon bébé) qu'il soit comme son père (excessivement timide) ou comme moi. Je sais j'ai le temps mais quand je pense à l'école ou pire, au collège j'y pense déjà.
    C'est vrai, qui sommes-nous pour leur imposer ça...j'aurais eu beaucoup de mal à le laisser sur sa murette aussi, bouhh ça me serre le coeur.
    Bon IUT à Crapaud-Poilu qui a passé une bonne rentrée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Crapaud-poilu est enchanté de sa rentrée ! Il m'a dit hier soir "j'aime bien ce truc". Joie ! Et je me dis que toutes ces expériences l'ont aussi aidé à se forger une identité...

      Supprimer
  15. bobette2/9/14

    Les miens sont rentrés en GS et en CM1 et j'étais fière d'eux et de moi, personne n'a pleuré. Mon grand sensible se pose déjà des questions, a peur que l'on se moque de son classeur avec des petits chats. Il est beau ton texte .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La moquerie est une épée de Damoclès permanente. J'ai toujours essayé de dire à mon gosse : tu t'en fous, l'important, c'est que toi tu aimes. Pas toujours facile.

      Supprimer
  16. Anonyme2/9/14

    pfuiii les boulles...j'ai laissé la plus petite (qui est mi-timide mi-sauvage) qui ma laché la petite phrase avant de rentrée dans la classe: "maman j'veux pas y'aller moi dans la classe des grands..." alors le coup de la murette....moi je m'effondre ;-o
    relou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. P'tit chat... J'espère que ça se passera bien pour elle. A jeudi ? ;-)

      Supprimer
  17. merci de penser aux mamans qui comme moi, ont eu la paupière humide. Moi non plus je n'ai pas voulu pleurer devant elle, je me suis retenue mais je n'en menais pas large.
    Je garderai un très mauvais souvenir de cette première rentrée en petite section et je comprends tout à fait que cette rentrée de CE2 puisse être si marquante !!
    Et dire que dans quelques années, elle sera aussi grande que ton fils !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça arrivera ! Et bien plus vite que tu ne le penses...

      Supprimer
  18. Reine2/9/14

    Ben moi je suis triste à chaque rentrée maintenant que je n'ai plus personne à accompagner....... Vivement la prochaine génération :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera fun quand tu iras chercher ta petite-fille à la sortie de l'école pour lui faire une surprise. Les petits de ma soeur adorent quand Maman et Biquet font ça ;-)

      Supprimer
    2. Au fait, tu m'envoies un mail la prochaine fois que tu descends ?

      Supprimer
  19. Bouhh c'est sûr que ça fait mal au coeur de ne pas pouvoir épargner ce genre de moments à nos loupiots ... moi c'est ce matin que j'ai déposé mon petit gars au CE2 et comme toi j'avais un peu la gorge serrée mais contrairement à toi , moi j'ai dû rester avec lui, je raconte pourquoi sur mon blog aujourd'hui et j'espère qu'un jour je pourrai raconter que le suite que été bien plus simple.
    plein de belles chose aux petits écoliers et à leurs mamans :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi pour toi que la suite sera plus simple. Le manque d'AVS est une chose dramatique, ma soeur le vit au quotidien dans sa classe. Pourtant, je suis certaine qu'il y a plein de gens en attente pour faire ce métier !
      Bon courage à vous ;-)

      Supprimer
  20. C'est terrible, ça éveille une tristesse insondable en moi lorsque j'ai fait ma rentrée en 6eme à Saintes . L'arrivée en Charente Maritime ne fut pas simple pour la petite corrézienne que je suis. Ce collège de Saintes avec ses grandes grilles où je me répétais que j'étais en prison..si je pouvais éviter à ma princesse de vivre ça un jour.
    Bon elle a fait sa rentrée en CE1 aujourd'hui et ça s'est bien passé...
    Ce soir tu m'as fait pleurer.... Pour toutes les fois oú tu m'as fait rire.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, la Charente-Maritime, c'est pas si cata ;-)
      Je grand saut a été pour moi le retour en France après deux ans à La Réunion. Affectation de mon père : Metz. Passer du CM2 de l'école de La Rivivère des Pluies à la 6ème du Collège de Queuleu, j'aime autant te dire que ce fut le choc des cultures !

      Supprimer
  21. Alors moi j'ai des gamins qui font de super rentrées, qui s'intègrent en 30 secondes (et que j'oblige à aller vers les plus timides) ben j'ai tout plein pleuré à la lecture de cet article

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance ! (pour les gamins,hein, pas pour les larmes...)

      Supprimer
  22. Fabignou2/9/14

    Moi toutes les rentrees me serrent le coeur, j'ai l'impression que je le lache dans la jungle, meme si finalement ce soir il est super content de sa premiere journee de CP et a hate d'y retourner demain. Comme il est plutot timide mais enthousiaste, cette annee, on l'a inscrit a une activite qui je pense, j'espere, va l'epanouir socialement : le cirque. Je pense que ca donne une belle assurance, c'est plein de depassement de soi dans la bonne humeur, sans competitivite. Et puis le gamin qui sait jongler dans la cour de recre, il a forcement plein de potes, non ? :-)

    RépondreSupprimer
  23. Fabignou2/9/14

    Ah, et evidemment, j'ai chiale comme un veau en lisant ton billet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le gamin qui sait jongler épatera les copains à la rentrée... et les filles plus tard, dans les soirées !

      Supprimer
  24. Joli billet. Merci ! C'est marrant, mon grand aussi c'est "crapaud". Chez toi aussi ça vient de Pagnol ?
    Sinon, même si je ne suis qu'un papa, je me suis autorisé à l'accompagner à l'école (avec maman bien sûr) Rentrée CP hier et...ben j'ai encore écrasé ma larme de le voir si grand déjà devant les portes de l'école, puis si petit dans la cour au milieu de ces "monstres" de CM2. Une larme de fierté aussi de voir combien il est courageux mon crapaud, sac sur le dos, se présentant seul à l'entrée de la classe à l'appel de son prénom pour expliquer qu'il mangera à la cantine mais n'ira pas à la garderie. Une larme de tendresse de voir ma princesse de femme se mordiller la lèvre pour contenir la boule dans a gorge et les yeux qui se troublent. Une larme de voir la vie filer si vite, de me demander où est passé mon bébé aux longs cils et quelle sera sa vie demain, quand je serai vieux, puis plus là. Finalement la rentrée, c'est quand même beaucoup de belles larmes ! Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bou Diou, c'est émouvant tout ça. La seule chose que je puisse te dire, c'est que c'est incroyable la vitesse à laquelle ça passe. Tu auras à peine le temps de sécher tes larmes d'entrée au CP que tu seras à cran pour attendre les résultats du bac...
      En tout cas, bon courage ;-)

      Supprimer
  25. Je l'aie eu, l'œil carrément mouillé ce matin, après avoir déposé mes grands au collège ( entrée en 6eme pour mes twins). Ca s'est très mal passé pour l'un. Regroupement avec le copain pas fait, et il était tout seul de son école dans cette classe à 95% de filles. J'ai pas pu le laisser se démerder tout seul ( " il se fera des copains, mais laisse lui le temps" etc...) il a tellement eu de galères ces dernières années, et là, je lui flingue d'entrée sa 6eme?????
    Hop vie scolaire, j'ai demandé des comptes. Erreur de dossier. Et impossible pour mon fils de rejoindre son pote dans l'autre classe, et le pote qui refuse de venir dans celle de mon fils ( normal, dans la sienne, tous les potos de l'an dernier, tu m'étonnes). Ben second choice alors. Tu me mets mon numéro 2 dans la classe de numéro 1. Tanpis. Ce sera que pour cette année. Et les garçons auront eu gain de cause, c'est ce qu'ils nous avaient réclamés, à leur père et à moi.

    Mais alors pffff qu'est ce que je suis émotive!!! au bureau, ensuite, quelle galère pour garder tête haute, j'en menais vraiment pas large.

    Bonne rentrée à toutes les mamans, du fond du cœur ( parce que quel niveau que ce soit, c'est dur dur tout le temps)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça a été aussi la grosse angoisse à l'entrée en sixième. Il entrait dans un gros collège et venait d'une toute petite école... Serait-il avec ses copains ? Oui, pas les meilleurs mais des têtes connues. Et effectivement, il s'en ai fait d'autres !
      Bon courage ;-)

      Supprimer
  26. J'ai connu la même chose que ton crapaud (by the way, j'adore ce surnom), et pareil j'étais pas hyper sociable... par contre mes parents n'en avait rien à faire, personne ne m'avait accompagné haha, et je suis arrivée en milieu d'année... mais bon.. heureusement on en reste pas traumatisé..
    Tout ça pour dire QUE, je trouve ça génial que toi, ça t'ai perturbé, c'est ça une bonne maman (les papa eux ils sont tous, boaf, tranquille, t'inquiète ça va passer)

    Donc voilà hihi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'on a chacun une façon d'être "un bon parent" et chacun une façon de le montrer... Je te rassure, je ne suis pas parfaite, loin de là !

      Supprimer
  27. la carne5/9/14

    je me sens une horrible mère après un tel billet! nous, enfin le 9 ans, c'était son entrée au CE1 le changement d'école, l'angoisse, sa larme à l'oeil... lui n'essayait pas de me rassurer mais de me culpablisier genre "c'est à cause de vous que je suis là"... mais y a rien eu à faire... j'avais la conscience tranquille et je n'étais pas triste. J'étais même carrément confiante. il allait s'en sortir. il allait apprendre à s'en sortir. ... il s'en est sorti. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je n'avais pas la conscience tranquille, c'est bien ça le problème... Le choix de partir à la campagne, si loin de tout, était beaucoup plus le sien que le mien. Je n'étais pas à 100% à fond dans le projet, tu vois ? Je l'ai un peu subi. Je pense que c'est pour ça que ça m'a autant retournée.

      Supprimer