12 juin 2014

Philosophie végétale





Je suis pas trop là. J'ai beaucoup de choses à faire, à envisager, à estimer et j'ai un gosse qui passe son bac. Autant dire que je suis un chouïa débordée, donc pas trop présente... Et ça me chiffonne parce que j'aime bien écrire et te lire. Toujours est-il que je vais te livrer deux petites anecdotes en attendant d'avoir un peu plus de temps et quelque chose de plus consistant à te raconter...

L'abricot
A mon travail, tous les jours, on a des fruits à disposition pour la pause du matin. C'est cool. Ouais, j'ai de la chance... Des bananes, des kiwis, des clémentines, des dattes, des prunes, des pommes, des poires, pas de scoubidous (cette référence ne pouvant être comprise que par la frange la plus âgée - dont je fais partie - de l'auditoire). Et des abricots.
Hier matin, j'avise donc lesdits abricots orangés, lisses qui ont l'air délicieux. J'en prends deux. Je croque dedans avec ma main sous le menton pour parer l'attaque vicieuse de gouttes de jus sur mon tee-shirt. 
Ben ça risquait pas, je l'ai compris au son.
Quand tu croques dans un abricot et que ça fait le même bruit que dans une pomme, tu comprends que tu ne risques pas d'avoir du jus qui coule sur le menton. Quand tu mâches ta bouchée d'abricot et qu'on a l'impression que t'es en train de manger une biscotte, y'a peu de chances que le jus s'échappe.
L'abricot qui croustille, c'est un concept. Ou c'est un peu tôt dans la saison, faut se rendre à l'évidence...
Il faut savoir attendre, ma Grosse Blonde, rien ne sert de se précipiter, on apprécie bien plus les choses que l'on a attendues...
Une leçon de philosophie de vie donnée par un abricot, je crois que ça me plait bien.


La patate
A mon travail, ceux qui le souhaitent peuvent se faire livrer un panier de légumes par une AMAP, le jeudi. Tu prends un abonnement et toutes les semaines, tu récupères ton cageot à la salle de pause. Je ne fais pas partie de celles qui les commandent (je l'ai fait il y a longtemps) car je n'ai pas suffisamment de discipline, d'envie et de recettes pour manger un cageot de légumes par semaine. Et puis j'adore les chips.
Pour autant, c'est une pratique sympathique et j'ai mon p'tit coeur qui a fondu de bonheur en apercevant ça hier martin, sous l'une des tables que nous avons à l'extérieur pour déjeuner ou prendre un café... (ouais, j'ai de la chance).



Une petite patate a dû s'échapper du cageot, mue par un instinct de sauvageonne qui ne veut pas finir autour d'un poulet rôti mais veut retourner à la terre. Elle a roulé sous la table et les conditions météo aidant, elle a germé et est désormais un joli plant de patate, qui pousse avec rien.
Cette vision m'enchante. Elle signifie qu'il y a de la place pour la liberté, qu'on peut résister devant l'adversité et que le destin est parfois formidable...
Cette petite patate est une leçon de vie et a ensoleillé ma journée pétrie de doutes et d'incertitude.
Cette petite patate va devenir mon gourou.

Quand un abricot pas mur et une patate sauvage te donnent des clés pour appréhender la vie, je ne sais pas si ça signifie que tu es au fond du trou ou s'il faut y voir un arc-en-ciel et des paillettes. 

Je vais choisir la deuxième option.



47 commentaires:

  1. J'adore cette petite patate rebelle qui dit 'oui' à la vie. et j'aime beaucoup ta façon de raconter
    tu me fais bien rire et c'est aussi ce qu'on demande à un blog, au lieu des tests poussette et couche culotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fabignou12/6/14

      Oui, et je suis pas sure que Crapaud-Poilu soit ok pour les tests poussette et couche-culotte ;-)

      Supprimer
    2. Moi non plus, je ne suis pas sûre. En revanche, si c'est pour des tests de la dernière BMW ou de l'Alpha Giullietta, y'a pas de problème, il est preneur.

      Supprimer
  2. Smouik12/6/14

    Patate for President!

    RépondreSupprimer
  3. La philosophie contée par les légumes, c'est drôlement sympa. Tu nous racontes ça à la manière d'histoires pour enfants et libre à nous d'en tirer nos propres conclusions. L'abricot par mûr, c'est tout vient à point pour qui sait attendre… qu'il s'agisse de celui qui se saisit du fruit pour le dévorer ou de celui qui l'a mis dans la corbeille à disposition des gourmands en pensant "c'est l'été, il fait beau, mangeons des abricots et tous en slip". La patate sauvage, c'est une prise de risque, de liberté, une petite revanche de la nature sur le gratin dauphinois ou l'accompagnement du poulet rôti du dimanche. Finalement, il y a de quoi se dire que si on sait dans quelle direction regarder et sans quitter des yeux son objectif, les arc-en-ciels à paillettes ne sont pas très loin. Et ces petits végétaux montrent bien le sens profond de l'existence là où nous humains ne nous concentrons que sur de la Vacuité.

    Namaste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Namaste aussi. A bas la vacuité.
      Je n’utilise pas souvent ce mot mais faudrait que je me force, ça fait chic je trouve.

      Supprimer
  4. Fabignou12/6/14

    J'adore tes petites philosophies vegetales ! Les plantes qui poussent entre deux paves ou dans les fissures du goudron ca m'emeut vachement, a chaque fois. A Madrid, dans un parc, il y a un figuier qui sort d'un mur, c'est mon gourou a moi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si on faisait une convention de gourous pour qu'ils échangent de bonnes pratiques ?
      Je vais demander à Petite Patate si ça la branche.

      Supprimer
    2. Fabignou13/6/14

      Mais carrement ! Par contre on fait ca par Skype ou a Madrid, Petite Patate a l'air nettement plus mobile que mon figuier :-)

      Supprimer
  5. Je dirais même plus: Patate Power!!
    Ou lorsque le végétal prouve qu'il survivra à l'homme... Merci pour cet instant de méditation :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quand tu médites, tu pètes ?
      Nan parce que le relâchement général lié à la médiation, moi, ça me détend vachement les boyaux.

      Supprimer
  6. Merci pour ce post poétique plein de douceur...
    Bon courage dans le soutien à ton futur bachelier ! j'ai donné l'an passé, que c'est éprouvant !
    Bisous ma jolie blonde <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore 8 jours de galère et après... on respirera en attendant les résultats !

      Supprimer
  7. Aurélie12/6/14

    Ouf, pas compris les scoubidous..
    "hier martin"?? Serait ce un lapsus?
    Enfin, j'adore ce billet, il est juste... bin chai pas.. j'aime bien..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu es trèèèèès jeune.
      Et non, c'est pas un lapsus, c'est juste mes doigts qui déconnent ;-)

      Supprimer
  8. Valkikou12/6/14

    https://www.youtube.com/watch?v=NUDgGSje4Ew

    Pour les djeun's ;-)

    Merci la blonde pour ces réflexions philosophiques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la leçon d'histoire ;-)

      Supprimer
  9. Je vais faire comme si je ne t'en voulais pas de m'avoir traitée de "frange la plus âgée" hein...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OU ALORS, c'est parce qu'on a une super culture musicale.

      Supprimer
  10. La frange ne me va pas, saches le !
    Non mais t'as qu'à dire vielle tant que tu y es ?

    Sinon les abricots pas murs c'est pas bon, mais j'aime bien les brugnons croquants, oui allez lapidez moi :D

    Quand à la patate j'en ai trouvé une dans le même état (en fait non, un peu moins avancée quand même) derrière le bidule où je case mes légumes, il lui a juste fallu un peu de lumière et pof le germe qu'on dégage rageusement lors de l'épluchage a pris ses aises.

    Mais bon assez philosophé pour aujourd’hui, je vais déjeuner dehors, et vu la température je vais encore regretter que seule l'eau s’échappe par les pores et non le gras, pourtant ça aurai été bien pour faire sauter les patates :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je kiffe pas les brugnons croquants parce qu'il me reste toujours des petits bouts dans les dents. Et après, je suis obligée de les curer avec un trombone.
      Si on maigrissait parce qu'il fait chaud... putain... je serais Kate Moss !

      Supprimer
  11. Chris (aka Paquita Chocolatera)12/6/14

    J'ai compris ta référence, j'en conclus faire partie de la frange la plus âgée et avoir acquis la maturité d'attendre celle des abricots :-D. Cette petite patate solitaire et vaillante est une belle leçon d'espérance, phoenix renaissant de ses cendres. Vive paillettes et arc-en-ciel. Merci pour cette page de philosophie végétale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais avec grand plaisir... Bientôt, on reparlera des poils qui s'incarnent suite à une épilation maillot.

      Supprimer
  12. DOMINIQUE12/6/14

    Je passe ma vie à bloquer devant une petite fleur prête à éclore, un bourgeon qui demande à s'épanouir, une toile d'araignée dans le soleil ou un petit rat tout grassouillet qui mange la gamelle des chats du dehors... C'est fou ce que ça fait du bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour la punaise vert pomme sur la fenêtre, le nuage solitaire dans un océan de ciel bleu, le caca qui flotte et qui veut pas partir avec la chasse.... Les merveilles de la nature, en somme.

      Supprimer
  13. C'est vrai que c'est dur quand on se rend compte qu'on apprécie Radio Nostalgie... Des pooommeuh, des poiaarheu, ça va me faire la fin de journée... Merci hein !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne reconnaîtrai jamais en public que j'écoute Nostalgie. NEVER.

      Supprimer
  14. Madame H12/6/14

    Une laitue, des kiwis, des abricots et une patate ... Quelle fraîcheur ce blog ! Un vrai étal de marchande des 4 saisons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très joli ça. J'aime bien. Je vais aller mettre un petit tablier pour faire plus crédible.

      Supprimer
  15. T'as beau etre débordée, tu as quand même la patate...

    RépondreSupprimer
  16. je dis ouiii à la patatosophie! Perso une coccinelle me fait ma journée, alors une patate en herbe hors sol… je te comprends!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'émerveiller des jolies choses insignifiantes, c'est ça le bonheur.
      Et aussi gagner à l'Euromillions.

      Supprimer
  17. Fredix12/6/14

    J'AAAAAAAAAAAAAAAAAADDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDOOOOOOOOOOOOOOOOOORRRRRRRRRRRRRRRRRRRREEEEEEEEEEEEEEEE !
    Je savais par quoi dire ! Tout a été dit !
    Mon gourou, c'est toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, mais pas d'accord si je suis obligée de porter une tunique blanche longue informe et de porter des spartiates.

      Supprimer
  18. Emilie12/6/14

    J'ai l'impression que tu es sur la voie de la sagesse. :-) C'est toujours chouette de te lire en tout cas. Et oui, les abricots pas mûrs, c'est dégueu, j'attends un peu pour ma part, même si j'en ai mangé des potables y a pas longtemps (pas achetés par moi).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ceux d'hier, j'en ai eu un délicieux. Un régal. Sauf que j'avais pas mis ma main sous mon menton et que j'ai taché ma robe. L'abricot est taquin.

      Supprimer
  19. Anonyme12/6/14

    te lire m'a filé la patate !!! ....ok,je sors ....
    sterenn

    RépondreSupprimer
  20. Reine12/6/14

    Trop mignonne la philo patatienne.... Et suis d'accord... Ça a l'air plutôt sympa ton environnement pro..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, j'ai de la chance. Un jour, je vous ferai une photo de l'extérieur...

      Supprimer
  21. Madame De Kurlande, Genuine Leather12/6/14

    Si tu croustilles de l'abricot tu es mûre pour le blog de cul.

    22 euros.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sérénissime, si tu savais combien d'allusions graveleuses j'avais en tête quand j'ai écrit "abricot"...
      Mais à tout prendre, je préfère l'abricot juteux à l'abricot sec. Hin hin hin.

      Supprimer
  22. je kiffe la patate rebelle!! j'aime sa liberté! :)
    aller... et des scoubidoubidous ouah...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça serait un bon titre de bouquin, ça "La liberté de la patate rebelle".
      Je vais y réfléchir. ;-)

      Supprimer
  23. La patate elle pousse pas avec rien, elle vit sur ses réserves.
    Mais c'est bien aussi.
    Quand on a des réserves...

    RépondreSupprimer