30 avr. 2014

De la culpabilité



Je suis en vacances… Et pour la première fois depuis longtemps, je ne fais rien. Rien du tout. Enfin si, je suis allée me promener. J’ai suis allée faire un tour à Nantes. Ce n’est pas très loin de chez moi finalement et je n’y avais jamais été depuis tant d’années que je vis sur la côte Atlantique. J’ai badé dans les rues, je suis entrée dans la cour du Château des Ducs de Bretagne, dans la cathédrale, j’ai été voir les Machines de l’Île et le Grand Éléphant.

Je suis rentrée, contente. Comme je suis privée d’internet à la maison, j’ai laissé posé dans un coin l’ordi du bureau que j’avais emporté parce que j’avais un peu de boulot de recherches à faire. Je n’ai pas non plus écrit de billet ici parce que c’est un peu compliqué de l’écrire et d’aller le publier depuis la connexion gratuite du Mc Do. Nan, c’est pas si compliqué mais je n’avais pas si envie. Même si tu me manques ;-)

Je dors. Beaucoup. Je fais la grasse matinée et malgré le fait que je n’ai fondamentalement aucune contrainte, je culpabilise un peu. La culpabilité est une chieuse vicieuse, ancrée depuis longtemps dans nos cultures et surtout dans ma tête. Il FAUT se lever, faire quelque chose de son temps, la paresse est un pêché. A vrai dire, je ne suis pas une grosse dormeuse de nature. Je me lève plutôt de bonne heure même si je n’ai pas dormi beaucoup et je fais une ‘tite sieste l’après-midi si je sens que c’est un peu dur. Mais là, j’avais envie de flemmarder au plumard.

J’ouvre un œil, je me tourne vers le réveil qui me dit que je peux le refermer, je me retourne et me rendors vaguement. C’est là qu’apparaissent les rêves tordus, ceux qui sont sans queue ni tête, où se mêlent le boulot, la voiture automatique de mes parents conduite par moi puis par Crapaud-poilu, le tout dans une ville que j’ai quittée il y a 12 ans, de nuit. J’écrase le chien de mon patron, c’est mal barré pour le changement de poste. Et en plus, je suis toute nue.

J’ouvre à nouveau un œil, allez, sois forte, tu peux tenir encore dix minutes dans le plum’. La culpabilité elle, pense que c’est bon, qu’il est temps que je me lève. C’est du temps gaspillé de paresser ainsi, il y a une machine à étendre, l’aspi à passer, quelques courses à faire, la déclaration d’impôts à calculer, tu pourrais au moins écrire un billet, les gens t'attendent. Et pis faut que je prenne ma douche. Et puis… après tout ? Qu’est-ce que ça peut faire ? Qui va m’engueuler à part ma conscience ?

Je suis en vacances, je n’ai rien fait de constructif, à part essayer de dompter la culpabilité. Elle ne se laisse pas faire mais je suis coriace...

A très vite.





34 commentaires:

  1. Profite...
    mais le billet tu l'as quand même écrit, merci!

    RépondreSupprimer
  2. Tournelune30/4/14

    Au diable la culpabilité.
    profites. je suis sûre que ça fait longtemps que tu n'as pas eu de temps pour toit rien que pour toi. Et c'est pas grave si tu n'en fais rien. Tu n'en fais rien, mais pour toi.
    je sais que c'est pas facile.

    des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan c'est pas facile mais je m’entraîne....

      Supprimer
  3. Smouik30/4/14

    "L'oisiveté est mère de tous les vices"... Mais c'est très "judéo-crétin", ça... Pitié !
    Ne rien faire est essentiel pour se ressourcer et continuer à être créatif. Ça fait longtemps que personne n'ose plus dire le contraire, alors mets-toi confortablement dans le courant et tu as l'âge pour te faire confiance (oui, je sais, tu n'as que 24 ans, mais "la valeur n'attend pas... etc."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup, j'ai été très créative. Ça te plait le nouveau chez-moi ?

      Supprimer
  4. Anonyme30/4/14

    Eh bien je te félicite, je peux même dire que je suis fière de toi car ne rien faire, quand on a reçu en partage la notion d'oisiveté dangereuse, qu'en plus on fait le métier qui est le tien,où même aller faire pipi quelquefois il faut se forcer, tellement la (les) tâches sont multiples/variées/ lourde/pour hier/en 12 exemplaires reliés, donc on n'a pas l'habitude et c'est UN TORT...
    Lorsque je suis tombée malade en 97 je n'y arrivais pas, mes filles protestaient, c'était dur... depuis j'ai appris et maintenant, parfois, je reste juste à bouquiner, me nourris de trucs approximatifs et remets la douche à l'heure qui suit...
    allez profite
    La souris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se nourrir de trucs approximatifs, c'est exactement ce que j'ai fait hier soir. J'ai fini la bouteille de Martini, avec des Monaco et pis un sandwich au roquefort pour le dessert.
      Aujourd'hui, c'est salade de tomates. Peut-être.

      Supprimer
  5. Val Làô sur la Colline30/4/14

    Haaan mais comme tu as raison ! Je dis ça mais je suis comme toi : du mal à m'arrêter...
    Quant aux rêves où je suis nue, cela m'arrive régulièrement, et dans mes rêves, il est tout à fait normal que je traverse nue la place du village pour aller acheter un pack de lait...
    Repose-toi bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui c'est normal ! C'est le caissier qui doit être content. Je suis sûre qu'en plus, il ne remarque rien et qu'il n'y a que toi que ça choque ;-)

      Supprimer
  6. DOMINIQUE30/4/14

    Ne "rien" faire, c'est faux. Tu en as besoin, pense à toi, fais des projets dans le brouillard du réveil, rendors-toi.
    Qui va te juger ? L'aspirateur ? Le linge ?
    Je les tellement entendus me dire qu'ils peuvent attendre demain ! Je leur obéis maintenant, et crois-moi la terre continue de tourner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le brouillard du réveil, je fais des projets incroyables. Des fois même, je me dis que je resterai bien là, dans le brouillard...

      Supprimer
  7. Phédia30/4/14

    Se sentir et être en vacances, c'est vivre le temps sans contraintes et sans culpabilités, c'est rêver, s'autoriser à être soi-même, lire, humer, rire, partir le nez au vent découvrir, alors profite et fais-toi plaisir. C'est constructif pour soi et au diable la rentabilité, c'est tes vacances, savoure-les en toute légèreté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En toute légèreté, c'est vite dit. A force de bouffer des trucs improbables, je pense que la légèreté est aussi partie en vacances.

      Supprimer
  8. madame pivoine _ natacha30/4/14

    Oulaaa comme je te comprends! Ca me fait tout pareil. Pourtant je te dis la même chose que les autres: carpe diem et profite bien de tes vacances. Ressource toi! C'est à ça que ça sert l oisiveté. Des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'oisiveté mère de tous les vices. Judéo-crétin comme dit Smouik, parce que le vice, c'est vachement plus fun que la vertu.

      Supprimer
  9. Madame H30/4/14

    Une fois n'est pas coutume, je citerai les paroles d'une grande philosophe de de la fin du 20ème siècle, et face à la culpabilité qui te ronge , j'emprunterai ses mots :
    "Résiste
    Prouve que tu existes
    Cherche ton bonheur partout, va,
    Refuse ce monde égoïste
    Résiste
    Suis ton cœur qui insiste
    Ce monde n´est pas le tien, viens,
    Bats-toi, signe et persiste
    Résiste"
    Médite ces sages conseils. et ne me remercie pas mon enfant.(je me demande si je ne suis pas un peu en surmenage, moi ?!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ce philosophe. C'est aussi lui qui dit "Je m'en irai dormir dans le paradis blanc"... comme ma chambre !

      Supprimer
  10. Tu as de drôles de rêves...

    Prochain passage sur Nantes tu dis avant qu'on se fasse un café/papotte avec d'autres lectrices du coin ;-) ?

    J'aime ta photo, j'aime ce passage par lequel je passe à chaque fois que je vais à Nantes...

    Il faut profiter sans culpabiliser...

    RépondreSupprimer
  11. Ouf ! ce n'est que ça ????
    Une bonne balade, trainailler au lit, penser un peu à soi ????
    rien que de très normal !!! allez savoure !
    pardon d'en avoir rajouté... mais tu nous as mal habitué aussi... lol....
    quand on n'a pas de nouvelles qques jours on souhaite que tout aille bien !
    bises, bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout va bien, merci pour ta sollicitude... :-)

      Supprimer
  12. Anonyme1/5/14

    Mais c'est bien le passage Pommeraye ! Nantaise expatriée, j'ai reconnu tout de suite : bouchée de petite madeleine grosse comme une brioche ! Quant à la paresse, pas de culpabilité, c'est tellement nécessaire de temps en temps... Profite, sans arrière-pensée !
    Edith (de Savoie !)

    RépondreSupprimer
  13. Très jolie photo!
    Je viens de terminer ton "éléphant"...ça me fait tout bizarre, comme si je venais de lire le livre d'une fille que je connais...et la remarque que je me suis faite dès les premières pages a été " ah ben c'est le genre d'histoire que j'aurai pu écrire" ( j'écrivais, quand j'étais ado, et je regrette de ne plus avoir l'inspiration...)...pour la déconnection et le " mode glandouille", ben tant mieux pour toi. Profite. Ca permet de faire le genre de balade que tu viens de faire, à Nantes.
    Lili de la Provence entre Rhone et Durance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente si ça t'a plu ! C'est toujours un plaisir de voir que ma p'tite histoire continue de vivre ici et ailleurs...

      Supprimer
  14. Reine2/5/14

    Profite à fond !!! et vive la grasse mat!!! j'adore....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas le seul truc gras que j'aime !

      Supprimer
  15. Madame H3/5/14

    Wouah trop beau ton nouveau blog !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Quelle belle surprise! Merci!

    RépondreSupprimer
  16. Chris (aka Paquita Chocolatera)3/5/14

    Tu as bien fait de profiter. Les petits plaisirs sont de grande valeur. Moi mercredi a.m. c'était direction Saintes pour 2 petits jours de balade (Royan, Talmont, Rochefort, ...) un vrai régal. C'est là-bas que j'ai trouvé ma nouvelle paire de shoes préférées d'un rouge magnifique.
    C'est beau ton nouveau chez-toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Paquita... Contente que ton séjour en Charente Inférieure se soit bien passé ;-)

      Supprimer