28 mai 2013

Je suis une courageuse lâche...



Dominique, fidèle lectrice et commentatrice faisait état il y a quelques jours dans un commentaire de son courage tout relatif dans certaines situations conflictuelles, du fait que s'attaquer à des sales gosses voulant attraper des grenouilles dans son ruisseau lui semblait déjà quelque chose de difficile.

Je suis pareille.

Je ne suis pas très courageuse et je ne sais pas si j'aurais un jour le courage d'intervenir si ma route croisait une situation critique. Pourrais-je défendre quelqu'un se faisant agresser, physiquement ou verbalement ? Pourrais-je intervenir devant une situation injuste ? Je n'en suis pas sûre...

Une fois, j'ai fait quelque chose qui m'a vraiment coûté et quand je vais te raconter, tu vas voir que je pars de loin.

Un été, en vacances avec Crapaud-poilu et un de ses copains, nous allons visiter une sorte de zoo de serpents. Des vivarium dans tous les sens, du monde, c'est l'été. Dès l'entrée, une famille avec une mère, sa copine et deux gosses pénibles et surexcités ont commencé à me gonfler : ils essayaient toujours de passer devant tout le monde, quitte à écraser les pieds des autres (adultes ou enfants). Des gosses pénibles, plutôt mal élevés, se croyant tout permis. La mère... comme je les déteste parfois : couvant sa progéniture d'un air amoureux et ne s'offensant absolument pas de leurs comportements odieux.

Putain, mais ce gosse à dix ans ! Et personne n'est fichu de lui dire qu'il se conduit comme un gougnafier ?!

Nous terminons la visite et nous dirigeons vers LE lieu le plus important aux yeux de mon fils : la boutique du musée. Là, des dizaines de présentoirs avec des serpents en plastique made in China, des bouquins, des porte-clés, des stylos. Bref, une boutique de musée. Et revoilà Godzilla et son copain qu'on s'était déjà tartiné tout au long de la visite, en train de me passer devant pour regarder le présentoir. Il attrape des objets un par un et va à chaque fois déranger la caissière en demandant d’une voix stridente "et ça Madame, c'est combien ?" Une fois, trois fois, à la cinquième, j'ai osé. J'ai laissé sortir de moi la petite voix qui trouvait ce comportement inadmissible.

"Mais tu vas la fermer bon sang, tu vois pas que tu ennuies tout le monde, on entend que toi depuis une demi-heure !" 

J'ai dit ça à forte, haute et intelligible voix, avec des yeux noirs et les sourcils froncés.
Le gosse m'a regardée et a détalé pour retrouver sa mère qui était je ne sais pas où.
Mes mains sont devenues moites et je m’apprêtais à devoir l'affronter, pas contente qu'on ait pu dire ses quatre vérités à son rejeton infernal. Ben non. Personne n'est venu.

Crapaud-poilu m'a regardé avec un oeil admiratif et l'autre incroyablement surpris (et sans loucher).

Ben Maman, tu as vu comment tu lui as parlé ?

Ben oui. Les yeux admiratifs de mon fils à ce moment-là... priceless...

Pour une fois dans ma vie, je suis intervenue dans une situation, m'élevant contre un tiers qui ne respectait pas son prochain.

Un gosse de dix ans.

J'en tremble encore.

C'est pas gagné pour aller secourir la veuve et l'orphelin...


* * *


A toutes fins utiles, je précise que les dessins du haut ne sont pas de moi mais viennent de et  ;-)


20 commentaires:

  1. leyleydu9528/5/13

    Mais tu es en train de parler de moi là ou bien ?
    J'habite un rez de jardin dans une résidence piétonne.Les chérubins (mouais) de mes voisins jouent à la baballe devant chez moi dès qu'il fait beau (j'en viens à adorer la pluie qu'on a en ce moment) et ils viennent sonner (ils laissent le doigt 2 heures sur le bouton) à mon interphone,ou toquer (tambouriner)à ma porte pour récupérer ce fichu ballon.
    Je le leur rends mais je sature grave....D'autant que si je ne le rends pas fissa,les sales mômes sautent par dessus MA barrière et viennent le récupérer eux mêmes!!
    Je ne veux pas me facher avec les parents (qui vivent dans le même immeuble que moi et que je vais peut être croiser dans les 20 prochaines années) alors je ne dis rien mais je rêve de crever un ballon pour me défouler !

    Je me sens comme chez Sophie Davant ! Merci d'avoir écouté mon histoire qui dure (à peu près)de mars à octobre chaque année,chaque jour de semaine entre 16h30 et 20h +le week end de 12h à 21h !!

    PS: je sais que je devrais répondre mais les enfants m'appellent déjà l'emmerdeuse du RDC (je les ai entendus une fois que j'étais dans mon jardin)ET JE NE VEUX PAS ETRE UNE EMMERDEUSE !!LOL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça doit être hyper pénible.... Tu veux pas envoyer un petit mot gentil aux parents leur proposant d'inscrire leur gosse au foot plutôt qu'à la mosaïque ou au boutis, pour qu'au moins ils apprennent à viser ? ;-)

      Ou alors, tu achètes un chien. Chez nous, quand un ballon atterrit, on n'a pas le temps de dire ouf que Dana la vilaine le crève aussi sec, pour jouer. Du coup, on rend des ballons crevés, mais c'est pas notre faute. Je peux te jurer qu'ils font gaffe.

      Supprimer
  2. Smouik28/5/13

    j'ai fait comme toi un jour, en beaucoup plus soft, à la FNAC, et le père ulcéré que je m'en prenne à ses chérubins, leur a dit : continuez, faites le bruit que vous voulez... et ensuite, il a réussi à me griller à la caisse, bref, tel père... ceux là sont indécrottables !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais QUEL CON !
      J'espère que tu lui as souhaité des hémorroïdes pour les trois prochaines années...

      Supprimer
  3. Chris (aka Paquita Chocolatera)28/5/13

    Mais moi je trouve que c'est courageux d'exprimer tout haut ce que tout le monde pense, surtout au risque de se ramasser les foudres d'une mère ulcérée qu'on s'en prenne à la progéniture pas forcément bien élevée ! D'ailleurs tu as dû lui faire peur à la maman puisque personne n'est venu ! en tout cas j'aurais aimé voir la tête du môme et celle de Crapaud-poilu.
    @Leyleydu95 : Pour le coup des ballons moi j'avais fini par dire que je ne le rendais pas tant qu'ils ne feraient pas attention. Une fois, deux fois, à la troisième c'était compris. Du coup quand c'est compris, là on peut devenir "copains".
    Tiens pas plus tard que vendredi soir, inteconnexion RER/Métro, un jeune homme qui passe avec moi, gentiment sans bousculade, sans coller, mais sans rien demander non plus et ça j'aime pas. Je lui est fait la remarque "j'aime bien qu'on me demande". Il a répondu qu'il était désolé s'il m'avait "choquée". Il a su que pour moi la question n'était pas là en ce qui le concernait mais plutôt que demander est un signe de politesse et c'est alors moi qui décide si je dis oui ou non (et dans ce cas c'est souvent oui). Quand on se colle à moi d'autorité, qu'on me bouscule un peu ou beaucoup, là je deviens très con et très bornée : JE STOPPE NET !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, faut demander avant, c'est plus gentil. Carrément.

      Supprimer
  4. DOMINIQUE28/5/13

    Pour les grenouilles, c'est mon mari qui m'envoie au "front". Lui, il en est incapable.
    Mais affronter la sottise (je suis polie ici) des parents, c'est autre chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop gentil Cher et Tendre, trop gentil...

      Supprimer
  5. Eva au Chocolat28/5/13

    Alors, là, vous me rassurez, les filles...
    Je suis totalement incapable de donner de la voix quand c'est nécessaire. Du genre, quand on me grille la priorité dans une file d'attente (ce qui arrive très souvent, comme quoi, ça doit être marqué sur mon front), il me faut un courage inimaginable pour oser en faire la remarque. Même des fois, je ne dis rien... et je le vis super mal..
    Je fuis les conflits autant que possible, mais au final, ça me rend autant malade que si je fonçais dans le tas. Alors je devrais peut-être le faire, au moins ça me soulagerait!

    En tout cas, bravo, Madame la pourfendeuse de petits monstres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi des fois dans la file, je ne dis rien, parce que je n'ai pas encore trouvé la formule qui fait mouche.

      Faudrait un truc drôle et bien senti qui ne laisse pas planer le doute sur ses intentions et plus sympa que "dégage connasse".

      Ouais, ce serait bien...

      Supprimer
    2. lilou1728/5/13

      Tiens, ça peut servir, c'est pas de moi mais de ma plus jeune fillounette et j'ai adoré quand elle m'a raconté ...
      Elle attendait comme d'autres à la gare des bus (tu sais place de Verdun) pour faire valider sa carte scolaire et une dame d'un âge certain (voire avancé) lui passe devant. Là, ma mignonne ne se démonte pas et lui dit poliment (j'ai bien éduqué mes filles !) : Dites Madame, vous croyez qu'on est là pour le décor ? Bien assez fort pour la galerie. Gênée, la dame a répondu qu'elle n'avait pas vu qu'elle faisait la queue ...

      Supprimer
    3. DOMINIQUE29/5/13

      Réplique bien trouvée !

      Supprimer
    4. Pas mal du tout ça !!!

      Supprimer
  6. DOMINIQUE28/5/13

    Je précise à propos des grenouilles : elles sont protégées, donc interdiction de détruire leur habitat, de les pêcher, etc. J'ai la loi avec moi !
    Elles font un boucan d'enfer avec leurs joues gonflées qui deviennent transparentes, comme deux bulles de chaque côté de la bouche. Elles baisent allègrement en tas, pas très bien compris qui est qui et dans quelle position, mystère batracien. Elles sont timides, nagent vigoureusement en détendant les pattes arrière (celles à cuisses), et puis elles ne demandent rien à personne, si ce n'est de vivre leur vie de grenouilles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plutôt sympa la vie de grenouille... en tout cas le passage "baiser en tas"...

      Supprimer
    2. lilou1728/5/13

      Obsédée, vas ! Mouaarf !

      Supprimer
    3. DOMINIQUE29/5/13

      Ce que je n'ai pas dit, c'est qu'elles ne baisent pas en silence, les grenouilles. Tout le quartier est au courant. En tas et bruyamment.

      Supprimer
    4. Ben tant qu'à faire... autant que ça se sache. Je confirme. Ça me plait bien.

      Supprimer
  7. Anonyme29/5/13

    Bravo bravo pour cette résistance aux petits mal élevés qui, si j'en crois mon expérience, ne sont pas si choqués que ça qu'on leur mette un peu les idées en place..; c'est souvent un besoin pour eux... m'est arrivé ça en train avec deux pré-ados , bon chic bon genre mais qui faisaient savoir à tout le wagon quel chouette week-end ils allaient passer.. la tension montait.. quand j'ai compris qu'ils allaient jusqu'à Paris (on était à Montauban...)j'ai dit tout haut et très poliment qu'il était peut-être temps de la mettre en sourdine, que les autres passagers avaient besoin de calme.. ils sont partis, je les ai trouvés plus tard dans le sas et je leur ai expliqué qu'ils n'étaient pas non plus condamnés à rester là...ils ont été tout mignons jusqu'au terminus et j'ai pu finir mon dossier!!
    Pour les grenouilles en native du bassin de Marennes, je regrette que les saletés épandues dans les cultures les fassent disparaître... c'est une "musique" qui a bercé mon enfance !!
    La Souris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, c'est sûr.... Mais en fille qui exècre le conflit, je ne fais pas partie de celles qui vont demander de baisser la musique dans la rame. Même si ça m'insupporte...

      Supprimer