27 août 2012

L'entrecôte saignante, c'est pour qui ?


Imagine une table de 10 personnes au restaurant. Mais ça pourrait être 8 ou 6. Des gens discutent, boivent l'apéro, consultent le menu. A un moment, le serveur arrive et commence à prendre la commande à un bout de la table.

Chacun choisit : une salade océan, une entrecôte saignante, une entrecôte saignante mais avec seulement de la salade, des spaghettis bolognaise, bla bla bla. Chacun a dicté son plat au serveur qui a tout bien noté sur son calepin électronique qui ressemble à une vieille GameBoy.

Passe un peu de temps, variable en fonction des établissements et du monde présent à cette heure-ci. Le serveur arrive avec plusieurs assiettes dans la main et s'adresse, dans le milieu de la table à... personne ! Le pauvre est là, chargé avec ses plats et personne ne lui prête attention, chacun continue sa petite conversation. Il hausse un petit peu la voix et répète sa question : "l'entrecôte saignante ?". Quelques paires d'yeux se tournent vers lui l'air interrogateur, à la limite désagréable "mais quel est ce malotru qui vient ainsi nous importuner ?..."
Ah oui, parce que ces "gens-là", tu vois, ils s'en foutent finalement d'être au restaurant. Ils font sans doute ça plusieurs fois par semaine et n'y prennent plus aucun plaisir. Ils se regardent les uns les autres pour savoir qui a choisi quoi puisque personne ne répond. Ils ne se souviennent pas. Ou font semblant de ne pas s'en souvenir, cela a si peu d'importance finalement...
Une blonde avec un brushing de compétition et des lunettes Prada se rappelle soudain qu'elle a pris la Tomate-Mozzarella. Merci Madame de faire avancer le mouvement, ce n'est pas comme s'il y avait encore 7 plats à apporter qui attendent en cuisine et une terrasse pleine d'autres clients.

Je serais à deux doigts d'intervenir et de dire que c'est le Monsieur de droite qui a commandé l'entrecôte saignante et le type au bout les spaghettis bolognaise. Bien entendu je ne le fais pas et je jette vers le serveur le regard le plus compatissant que je puisse avoir en stock.

Comment peux-tu à se point te foutre de la gueule du monde ? Comment peux-tu à ce point être tellement sans gêne que lorsque quelqu'un qui travaille s'adresse à toi pour t'apporter ce que TU as commandé, tu ne l'écoutes pas. Et tu ne te souviens pas. A ce point-là Chéri, si tu veux mon avis, il faut consulter, c'est grave.

La scène en question (pas la première, j'y ai déjà assisté de nombreuses fois, malheureusement), la scène s'est déroulée dans un délicieux petit resto de plage, mais cela aurait pu se passer n'importe où ailleurs. Le groupe a débarqué de deux bateaux à moteur amarrés au petit port, puis a traversé la plage en vainqueur d'un terrain conquis. Je pourrais parier un demi-mois de salaire qu'ils venaient d'une banlieue parisienne chic. Les hommes "pères" portaient des bermudas beiges et des chemises en lin blanc à manches longues, leurs femmes de très jolies robes noires et longues avec de grosses boucles d'oreille en or. Les jeunes du troupeau se composaient de garçons avec un maillot de bain en forme de grand bermuda large et bariolé avec un caleçon Calvin Klein qui dépassait en haut, de lunettes de soleil à montures blanches et de cheveux à grande mèche rebelle qui barre le visage ; et de jeunes filles bronzées, avec bikini blanc et paréo en voile à motif cachemire qui tient tout seul (lunettes et collier hype de rigueur). Ils ont déménagé toute la terrasse, ont réquisitionné tous les parasols inoccupés et se sont installés comme si le lieu leur appartenait, pour finalement ne plus savoir ce qu'ils avaient commandé, mais n'oubliant pas de réclamer un autre café parce que "celui-là est un peu froid" (un expresso qui avait fait 8 mètres depuis le bar alors qu'il faisait 38° à l'ombre).

Futilité, condescendance et mémoire de bigorneau.

Attends, je vais vomir mes moules à la crème (moi, je m'en rappelais bien de ce que j'avais commandé).

Elle fait sa star, mais elle a l'étiquette qui sort dans le dos...
Ha ! Ha !

***


Je suis tout à fait consciente de l'absence totale d'objectivité de ce billet. Moi qui suis la première à revendiquer l'importance de ne pas juger les gens sur leur apparence, je suis prise à mon propre piège. Mais ils m'ont prodigieusement énervée.

Promets-moi que si tu vas au restaurant la prochaine fois, tu te rappelleras ce que tu as commandé et tu ne laisseras pas le serveur poireauter comme un pauvre type.

50 commentaires:

  1. NOUGATINE27/8/12

    Du moment qu'ils payent, ils ont tous les droits. Même celui de rendre un serveur transparent.
    Tu les juges sur leur comportement, non sur leur apparence. S'ils avaient été aimables, tu les aurais décrits plus... aimablement, justement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vraiment leur comportement qui m'a agacée. Il se trouve que dans ma propre famille (par alliance de mon père), il y a des "gens comme ça". Leur apparence va de paire avec leur comportement, malheureusement.

      Supprimer
  2. Normal pour l'étiquette, faut pas l'abimer sinon comment va-t-elle faire pour se faire rembourser ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan !!!!! Tu crois que c'est possible ?

      Supprimer
  3. Je crois que si j'avais été à la place du serveur j'aurais poser les plats n'importe où et j'aurai répondu aux cris indignés qu'ils n'ont pas réquisitionné le restaurant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'on peut difficilement se mettre à la place du serveur qui est là pour servir et contenter le client... C'est un métier difficile où on doit mettre son amour-propre dans sa poche et son mouchoir par-dessus, d'autant plus admirable... ;-)

      Supprimer
  4. Le genre de choses qui me herisse prodigieusement le poil... Et me donne une furieuse envie d'intervenir (mais c'est pas la meilleure des solutions). Pour le coup, j'ai tendance a dire ensuite un petit mot complice au serveur, quand les affreux sont partis. Parce que je me dis que le pauvre, il se sentira mieux si quelqu'un reconnait que la tablee de goujats en etait bien une.
    (et vive les moules a la creme)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, c'est exactement ce que j'ai fait ! Quand nous avons payé, je lui ai glissé un petit mot. Il a fait un pauvre sourire de saisonnier qui n'est plus à ça près...

      Supprimer
  5. Chris27/8/12

    Pas facile le métier de serveur... C'est pourquoi j'ai toujours le sourire et un remerciement pour lui/elle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, vraiment pas facile, surtout sur une plage en saison...

      Supprimer
  6. anne-laure27/8/12

    c'est vrai que c'est cliché mais tellement vraiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii en même temps!!!j'habite en Bretagne et ce genre de personnages (parisiens :)), on les voit venir à 15 bornes....les mecs avaient des espadrilles aux pieds,je suis sure...:)
    je suis vilaine,c'est vrai.Mais moi aussi autant d'impolitesse,me rend dingue.Parce que tu es en vacances,ta politesse,c'est elle aussi,barrée en vacances?ben non je ne crois pas....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui pour les espadrilles !!!
      Ceci dit, ils auraient aussi pu être bordelais, bretons ou lyonnais, peu importe.

      Supprimer
  7. C'est pas l'etiquette qui sort, c'est l'addition que le serveur à glissé dans le dos de ta nouvelle copine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, je ne pense pas que le paiement de l'addition soit son principal problème...
      Mais ce serait une bonne idée !

      Supprimer
  8. Lallalyluulu27/8/12

    Tout à fait d'accord avec toi !!!
    Et on dit merci aussi quand le serveur(se) nous sert ...

    RépondreSupprimer
  9. Meuuuuuuuuuuuuuh non l'étiquette qui sort c'est pour être bien sûr que c'est un 34, ou un petit 36 ! voyons ;-p

    Et quoi y'a des gens qui bossent dans les restos, ils ne sont pas là que pour MOÂ ! oh mince le personnel ce n'est plus ce que c'était !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, elle devait faire un petit 36. Un petit cul mais un très gros égo...

      Supprimer
  10. Anonyme27/8/12

    Ils peuvent être niçois aussi.
    ou marseillais.
    ou lillois.
    Bref pas que de Paris. Nous n'avons pas la palme du fric, de l'impolitesse et de la vulgarité.

    Et à Paris, on en voit aussi des touristes venir s'installer à la terrasse de brasseries et ne pas dire 'bonjour' ni 's'il-vous-plaît' ni 'merci'. Parce qu'à Paris c'est bien connu nous sommes tous des mal élevés, alors pas de raison d'être polis n'est ce pas?
    Allons cette absence de respect (que tu as raison de fustiger chère Blonde Paresseuse) est partagée équitablement dans toutes les régions de France.

    Trop drôle l'étiquette dans le dos :-)



    (PS : je réagissais surtout au commentaire d'Anne-Laure)


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne-Laure27/8/12

      pas de souci,chui d'accord aussi!c'était facile de ma part de continuer ds le cliché.

      Supprimer
    2. Anonyme27/8/12

      :-) C'est juste que j'ai tendance à réagir un peu vivement en tant que 'parisienne'. Faut bien, nous ne sommes pas si nombreuses ici...
      Et ptêt parce que de retour dans la fournaise le week-end dernier, nous nous sommes installées à la terrasse de notre brasserie QG. Nous avons été accueillies avec le sourire, le ptit mot qui va bien, mais à côté nous avions des touristes qui se sont plaint de tout : du service (?), de la chaleur, des immeubles (??), des gens, du métro... limite s'ils ne râlaient pas de ne pas avoir la mer!
      J'avoue ça m'a énervé.
      Donc bon voilà quoi :--)

      Supprimer
    3. Anne-Laure27/8/12

      Je comprends tout à fait :) tu as bien raison de dire que l'impolitesse se trouve ds toutes les régions de France et tu as bien raison de défendre ta région ou ta ville.Toutes les régions souffrent de clichés je pense.c'est vrai que c'était stupide de leur part de se plaindre et moi aussi ca m'aurait énervée :)

      Supprimer
    4. Bien entendu que les Parisiens n'ont pas la palme de l'impolitesse.
      Bien entendu que les Provinciaux peuvent être aussi désagréables.

      C'est juste que c'est l'impression que j'ai eue.... Comme je le disais plus haut à Nougatine, je côtoie dans une partie de ma famille des gens comme eux, et je n'aime pas leurs manières.
      Mais si ça se trouve, ils étaient de Béthune ou d'Avignon, je ne sais pas.

      T'es pas fâchée Parisienne ? ;-)

      Supprimer
  11. Non, sers les dents STP.
    Moi ce qui m'énerve au plus haut point ce sont les gens qui manquent de respect aux moules-frites de tout genre (à la moutarde, à la marinière, à la tapenade, au Comté... Je ne suis pas sectaire).
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais à la crème, ça va ? T'es ok ?

      Supprimer
    2. Puisqu'il faut bien faire des concessions dans la vie, va pour la galette mi-chaude mi-froide de moules à la crème. lol !

      Supprimer
  12. J'ai bien fait de rentrer ... ça rouspète ici. Bon déjà je vais jeter le bermuda beige et la chemise en lin à manches longues du Mâle (véridique il a la panoplie). Je vois tout à fait la scène et j'imagine la situation : le stéréotype des cadres sup, bien sous tous rapports, hautains, puants et nombrilistes au possible. Moi je dis un bon coup de pied dans les couilles de Marc-Antoine, une spaghetti bolognaise sur le brushing de Marie-Chantal, quelques rasades de Cognac "cul sec" pour Gercende, Pierre-Antoine et Charles-Henri, franchement ce serait rock, ça aurait de la gueule et ça les détendrait un peu du slip.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je suis contente de te retrouver !
      Ne jette pas le bermuda et la chemise... en réalité, ils ne sont responsables de rien dans cette histoire et c'est souvent joli, porté par des gens gentils. ;-)

      Pour le reste, pas vraiment envie de violence mais plutôt envie de leur claquer le baigneur par une remarque bien sentie.

      Supprimer
  13. Au delà des clichés (bobos, parisiens, à fric...) tout simplement on peut remarquer que la politesse et le respect sont deux valeurs qui ne sont plus guère de mise à notre époque.... et ceci dans tous les milieux, de toutes générations... ah ! ma brave dame !!!!
    Déjà, rien que de le faire remarquer montre qu'il y a de l'espoir !...
    Allez, pas trop de catastrophisme y'en a déjà assez... demain ton billet sera sûrement plus optimiste sur le genre humain !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu, je voudrais pas te décevoir Mamina, mais je suis pas sûre que le billet de demain soit plus optimiste... Mais après-demain, ça ira !

      Supprimer
  14. PS : j'ai aussi adoré l'étiquette bisquebisquebisque !

    RépondreSupprimer
  15. Les parisiens se croient seuls au monde. C'est encore un cliché mais c'est tellement vrai.

    Quand j'ai pris le train pour rentrer de mes vacances dans le sud - c'est aussi chez moi, d'où je viens - j'ai tout de suite été refroidie par deux couples de parisiens qui rentraient aussi de leurs vacances et qui se sont installés juste devant nous. Ils ont accaparé toute l'attention du train en bavardant sans gêne alors qu'il était 6 heures du matin - ils sont montés à Avignon, mais il y avait des passagers comme moi qui étaient là depuis bien plus tôt, et donc levés à 3h30 du mat par exemple pour avoir le train à 5h.

    Tout le monde dormait donc dans le wagon et ils ont fait comme s'ils étaient seuls au monde : "oh et moi mon iPad, mon iphone, mon Wifi..." ça se donnait l'air très bourgeois, mais ça n'avait aucun savoir-vivre.

    Désolée pour le pavée, je me suis un peu lâchée, ils m'ont énervée pour une semaine ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fois, ils auraient pu être aussi d'ailleurs, ils étaient juste impolis et gonflés de vantardise.

      J'aimerais avoir suffisamment d'aplomb pour leur dire "pouvez-vous parler moins fort s'il vous plait, je n'ai que faire de vos équipements hi tech ?".
      Poufiasse.

      Supprimer
  16. Purée le sans-gêne c'est juste pas possible. C'est fou tous ces gens qui ont l'air bien sous tous rapports mais qui, en réalité, n'ont aucune éducation, aucun savoir-vivre.

    Pauvre serveur. Il aurait mieux fait de tout poser au milieu de la table et chacun sa merdaille, tiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'apparence de distinction n'est pas livrée avec la politesse, faut croire...

      Supprimer
  17. C'est tellement bien décrit ! C'est tout à fait ça !

    RépondreSupprimer
  18. NOUGATINE27/8/12

    Mon père disait lui aussi "les parisiens ceci, les parisiens cela"... en oubliant que j'ai habité Paris pendant 18 ans !
    Je le reprenais à chaque fois : "non, papa, pas des parisiens, des touristes". Qui se comportent comme des sagouins parce qu'ils savent que demain ils seront loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est incroyable cette propension à ce comporter ailleurs différemment de chez soi.
      Le pompon revenant aux vacances à l'étranger où là, la plupart du temps, les Français sont juste odieux.

      Supprimer
  19. L'étiquette, c'est juste pour qu'on sache de quelle marque est sa robe ;-)

    Et pourquoi le serveur ne se souvient pas de qui a commandé quoi alors que toi (et moi) oui???

    Ok je sors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassure-toi, je ne me souvenais pas de toute la tablée, mais juste de ceux qui étaient le plus proche...

      Supprimer
  20. Merci pour cet article, je suis serveuse et des clients comme ça j'en vois tous les jours malheureusement !!! Contente de voir que d'autres clients sont observateurs et le remarquent aussi, et c'est généralement vers ceux ci que nous sommes les plus agréables en retour ;) le serveur est un être humain, certains le font par passion, d'autres par contrainte mais aucun ne mérite d'être traité comme un larbin. Sauf que beaucoup pensent que le client et roi, unique et que tout lui est dû. Triste constat, mais il y en a toujours de très agréables, souriants et compatissants dans les pires situations que peut connaitre un service...
    joli billet, criant de vérité... merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie de ton commentaire stef... Je te souhaite bon courage car le "client-roi" est souvent aussi le plus désagréable ;-)
      Compatissement - empathitude, etc.... Plein de bonnes z'ondes vers toi !

      Supprimer
  21. Woké ! T'inquiète, je me souviens toujours de ce que je commande ! Trop important la bouffe attends, faut pas déconner avec ces choses là !
    Découverte de ce blog... sympa :) Je reviendrai (... Adrienne)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super Mister Lose, reviens quand tu veux, tu verras, souvent on se marre bien (et pas joyeux anniversaire... enfin, si je peux me permettre...) ;-)

      Supprimer
  22. Ohhhhhh, j'adooore :)

    RépondreSupprimer
  23. Bonjour,
    Je tombe par hasard sur votre page qui m'a bien fait sourire !!!
    Faisant ce métier (restauration) je ne peux qu' "adhérer" à vos propos, si criant de vérité.
    Ce n'est heureusement pas toujours le cas, mais il est vrai que la transparence est légion...
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le hasard fait bien les choses alors....
      Merci d'être passé ;-)

      Supprimer