20 août 2012

La fille qui achetait un maillot pour faire du naturisme

Je suis une fille. Donc bourrée de paradoxes, de contradictions, de contre-indications et de contre-vérités. So what ? Disons que parfois, c'est agaçant (it's eugassing...).


Nous avons fait une escapade de trois jours avec Chouchou, dans le Médoc, à Soulac-sur-Mer. C'est tout en haut de la pointe du Médoc, côté océan, face au phare du Cordouan. Nous ne connaissions pas et nous avons adoré, c'était très mimi. Je raconterai avec des photos dans un autre post...
Les raisons principales du choix de cette destination étaient : proximité de chez nous (pas trop de frais), trouvage d'un hôtel pas trop cher au dernier moment (super bon plan), grandes plages à perte de vue (PARADOXE) parce que je sais que j'ai dit, raconté que je n'aimais pas la plage. Je sais. Mais parfois, j'ai quand même hyper envie d'y aller, tant pis pour le sable, tant pis pour le sel de la mer, j'ai juste envie de me mettre au soleil ou de marcher les pieds dans l'eau, environ 1 fois par an.

Avant de partir, je procède à l'essayage des maillots, parce qu'on ne sait jamais. Etant donné que je n'ai pas spécialement maigri ces derniers temps et que je n'enfile pas un maillot tous les jours, vaut mieux être prévoyante que se retrouver au pied de la dune ridicule avec un maillot trop petit. Ok, ça peut aller : 2 une-pièce et un bikini pour aller à la plage au max deux fois, ça devrait le faire. Je les lave vite fait, les mets à sécher et les plie, songeuse. En réalité, je caresse l'espoir que nous allions sur une plage naturiste, visiblement il y en a plusieurs dans le coin. C'était aussi une raison du choix de la destination. Donc fondamentalement, je n'ai pas besoin de maillot, mais bon, on sait jamais, des fois que Chouchou se dégonfle.

Vendredi à Soulac, c'est la canicule. Nous sommes enfermés dans la chambre d'hôtel, au frais pour la sieste, nous n'irons pas à la plage tout de suite, il fait beaucoup trop chaud. Chouchou ronfle et moi je m'ennuie et trouve dommage de ne pas profiter de l'eau à 50 mètres de l'hôtel. Je me dis que je pourrais aller marcher un peu en gardant mon tee-shirt. Je fouille dans mon sac. Je fouille. Je retourne, je vide tout. Paréo, crème solaire, bouquin mais maillots, point du tout. Ils doivent être bien sagement sur la table, là où je les ai pliés. Super.
Tourbillon dans ma tête : puisque tu voulais faire du naturisme, au moins tu n'as plus le choix. Oui mais si Chouchou ne veut plus. Oui mais je ne vais pas quand même pas aller acheter un maillot alors que je vais aller me baigner toute nue. PARADOXE. Ben si. Et en cachette en plus car comment expliquer qu'alors que nous faisons attention à nos dépenses, je dois aller acheter un maillot bien qu'il y en ait 3 sur la table à la maison ?

Je pars en douce en faisant le moins de bruit possible. Dans la rue, j'angoisse comme toute fille en surpoids qui sait très bien qu'elle ne peut s'habiller dans n'importe quelle boutique de plage où les tailles vont du S au L. Angoisse. Je démarre la rue d'un bout (y'a qu'une rue avec des magasins à Soulac)... Arrivée au milieu, j'ai chaud et j'ai l'estomac en vrac. Comment expliquer à Chouchou que je ne peux pas aller à la plage parce que je n'ai PAS DE MAILLOT ? Dire que j'avais vraiment prévu que nous irions faire du naturisme et que par conséquent, je n'ai pas jugé bon d'en prendre un. Il ne me croira pas deux secondes sachant que je suis HYPER prévoyante (j'ai pris un gilet s'il fait froid, une culotte DE PLUS au cas où, un spray d'huiles essentielles si ça pue dans la chambre, des tongs pour la plage, de la crème solaire et de l'après-soleil, des élastiques pour les cheveux et un sac isotherme pour les pique nique).
Je feuillette les présentoirs désespérant de trouver un modèle qui dépasse le 42. Tout en bas de la rue, alors que je suis au bord de la désespérance, j'avise une boutique qui fait moins plage, plus sérieuse. J'entre. Tiens, des tailles un peu plus grandes. Des prix aussi. Je feuillette, je prends deux modèles dont les prix oscillent entre 45 et 60 euros. Au secours.
J'essaye. Le premier doit plutôt être proche d'un 48 alors que mon cul est à l'aise dans du 52. Boudinée est un doux euphémisme. Le second est mieux mais noir, uni et à 45 € quand même. Pffff, je n'ai guère le choix. La petite dame qui tient le magasin passe une tête par la cabine en me demandant si je veux de l'aide et en me proposant un autre modèle de bikini. Bleu marine et blanc, plutôt joli. Il me va nettement mieux. Il coûte à peine plus de 30 euros. Banco. Je la remercie chaleureusement et lui demande de couper les étiquettes ("C'est pour manger tout de suite"). Texto de Chouchou "Té où ?". J'arrive.

J'ai usé de moult subterfuges pour planquer le maillot au fond de mon sac à mains, puis pour le glisser dans le sac de plage en douce, le ressortir et l'enfiler l'air de rien. Mince, j'ai oublié d'ôter la bande auto-collante dans le fond de la culotte... Heu, attends, je vais faire pipi avant de partir. Encore ?! Ouiche....

Oui, ben quand on s'est marié, on ne s'est pas promis la vérité que je sache. 

J'ai bien fait d'aller acheter un maillot. Parce que finalement, pas de naturisme... 
Je te raconte demain, ok ?

18 commentaires:

  1. Isabelle20/8/12

    Putain! Cette phrase: "Oui, ben quand on s'est marié, on ne s'est pas promis la vérité que je sache." elle aurait mérité sa place gravée dans les tables de la loi!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de voir que tu partages ce point de vue !!

      Supprimer
  2. Toi alors !!!! même plus besoin de t'inventer.... tu existes... quelle chance pour nous !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance pour moi que tu sois là !

      Supprimer
  3. Chris20/8/12

    Merci de la rigolade en ce lundi matin !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai faillit éclater de rire à un moment mais je me suis retenue ! ^^'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben vraiment, fallait pas ! Tu sais, je n'aurais pas été vexée ;-)

      Supprimer
  5. NOUGATINE20/8/12

    Du vécu ! Par contre la prévoyante en question n'a pas fait l'inventaire de sa valise avant de la fermer.
    Et quand tu es rentrée chez toi ? Avec les trois maillots trônant sur la table ? Genre : je rentre vite, j'ai envie (encore) de faire pipi. Rentre la voiture pendant ce temps.
    Quant à la région, pas de commentaire. Ma mère a été conçue au pied de la dune du Pila.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si j'ai fait l'inventaire, qu'est-ce que tu crois ? Sauf que je pensais les avoir mis dans le sac de plage.

      Un acte manqué, faut croire.

      Supprimer
  6. Là vraiment tu nous gâte avec une histoire pareille !...

    (et moi aussi j'aimerai bien savoir comment tu as expliqué ces 3 maillots pliés sur la table. Genre "ceux-là ils étaient moches je voulais pas les emmener" ? Et puis il a pas vu que c'était un nouveau maillot que tu portais ???

    RépondreSupprimer
  7. Ou "tu nous gâtes" avec un S aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas expliqué, il n'a rien vu. Ni le nouveau, ni les autres sur la table. Y'avait beaucoup de bazar sur la table... ;-)

      Supprimer
  8. J'adore ! Et oui un vrai acte manqué ! T'avais vraiment envie de naturisme... dommage... ( j ai lu la suite avant ce billet ci !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute... on verra la prochaine fois !

      Supprimer
  9. Alors , As-tu enfin pu faire du naturisme avec ton homme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non... Une autre fois peut-être... !

      Supprimer