3 mai 2012

Tu sais que tu habites à la campagne quand...


Je parle d'habiter vraiment à la campagne, dans une campagne un peu désertique, dans un bout de département, dans un tout petit lieu-dit, rattaché à une toute petite commune... Ma campagne, elle est jolie, je l'aime bien et parfois je la déteste.
Et si jamais je me retrouvais là, sans savoir pourquoi, après avoir été enlevée par des extra terrestres par exemple, et ben tu sais quoi, j'ai deux / trois indices qui m'indiqueraient que je ne suis pas en ville ;-)

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand lorsque tu rentres super tard le soir, genre vers 23h30 (ouh la la), les réverbères publics sont déjà éteints. Tu as intérêt à avoir une petite loupiote ou un téléphone portable pour éclairer, sinon, tu trouves jamais la serrure pour mettre la clé.
La bonne nouvelle, c'est que grâce à ça, et au fait que la première "grande ville" est à 40 bornes, tu profites d'une Voie Lactée merveilleuse, luisante, brillante et tu kiffes de pouvoir regarder les étoiles.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand l'école primaire où allait ton fils faisait partie d'un regroupement pédagogique de deux communes et que dans la tienne, il y a UNE seule classe de CM2. Et c'est tout. La bonne nouvelle, c'est que c'est une vraie dame de cantine qui prépare les repas, de saison, avec de la soupe en hiver et des fraises en été, et pas un vilain Elior ou Sodexo.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand, la première semaine après que tu aies emménagé, tu te fais réveiller tous les matins par le coq qui vit de l'autre côté de la rue. Tu es à deux doigts de traverser la chaussée avec un couteau entre les dents pour lui expliquer que tu as un réveil qui sonne un chouïa plus tard que 5h30, et puis finalement, à l'aube du huitième jour, tu ne l'entends plus. Et quand ton réveil a une panne, tu aimerais bien l'entendre encore, ce crétin de gallinacée, pour pas arriver à la bourre au boulot.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand le ramassage des poubelles s'effectue une fois par semaine. Le vendredi. L'été, quand tu décides de faire des gambas au barbecue le dimanche midi, avec des potes, je peux te dire que la semaine est longue, côté odeur. Les mouches, en revanche, elles kiffent la nouvelle maternité  grise et son couvercle vert foncé.
Ah oui, et les poubelles jaunes, c'est tous les quinze jours.... Mais c'est pas grave, parce que tu as la chance de vivre dans une grande maison, et pas dans un studio de 33 m², donc tu as de la place pour stocker.

D'ailleurs, tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand pour la même somme d'argent que représente la valeur de ta maison, tu vis dans une très belle et grande maison (très grande), au lieu d'une petite, sans jardin, en ville, dans un quartier bof. Fallait choisir, on a choisi. Même si parfois, les 40 bornes dans chaque sens me pèsent un peu.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand la plupart de tes voisins ont le même couturier que Bruno Lochet et Yolande Moreau, époque Deschiens, et que visiblement, ça n'émeut personne. Alors forcément, quand tu sors avec tes talons de douze et ton maquillage Hawaïan Sunset, ils te prennent pour Lady Gaga. Ou Gogo, ils se rappellent pas bien du nom.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand il y a un camion-boulangerie qui fait tut-tut pour annoncer son arrivée. C'est pratique mais son pain est bof.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand l'été, lorsque tu dors avec la fenêtre ouverte, une chauve-souris dont le sonar n'a plus de batterie, entre dans ta chambre. Elle tourne, elle tourne, elle tourne, toi, tu te planques sous les draps en espérant qu'elle n'arrête pas de voler et à moment, hop, elle sort.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand la seule chose qui serait super grave, ce serait que ta bagnole tombe en panne.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand l'affiche du Super Loto-Bingo plantée au stop du carrefour indique que le premier prix est une cuisse de boeuf. Entière. 
Et les second et troisième prix, deux demis-cochons.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand la Mairie est ouverte trois après-midis par semaine, de 13h30 à 17h30, que tu dois faire 10 bornes pour aller récupérer ton recommandé dans une boulangerie, que c'est Madame le Maire elle-même qui est assesseur au bureau de vote, que tu peux l'appeler chez elle, elle est dans l'annuaire, qu'elle connait le prénom de ton fils.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand ton internet, c'est du bas débit, avec joli modem qui fait tou-tou-tou-tou-tou trriiiishchilingshirklingkling... et que pour le haut-débit, c'est pas gagné.

Tu sais que tu habites vraiment à la campagne quand le silence est plus fréquent que le bruit (en dehors de la moiss'bat' et des vaches, ça compte pas), que lorsque deux voitures se croisent (c'est rare), on regarde pour voir si c'est quelqu'un qu'on connait, qu'à 50 mètres de mon jardin, je suis dans de vastes champs plein de lièvres et de perdrix. Et de coquelicots depuis 48 heures...

45 commentaires:

  1. La chauve-souris, c'est du vécu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes ! 10 bonnes minutes à essayer de l'attraper (il faut que je raconte ça), puis 5 bonnes minute de renoncement, pour finalement qu'elle reparte, la pauvre bestiole...

      Supprimer
  2. Mais! On est voisines non?

    RépondreSupprimer
  3. Coucou! Ce que tu dis me rappelle mon enfance et mon adolescence à la campagne, de charmants souvenirs... (ou pas ^^ ) Bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un genre de madeleine de Proust... Appelle-moi Marcel ;-)

      Supprimer
  4. Tu as d'autant plus de mérite de mettre des talons de douze (et de pas les crotter avant d'arriver au bureau...) t'as oublié ce détail : les routes sont souvent couvertes de boue (voire de bouze) mais c'est quand même sympa la campagne.

    Elle était grosse la chauve-souris ? (brrr quand même)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'était une p'tite chauve-souris, pas un gros Batman, heureusement. Mais bon, je vais faire un post complet sur cette histoire, parce que ça vaut 10.

      Supprimer
  5. Moi j'aime bien quand les chauves sourient ;)

    RépondreSupprimer
  6. Nous c'est 2 après-midi et 1 matinée par semaine ! (mais pas avant 14h, faut pas déconner non plus et 17h le mercredi, pas après ! Non mais)
    Pour les colis c'est dans le bled suivant, qui a une poste ouverte plus souvent... et les recommandés, certains sont signés par le facteur et déposés direct dans la boite !
    La poubelle jaune ? J'ai pas ça moi, il faut aller déposer au container tout ce qui n'est pas à mettre dans la "grise" ou à la déchetterie (ouverte un après-midi et une matinée par semaine en "hiver" et 1 après-midi de plus en "été").
    :-( j'ai pas de camion Tut tut non plus, faut prendre ta voiture pour aller acheter ton pain, sinon les vieux ont un truc, un autre vieux (qui va bientôt arrêter de le faire) qui leur livre du pain, des fois (tu sais pas trop la fréquence en fait, ni comment ils "commandent", faut pas chercher à comprendre)
    Pour l'école, c'est 5 ou 6 communes qui se sont réunis :-) dans mon petit coin.
    Et oui, il doit être encore plus petit, mon bled à moi
    Sinon tout à fait d'accord avec toi pour la voiture, faut pas qu'elle tombe en panne, ah ça non !!
    Tu as oublié que la fréquence des tracteurs (parfois un camion de lait) est plus importante que les voitures devant tes fenêtres (en tout cas les miennes), les bonnes odeurs de purin éparpillés dans les champs alentours.
    Dans ma campagne, c'est un tracteur qui fait office de déneigeuse, et il passe tard, pas possible d'aller au boulot !
    Ah ma campagne, c'est pareil, je l'aime et parfois je la déteste !
    PS: la chauve souris ose pas, y a trop de chats chez moi, par contre y a un chat qui s'est tapé l'incruste une nuit jusqu'à la gamelle de croquettes, la trouille (tous les 2) quand on s'est retrouvé face à face dans la maison !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'odeur du purin, de l'épandage, des engrais... c'est pas toujours terrible. Je préfère encore l'odeur de la bonne vache !
      En tout cas, on sent bien que le sujet te tient à coeur ;-)

      Supprimer
    2. Ben disons que venant de la ville, ça peut surprendre, mais j'aime beaucoup ma campagne, faut juste pas (oui c'est très français dans le texte) que la voiture fasse des siennes ! Merci !

      Supprimer
  7. Les 80 bornes A/R vont vite être multipliées quand Crapaud-Poilu va se transformer en ado à la vie sociale ébouriffante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tais toi ! Pour le moment, on maitrise encore... mais je crains vraiment.
      Chut, ne va pas lui souffler des idées de sorties !

      Supprimer
  8. Y a pas besoin d'être à la campagne pour l'histoire de la chauve-souris ! On en a aussi en ville, nan mais ho !
    Pour les déplacements d'ado, mon amoureux (qui a grandi à la campagne) dit qu'avant d'avoir le permis, il a fait beaucoup beaucoup beaucoup de vélo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, il y a des chauve-souris partout, mais est-ce qu'elles rentrent dans ta chambre ? Hein, je te le demande !

      Supprimer
  9. Ca me rappelle la ou j'ai vécu de mes 2 ans à mes 21 ans, soit 19 ans! Dés que je suis parti je suis parti à 45km, la plus grande ville, la plus proche ... 16000 habitants wouhou! Je detestais cette campagne, même si il y'a de bons souvenirs, ados on sortais la nuit sans éclairage(pareil que toi quoi) et on allait au cimetière, on se posait par terre et on regardais les feux follets...des petits souvenir comme ça...Je ne pourrais plus y vivre vu que je ne veux pas passer le permis, mais j'aime y retourner, ça me repose...par contre pas plus d'1 journée hein ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, on a dit 21-19 = 2 x 45 km, le tout divisé par 16000 habitants, je dirais que tu as approximativement 28 ans. C'est ça ?

      Supprimer
  10. la campagne comme tu la racontes je veux bien y habiter !
    et vivement les photos des champs de coquelicots...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bientôt, les coquelicots, bientôt...

      Supprimer
    2. DOMINIQUE3/5/12

      Ici, on est en plein "coquelicots". Un pur délice. Rien que pour aller chercher le pain, les talus sont rouges, mais rouges, au soleil du matin.

      Supprimer
  11. super ton article!! comme je m'y retrouve!!! ^_^
    vraiment agréable à lire.
    Bon, sauf que, je crois que je suis en campagne encore plus profonde!!! (si, c'est possible... hihi)

    Bonne journée!! et bon week end dans ta campagne silencieuse au soleil à admirer les fleurs et écouter le chant des oiseaux... ♪♫♪♫♫♪

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais qu'il y a des campagnes bien plus profondes (visiblement, chez April, quelques commentaires au-dessus, c'est pas mal, dans le genre). ;-)

      Je vais aller écouter le chant des oiseaux, s'il ne tombe pas des cordes !

      Supprimer
  12. DOMINIQUE3/5/12

    Tu décris à peu-près mon environnement, encore que je sois plus près de la ville. Les chevaux, les chèvres, les lapins, les poubelles deux fois par semaine (bonjour les asticots en été), hélas le maire a horreur de la nuit donc il a installé de superbes lampadaires qui tombent en panne régulièrement pour mon plus grand plaisir, les lotos improbables, les "animations d'été" avec des sosies de Claude François, les marchés artisanaux, les cantonniers qui te disent bonjour, les poulaillers (Gédéon a décidé de nous réveiller au lever du soleil, il se prend pour un coq. Cette petite saloperie dort sous notre fenêtre).
    Les fenêtres grandes ouvertes la nuit avec le chant des rossignols, rien que ça, hein.
    Bon, ce matin je me suis perdue dans Marseille, impossible de trouver un client dont l'adresse n'était même pas sur le plan, failli avoir une crise cardiaque. Rentrée à la maison pour retrouver arbres, oiseaux, grenouilles, mari, ouf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore le plaisir de la ville quand je sais que je peux retrouver la campagne... C'est comme une gourmandise, un peu interdite dont on profite : se déplacer à pieds, en bus, flâner dans des rues. Et hop ! on rentre !

      Supprimer
  13. Héhé, tout pareil ici aussi et j'apprécie beaucoup ! \o/
    Le seul truc chiant est que je vis dans le cnetre du village, et les gamins qui ont des scooters (faute de bus) adooorent tourner autour des maisons, ça fait un boucan d'enfer. Ah si, et on a l'ADSL depuis peu ^^!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop de la chance pour l'ADSL, moi, mon histoire de haut débit, c'est pas encore gagné...

      Supprimer
  14. DOMINIQUE3/5/12

    Deux épisodes chauve-souris. Un à Versailles (ben oui), où cette demoiselle s'est égarée brièvement dans notre chambre, et l'autre ici, où elle a fait un ptit tour aussi dans la chambre. C'est le frout frout de ses ailes qui nous a réveillés, on a allumé, puis éteint, et hop, la pipistrelle est repartie. Pas plus inquiets que ça. Les soirs d'été elles vont à la pêche aux insectes au-dessus de nous dans le jardin. J'aime bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous aussi, c'est le bruit des ailes qui nous avait réveillé. Mais elle a eu dû mal à ressortir.
      Et depuis plusieurs année, il y en a une (la même ?) qui tourne dans le jardin, au-dessus du trou d'eau.
      Crapaud-poilu l'appelle Joséphine.
      Je ne sais pas pourquoi...

      Supprimer
  15. Donc c'est validé, je viens bien de la campagne ! Sauf que quand j'y retourne, on a le haut débit, mais pas la poubelle jaune, faut encore se déplacer pour ça ;)
    Mais pour les demi-cochons, c'est exactement ça :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour aussi, je raconterai comment Chouchou a gagné, dans sa jeunesse, un porcelet VIVANT dans une boite de nuit qui avait organisé une soirée cochonne.
      Véridique.

      Supprimer
  16. Très rigolo ton article.... mais cette campagne n'est pas pour moi....
    J'habite au calme (dans une très grande maison) mais à 5 minutes de tout ! et ouf ! mes critères ont longtemps été : une fnac, un ciné, un séphora à moins de 10 minutes !
    et les enfants qui grandissent me confortent dans ce choix !

    RépondreSupprimer
  17. Ce que tu décris, c'est ce dont je rêve.
    Mais je n'en ai pas les moyens. Un jour peut-être, quand nous serons revenus "à meilleure fortune", selon l'expression consacrée ;-)

    RépondreSupprimer
  18. Blonde Meunière4/5/12

    Il n'est jamais trop tard...c'est aussi un charme de la campagne...Je découvre ton blog. Donc, il n'est jamais trop tard pour travailler dans les champs voisins des maisons, minuit les phares des tracteurs et leur "doux" ronronnement. L'avantage d'habiter à la campagne c'est qu'il y a toujours un tracteur pour te sortir du fossé où le débordement de lisier sur la route t'a conduit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et des voisins relativement attentifs, même si la vieille d'à côté, pas très avenante, n'a pas manqué de me faire remarquer ce matin que je pourrais quand même désherber mon allée.
      Bourrique.

      Supprimer
  19. LiliLili4/5/12

    Tellement vrai... Tellement déprimant quand tu y es (surtout ado ; sans voiture ; avec des parents récalcitrants ; et 3 chaînes de télé seulement). Tellement attirant quand tu subis la ville (le bruit, pas de place de parking, le bruit, les légumes sans goûts, le bruit, les loyers chers et le manque d'espace, le bruit).

    Mais plus sérieusement, qui a gagné la cuisse de boeuf ? (l'affiche m'a fait hurler de rire, merci !! :D)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien écoute, je vais essayer de me renseigner parce que honnêtement, je n'y suis pas allée. ;-)

      Supprimer
  20. Les chauves-souris, j'ai eu ! Tous les soirs, tournoyant au-dessus de ma tête... dans un appart' en ville (sous les toits, ok, mais en ville quand même) ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça fait drôle, hein ?
      finalement, les chauve-souris sont partout... y'a quoi d'autres comme drôle de bêtes en ville ?

      Supprimer
  21. Marie5/5/12

    Grandi dans ce style de pure campagne, un peu grogné sur le moment, mais avec du recul quelle chance pour des gamins, nous avions une telle liberté, un tel espace pour découvrir et faire des bêtises.

    Maintenant c'est la presque-campagne urbaine. Donc, les gambas vont au compost et se décomposent si les corneilles ne s'en occupent pas avant, il y a plein de chauve-souris qui rasent nos têtes le soir au jardin et des moustiquaires aux fenêtres, et le tram est à quelques minutes, mais le chemin pour y arriver est assez champêtre et m'interdit les talons. Au fait, tu mets vraiment des talons de 12 à la campagne, ou tu sautes directement de ton hall d'entrée dans ta voiture :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est chouette ça comme concept, la campagne-urbaine, le rêve de tous, je suppose.
      Pour les talons, je dois passer sur ma terrasse, un peu de gravier où je marche sur la pointes des pieds et voilà. Le plus loin, c'est quand je vais à la boite à lettres. On est d'accord, quand je vais promener le chien, je mets des baskets.

      Supprimer
  22. Je me reconnais sans probléme la dedans. Ajouter au fait qu'il y a pas d'éclairage public chez moi, que je fais le Cned depuis le CM2 (c'est terminé j'ai le bac !!!) et que j'ai 18 ans, oui la vrai campagne c'est pas tellement fun en fait. Bon j'ai quand même le haut débit, çà compense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup, merci, ça m'a donné l'occasion de relire ce vieux billet ;-)

      Supprimer