22 mai 2012

Epilogues

Il y a deux histoires que je n'ai pas finies. Parce que le texte était déjà long et que j'avais peur de faire fuir les lecteurs par trop de paragraphes. J'ai dit que j'en parlerai la prochaine fois. La prochaine fois, c'est maintenant.


Épilogue de Celle du manteau...
Voici donc Celle de la chouquette.
Dans mes aventures avec des vendeuses, voici une anecdote, assez goûteuse. Fais, gaffe, elle ne tient qu'en quelques lignes. T'es prêt ?

A la boulangerie, un matin.

- Bonjour Mademoiselle, je voudrais quarante chouquettes (là, c'est moi qui parle au cas où tu penses que je tienne le rôle de la vendeuse).
- Je suis désolée, Madame, ça ne va pas être possible, elles sont vendues au poids.

Silence.

- Oui, alors, peut-être pouvez-vous en compter quarante et les peser ensuite ?
- Bien sûr. (avec un soupir, genre je suis la cliente la plus chiante jamais rencontrée).

J'étais à la fois amusée et légèrement attristée. Ok, pas besoin d'avoir le QI d'Einstein pour être vendeuse en boulangerie, et en plus, si elle voulait nous expliquer la théorie de la relativité à chaque baguette enveloppée dans un petit papier chiant, on trouverait ça pénible. Mais malgré tout, je me dis qu'on ne part pas tous avec les mêmes chances dans la vie.

Ou alors, c'est juste qu'elle n'était pas bien réveillée parce qu'elle avait fait une super teuf la veille ;-). On va souhaiter que ce soit ça.

***

Épilogue du Complexe de l'orchidée...
Le ficus... Je ne sais pas vous, mais moi, le ficus, c'est comme si on testait ta capacité à faire mourir un être vivant.
Au début, fringuant, ses petites veuilles vertes et brillantes frissonnent au moindre courant d'air. C'est joli, ça fait comme un ami supplémentaire dans la maison, qui te saluerait de toute sa chlorophylle à chaque fois que tu passes à côté de lui. Un jour, il commence à perdre une, deux, trois feuilles. Tu penses que ce n'est pas grave, c'est la saison, comme quand le chat perd ses fucking poils par touffes entières, c'est la mue.

C'est inexorable.

Le ficus perd toujours des feuilles, le problème c'est quand aucune ne vient les remplacer. Je sens toute la fragilité désormais de cet être faible. Le courant d'air, auparavant son compagnon de jeu, devient mon pire ennemi : un souffle et ce sont encore huit feuilles par terre. Un malencontreux coup d'aspirateur qui tape dans le pot, c'est un déluge de feuilles. Qu'il faut aspirer. Qui bouchent l'aspirateur. J'envisage d'installer des cônes orange et de la ficelle de chantier à rayures pour délimiter une zone infranchissable, afin d'éviter tout contact susceptible d'encore faire tomber ces satanées feuilles. Je vis dans un état de stress incroyable, le premier qui s'approche trop près, le premier qui soupire à côté, je lui crache ma haine au visage. Putain, tu peux pas faire gaffe quand tu respires, ça fait tomber les feuilles ! Mais non, tu pues pas de la gueule. Même si t'as mangé des Pringles aux oignons (elle se reconnaîtra). Mais vas plus loin, c'est à cause des feuilles.

Un jour, c'est fini. Le ficus n'est plus qu'un squelette de branches fines, sans âme. La seule issue serait de le bomber en doré pour faire un genre de sculpture arty. Il finira plus probablement dans la benne "végétaux" de la déchetterie. La fosse commune des végétaux morts. C'est pas glorieux.

Heureusement, sa copine l'orchidée assistera aux funérailles.

***

Voilà, c'est probablement pas mon meilleur billet, mais j'avais comme une sensation d'inachevé qui me restait sur l'estomac. A bientôt, donc.
J'espère.

Si, je te promets, demain, ce sera top.

Reviiiieeeennnns !

***

EDIT : A ceux qui pensent que j'oublie RÉGULIÈREMENT de me brosser les dents, je jure sur la tête de Crapaud-poilu que NON.

OK ?

36 commentaires:

  1. Euh, il fallait lui demander si tu pouvais avoir des tranches de chouquette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, c'est vache.
      Et puis je n'aurais pas su quoi en faire...

      Supprimer
  2. cette boulangère tu vas pouvoir en faire un livre mdr!! elle doit te détester ahahah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, c'est pas la même que celle des petits papiers... J'ai pas de pot, faut croire.

      Supprimer
  3. Valérie de Rennes22/5/12

    Et du coup ça pèse combien 40 chouquettes ? (j'demande au cas où, pour pas compliquer la vie de la jeune vendeuse le jour où je lui demanderai des chouqettes !...)

    Et pour le ficus, encore un truc que je ne m'explique pas , vu que je n'ai "la main verte" que depuis deux ou trois ans : j'ai acheté un ficus lorsque j'ai aménagé avec mon chéri. C'était il y a 12 ans et il mesurait dans les 60 cm. J'ai été obligée de m'en séparer il y a deux ans car il mangeait tout l'espace de ma salle avec ses 1m80 de hauteur et son mètre (et des bananes) d'envergure !!! (un vrai sapin de Noël !) Et pourtant, plusieurs fois je l'ai cru mort, il a survécu à plein de maladies, à quelques temps passés dehors au froid.
    Tu crois que je suis tombée sur un ficus mutant ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je crois surtout qu'il faut que tu arrêtes de dire que tu n'as pas la main verte !! Parce que finalement, au bout du compte, tu t'en sors vachement bien avec les plantouilles... ;-)

      Supprimer
  4. delph22/5/12

    alors autant pour l'orchidée c'est normal, c'est on ne peut plus capricieux comme plante, autant pour le ficus, là ya un vrai problème, le ficus c'est un peu l'équivalent du laurier rose, mais à l'intérieur, un ficus c'est IN-CRE-VA-BLE!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, ben ça va. Merci de me jeter mon incompétence à la figure.

      Supprimer
  5. Ahahaha Le coup des chouquettes ! Elle en tenait une couche dis donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou pas en forme... Sinon, c'était une couche de chocolat ? C'est pas mal pour la boulangerie ? ;-)

      Supprimer
  6. Très drôle l'histoire du ficus. Perso, je n'ai pas la main verte, chez moi toutes les plantes meurent, j'ai tout essayé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue dans la confrérie des mains grises. ;-)

      Supprimer
  7. Bonjour, je voudrais 40 Pringles Oignon s'il vous plait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne fanfaronne pas s'il te plait...
      En revanche, elle peut te vendre du pain de mie ;-)

      Supprimer
  8. Ahhhh, moi qui pensait être la seule à faire mourir les Ficus et les fougères (ouais, même les fougères. j'en avais une de 1 mètre de diamètre donné par mon pere et paf! crevée en 2 mois.). le ficus c'est limite méchant comme arbre, à croire qu'il en fait exprès, genre tu regardes la télé, tu lui jette un coup d’œil et paf! il te lâche une petite feuille devant les yeux... genre "je le fais EXPRES pour t'embêter"... rhaaaaa.... ayé j'ai réussi à trouver comment faire mais ce fût long et douloureux (surtout pour eux, les bichounets!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La perfidie du ficus, on n'imagine pas. Je crois effectivement qu'ils sont là uniquement pour nous faire culpabiliser ;-)

      Supprimer
  9. anne-laure22/5/12

    ah nan mais le ficus,tu oublies de lui dire bonjour,ca y est il creve!tres susceptible le ficus....

    des chouquettes au poids....ah ouais qd meme quoi....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voui, c'est pas tous les jours facile...

      Supprimer
  10. Lydie-Anne22/5/12

    "c'est probablement pas mon meilleur billet" => mais si, rien que le coup des chouquettes, ça valait la peine. Je t'admire d'avoir su trouver une réponse. Je me serais probablement énervée moi ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Lydie-Anne, ça fait longtemps qu'on ne t'avait pas vu par ici, je suis contente ;-)

      D'un autre côté, je suis pas mauvaise au fond. Et puis c'était le week-end, alors j'étais pas stressée. Elle non plus, faut croire.

      Supprimer
  11. Sinon, le Zamioculcas, peut certainement te réconcilier avec les pouces verts (cf Tistou), quant aux chouquettes - no comment, je souris encore!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Zamio-truc, y'en a un au bureau qui pousse pas mal, c'est vrai. D'un autre côté, c'est pas moi qui m'en occupe.

      Supprimer
  12. Medellia22/5/12

    Je te lis toujours avec plaisir et la plupart tu temps je suis morte de rire, mais là je dois dire que ton "pas besoin d'avoir le QI d'Einstein pour travailler en boulangerie" me reste un peu en travers de la gorge...
    Quand j'étais vendeuse dans un grand magasin parisien, une fois une mère et sa fille très bon chic bon genre ont clamé derrière moi : "ah c'est sur, les vendeuses ici elle n'ont pas fait sciences po !" Ben il se trouve que j'en ai fait des études madame, merci...
    En tout cas l'intelligence, la politesse et le savoir vivre ne sont pas l'apanage des gens "éduqués", et il peut arriver à tout le monde d'être un peu largué au taf, comme ta vendeuse. Considérer que les gens occupant des postes ne nécessitant pas de longues études (je ne dis pas que c'est ton cas) comme idiots, c'est quand même limite, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Medellia,

      Je ne pense absolument pas que "tous les gens qui occupent des postes ne nécessitant pas de longues études sont idiots". Je pense simplement que ce n'est pas nécessaire d'avoir fait "Sciences Po" pour être vendeuse en boulangerie, et heureusement pour ceux qui n'en ont pas la possibilité matérielle, financière, géographique ou les capacités intellectuelles. Bien sûr, on peut avoir fait des études et occuper un emploi sans relation directe, pour tout un tas de raison choisies ou subies.
      Il ne me semble pas non plus injurieux de constater que tout le monde ne débute pas dans la vie avec les mêmes chances : environnement intellectuel, socio-culturel... ou QI ! Si j'étais Prix Nobel de Physique, ça se saurait.
      Mais ni l'intelligence supposée, ni l'idiotie supposée n'ont un quelconque rapport avec le fait d'être polie ou aimable, je suis bien d'accord avec toi.

      Au-delà de l'anecdote elle-même, je t'assure que si elle avait justement été un peu plus aimable, et concerné par ce qu'elle faisait, cela se serait mieux passé. Ce n'était pas le cas.

      Et oui, j'ai aussi supposé qu'elle pouvait simplement être fatiguée ou étourdie... Je l'ai même écrit ;-)

      Allez, tu reviendras quand même avec plaisir j’espère !

      Supprimer
  13. DOMINIQUE22/5/12

    La vendeuse aurait pu peser UNE chouquette, multiplier par 40, et en mettre jusqu'à atteindre le poids calculé.
    Simple.
    Ici, ce sont les huîtres qui se vendent au kilo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez nous aussi, les huîtres se vendent au kilo !! Ce qui tombe super bien, c'est qu'à chaque fois, un kilo fait une douzaine. Ou presque.

      Supprimer
  14. Les 40 chouquettes, terrible ! ;o))) Je ne m'en remets pas....
    Et pour le ficus, même combat ! ;o( Même si moi j'ai une orchidée qui refleurit ! ;o))) hin hin hin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, ça va, Mademoiselle j'me la pète avec mon orchidée. Gna gna gna.

      Supprimer
  15. OK. Que le ficus repose en paix (mais pas à côté de la brosse à dents, donc).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ma brosse à dents est bien sagement à côté du lavabo. Mauvaise langue.

      Supprimer
  16. Très jolie fin pour le ficus avec l'orchidée, comme c'est bien tourné :)
    Pour les chouquettes attends c'est trop dur de compter jusqu'à 40, tu sais faire toi ?? (*humour*)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu, non, parce qu'en plus je suis blonde.

      Supprimer
  17. Si pour les orchidées je suis meilleure que toi, pour les ficus je suis pire. Mon Cher et Tendre m'en avait offert un d'un mètre vingt, mort en à peine 3 mois, l'horticulteur me l'a remplacé, 2ème décés en 10 semaines et pourtant j'avais suivi ses conseils à la lettre, depuis plus de ficus et puis ça tient trop de place!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le ficus, c'est pour teste ta capacité de résistance devant l'échec. Chez moi, c'est lui qui gagne à chaque fois.

      Supprimer
  18. Anonyme24/5/12

    Le monde végétal est raciste avec celles et ceux qui ont les mains grises ... je ne vois que ça comme explication. Je suis une telle tâche que j'ai même rencontré un fleuriste qui a refusé de me vendre un troisième bananier aprés avoir fait mourir les deux premiers que je lui avais acheté.
    La prochaine fois que je touche une plante je mettrai des gants verts ... car faut pas non plus avoir fait sciences-pots pour être une plante Bordel de merde.
    The C's Touch

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes tous confrontés à une volonté collective de suicide des plantes vertes, qui préfèrent mourir ensemble plutôt que de subir les soi-disant soins d'être humains acharnés.
      Y'aurait du Raël là-dessous que ça ne m'étonnerait pas.

      Supprimer