6 mars 2012

Les chiottes du train

Allez, vive les vacances, on part, on prend le train ! Presque aussi cher que la voiture, mais sans la fatigue de conduire 800 bornes dans chaque sens, en vacances à vitesse TGV.

Le TGV Est a grandement facilité les déplacements en train vers chez mes parents, bien que je regrette parfois un peu les trains Corail. Ils ont dû changer de noms maintenant mais la dernière fois que j'en ai pris, je fus agréablement surprise par le confort et la largeur des sièges, deux éléments n'entant pas dans le cahier des charges TGV.
TGV : grande vitesse mais tous petits espaces, trains pas faits pour les gros, je te promets. Dans le TGV, il y des choses qui m'agacent. Par exemple, l'air glacé qui souffle du côté de la vitre et qui t'anesthésie tellement l'épaule que tu pourrais quasiment te faire tatouer en live un dauphin sur soleil couchant sans rien sentir. Je n'aime pas non plus la gonzesse de la voiture bar qu'on oblige à nous asséner toutes les 30 minutes des invitations pour aller dépenser un demi-mois de salaire dans un jus d'orange et trois petites tranches de cakes. Ceci dit, les trois petites tranches de cake du train, j'ai toujours adoré ça, il a cette texture particulière, fondante, collante qui te reste bien entre la joue et la gencive, j'aime beaucoup. J'ai résisté vaillamment et je n'y suis pas allée, malgré la voix sirupeuse de "Déborah vous accueille en voiture 14".

Au bout d'un moment, j'ai dérangé Crapaud-poilu pour aller faire pipi. Après le soupir d'agacement bruyamment expulsé de l'ado casqué qui écoute de la musique, je me suis contorsionnée pour sortir de ma place et j'ai traversé le wagon l'air le plus digne possible. Fixer un point à l'horizon pour ne pas regarder les gens, en plus, ça aide à garder l'équilibre, comme sur un bateau. J'avance toujours plus ou moins en crabe car je suis limite de toucher les bords des sièges quand je suis dans l'allée. On dirait une boule de flipper qui tape d'un côté, puis de l'autre, rebondissant à l'infini ou en tout cas jusqu'à la porte automatique. Pour peu qu'il y a ait un type qui lise son journal en dépassant un chouïa, je lui embarque la page des sports un coup sur deux.
J'avise la porte du lieu d'aisance. Contorsion à nouveau pour me glisser à l'intérieur et fermer la porte, à clé. Et là, bigre, pas de chiotte. Mais une table à langer. Visiblement, je n'étais pas au bon endroit. Je glousse comme une dinde, re-controsion, je sors et entre dans la cabine d'en face. 
J’accroche mon sac à la patère, je fais ce pourquoi je suis venue, je regarde d'un oeil distrait l'hectolitre de produits chimiques vert émeraude dissoudre le PQ rose. Étant donnée la finesse du-dit PQ, ça devrait pas être bien compliqué, hein ? Je me lave les mains en ayant toujours un petite appréhension alors que j'ai du savon liquide plein les paumes : l'eau va-t-elle sortir du robinet ? Oui, bah, rigole pas, ça m'est arrivé une fois et je peux te dire que c'est moyen pour s'en débarrasser quand il n'y a pas d'eau... Tu utilises du PQ qui absorbe le savon autant qu'une toile cirée, tu en colles partout quand tu veux ouvrir la porte pour te rincer les mains ailleurs. Un cauchemar. Là, ouf, de l'eau.
Et ensuite, je profite du moment présent. Après tout, j'y suis, j'y reste. Parce qu'au fond, je sais bien que ce n'est pas particulièrement l'envie de faire pipi qui m'a conduite ici, c'est surtout la lumière.

Je ne connais pas meilleur éclairage du visage que les lumières qui encadrent le miroir des chiottes du TGV. Une merveille. Tu distingues parfaitement tous les poils superflus, les points noirs qui échappent à ta vigilance quand tu es chez toi avec ta lumière habituelle, la petite ride au coin de l'oeil (tiens, pas encore vue celle-ci). Je sors ma pince à épiler et entreprends d'égaliser les sourcils. J'attrape un mouchoir en papier pour triturer deux ou trois boutons. Quelqu'un agite la poignée de la porte, je retiens mon geste, fais couler l'eau pour que la personne comprenne que c'est occupé. Je continue, j'inspecte, j'examine.

Après cinq bonnes minutes, je me remets un coup de gloss, j'arrange ma frange et je ressors l'air de rien, enchantée d'avoir pu bénéficier de cette lumière divine. Crapaud-poilu soupire à nouveau lorsque je lui fais signe que je veux réintégrer ma place. A croire qu'il imaginait que j'allais rester debout dans le couloir tout le reste du voyage, sans doute. Il me regarde d'un air bizarre, doit trouver que je suis un peu rouge par endroit (j'ai un peu forcé sur le point noir de la pommette droite, il était récalcitrant le bougre).

Je lui assène un "pourquoi tu me regardes comme ça ?" d'un air hargneux. Il soupire et reprend l'étude de ses quatorze mille textos.

280 € le nettoyage de peau, faut avouer, c'est un peu cher. Mais à ce prix-là, je peux en refaire un samedi, au retour ;-)

***

Pas de dessin en vacances, mais une vraie photo du train ;-) Artistisque, isn't it ?

28 commentaires:

  1. Perso j'avais jamais fais gaffe à la lumière des chiottes du train. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essaye, tu verras, tu ne seras plus jamais comme avant après....

      Supprimer
  2. Marie D6/3/12

    Ouuuh, le TGV Est, mon meilleur ami depuis que je suis partie étudier à Paris il y a deux ans ! :)

    Mon meilleur ami et aussi mon pire cauchemar parfois ! Comme quand il entreprend de faire quelques petites surprises (pannes, retards, annulations,...) les vendredis soirs, alors que ton weekend ne fait que commencer et que ton planning de 2 jours mosellan est plutôt chargé ! ;)
    Ceci dit, je n'avais jamais remarqué l'efficacité de l'éclairage des WC ! J'y penserai la prochaine fois, ça m'occupera ;)

    Profites bien de tes vacances en tout cas, passe le bonjour à la Moselle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passer le bonjour : check !
      Et bon courage pour les prochains voyages (fais une petite incantation avant de partir, on sait jamais....) ;-)

      Supprimer
  3. On dirait que le papy de la photo te fait un fuck !

    Bon sujet : je n'ai jamais réussi à exprimer ce que je ressentais dans des chiottes de train !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Papy a même pas vu que je faisais la photo ;-)

      On trouve des sujets partout, y'a pas de problème ! ;-)

      Supprimer
  4. DOMINIQUE6/3/12

    Et les trains couchette 2ème classe ? Je parle d'un temps que les moins de 30 ans, etc... Pépé qui ronfle, mamie en chemise de nuit et trousse de toilette, soldats en permission, tout ça sur des couchettes rikiki, entassés par six dans un compartiment. De grands moments, les haltes dans les gares la nuit, les attentes et le bercement des roues. Toute ma jeunesse !!! A l'époque, il fallait 24 heures pour faire Pau-Ile d'Yeu (bateau inclus, quand même).
    Alors maintenant, c'est du gâteau (hum, je pense au Paris-Lille de hier, et 40 000 personnes en rade).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai voyagé en train couchettes avec mes grands parents et ma soeur et j'aimais bien sauf que j'avais toujours trop chaud...
      Je m'imagine mal, maintenant, moi et mes grosses fesses, obligée de grimper sur une échelle moitié large comme moi !

      Supprimer
  5. anne-laure6/3/12

    Les trains Corail s’appellent toujours les trains Corail....et chui tout à fait d'ac que c'est plus confortable que les TGV!quitte à se taper du train,où en plus tu raques,autant etre bien installée!!
    et pour aller aux toilettes....je repere le terrain 3 plombes avant d'y aller....c'est tjs une expédition....
    et au fait 3 paires de pompes pour 6jours,c'est pas beaucoup!!perso c'est le minimum meme pour un week end....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la précision d'appellation. Tu crois qu'il pourrait faire des trains Corail qui vont aussi vite que le TGV, ce serait cool non ?

      Supprimer
  6. Anonyme6/3/12

    Rien à voir avec le TGV, mais je découvre ton blog, et je suis déjà fan fan fan ! J'adore ! vivement ton retour, je veux la suite ! ;o)
    Nathaly (en Lorraine)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pout ta venue Nathaly et à très vite, alors ;-)

      Supprimer
  7. oh làlà mais c'est vrai : la lumière des toilettes !!!
    Tu es assise à côté d'un demi-dieu qui lit ton magazine préféré (à savoir "Geek"), tu te dis que tu vas quand même aller voir la gueule de ton make-up avant de l'aborder genre "j'suis une bombe et on a plein de points communs" et cette maudite lumière te renvoie à la triste vérité.
    Tu retournes dans le wagon, mais tu cherches une autre place du coup : t'es même trop laide pour te remettre à côté de lui : c'te honte !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ben non, quand même, parce qu'une la lumière restée dans les chiottes, tu es toujours divine, ne t'inquiète pas !

      Supprimer
  8. Je hais les toilettes du train. Souvent, je refuse d'y aller. Puis quand je sors du train, que l'eau dans ma vessie, tassée jusque là parce que j'étais assise, menace de se libérer via les voies naturelles et que j'ai les yeux jaunes (trop plein de pipi, donc), je regrette toujours d'être si maniaque. TOUJOURS. Le pire ? Quand je monte sur Paris et que le Métro freeeeeeeeeiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnneeeeeeeeeeeee. Je sens bien ma vessie descendre puis remonter. D'un coup. PLEINE.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut pas que tu éternues non plus, ni que tu rigoles. Tu serais pas une espèce d'aventurière finalement ? ;-)

      Supprimer
  9. quel calvaire faut prendre la bouteille en plastique et l'entonnoir dixit ma grand-mère rires!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une aventurière aussi ta grand-mère ;-)

      Supprimer
  10. maminouchette7/3/12

    Décidément tu es trop drôle !
    Tu arrives même à trouver de nombreux avantages aux toilettes du train.... la prochaine fois que je voyage je n'oublie pas ma pince à épiler (au fait ça marche encore quand on utilise déjà un miroir x 5 ?)
    Bonnes vacances lorraines... et au fait, pour ta valise je voulais te conseiller une valise presque vide au départ et aller la remplir carrément en Allemagne où on rentre dans presque tout (mon commentaire est passé à la trappe)
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'incursion en Allemagne n'est pas prévue cette fois-ci, mais j'avais bien décidé à laisser un peu de vide. Déjà pas mal comblé ;-)

      Supprimer
  11. Mais c'est que tu nous vends du rêve là ! Pour peu, je ferais même des infidélités à mon esthéticienne ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il manque quand même la petite musique douce.... Et il faut juste faire attention à ne pas se crever l'oeil au moindre soubresaut.
      Mais sinon, nickel.

      Supprimer
  12. Sérieusement ? Même dans les trains "normaux" ? J'ai jamais remarqué. =P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, dans les trains normaux, y'a pas la chouette lumière, je ne crois pas. C'est une exclu TGV ;-)

      Supprimer
  13. Oh, du coup, je décommande mon rendez-vous chez mon esthéticienne pas aimable et j'vais prendre le train, moi! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En revanche, pour les épilations, c'est pas tip top,... un peu exigu ;-)

      Supprimer
  14. Hihihi tu m'as trop fait rire :) Et en plus, c'est tellement vrai!^^ Bonnes vacances en tout cas :)

    RépondreSupprimer