jeudi 23 février 2012

Il faut trianguler sa position

"Le sens de l'orientation, c'est un truc masculin". Bof. "Le sens de l'orientation n'est pas un truc féminin". Re-bof. Ça dépend uniquement des individus, et de leur capacité à demander leur chemin.

Chez nous, par exemple, moi, je suis plutôt assez douée pour me repérer et Chouchou, c'est une cata. Par contre, j'ai du mal à lire un plan s'il n'est pas dans le bon sens. Cette manie qu'ont les gens de systématiquement composer les plans en tenant compte de la rose des vents, c'est d'un chiant. Encore, quand c'est un plan papier, tu peux le retourner pour le mettre "dans le bon sens", mais quand c'est un plan de ville, encarté dans l'abri bus, c'est moins aisé. C'est pour ça que ça m'arrive de me retrouver la tête à l'envers pour me remettre "dans le bon sens". Tu vois de quoi je parle ?

Mais si. Admettons qu'en face de toi, il y a un pont et derrière toi une église. Pourquoi, quand tu regardes le plan dans les yeux, c'est l'inverse ? Faut être vicieux. On s'en fout que le nord soit au nord, ce qu'on veut, c'est retrouver ses repères visuels pour se diriger du bon côté. Tu crois pas ?

Je suis un bon copilote, assez bon, avec une carte routière, je peux indiquer le chemin, surtout si je peux tourner la carte pour que la route à prendre à droite soit bien à droite sur le papier aussi, sinon j'ai du mal à dire à droite alors que la direction est à gauche. Tu suis ? Un homme, enfin le mien, globalement, il sait bien lire un plan, peu importe le sens, mais il n'a pas de vision globale de la situation et surtout aucune notion de géographie. Ça lui ai donc déjà arrivé de faire 50 kilomètres dans le mauvais sens sur l'autoroute, parce qu'il ne fait pas la différence entre "vers Perpignan" et "vers Toulouse", après s'être arrêté déjeuner à Carcassonne, par exemple. Forcément, en venant de Lille, c'est moins grave au début. La honte. Enfin je me moque, mais moi, j'ai jamais compris pourquoi en vacances dans une grande capitale étrangère de l'autre côté de l'océan, il fallait prendre à droite en sortant de l'hôtel, alors que le plan disait à gauche. La prochaine fois, je réserverai mon hôtel du bon côté de la rue.

Dans le même registre, je n'ai qu'une confiance extrêmement limitée dans les GPS qui ont tout de même l'art de te rallonger le chemin et de t'enduire d'erreur quand tu ne sais pas du tout où tu vas et quand tu n'as aucune idée de la direction à prendre, en terre hostile quoi. Tu te fies aveuglément aux indications de Catherine (voix féminine française) ou de Bernard (voix masculine française) et tu te retrouves avec 45 minutes dans la vue parce qu'ils t'ont fait faire tout le tour de la rocade sous prétexte d'éviter deux feux rouges. Au rond-point, prenez la quatrième sortie... (mais on compte depuis la toute toute première juste à notre droite, qui n'en n'est pas vraiment une, d'ailleurs elle est en sens interdit, ou à partir de la grande rue, mince, j'en suis à combien déjà, attends, je fais un tour).

Donc quand je pars sans savoir où je vais (enfin, façon de parler, j'ai bien une idée), je cumule GPS sans être sûre de l'allumer, et itinéraire Google Maps et une carte routière, on sait jamais. Oui, parce que quand tu tombes sur des travaux avec un truc barré, tu te fies au panneau déviation. Le seul. Il y a toujours UN panneau de déviation et ensuite, soit le mec il était trop fatigué pour le poser, soit il était en rupture de stock, mais tu te retrouves avec un carrefour, de multiples possibilités : Fouillères-le-Lac ou Agriny-lès-Fouillères ou Marseulles-les-Oies, via Fouillères. Super. Tu prends au pif, et après 5 kilomètres, tu  te retrouves devant les mêmes travaux. Sauf si TU AS la carte et que là, tu constates que Agrigny était une bonne idée. Tralala, CQFD, on ne paume pas si facilement une Grosse Blonde Paresseuse. 
Ou au pire, je m'arrête demander mon chemin à l'autochtone, ce qui est complètement inimaginable pour les hommes. Plutôt crever de soif et tomber en panne d'essence à force de tourner que de demander son chemin. Demander son chemin, c'est pour les fiottes. Un homme, ça sait où ça doit aller et ça demande pas.

C'est moins facile quand dans une ville inconnue, tu sors d'un parking, de la gare ou d'une station de métro : comment savoir s'il faut prendre à gauche, traverser l'avenue ou retourner sur ses pas. Lancer un dé. Rejouer si t'as fait un double ? Pas du tout, il faut trianguler sa position. Attention, démonstration.
A ma droite, la rue Notre Dame. Dans mon dos, l'avenue des Mouettes. Pour connaitre la bonne direction, il faut un troisième point de repère, ou savoir si les numéros de la rue montent ou descendent. Sinon, tu peux prendre au pif, mais comment savoir si tu es dans le bon sens ?

Voilà. Si tu n'as pas compris ma démonstration limpide, c'est que tu prends au pif, sinon, tu vois absolument de quoi je parle.

Limpide.
Rendez-vous sur Hellocoton !

14 commentaires:

  1. L'orientation et moi, ca doit faire 15 ! C'est horrible, je suis capable de me perdre dans ma poche...
    Et le pire c'est quand quelqu'un doit venir chez moi, je suis incapable de lui indiquer clairement son chemin au téléphone alors que j'habite là depuis 6 ans !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Moi non plus j'avoue ne pas être très cohérente hélas

    RépondreSupprimer
  3. Moi si jte dis d'aller à droite, vas vers la gauche !!!!!!

    RépondreSupprimer
  4. Ahahahha ! C'est marrant que certaines personnes ont un très bon sens de l'orientation et d'autre pas du tout. Moi il est bof quand je ne connais pas les lieux, mais quand je suis passée une fois, généralement j'ai une assez bonne mémoire imagée qui me permet de trouver mes repères. Par contre, j'ai une copine on peut passer 15 fois sur la même route, elle la découvre à chaque fois...

    RépondreSupprimer
  5. Quand j'ai commencé à faire des livraisons pour la boîte de mon mari, bonjour les dégâts. Je crois que j'ai visité toute la Provence. Je confondais Carpentras et Cavaillon, et puis comme c'était dans des ZI ou des ZAC avec des noms de rues cachés... Dans Marseille, encore mieux : la rue Ste Cécile prenait toujours la place de la rue St Pierre, la fourbe. En plus, tout le monde dit du "périphérique" marseillais "le Jarret", alors qu'il est indiqué "Sakkakini". Alors, "tu prends le Jarret", vas-y, quand tu ne vois que Sakkakini.
    Et puis, avec le temps, tout s'est normalisé et j'ai arrêté d'insulter ma tendre moitié au téléphone "b...l tu m'as envoyée encore dans un coin impossible, j'arrive pas à trouver, je rentre".
    Sans GPS, je précise.

    RépondreSupprimer
  6. Je vois absolument de quoi tu parles.
    Mais je me soigne.
    Je commence tout doucement à savoir me repérer (l'était temps, tu me diras, 33 ans).

    RépondreSupprimer
  7. Ah c'est trop drole! Il y a quelques heures a peine, je me suis formidablement paumee dans bangkok! Mais alors attention, "dans bangkok" t'as envie de dire "normal t'as vu c'est immense comme ville, et en plus c'est le bordel, et en plus les gens ils sont pas comme nous, ils sont Thai". Tu es adorable. Mais je me suis en fait perdue autour d'un seul et meme ARRET DE METRO! Oui. J'ai pris la mauvaise sortie, et le temps que je comprenne ce qui se passait, je n'avais aucune (mais vraiment aucune!!) idee de ou je me trouvais. J'ai du appeler le bureau pour leur dire que je pouvais pas venir. La honte.

    RépondreSupprimer
  8. Je dois être moitié homme quand même. Je sais lire la carte sans jamais la tourner. Et j'ai plutôt un bon sens de l'orientation. Sauf... quand j'aime pas une ville, y a pas moyen, j'arrive pas à me repérer, je tourne en rond et ça m'énerve et j'aime encore moins la ville etc. Du coup quand j'aime pas, ça veut pas !

    RépondreSupprimer
  9. Comme Gaëlle j'arrive à lire une carte sans la retourner... Mais j'avais vu une émission pseudo scientifique qui expliquait qu'il existait une réelle différence de compréhension de la géométrie de l'espace entre hommes et femmes.

    Pour ce qui est de demander son chemin ça va, l'un comme l'autre chez moi on est cap' de demander...

    Haaan... On est vachement pas comme tout le monde en fait... Faut que je m'inquiète ???

    RépondreSupprimer
  10. apparté... Il est devenu chiant l'antispam, il demande deux mots maintenant,et c'est tout tordu et souvent j'arrive pas à reconnaître les lettres !... Non mais ça va j'suis pas un robot, merde quoi !...

    RépondreSupprimer
  11. Je ne prends rien au pif. Par contre je n'en dirai pas autant du GPS sans lequel... Je suis encore plus perdue que. Ben ouais.

    RépondreSupprimer
  12. A toutes les filles qui se dirigent bien : bravo !! Surtout à celles qui n'ont pas besoin de tourne la carte ;-)

    A toutes les autres : ben, c'est pas grave, faut juste avoir un peu de marge pour pallier les retards liés aux égarements... ;-)

    Pas de réponse une par une, je suis un peu dans l'jus... Mais j'ai tout lu et un grand merci

    RépondreSupprimer
  13. Je dois avoir des gènes d'homme alors, je refuse SYSTÉMATIQUEMENT de demander mon chemin aux passants (bon, sauf si le passant en question est Marc-andré Grondin et qu'il se balade en short de bain.)

    RépondreSupprimer