27 févr. 2012

A 12h14, j'attaque la chambre

Si tu es passé ici vendredi, jour du kiwi (what else ?), tu avais une idée de mon programme du week-end : ménage, linge, repassage, tâches ménagères. Ma maison était un peu cracra, surtout en bordel et le linge pas tout à fait à jour. Youpi, super perspective. Ben finalement, ça s'est pas si mal passé.

Samedi matin, j'enfile la tenue de combat : pantacourt Décathlon qui a déjà des tâches de javel, tee-shirt moche qui ne craint rien. Je mets une barrette pour faire genre j'attache mes cheveux pour plus d'efficacité, et c'est parti. Organisation, pragmatisme, efficacité. Je vais traiter le problème pièce par pièce et ne passer à la suivante qu'une fois la précédente toute belle. Enfin ça, c'est sur le principe parce qu'après, dans la réalité, c'est pas tout à fait ça.

Il faut dire que jusqu'à un passé très proche, j'avais la chance d'avoir une femme de ménage, 3 heures par semaine. Ok, c'était pas non plus Mary Poppins, mais disons qu'elle me dégrossissait pas mal le boulot. Pour des raisons argentesques, je dois m'en séparer. C'est la vie. Toujours est-il que durant ses trois heures, Presque-Mary-Poppins faisait la maison "en gros". Et moi, le "en gros" ça me va, sauf quand c'est moi qui m'y colle. Par exemple, dans la cuisine, je me sens obligée de déplacer tous les appareils électroménagers pour nettoyer dessous. Pas seulement tourner autour. Oui, bon, c'est normal. 

Je dois avouer que ce qui me prend surtout du temps, c'est que j'en profite pour ranger, action qui n'entrait pas dans les attributions de Presque-Mary-Poppins. Un exemple ? Dans la cuisine, je commence par vider le lave-vaisselle. Au moment de ranger les petites cuillères, je me rends compte que ça fait un moment que le tiroir des couverts n'a pas dû être nettoyé, y'a des miettes. Je sors les couverts. Je vais chercher l'aspirateur, j'aspire les miettes. Avant de ranger les couverts dans leurs petits compartiments, j'entreprends de vouloir remettre un par un les cure-dents qui se sont échappés du pot par le tout petit orifice. Pourquoi ? Ben, à vrai dire, j'en sais rien, je ferais mieux de les jeter. J'y arrive pas. Je passe huit bonnes minutes à renfiler les cure-dents, à trier les baguettes chinoises par paires, à classer les fourchettes en fonction de leur nombre de dents.

C'est comme dérouler une pelote sans fin. Au lieu de suivre le plan établi, de mener une action à son terme (vider le lave vaisselle), je fais 100 détours qui me font perdre du temps. Pas inutiles, non, mais pas indispensables. Au bout de trois quarts d'heure, j'ai juste terminé la cuisine. La cuisinière fait sa bling-bling tout inox dehors, j'ai nettoyé toutes les façades des meubles, changé le plat du chat, le sol sèche. 
Je constate que je suis pas prête de poser mon chiffon. J'avise le salon et la pile de linge propre, les magazines, les coussins tout mélangés. Je range.

Ranger est une des obsessions qui pourrit le quotidien de mes colocataires. Je tolère le cra-cra, le bordel me tue. Et je vis avec deux mecs qui prennent la vie côté j'm'en fous, sur ce sujet. Ils ont raison, je le sais, ce n'est pas non plus la fin du monde si tous leurs chargeurs (téléphone, DS, lecteur mp3) sont disséminés chacun sur une prise du salon, à même le sol. Non, c'est pas la fin du monde. Mais putain, qu'est-ce que ça me gonfle. Je range, j'essuie. Je fais tout lentement. Tiens, je vais prendre un café avant d'attaquer le premier étage.

Il est plus de midi et j'entre dans ma chambre. Ouf, le lit est déjà fait. Rassure-toi, c'est pas Chouchou, c'est moi, plus tôt dans la matinée. En fait, un peu plus tôt, quand j'ai monté un panier de linge à repasser qui gênait dans le salon, j'en ai profité pour faire le lit avant de redescendre. Dérouler la pelote. 
J'entreprends de faire la poussière dans une sorte de petite niche qui se trouve au-dessus de nos têtes de lit. Avant de faire la poussière, ... un peu de tri, bien sûr. Des bouquins terminés, des barrettes à cheveux, des tickets de carte bleue, des feuilles de paye, des cartes de visite d'un restaurant au Maroc, des boules Quiès, trois tubes de crèmes pour les mains tous entamés, etc. J'étale tout sur le lit, je suis circonspecte, est-ce que je ferais mieux de le garder, ce bouton qui appartient à je ne sais plus quel vêtement ? J'emporte les feuilles de paye dans le tiroir des papiers, dans la cuisine. Ah, bah tiens, elles sont pas bien triées. Je les classe. Tiens, je ne me souvenais pas qu'on avait encore des billets canadiens. Ah, et des livres sterling aussi ? Je range les devises étrangères par pays, dans des petites pochettes. Je faisais quoi déjà ?... Mince, la chambre. Dérouler la pelote.

A quatorze heures, ma maison est propre. Presque parfaitement rangée. Je sens un incroyable bien-être, comme le calme après la tempête. Je sens pas très bon aussi, faut dire. J'ai une tronche pitoyable, on n'a rien à bouffer, mais je suis bien, finalement. Fatiguée, mais bien. Je n'irai pas jusqu'à dire que ça me plait, mais disons que pouvoir faire le ménage seule à la maison, sans me bousculer, pouvoir rouspéter tout mon saoul contre les mecs qui sont des bons à rien bordéliques et casse-couilles, ça défoule.

Je vais me servir un Martini pour l'apéro et pour me récompenser, surtout. Pinaise, les verres sont rangés n’importe comment dans ce bar.

Dérouler la pelote.

***

PS : toujours sur le même sujet, je t'invite à aller lire le puissant témoignage de Colombe et Linotte. C'est tout moi. A croire que la blogueuse emplumée lit dans mes pensées.

21 commentaires:

  1. Bonjour, bonjour,
    Moi aussi je me suis lancée dans le grand ménage ce week-end. C'était "Opération Mac Lesggy" à cause de e=M6 spécial bactéries dans votre maison que j'ai vu dimanche dernier.
    J'ai mis trois jours, mais c'est vrai qu'après on se sent hyper bien ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon sang, encore heureux que je n'ai pas vu cette émission, j'y serais encore !!

      Supprimer
  2. On dirait moi tiens. Je sais jamais par où commencer quand je fais le ménage/rangement en grand, parce que justement je sais que je vais me disperser. Alors j'essaie de réfléchir par où commencer pour optimiser le temps (un peu genre comme si je devais traverser un labyrinthe) (ou dérouler une pelote, ça marche aussi). Et je passe peut-être autant de temps à réfléchir avant de m'y mettre qu'à ranger réellement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si on rangeait un jour et qu'on faisait le ménage le lendemain ?
      Oui, mais entre temps, y'a toujours un truc qui sera dérangé... Argh!!! Sortez-moi de là !

      Supprimer
  3. J'ai tellement l'impression de me lire, le tri avant de faire la poussière dans la chambre, le tiroir à couverts... C'est tellement ça ! Mais là avec un petit bébé de deux mois et toujours à la maison ça devenait obsessionnel donc j'emploie pour la première fois une femme de ménage , mais je ne peux pas m'empêcher de ranger avant qu'elle arrive ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue !
      Il faut ranger avant qu'elle n'arrive, sinon elle aussi perdra en efficacité !

      Du moment que tu ne repasses pas derrière elle... Tu repasses pas derrière elle, dis ?

      Supprimer
  4. DOMINIQUE27/2/12

    Avec l'âge, ça m'a passé, tout ça. Vivant à la campagne, en plus, et aimant (entre autres) les araignées.
    Un jour une cliente regarde dans le jardin, et je lui présente mes excuses pour les vitres plutôt, comment dire, semi opaques. Elle m'a répondu, décontractée "pas grave, ce n'est pas moi qui les nettoierai".
    Il y a des choses plus importantes, et quand on se rend compte de tout ce que nos mères nous ont fourré dans le crâne (il FAUT que "le placard à linge soit rangé" "les draps repassés" "la vaisselle rangée" "les couleurs séparées du blanc" "le lit fait tous les matin" et j'en passe). Ben non. Faut trier les "il FAUT".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si seulement j'avais ta sagesse Dominique... Je me doute bien qu'il y a certaines choses bien plus importantes, comme passer du temps avec ceux qu'on aime, ou se faire plaisir. Mais à un moment, faut y aller. Et encore une fois, cette session dépourvue de la pression des horaires vu que j'étais seule à la maison, n'a pas été si terrible.

      J'ai pris mon temps, ce qui m'avait fait cruellement défaut tout le reste de la semaine, et peu importe que ce soit pour du ménage. Ça m'a fait du bien de ne pas me presser.

      Supprimer
    2. DOMINIQUE28/2/12

      Je te comprends, on est bien "sans se presser", même en faisant le ménage. Dans ces cas là je me mets la tête dans la radio et je fonce. A condition d'avoir envoyé Cher et Tendre chasser le Dahu.

      Supprimer
  5. on dirait presque un épisode de "Bref", tellement c'est bien dit.

    "Bref, j'ai fait du ménage. " ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma bichette, tu es mon amie, donc forcément pas objective...
      Mais c'est gentil tout plein !

      Supprimer
    2. Bien sûr que je suis pas objective, j'adore tous tes posts, tout le temps :)
      tu es ma lecture du matin pour bien démarrer la journée.
      mais quand même, on aurait dit bref. De toute la hauteur de mon objectivité :)

      Supprimer
  6. Rassure-toi, je suis également comme toi, mais en pire... Mais comme toi, j'en ai besoin, c'est mon moment à moi de nettoyage interne, et mon moral s'en ressent toujours après :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue !

      Nettoyage de l'esprit en même temps, c'est ce que tu veux dire ? C'est pas faux (j'ai regardé Kaamelot hier soir).

      Elle a l'air bien ta recette de rocher coco... :-)

      Supprimer
  7. N'oublie pas de ranger les fils de la pelote en cercles concentriques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voui.
      J'ai oublié de raconter que dans le tiroir à couverts, j'avais aussi trouvé la pelote de ficelle à rôti à moitié défaite, et avec des noeuds.
      Un cauchemar.

      Supprimer
  8. Et pour te détendre tu nous as fait une super illustration bien soignée, avoue ! :)
    Il est beau ton dessin :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis-donc, c'est super gentil ça... Merci, si tu savais comme j'ai du mal...

      Supprimer
    2. Eh bien moi je remarque tes efforts :)))

      Supprimer
  9. j'adore tes dessins ! je dois en être à mon 120ème billet en une semaine, je grignote doucement ton blog en partant des deux bouts et c'est toujours aussi agréable. bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le dessin... !! Il faut dire que j'avais passé du temps sur celui-là, parce que dessiner, tu vois, c'est pas mon boulot à la base.
      C'est vrai que j'en fais de moins en moins... Faut que je m'y remette !

      Supprimer