30 janv. 2012

Si j'avais su...

Ce week-end, si j'avais su, je ne me serais pas habillée comme ça. Si j'avais su, j'aurais pris cinq minutes pour me changer avant d'y aller. Si j'avais su, j'aurais mis un tout petit peu de fard à paupière et une paire de boucles d'oreilles. C'était trop tard, je l'ai compris en arrivant à la caisse automatique.
Samedi après-midi, 16h30. On se chicane avec Chouchou sur celui qui va aller faire un saut à Intermarché pour aller chercher trois ou quatre trucs qui manquent pour le diner. Chouchou a envie de faire un gratin de macaroni, mais nous n'avons ni gratin, ni macaroni. On tire pas à la courte paille, il dit juste "moi je vais le cuisiner, donc toi, tu fais les courses". Ok, ok, je capitule. Mais j'ai la flemme de me changer. Oh, tant pis, juste pour cinq minutes à Intermarché, c'est pas la mort. Je porte un pantacourt d'été vaguement kaki, avec en dessous, des mollets pas franchement dépourvus de tout poil superflu et encore moins bronzés. J'ai des socquettes duveteuses, celles que j'adore mettre dans mes chaussons pour ne pas avoir froid au pied, jaune à rayures orange. Un tee-shirt à manches longes rayés rouge et blanc. Comme il fait frisquet, je mets un foulard noir à fleurs rouge (genre gitane des balkans) et mon blousons en croute de cuir noir à col fourrure. Atroce. En principe, c'est une tenue de maison, destinée à rester à la maison pour faire du repassage, confortable, et tout sauf esthétique. Absolument jamais faite pour sortir, et encore moins dans un lieu fréquenté par l'espèce humaine.

Je ne me change pas, j'enfile une paire de Converse montantes (avec le pantacourt, je rappelle). Je jette un coup d'oeil dans le miroir, par réflexe et je me dis "faut vraiment croiser personne" : j'ai juste un peu de mascara et c'est tout. Oui, mais je ne vais quand même pas faire le makeup des grands jours, alors qu'il est presque 17h et qu'on ne sort pas ce soir. Out le fond de teint qui donne bonne mine, masque les petites rougeurs et les boutons. Out le fard à paupières qui fait scintiller l'iris. Out le rouge à lèvres qui fait la bouche pulpeuse. Rien qu'une mine blafarde et des yeux fatigués. Et des cheveux mal peignés, pas sales (je les lave tous les jours), mais avec un coiffage improbable, gonflé d'un côté et plat de l'autre.

J'attrape la carte bleue et là, Crapaud-poilu me dit "tu penses à mes pastilles ?" Mouiff...
Au supermarché, je fonce tête baissée en marmonnant un vague "bonjour" à l'accueil. Juste l'essentiel on a dit, pas le temps de trainasser dans les rayons, même si dans l'allée centrale, ils viennent d'installer ces immenses présentoirs en cartons, vente éphémère de tout un tas de saloperies qui m'attirent comme des mouches sur un bifteck avarié : des limes à ongles, des ramequins à crème brulée, des râpes multitâches, des cure-dents, des pailles de toutes les couleurs, des sets de manucure, des shooters à vodka, des élastiques à queue-de-cheval, des miroirs grossissants, des épluche-légumes, des trousses à outils. 
Ok, j'ai tout regardé. 
Et j'ai pris des limes à ongles.

Je fonce, je fonce... macaronis, crème fraiche (une brique d'un litre puisque Chouchou a dit qu'il ferait aussi des panna cottas dimanche), de la mimolette, de l'emmenthal, de la mozzarella (on lésine pas sur l'aspect "fromage" de la recette "macaroni au fromage"), du pain pour saucer et les fameuses pastilles de mon Crapaud.

Je croise mon reflet dans une sorte de miroir, une fraction de millième de seconde, je me dis "putain, elle est moche celle-là". C'est moi. Dépêche, dépêche ! Je passe à la caisse automatique, bip, bip, bip, poser sur le plateau, bip sur la carte de fidélité, j'insère ma carte bleue et là, au moment où tous mes articles sont encore sur le plateau, j'entends "Bonjour Armelle", d'une voix légèrement familière, mais pas tant que ça. Je frémis et je me retourne. C'est la dame qui avait gardé Crapaud-poilu avant et après l'école quand nous étions arrivés dans le patelin. Cela avait duré juste la première année, lorsqu'il était en CE2, après, il préférait rester tout seul à la maison. Elle est avec ses 2 gosses et ça fait au moins 5 ans que je ne l'ai pas vue. Tiens, bonjours, comment allez-vous ? Ça va, et vous, et Crapaud-poilu ? Et bla-bla-bla... Tout en parlant, je récupère ma carte bleue et commence à vouloir rassembler mes courses. 
Elle me regarde, regarde les articles, me regarde à nouveau et là, je te jure, dans ses yeux, j'ai vu de la pitié. Ou du dégout, je sais pas bien.

Mon apparence pitoyable, ma mine défaite, mon blouson d'hiver trop court sur mon pantacourt d'été, qui marque bien le cul et sa dimension généreuse. Et mes courses... Que du gras, que du riche : crème, pâtes, fromage. Et les pastilles. Ah oui, je t'ai pas dit.... Crapaud-poilu, qui n'a plus son appareil d'orthodontie en haut, doit encore porter une sorte de goulotte transparente toutes les nuits, pour pas que tout se barre en trois mois. Et pour la nettoyer correctement, il faut des pastilles effervescentes spéciales. Oui, des Polident, quoi !

Tu vois le tableau ? Moche, mal fagotée, boudinée, seule, mal peignée, avec pour unique projet pour la soirée des pâtes, de la crème fraiche, du fromage et la perspective de nettoyer correctement son dentier.

Enjoy !

EDIT : j'ai corrigé la monstrueuse faute de conjugaison de la première phrase. Je vous remercie de ne pas me l'avoir fait remarquer... Je suis mortifiée.

45 commentaires:

  1. leyleydu9530/1/12

    que te dire à part...VDM !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, c'est ça !! Misère de misère, aussi, on peut dire ;-)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Oh, ça va, on voit bien que c'est pas toi ! ;-)

      Supprimer
  3. La vie est parfois faite de choix cruciaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est sûr, et surtout, souvent, se dire que la première intuition (celle qui dit qu'il vaudrait mieux de se changer) est souvent la bonne... ;-)

      Supprimer
  4. Je suis juste explosée de rire !!! J'imagine trop la scène :)
    Mais tu veux parier combien que si t'avais pris le temps de te préparer, t'aurais croisé personne ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben évidemment !! Ou alors, totally overdressed, pas raccord du tout !

      Supprimer
  5. je trouve que leyleydu95 a tout dit : VDM !!!

    RépondreSupprimer
  6. Loran30/1/12

    MDR !!!!! ;)
    comme la vie est cruelle, parfois ! ;)
    j’espère que le gratin a fait passer ce mélodrame ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben tu vois, à peine... il était pas top ce coup-ci (enfin moins bon que le moins, mais faut pas le dire trop fort, sinon le Chouchou se vexe)... ;-)

      Supprimer
    2. Je voulais dire moins bon que le MIEN !!

      Supprimer
  7. Ouille !
    J'imagine trop bien. Et je compatis.
    Le seul point positif (oui, je suis du genre à chercher le positif dans n'importe quelle situation) : ce n'était pas un ex.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison de chercher du positif, c'est ce qu'il faut faire.
      Effectivement, le fais que ce ne soit pas un est une bonne chose.
      Le fait de n'avoir rien oublié et de ne pas être obligée d'y retourner aussi ! ;-)

      Supprimer
    2. ... je me relis ce matin et aïe, les mots sont restés dans mes doigts : je voulais dire "que ce ne soit pas un EX....", mais tu auras compris. J'espère !

      Supprimer
  8. Ah!!! ça n'arrive pas qu'aux autres :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Copine de loose-de-supermarche ? ;-)

      Supprimer
  9. DOMINIQUE30/1/12

    Cela me rappelle il y a pas mal d'années, où chez Carrefour, un dimanche matin, nous étions 4, tous en clodos car dimanche, hein. La caissière nous a demandé TROIS pièces d'identité.
    On a trouvé que c'était exagéré, quand on a vu notre reflet dans une glace. Dramatique.

    Ton fils a un joli prénom.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le délit de sale gueule, c'est pas que pour la gueule, ça marche aussi pour les habits...

      Merci pour le prénom (mais je l'ai changé dans le texte, c'est juste que ça m'avait échappé...). Ça reste entre nous, dis ?

      Supprimer
    2. Eh, tu as vu, Colombe Linotte a répondu pour l'histoire des canards ? ;-)

      Supprimer
  10. anne-laure30/1/12

    mais c'est TOUJOURS comme ça!c'est dingue quand meme!et comme dit Gaëlle plus haut,si tu t'étais maquillée,tu n'aurais croisé personne.

    Un jour,je devais sans doute faire du ménage chez moi.qui dit ménage,dit tenue de m...,pas de maquillage,pas coiffée,lunettes à la place des lentilles....bref tenue avec laquelle on n'est pas sensée sortir et te VOIR surtout....sauf que me voilà à court d'eau de javel...j'habite en appart,au 2eme étage et mon eau de javel est ds mon garage,donc dehors un peu loin que ma residence.je me dis qu'en faisant vite,y a peu de chance que je croise quelqu'un....
    allez hop j'y vais!j'arrive à mon garage,je chope l'eau de javel et j'y retourne.mais voilà qu'arrive,au moment de rentrer ds la residence, l'un de mes voisins...donc je lui dis bonjour et là je le vois qui reste me regarder,me dit bonjour timidement et là il me dit "oh mais c'est toi??je t'avais pas reconnu....".

    voilà voilà....qd on a pas de chatte et ben on a pas de chatte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh pinaise, pas reconnue... Finalement, si tu l'avais ignoré, ça n'aurait pas été plus mal ?
      Remarque tu serais passée pour une mal fagotée ET impolie. ;-)

      Supprimer
    2. anne-laure30/1/12

      oh ouais!ou j'aurai du faire demi tour en fait...le pire,c'est que c'est la seule et unique fois où j'ai fait ca....ben c'est sur qu’après ça,ça risque pas de m'arriver à nouveau bordel...

      Supprimer
  11. Dommage que tu n'aies pas pris de pack de bière ou de bouteille de vin rouge car le tableau aurait été complet (lol) !! Dommage aussi que ton ancienne nounou n'aie pas de blog... J'aurais bien aimé lire le récit de sa rencontre avec toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, bah j'espère bien qu'elle n'en a pas, figure-toi !
      Pour le pack de bières, c'était à deux doigts, mais il en restait trois dans le frigo, donc j'y ai échappé.
      Et puis j'avais les limes à ongles à porter, aussi.

      Supprimer
  12. Anonyme30/1/12

    Arrrgghh.... Je te lis alors que je m'apprête à faire quelques courses urgentes !!!!!!!!! On est lundi midi, y'aura personne, non ???? si ????
    On est le 30 du mois, y'aura personne, si ???? non ????
    Arrrgghhhhhhhhhh.... Faudrait que je cache mon visage rouge et me maquille un chouilleeeee, histoire de pas faire d'Histoires.... ????.....
    Allez, je profite de ta leçon pour en prendre une.... Même si moi je ne vois pas les autres because of my myopie profonde, les autres me voient =:!!!!! :);xl)fjfhi (je trouve pas les touches pour écrire p* de m* f* grave c* ***:*:*:*:*:*:*:)
    Je pars colmater les éventuels dommages collatéraux !!
    Peace & Love
    So

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh la, t'étais énervée dis donc !!
      Ça va, tu n'as croisé personne j'espère... Tout juste bon à se prendre un taquet ça !

      Supprimer
  13. qu'est-ce que j'ai ri en te lisant !
    suis d'accord avec les commentaires, toute parée et toute jolie, tu n'aurais rencontré personne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente si ça t'a fait sourire ! ;-)

      Supprimer
  14. Isabelle30/1/12

    Tu m'as fait peur! J'ai cru que tu avais croisé, je sais pas moi Brad ou Georges?
    Ceci dit je compatis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou pire, imagine si ça avait été Robert (Downey Jr) ? En même temps, y'a quand même très peu de chance qu'il soit à Intermarché un samedi en fin d'aprem, à deux semaines des Oscars.
      Quoique.

      Supprimer
    2. Isabelle30/1/12

      Oui ça aussi c'aurait été une cata! Et puis bon les oscars d'accord mais g'un faut qu'il se nourrisse et là pourquoi pas intermarché? Et de deux on peut rêver...

      Supprimer
  15. lilou1730/1/12

    Si ça se trouve on fréquente le même Inter.
    Je sens que je vais ouvrir l'œil maintenant et pister toutes les nanas correspondant à cette charmante description [(doit pas être trop dur(e) (? j'hésite) à repérer quand même !!!] ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais tu sais, tu ferais mieux de chercher une espèce de bombasse avec des talons de douze, le cheveu luisant et la peau veloutée. Parce que plus jamais, je veux dire, au moins dans le prochain mois, on ne m'y reprendra.
      Jamais.

      Supprimer
    2. Ha ha ha! Ma maman m'a toujours dit :'on ne sait pas sur qui on peut tomber!' :-)

      Supprimer
  16. DOMINIQUE31/1/12

    Cela reste entre nous, bien sûr. Je ne suis pas une balance. Mais au moins, j'ai de quoi de faire chanter si tu me rappelles encore une fois mes 24 culottes.
    Je cours voir la réponse de Colombe-Linotte.

    RépondreSupprimer
  17. Valérie de Rennes31/1/12

    C'est comme l'histoire de la culotte, faut toujours faire gaffe : on ne sait jamais ce qui peut nous arriver !!!...

    Cette histoire est digne d'un bon gag de comédie quand même... Tu pourrais faire un scenario de ta vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil pour la comédie, Valérie... Ta dernière phrase est, il me semble, le claim de la célèbre Ioudgine, que je vous invite à lire si vous ne l'avez jamais fait (lien plus haut, sur le côté ;-)

      Supprimer
  18. Rhoooo, ben ça va..... C'est pas comme si t'avais croisé Brad Pitt... Ou pire : un ex !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, grave pire si c'était Brad.... Bien plus grave. Ou mon chef.

      Supprimer
  19. Ah mon com' n'est pas passé ? Merci tu m'as bien fait rire (et surtout déculpabiliser quand je me rends dans mon Inter faire 2-3 courses express, en espérant ne voir personne...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ;-) Fais attention, tel est pris qui croyait prendre... Pas en chausson quand même !
      Oui, je dis ça, parce que je l'ai fait une fois, j'avais oublié, avant de partir...

      Supprimer
  20. Karote15/2/12

    Encore! Encore ! Cela fait un bien fou de savoir que ça n'arrive pas qu'à moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue au pays de la loose modesque !

      Supprimer