7 sept. 2011

Sale manie ou comment je ferais mieux de procrastiner quelquefois.

Toi qui lis parfois mes histoires, tu te rappelles, si tu es passé par ici il y a quelques jours, que je t'ai parlé de ma propension calamiteuse à repousser certaines choses importantes, pour faire comme si tout à coup, ça allait se régler tout seul.
Je te le confirme, rien ne se règle tout  seul. Dans le cas précis susmentionné (faut que j'arrête de parler comme au boulot), c'est Crapaud-poilu himself qui a été largué à 8h le jour de la rentrée, chez le marchand de carte de bus et qui s'est débrouillé. Oui, bon il ne rentrait qu'à 10h, ça va, il avait le temps, faut pas charrier. Ça veut faire son grand, sa maturité, ça balance à tout bout de champ "c'est bon là, ch'uis plus un bébé". Donc ça assume. Et puis ça m'arrange. Toujours est-il que la procrastination fait un peu partie de mon quotidien pour les trucs qui me gonflent, of course. Pour aller chercher un nouveau mascara (au hasard), j'ai pas besoin de tourner 50 fois autour du pot pour trouver un moment.

Mais dans le grand capharnaüm (oui, ça s'écrit comme ça) de mon cerveau, y'a un neurone qu'est théoriquement là pour faire le tri entre les trucs à procrastiner (le verbe n'existe pas mais on s'en fout) et les trucs qui doivent impérativement se faire immédiatement. Et là, ça se complique parce que le neurone en question, il est pas commode... Par exemple, il décide tout seul que dans mon quotidien, il y a des choses qui NE PEUVENT PAS attendre, sous peine de me coller un stress hyper pénible et une sensation de mal-être. Et pas fondamentalement les plus importantes, tu vois. Comme quand je lave trois ou quatre trucs à la main que cette feignasse de lave-vaisselle ne veut pas accepter, comme les groooooosses casseroles (la discrimination contre les gros, c'est insupportable), ben je dois les essuyer et les ranger tout de suite. Pas question de les laisser sécher et de le faire plus tard. Impossible. Niet. No way.

Quand je repasse du linge, même si ça me fait super chier, je dois tout ranger tout de suite. Je préfère avoir un tas de linge pas repassé, plutôt qu'un tas de linge repassé et pas rangé. Hummm, tu vois pas bien la différence, là ? Ben si, y'en a une. Le neurone a décidé : vaut mieux pas faire le truc que le faire à moitié.
Ce qui m'amène parfois à des situations calamiteuses et incontrôlées. Je ne sais pas si ça t'arrive (j'espère que ça t'arrive), mais quelquefois, l'esprit vagabonde de pensées en pensées, surfant en des associations improbables qui te font démarrer de "aller chercher du pain" à "quand j'avais 9 ans, mon amoureux s'appellait Patrick", sans que tu saches comment tu en es arrivé là. Tu vois ce que je veux dire ? Si tu vois pas.... ben... tu vois pas. Bon et bien moi, je fais ça en vrai, pas en pensée. 

Dimanche matin, je me suis levée tôt et je devais aller faire quelques courses, j'avais un peu de temps devant moi (grave erreur) et je vais te raconter l'enchainement de trucs qui m'ont conduits à me pointer à peine 14 minutes avant la fermeture du supermarché. La tronche de la fille de l'accueil lorsqu'elle a vu mon caddy et l'immense liste de courses que j'avais entre les dents. C'est parti pour la démonstration.... Top chrono !

Je débarrasse la table du petit déjeuner > je mets le lave-vaisselle à tourner > j'essuie le robinet, l'évier, le plan de travail > le torchon est un peu cra-cra > je le mets au sale > le panier est bien plein, je fais une machine > tiens, c'est un peu le bordel dans le cellier > je range les (60) paires de chaussures > je jette la bouteille de lait vide > le sac poubelle est plein > je le ferme et l'emporte là où il y les autres sacs, à l'extérieur > je remets les chaises d'extérieur comme il faut > retour dans la cuisine, j'ai oublié de remettre une bouteille de lait au frais > tiens, les étagères du frigo sont en foutoir > je range le frigo et j'en profite pour le nettoyer, c'est con de ranger sinon > je monte au premier en me disant qu'il faut que je me bouge le cul > je veux faire le lit > tiens, ça serait pas mal que je change les draps > je change les draps (je te parlerai de la malédiction de la housse de couette une autre fois) > il serait vraiment temps que j'aille me doucher > je m'inspecte dans le miroir de la salle de bains le temps que l'eau de la douche chauffe > tiens, je devrais faire un masque > j'arrête la douche > je laisse poser le masque 10 minutes en regardant le téléshopping > je rince le masque > je me douche > j'arrose les plantes du palier > tiens, c'est quoi ces papiers > je trie des paperasses qui n'ont rien à faire là (Crapaud-poilu a dû faire du tri à un moment, je vois que ça) > ça me fait penser qu'il y a plein de vieux journaux dans les chiottes > je trie les journaux > faudrait vraiment que je m'habille > qu'est-ce que je mets (bon, c'est pas un cocktail, c'est juste Intermarché) > merde, mon vernis est écaillé > j'enlève le vernis (putain, mais il s'en fout Intermarché de mon vernis, bougeeeee) > je pars > tiens, le facteur est passé > je m'arrête, je regarde le courrier > je repars.

En principe, entre la fin du petit déj' et le départ pour les courses, une personne normale aurait mis quoi... 20 minutes. Moi, ça a pris 2 heures 27. Environ. Pour un jour où il fallait que ça aille vite, je rappelle.

Fuck you, neurone, mange tes morts.


8 commentaires:

  1. han mais je suis fatiguée rien que d'avoir lu tout ce que tu avais fait en 2h27!!! mais ouais,ce n'étaot pas le bon moment ^^

    je suis une adepte de la procrastination, même si j'essaie vaguement de me soigner, très vaguement..

    RépondreSupprimer
  2. Ah ouais quand même, non mais LOL quoi!!! Je remarque que t'as pas lavé les chiottes...

    RépondreSupprimer
  3. Loran8/9/11

    je compatis car je viens d'apprendre le mot qui me caractérise depuis, euh ... ma naissance en faite !
    j'ai appris à vivre avec parce que j'ai abandonné l'idée de me corriger, soit trop difficile, soit pas assez de conviction, soit neurone immuable ou peut être un peu de tout ça. ;)

    RépondreSupprimer
  4. leyleydu958/9/11

    Je suis toute pareille que toi pour les 2h27...pour la vaisselle, chouchou supporte pas de la voir sécher tranquillement, alors il passe son temps à ranger pendant que j'essaie de regarder TRANQUILLEMENT et DANS LE SILENCE (inconvénient des cuisines ouvertes sur le salon) un épisode de mentalist !!!!!!!!!!!!
    Pour le repassage, je m'en occupe dès que c'est sec...je supporte pas les banettes de linge qui débordent alors je me mets un p'tit DVD et je fais le boulot !

    RépondreSupprimer
  5. angel8/9/11

    Moi je trouve que c'est un dimanche matin tout à fait normal !!!
    Bon ça me prend moins de temp vu que je suis désespérément seule...sniff mais je compatis lourdement et te soutiens pour dire "Fuck you, neurone, mange tes morts"

    RépondreSupprimer
  6. @adrenaline1971 : en fait, ce n'était pas vraiment fatigant parce que je ne me sentais pas bousculée, dont j'ai tout fait lentement... d'où le méga retard ;-)

    @AnnaPoubelle : ah bon, ça se lave ?

    @Loran : forza Loran, believe in yourself ;-)

    @leyleydu95 : Ah bon, Chouchou a une double vie si je comprends bien !! ;-)

    @angel : super angel, reine des enchainements domestiques ;-)

    RépondreSupprimer
  7. DOMINIQUE8/9/11

    Salut la Blonde ! Je suis loin d'avoir tout lu, mais j'aime. Vivement ta mini-moi en photo.
    C'est drôle, vivant, terriblement féminin, la vie quoi. Je suis moins accro que toi sur le repassage (je plie), une lessive par jour, merci. Un oiseau, je pense que c'était un KracouKass, a chié sur un de mes draps. Il a bien visé, ça a dégouliné sur tout le drap, un de ces draps anciens bien épais, lourds que tu les laves tout seuls sinon la machine calanche.
    Bon, on n'est pas là pour parler de moi, cependant ça y est, c'est malin, je suis un peu scotchée ici. Tu vas le regretter, moi je te le dis !

    RépondreSupprimer
  8. @DOMINIQUE : je suis super contente de t'accueillir ici... vraiment ! à très bientôt ;-)

    RépondreSupprimer