14 août 2011

Appelle-moi Eve...


Hier, dans le marasme de la météo moche-de-chez-moche de l'été 2011, il y a eu une parenthèse, sorte de moment enchanté où le soleil était là, chaud, doré. Alors, après la sieste, je suis allée dans le jardin, j'ai sorti mon gros coussin, qui s'intitule lui-même The Pouf (c'est écrit sur l'étiquette), truc énorme que j'ai acheté cette année et qui remplace très avantageusement un transat. J'ai pensé à Caroline de Pensées de Ronde qui nous avait expliqué il y a quelques jours qu'elle virait allègrement son haut de bikini, ce qu'elle ne faisait plus depuis des années, et ça m'a fait grave envie.

J'ai collé The Pouf au milieu de la pelouse et je me suis mise toute nue. A poil quoi. J'ai bouquiné pendant trois heures, me déplaçant avec mon ami violet, parfois complètement à l'ombre, parfois seulement la tête, ensuite en plein soleil. C'était divin. Je me suis levée pour aller chercher à boire, toujours oilpé. On se serait cru dans une pub Bounty, à cause du goût de paradis.

J'ai cédé à mon envie sans arrière-pensée (ce qui est encore meilleur) puisqu'il se trouve que Crapaud-poilu, mon fils, est en vacances en Lorraine chez ses grands-parents. Je me rends compte que ça me manque de ne pouvoir le faire plus souvent (l'été bien entendu, en plein mois de février, ça me manque moins, en fait). Je n'ai jamais été très pudique, malgré les kilos de trop pas toujours très sexy, malgré mes seins qui ont plutôt tendance à pointer vers le sol que vers le ciel. La nudité ne m'a jamais gênée, en tout cas chez moi, parmi les miens. Mais depuis que Crapaud-poilu a grandi, qu'il est désormais adolescent, c'est plus... compliqué. Lui, je ne l'ai pas vu nu depuis au moins 2 ans et même s'ils nous arrivent de nous croiser dans la salle de bains, je fais attention à ne pas lui imposer ma nudité. 

Mais qu'est-ce que ça fait du bien de temps en temps, de laisser tout tomber ! 
Je ne me sens pas pour autant prête à aller tenter l'aventure naturiste. Me balader nue toute la journée, aller chercher ma baguette avec la ouachacha au vent, dire bonjour au voisin avec les poop's à l'air, bof. Mais la bronzette et la baignade, ouaaaah, qu'est-ce que c'est bon. 
Si un jour, il fait re-beau, je ne dis pas que je ne vais pas chercher une plage adéquate. Ou alors, je gagne au loto, et je m'achète un îlot désert dans les Caraïbes (ouais, pas dans le Morbihan, toujours pour des questions de températures, tout ça) et comme ça, je ferai ma toute-nue quand je voudrais, du moment que Crapaud-poilu n'est pas là (re-tout ça).
Allez, je vais chercher un ticket, et me rhabiller puisque aujourd'hui, il fait 18°.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire